Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Patrice Ordas

Patrice Ordas

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, connectez-vous pour proposez la vôtre :

/1200

Merci d’utiliser une photo au format portrait en indiquant les copyrights éventuels si elle n’est pas libre de droits.

Nous nous réservons le droit de refuser toute biographie qui contreviendrait aux règles énoncées ci-dessus et à celles du site.

Les textes à caractère commercial ou publicitaire ne sont pas autorisés.

Avis sur cet auteur (6)

  • add_box
    Couverture du livre « Le journal, les premiers mots d'une nation : histoire complète » de Patrice Ordas et Philippe Tarral aux éditions Bamboo

    bulle.noire sur Le journal, les premiers mots d'une nation : histoire complète de Patrice Ordas - Philippe Tarral

    Cette couv très réussie m’avait donné envie de découvrir ce volume 1 d’une saga historique a priori passionnante : une épopée sur la création d’un journal aux Etats-Unis…

    On suit Nathan Prius jeune soldat pendant la Guerre d’Indépendance, il écrit des nouvelles du front destinées à être...
    Voir plus

    Cette couv très réussie m’avait donné envie de découvrir ce volume 1 d’une saga historique a priori passionnante : une épopée sur la création d’un journal aux Etats-Unis…

    On suit Nathan Prius jeune soldat pendant la Guerre d’Indépendance, il écrit des nouvelles du front destinées à être publiées par le Richmond News dirigé par George Ellis.

    C’est très intéressant malgré les nombreuses ellipses (ce tome 1 va de 1781 à 1814), la ténacité de Prius est touchante, il tient à créer son propre journal malgré les obstacles et les contre-temps. Les questions liées à la conception du journalisme sont déjà là : Faut-il rester neutre ? Faut-il tout dire, y compris raconter les défaites de sa propre armée ? La vérité est-elle la seule voie possible ?

    Le dessin classique sert bien ce récit historique. L’envie de suivre cette saga est bien là, le fils de Nathan, Gilbert Prius semble devoir être le héros de la suite de l’épopée du Liberty Herald.

    Au final, une série intéressante qui commence et qui permet de saisir l’importance et les enjeux de la presse écrite. Des enjeux que nous avons peut-être oublié aujourd’hui.

  • add_box
    Couverture du livre « L'ambulance 13 ; INTEGRALE VOL.1 ; T.1 ET T.2 » de Patrick Cothias et Alain Mounier et Patrice Ordas aux éditions Bamboo

    Les Ô grimoiriens sur L'ambulance 13 ; INTEGRALE VOL.1 ; T.1 ET T.2 de Patrick Cothias - Alain Mounier - Patrice Ordas

    Le sujet est cru, la violence est présente à toutes les pages. Pourtant – ou à cause de ? – ce contexte participe à rendre encore plus fort les relations humaines, entre le lieutenant Bouteloup et ses hommes, mais aussi vis-à-vis d’Isabelle, dont le charme ne le laisse pas insensible.

    Le...
    Voir plus

    Le sujet est cru, la violence est présente à toutes les pages. Pourtant – ou à cause de ? – ce contexte participe à rendre encore plus fort les relations humaines, entre le lieutenant Bouteloup et ses hommes, mais aussi vis-à-vis d’Isabelle, dont le charme ne le laisse pas insensible.

    Le dessin rend remarquablement la rigueur de l’hiver, notamment en utilisant des tons bleutés. Et cela rend d’autant plus ridicule les luttes de pouvoir qui se jouent loin des champs de bataille, et dans lesquelles le père du lieutenant semble se complaire.

    Bref, une histoire forte, glaçante. Importante pour préserver la mémoire de ce conflit…

  • add_box
    Couverture du livre « L'ambulance 13 t.4 ; des morts sans nom » de Patrick Cothias et Alain Mounier et Patrice Ordas aux éditions Bamboo

    Gérald LO sur L'ambulance 13 t.4 ; des morts sans nom de Patrick Cothias - Alain Mounier - Patrice Ordas

    Ce quatrième tome de L’ambulance 13 termine le second cycle de la saga. Nous retrouvons Bouteloup toujours aux mains des officiers et de leur politique honteuse.
    Ici et encore plus que dans l’album précédent, le côté psychologique de la guerre, la souffrance mentale sont traités de manière plus...
    Voir plus

    Ce quatrième tome de L’ambulance 13 termine le second cycle de la saga. Nous retrouvons Bouteloup toujours aux mains des officiers et de leur politique honteuse.
    Ici et encore plus que dans l’album précédent, le côté psychologique de la guerre, la souffrance mentale sont traités de manière plus approfondie, par touche légère mais percutante. La section se fait décimée dans les batailles rapprochées et la bêtise encore une fois est affligeante. Les quelques scènes de combat sont toujours d’une extrême violence alors que des les bureaux cossus discutent de hauts dignitaires du taux acceptable de perte humaine. Certains mots sont intolérables et cet album essaye de retranscrire au mieux les aberrations de cette époque.
    Le graphisme est toujours aussi bien réalisé et essaye de retranscrire par le dessin, des couleurs, l’ambiance de cette période.
    Cet album est encore une fois très très bon, et je qualifierais cette série d’excellente. Le travail des auteurs est minutieux et apporte énormément au lecteur qui ne peut que s’intéresser à cette période, aux poilus et à cette guerre. Une série qui devrait être en complément des cours d’histoire au collège ou au lycée pour montrer de manière différente, imagée, ce qu’étaient les conditions pour ces poilus.

  • add_box
    Couverture du livre « L'ambulance 13 t.3 ; les braves gens » de Patrick Cothias et Alain Mounier et Patrice Ordas aux éditions Bamboo

    Gérald LO sur L'ambulance 13 t.3 ; les braves gens de Patrick Cothias - Alain Mounier - Patrice Ordas

    Dans ce troisième tome de L’ambulance 13, nous retrouvons l’équipe de soldats infirmiers et chirurgiens toujours au plus près des tranchées. Favre ne reconnaît pas le geste de Bouteloup qui l’a sauvé. Il est mutilé et se sent diminué. La Force Noire est sur place, et ces hommes venus de loin...
    Voir plus

    Dans ce troisième tome de L’ambulance 13, nous retrouvons l’équipe de soldats infirmiers et chirurgiens toujours au plus près des tranchées. Favre ne reconnaît pas le geste de Bouteloup qui l’a sauvé. Il est mutilé et se sent diminué. La Force Noire est sur place, et ces hommes venus de loin sont utilisés comme de la chair à canon.
    Ce troisième album démontre encore une fois et de manière plus forte la bétise des principes, de cette bourgeoisie militaire qui se veut bien pensante et qui ne fait aucun cas de la vie de milliers d’hommes. Dans cet opus, nous rencontrons Marie Curie qui grâce à ces recherches met au point les premières machines de radiographie et veut les mettre au profit des soldats, leur évitant ainsi d’horribles souffrances.
    Le récit est passionnant, instructif. Les scènes sont parfois aberrantes, affligeantes et désespérantes. La violence des assauts est ici bien représentée, et malheureuse. L’histoire est prenante et vous tient en haleine jusqu’à la dernière page.
    Le graphisme reste assez sobre, sans fioriture, ni goût pour le sang, donnant ainsi dans ces dessins encore plus d’impact, car souvent c’est sans les mots que se traduit la peur, la souffrance, la mort. C’est d’ailleurs dans cet épisode que l’impact psychologique se fait encore plus présent.
    Cet album est un très bon album, haussant toujours plus le niveau de la série.

Récemment sur lecteurs.com