Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Paolo Cognetti

Paolo Cognetti
Né à Milan en 1978, Paolo Cognetti a étudié les mathématiques et la littérature américaine avant de monter sa maison de production de cinéma indépendant. Auteur de documentaires littéraires, de textes sociologiques et de romans, il partage sa vie entre sa ville natale, le val d'Aoste et New Yo... Voir plus
Né à Milan en 1978, Paolo Cognetti a étudié les mathématiques et la littérature américaine avant de monter sa maison de production de cinéma indépendant. Auteur de documentaires littéraires, de textes sociologiques et de romans, il partage sa vie entre sa ville natale, le val d'Aoste et New York. Son roman Sofia s'habille toujours en noir, paru chez Liana Levi en 2013, lui a valu de figurer dans la sélection du Prix Strega.

Avis sur cet auteur (49)

  • add_box
    Couverture du livre « Sans jamais atteindre le sommet » de Paolo Cognetti aux éditions Stock

    Miss Marple sur Sans jamais atteindre le sommet de Paolo Cognetti

    Un beau dépaysement, monter l’Himalaya, passer dans ce pays mythique qu'est le Népal, ou traverser le Tibet, longer la Chine, cotoyer des hippies à Katmandou mais surtout vivre en altitude, même si on est habitué aux sommets des alpes ! Cela n'a rien à voir ;
    Dans le Dolpo..il faut monter,...
    Voir plus

    Un beau dépaysement, monter l’Himalaya, passer dans ce pays mythique qu'est le Népal, ou traverser le Tibet, longer la Chine, cotoyer des hippies à Katmandou mais surtout vivre en altitude, même si on est habitué aux sommets des alpes ! Cela n'a rien à voir ;
    Dans le Dolpo..il faut monter, descendre pour remonter et les vallées sont extrêmement difficiles à traverser : les organismes sont soumis à des pressions formidables et le corps humain, s'il est étranger au pays..supporte mal , respire mal, suffoque, jambes coupées et panique !
    La solitude et l'isolement prennent ici tout leur sens, lorsque l'on prend conscience que la voie que nous venons d'emprunter pour arriver ici est la plus facile, puisque de l'autre côté il faut franchir des cols à plus de 5000 mètres. De plus. l'hiver qui dure 6 mois par an rend l'isolement du village encore plus important, et la neige empêche toute communication durant de longues semaines. Pourtant, l'accueil qui est réservé, tout particulièrement par les enfants, dépasse en humanité beaucoup de ce qu'on peut voir auparavant de par le monde.
    Les habitants sont ouverts, prient selon leur rite «  ki ki so so » un mantra, «  ki » le cri de l’aigle, et donc du vent..« so » le souffle profond de la terre » !
    leur philosophie est simple «  bien sur que je suis heureux ici ! C'est merveilleux » d'autant plus que je n'ai pas le choix ! »
    Le choix, les européens qui montent la haut, l'ont, mais bien sur ils en reviennent changés, tant la vie et la culture diffèrent ! » aucune invention de otre siècle ne nous servait plus à rien une fois en route, mis à part une bonne paire de chaussures et dans mon cas, un livre dans le sac »

    «  tu sais ce qui change le plus entre la montagne de mes souvenirs et celle ci ? »
    «  eux, ils sourient. Je revois ma mère..je revois leur visage fermé, elles ne leur adressaient même pas la parole. Eux, ils ont toujours le sourire ! »

    Souriez ! Vous êtes heureux !
    Merci à netgalley ! Beau voyage !

  • add_box
    Couverture du livre « Sans jamais atteindre le sommet » de Paolo Cognetti aux éditions Stock

    Isabelle PURALLY-BOISSEL sur Sans jamais atteindre le sommet de Paolo Cognetti

    J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre Paolo Cognetti dont j’avais découvert le talent dans « Les huit montagnes » sur les sentiers du nord-ouest du Népal.
    Sur les hauts plateaux du Dolpo, l’auteur parcourt 300 km à pied et franchit huit cols à 5000 mètres d’altitude.

