Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Paolo Cognetti

Paolo Cognetti
Né à Milan en 1978, Paolo Cognetti a étudié les mathématiques et la littérature américaine avant de monter sa maison de production de cinéma indépendant. Auteur de documentaires littéraires, de textes sociologiques et de romans, il partage sa vie entre sa ville natale, le val d'Aoste et New Yo... Voir plus
Né à Milan en 1978, Paolo Cognetti a étudié les mathématiques et la littérature américaine avant de monter sa maison de production de cinéma indépendant. Auteur de documentaires littéraires, de textes sociologiques et de romans, il partage sa vie entre sa ville natale, le val d'Aoste et New York. Son roman Sofia s'habille toujours en noir, paru chez Liana Levi en 2013, lui a valu de figurer dans la sélection du Prix Strega.

Avis sur cet auteur (49)

  • add_box
    Couverture du livre « Les huit montagnes » de Paolo Cognetti aux éditions Stock

    Sophie Bazar sur Les huit montagnes de Paolo Cognetti

    Pietro et Bruno ont 11 ans ; l’un est un garçon de la ville dont le père est passionné de randonnée en montagne, l’autre est un jeune vacher. A la faveur d’un été à Grana, dans le Val d’Aoste, ils s’apprivoisent et deviennent inséparables, parcourant les montagnes environnantes et la nature...
    Voir plus

    Pietro et Bruno ont 11 ans ; l’un est un garçon de la ville dont le père est passionné de randonnée en montagne, l’autre est un jeune vacher. A la faveur d’un été à Grana, dans le Val d’Aoste, ils s’apprivoisent et deviennent inséparables, parcourant les montagnes environnantes et la nature sauvage. A 16 ans Pietro prend ses distance à la fois Bruno, son père, les montagnes, pour n’y revenir que 15 ans après.

    Si l’enfance est une montagne à franchir, l’âge adulte en est une autre. Les vies de Bruno et de Pietro se superposent et se rejoignent parfois, avec cette puissance de l’amitié durable comme s’ils ne s’étaient jamais perdus de vue, comme une conversation que l’on aurait à peine interrompue, se concrétisant dans une maison que l’on construit de ses propres mains ou une ascension réussie.

    C’est un texte beau, à la fois lumineux et sombre, simple et splendide comme peut l’être un paysage de montagne au lever du soleil dans toute sa pureté – oui c’est lyrique, mais ce roman donne envie de l’être, de retrouver le contact avec la nature, la vraie, celle qui vous accepte ou vous rejette, celle qui vous met en danger parfois ou vous offre un cocon loin de la multitude de la vie bruyante et brisante. C’est à la fois un hymne à la solitude et à l’amitié, une histoire de transmission et de filiation avec les torrents et les forêts comme toile d’horizon, d’une rare authenticité. Bref, on l’a compris, c’est non seulement un coup de coeur mais une grande bouffée d’oxygène.

  • add_box
    Couverture du livre « Les huit montagnes » de Paolo Cognetti aux éditions Stock

    yves MONTMARTIN sur Les huit montagnes de Paolo Cognetti

    " Comme on dit, parfois, quand on veut avancer, il faut savoir revenir sur ses pas. À condition d'être assez humble pour le reconnaître."

    Les parents de Pietro sont unis par une passion commune: la montagne. Quand ils découvrent le village Grana au pied du Monte Rosa, ils estiment avoir...
    Voir plus

    " Comme on dit, parfois, quand on veut avancer, il faut savoir revenir sur ses pas. À condition d'être assez humble pour le reconnaître."

    Les parents de Pietro sont unis par une passion commune: la montagne. Quand ils découvrent le village Grana au pied du Monte Rosa, ils estiment avoir trouvé le bon endroit pour se ressourcer. Pietro va passer chaque été à cet endroit et faire la connaissance de Bruno, un garçon de son âge qui garde les vaches. Commence une solide amitié et les explorations parmi les sentiers les plus rudes, découvertes de maisons abandonnées, d’anciennes mines d’or, de la source du torrent.

    L’histoire de Pietro qui grandit entre un père en conflit en permanence avec le reste du monde, et une mère qui cultive ses relations comme on soigne les plantes de son balcon. Les premières courses en montagne avec son père, et puis l’affront, le refus de continuer à la suivre. Le père et le fils s’éloignent alors l’un de l’autre. L’histoire de son amitié avec Bruno un solitaire attaché à ces lieux sauvages où tricher est impossible. L’un va partir sur les sommets à l’autre bout du monde réaliser des reportages, l’autre remettre en état un alpage et produire son propre fromage. A la mort de ce père méconnu Pietro retournera dans sa montagne retrouver une amitié interrompue.

    Un livre sur l’amitié donc mais aussi sur l’appel de la montagne. Un roman où la nature est omniprésente.Une invitation à redécouvrir la beauté et le charme du silence qui y règne. Il y a du Marcel Pagnol dans ce récit qui traite du rapport à la nature, et de l’amour pour son père.Comment ne pas penser à Lilli, le jeune paysan qui initie Marcel aux mystères des collines, comme Bruno va faire découvrir à Pietro les secrets de sa montagne et puis la maison de Grana ressemble fort à la petite villa située aux Bellons louée par le père de Marcel et l’oncle Jules. De l’Italie au Népal, des Alpes à l’Himalaya laissez-vous entraîner dans ce récit reposant où tout est simple, où tout est beau. Une véritable bouffée d’oxygène.

  • add_box
    Couverture du livre « Les huit montagnes » de Paolo Cognetti aux éditions Stock

    Isabelle PURALLY-BOISSEL sur Les huit montagnes de Paolo Cognetti

    Depuis l’âge de six ans, Pietro Guasti s'aventure en montagne avec son père, jamais plus heureux que dans ces paysages grandioses, plus intéressé par les éléments que par les êtres humains.

    « Mon père avait une façon bien à lui d’aller en montagne. Peu versé dans la méditation, tout en...
    Voir plus

    Depuis l’âge de six ans, Pietro Guasti s'aventure en montagne avec son père, jamais plus heureux que dans ces paysages grandioses, plus intéressé par les éléments que par les êtres humains.

    « Mon père avait une façon bien à lui d’aller en montagne. Peu versé dans la méditation, tout en acharnement et en bravade. Il montait sans économiser ses forces, toujours dans une course contre quelqu’un ou quelque chose, et quand le sentier tirait en longueur, il coupait par la ligne la plus verticale. Avec lui, il était interdit de s’arrêter, interdit de se plaindre de la faim, de la fatigue ou du froid, mais on pouvait chanter une belle chanson, surtout sous l’orage ou en plein brouillard. »

    Tous les étés, dans le Val d'Aoste, Pietro retrouve Bruno, gamin des sommets. Ensemble, ils jouent aux Robinsons jusqu'à ce que l'âge adulte les sépare. Pietro court le monde, à la recherche de lui-même. A la mort de son père, il hérite d'une maison en montagne, sur les lieux de son enfance. L'occasion lui est ainsi offerte de réparer une amitié malmenée.

    Ce roman nous parle de notre attachement profond à certains lieux, mais aussi de la solitude et la difficulté d’être au monde et aux autres. C’est un livre qui brille avant tout par sa sobriété, par une petite lueur faite d’empathie, d’espoirs et de mélancolie, bref une poésie simple et sans artifices.

    J’ai savouré ces pages de pure douceur et de communion avec une nature belle, sauvage et parfois hostile.

  • add_box
    Couverture du livre « Les huit montagnes » de Paolo Cognetti aux éditions Stock

    Anne-Laure Vaucelle sur Les huit montagnes de Paolo Cognetti

    Enfant, Pietro découvre la montagne italienne à Grana avec ses parents et se lie d'amitié avec Bruno, un vrai montagnard. Avec cette amitié exclusive les vies des deux garçons divergent à l'adolescence pour se retrouver à l'âge adulte et vivre chacun "leur montagne" et assumer sa voie.
    Les...
    Voir plus

    Enfant, Pietro découvre la montagne italienne à Grana avec ses parents et se lie d'amitié avec Bruno, un vrai montagnard. Avec cette amitié exclusive les vies des deux garçons divergent à l'adolescence pour se retrouver à l'âge adulte et vivre chacun "leur montagne" et assumer sa voie.
    Les vacances estivales de Pietro à Grana, la montagne et ses chemins, son rythme, ses sommets à vaincre sont décrits avec force et ferveur par l'auteur.
    Au-delà des personnages enfants, avec cette belle histoire d'amitié on découvre les choix de vies et les chemins pour trouver sa voie, son rythme de vie et assumer des vies dures mais au milieu de son élément par choix.
    Malgrè quelques longueurs ce joli roman permet de s'évader en montagnes via les alpages italiens et les rugueux sommets népalais.