Pascal Morin

Pascal Morin

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (9)

  • add_box
    Couverture du livre « Comment trouver l'amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales) » de Pascal Morin aux éditions Actes Sud

    Sophie Moisy sur Comment trouver l'amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales) de Pascal Morin

    Une lecture légère et qui donne le sourire. Se dire que finalement la vie réserve bien des surprises surtout quand on ne croit plus en elle. Que dans une vie on vit plusieurs vies et que le meilleur peut encore arriver si on sait écouter l'univers et qu'on donne un peu de confiance aux...
    Voir plus

    Une lecture légère et qui donne le sourire. Se dire que finalement la vie réserve bien des surprises surtout quand on ne croit plus en elle. Que dans une vie on vit plusieurs vies et que le meilleur peut encore arriver si on sait écouter l'univers et qu'on donne un peu de confiance aux autres.
    Ce roman se lit rapidement, le dénouement est mignon et je remercie l'auteur pour cette détente estivale qui m'a donné le sourire bien que je n'ai pas encore 50 ans...

  • add_box
    Couverture du livre « Une mer d'huile » de Pascal Morin aux éditions Rouergue

    Marie-Laure VANIER sur Une mer d'huile de Pascal Morin

    Voici un texte comme je les aime, tout en tensions, en non-dits et en silences : Danielle, neurologue à la retraite, invite chaque été son fils, psychiatre divorcé et son petit-fils, brillant étudiant, à venir passer quelques jours dans sa très belle villa de Sanary-sur-Mer.
    Est-ce parce...
    Voir plus

    Voici un texte comme je les aime, tout en tensions, en non-dits et en silences : Danielle, neurologue à la retraite, invite chaque été son fils, psychiatre divorcé et son petit-fils, brillant étudiant, à venir passer quelques jours dans sa très belle villa de Sanary-sur-Mer.
    Est-ce parce qu'elle a bien conscience que chacun s'y ennuie un peu, est-ce parce qu'avec l'âge, les tâches matérielles lui pèsent de plus en plus ou bien, en tant que scientifique bien persuadée que tout n'est chez l'être humain que « connexions électriques » et « échanges chimiques », souhaite-t-elle malicieusement se livrer à une expérience ? En tout cas, cet été, Danielle a engagé une jeune femme, Prisca, comme employée de maison.
    « Elle avait donc eu envie de mettre un terme à sa routine. Cette année-là, l'approche des vacances à Sanary, au lieu de la réjouir, l'avait pendant un temps angoissée. Elle s'était mise à redouter la répétition à l'identique des repas taciturnes, des promenades moroses et des soirées sans enthousiasme… Elle voulait que ça change. »
    Or, cette jeune femme, ni belle ni laide, à la fois discrète et sensuelle, polie et distante, va petit à petit devenir le centre de l'attention des membres de cette petite famille frustrée, coincée et mal dans sa peau, les conduisant, bien malgré eux à s'interroger sur ce qu'ils sont vraiment, ce qu'ils attendent de la vie et la façon dont ils définissent le bonheur.
    Cette jeune personne un peu mystérieuse va, comme dans une expérience chimique, leur servir de révélateur, jouer le rôle de l'élément perturbateur, les plaçant dans une position assez inconfortable, remettant en question, sans le vouloir, des années d'habitude et un mode de vie, de pensée, réglé au millimètre près.
    Et s'il suffisait, dans ce bel agencement, de simplement déplacer un vase pour que tout soit remis en question et que chacun se sente déstabilisé ? Parfois de petits gestes produisent de vrais tremblements de terre...
    J'ai beaucoup aimé ce court roman où chacun s'observe, s'épie silencieusement, s'interroge, se remet en question. Traversant tant bien que mal les chaudes journées d'été, les personnages, peu enclins à parler de leurs propres émotions, vont se livrer un peu malgré eux à une profonde et assez douloureuse introspection. Leur regard sur eux-mêmes et sur le monde va évoluer lentement et ils ne sont pas près d'oublier ce qu'ils vont vivre cet été là.
    Une mer d'huile est un roman d'atmosphère : on ressent physiquement la chaleur écrasante du soleil, le malaise psychologique des personnages se débattant dans leur mal-être, tentant de résoudre leurs conflits internes sans quitter des yeux la fascinante Prisca dont la présence finit par leur être indispensable.
    Mais où va les conduire cette étrange relation ? Vont-ils être capables d'y mettre un terme à temps ? Comment va s'achever cette étrange expérience scientifique ?
    Un huis clos étouffant sous un soleil de plomb qui rappelle l'atmosphère des tragédies grecques où tout est calme en apparence mais où l'on sent que la tension et un certain malaise montent à chaque page tandis que les protagonistes vivent une véritable tempête sous un crâne.
    Fort et troublant !

    Lire au lit : http://lireaulit.blogspot.fr/

  • add_box
    Couverture du livre « Comment trouver l'amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales) » de Pascal Morin aux éditions Actes Sud

    Geneviève Munier sur Comment trouver l'amour à cinquante ans quand on est parisienne (et autres questions capitales) de Pascal Morin

    Ce roman à la fois pétillant et grave raconte un monde ou tout est possible.Lorsque Catherine TOURNANT, professeur, la cinquantaine solitaire, rencontre un jeune plombier puis tombe amoureuse du père de ce dernier, elle est forcément confrontée à ses préjugés.Il en est de même pour Natacha,...
    Voir plus

    Ce roman à la fois pétillant et grave raconte un monde ou tout est possible.Lorsque Catherine TOURNANT, professeur, la cinquantaine solitaire, rencontre un jeune plombier puis tombe amoureuse du père de ce dernier, elle est forcément confrontée à ses préjugés.Il en est de même pour Natacha, élève médiocre, issue de la banlieue qui va avoir la possibilité de travailler avec un grand styliste...Chaque personnage est regardé par l'auteur avec beaucoup de bienveillance. Les situations s'entremêlent avec une grande habileté. Difficile de quitter ce ivre une fois commencé.

  • add_box
    Couverture du livre « Biographie de Pavel Munch » de Pascal Morin aux éditions Rouergue

    Claude Stas sur Biographie de Pavel Munch de Pascal Morin

    L’historien d’art devient bien souvent le biographe de l’artiste dont il étudie les œuvres. Mais à la différence du romancier, il reste à distance de ce sujet car entre eux deux, il se trouve toutes les œuvres, autant d’écrans déformants. Si bien que l’historien d’art remet tout à plat,...
    Voir plus

    L’historien d’art devient bien souvent le biographe de l’artiste dont il étudie les œuvres. Mais à la différence du romancier, il reste à distance de ce sujet car entre eux deux, il se trouve toutes les œuvres, autant d’écrans déformants. Si bien que l’historien d’art remet tout à plat, dépassionne le vécu, y applique une rigueur toute scientifique. Le romancier nourrit bien souvent plus que de l’empathie pour le sujet de ses écrits, et bien souvent projette sur celui-ci ses propres traits de caractère, se spropres frustrations, ses propres enthousiasmes. Si bien qu’arriver au bout de ce livre (de fiction, je vous rassure), j’en suis venu à me demander si j’avais lu le portrait du sculpteur Pavel Munch ou celui de son biographe, le narrateur de ce texte court. Évidemment, il s’y trouve de très belles pages lyriques sur la matière, sur la création, sur le travail… mais, en fin de compte, Pavel Munch reste un mystère !