    « Marcher réduisait la...
    Voir plus

    J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre Paolo Cognetti dont j’avais découvert le talent dans « Les huit montagnes » sur les sentiers du nord-ouest du Népal.
    Sur les hauts plateaux du Dolpo, l’auteur parcourt 300 km à pied et franchit huit cols à 5000 mètres d’altitude.

    « Marcher réduisait la vie à l’essentiel : manger, dormir, rencontrer, penser.»

    Et des rencontres, il y en a eu, des belles, des innatendues, des inoubliables pour partager un bout de chemin comme Kanjiroba chien fidèle, rencontré par un heureux hasard et qui un bon matin a tiré sa révérence, sans bruit comme s’il avait senti que la ballade était fini et que chacun devait repartir vers son destin.

    Un léopard des neiges, un loup, un corbeau, un mouton bleu aperçus brièvement complètent le tableau des souvenirs vivants.

    J’ai lu avec plaisir ce carnet de voyage agrémenté de cartes et de dessins de l’auteur. A ses côtés, j’ai
    découvert le thé préparé avec du sel et du beurre de yak.
    Je me suis réchauffée auprès du feu de bois sur lequel on ajoute des bouses de yak pour qu’il brule plus longtemps.
    J’ai frémi au son des moulins à prières agités par les moines ou le souffle du vent.
    J’ai fait un magnifique voyage avec Paolo Cognetti envoutée par la simplicité, la limpidité et la fraîcheur de sa plume.

    Merci à NetGalley et aux Editions Stock.
    #SansJamaisAtteindreLeSommet #NetGalleyFrance

  • add_box
    Couverture du livre « Les huit montagnes » de Paolo Cognetti aux éditions Stock

    Enidan sur Les huit montagnes de Paolo Cognetti

    Ce roman initiatique est aussi le roman d'une amitié entre deux hommes Pietro et, Bruno. Le premier, vit à Milan, et dès l'âge de 11 ans, il vient passer tous ses étés à Grana, au coeur du Val d'Aoste. Il rencontre alors Bruno, vacher du même âge. Tous les deux passeront leurs journées à...
    Voir plus

    Ce roman initiatique est aussi le roman d'une amitié entre deux hommes Pietro et, Bruno. Le premier, vit à Milan, et dès l'âge de 11 ans, il vient passer tous ses étés à Grana, au coeur du Val d'Aoste. Il rencontre alors Bruno, vacher du même âge. Tous les deux passeront leurs journées à travers les torrents et chemins de la montagne. Dans ce décor majestueux, Piedro découvrira la vraie nature de son père, passionné par les montagnes. Devenu adulte, Pietro reviendra régulièrement dans ses chemins pour y trouver refuge et se rėconcilier avec son passé. J'ai adoré ce roman pour l'histoire qui lie Piedro et Bruno, pour les liens familiaux entre uñ fils et ses parents. Mais je suis également fascinée par le pouvoir de la montagne, splendide et véritable personnage du roman

  • add_box
    Couverture du livre « Les huit montagnes » de Paolo Cognetti aux éditions Stock

    Jen sur Les huit montagnes de Paolo Cognetti

    L’auteur nous livre un roman initiatique et poétique. Une vie au rythme des saisons, un ode à la nature. Des vies simples, en contradiction avec la complexité des relations que l’on y décrypte.
    La description de la nature apporte douceur et sérénité à celui s’y laissant porter. Une lecture...
    Voir plus

    L’auteur nous livre un roman initiatique et poétique. Une vie au rythme des saisons, un ode à la nature. Des vies simples, en contradiction avec la complexité des relations que l’on y décrypte.
    La description de la nature apporte douceur et sérénité à celui s’y laissant porter. Une lecture enjoignant à la randonnée et à la méditation. Un bonheur tranquille ponctué par la rudesse et l’effort sous fond de filiation et d’amitié.
    Une belle découverte.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !