Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Orhan Pamuk

Orhan Pamuk

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, connectez-vous pour proposez la vôtre :

/1200

Merci d’utiliser une photo au format portrait en indiquant les copyrights éventuels si elle n’est pas libre de droits.

Nous nous réservons le droit de refuser toute biographie qui contreviendrait aux règles énoncées ci-dessus et à celles du site.

Les textes à caractère commercial ou publicitaire ne sont pas autorisés.

Avis sur cet auteur (22)

  • add_box
    Couverture du livre « Les nuits de la peste » de Orhan Pamuk aux éditions Gallimard

    Manonlitaussi sur Les nuits de la peste de Orhan Pamuk

    Alors qu’il se rend en Chine par bateau, le couple impérial est appelé à retourner sur l’île de Mingher. Le couple est composé de la nièce du sultan, Pakize, et du gendre, le docteur Nuri à qui le sultan Abdulamid II demande de venir en aide à l’île touchée par la peste et de résoudre l’énigme...
    Voir plus

    Alors qu’il se rend en Chine par bateau, le couple impérial est appelé à retourner sur l’île de Mingher. Le couple est composé de la nièce du sultan, Pakize, et du gendre, le docteur Nuri à qui le sultan Abdulamid II demande de venir en aide à l’île touchée par la peste et de résoudre l’énigme d’un meurtre.
    Seulement, la première difficulté, une fois sur place, est de faire admettre que l’île est touchée par la peste puis d’imposer des règles de quarantaine, des règles d’hygiène et de détourner les rites de traitement des corps après le décès dans les différentes communautés de fidèles croyants. Chrétiens et musulmans se côtoient dans l’île et les tensions entre religions se révèlent. La médecine et les mesures sanitaires seront concurrencées par les croyances, le fatalisme et les superstitions.
    Pour tenir en haleine son lecteur au long de 700 pages, Orhan Pamuk mêle sur cette île lutte contre la peste, lutte de pouvoir, insurrection, enquêtes criminelles avec les méthodes de l’époque mais aussi des histoires d’amour. L’île de Mingher a beau sortir de l’imagination d’Orhan Pamuk, il lui donne vie, elle devient théâtre des enjeux et manipulations de l’Empire Ottoman, dans son déclin en 1900 avec un sultan qui essaie désespérément de garder ses alliés à l’International et tire les ficelles à partir d’Istanbul.
    La richesse des intrigues rend le livre fascinant et l’introduction de références aux méthodes de Sherlock Holmes dont le sultan Abdulhamid est un grand admirateur qui donne une certaine originalité. Les personnages sont merveilleusement travaillés, leur évolution et leurs interactions sont captivantes.
    J’ai adoré la narration. L’histoire est présentée par une historienne grâce aux lettres écrites par Pakize, la nièce du Sultan à sa sœur. Ainsi j’ai adoré la manière dont l’autrice s’immisce dans le récit de temps en temps, annonçant les turbulences à venir.
    Orhan Pamuk prouve encore ici qu’il est un conteur impressionnant avec cette fresque incroyable.
    Ne vous laisse pas impressionner par toutes les pages, le roman est dense et entraînant avec toutes ses intrigues et ses rebondissements, il devient addictif, l'auteur renouvelle régulièrement l'intrigue lui donnant des allures surprenantes tout en maîtrisant le tout d'un superbe style.

  • add_box
    Couverture du livre « Les nuits de la peste » de Orhan Pamuk aux éditions Gallimard

    Bernault Jean-Serge sur Les nuits de la peste de Orhan Pamuk

    " Quel rôle le caractère individuel joue-t-il dans l'Histoire? Pour beaucoup, la question ne se pose même pas. L'Histoire, à leurs yeux, est une grande roue qui tourne en broyant les individus. D'autres historiens soulignent au contraire le rôle décisif que la personnalité de tel individu, de...
    Voir plus

    " Quel rôle le caractère individuel joue-t-il dans l'Histoire? Pour beaucoup, la question ne se pose même pas. L'Histoire, à leurs yeux, est une grande roue qui tourne en broyant les individus. D'autres historiens soulignent au contraire le rôle décisif que la personnalité de tel individu, de tel héros, put jouer dans certains épisodes de l'Histoire. Nous, comme eux, croyons que le tempérament et l'ambition d'un personnage historique ont, de temps à autre, le pouvoir de changer l'Histoire. Or c'est l'Histoire elle-même qui façonne cette personnalité dont elle recevra le choc en retour."

  • add_box
    Couverture du livre « Neige » de Orhan Pamuk aux éditions Folio

    Sevlipp sur Neige de Orhan Pamuk

    Qu'il est difficile de mettre un avis sur ce roman tant tout est complexe, souvent absurde presque kafkaïen.
    Alors oui, c'est bien écrit et le style est poétique ; on se laisse porter par la neige qui ne ce cesse de tomber,
    Alors oui, les thèmes abordés (laïcité, islamisme, suicides, Orient,...
    Voir plus

    Qu'il est difficile de mettre un avis sur ce roman tant tout est complexe, souvent absurde presque kafkaïen.
    Alors oui, c'est bien écrit et le style est poétique ; on se laisse porter par la neige qui ne ce cesse de tomber,
    Alors oui, les thèmes abordés (laïcité, islamisme, suicides, Orient, Occident..) sont intelligents et d'actualité.
    Pour autant, c'est d'un ennui abyssal. Je ne me suis attachée à aucun personnage.
    Je ne comprend pas pourquoi je suis allée jusqu'au bout. Je crois que j'ai vécu cela comme un défi.

  • add_box
    Couverture du livre « Istanbul » de Ara Guler et Orhan Pamuk aux éditions Pacifique

    Dominique Jouanne sur Istanbul de Ara Guler - Orhan Pamuk

    Pour tous ceux qui aime la photo, l'âme d'Istanbul et lire Orhan Pamuk.

    Orhan Pamuk dédie 7 pages d'un très bel hommage à sa ville et au photographe Ara Güler, qui nous offre ce magnifique album de photos en noir et blanc consacrées à la vie dans la capitale des années 40 aux années...
    Voir plus

    Pour tous ceux qui aime la photo, l'âme d'Istanbul et lire Orhan Pamuk.

    Orhan Pamuk dédie 7 pages d'un très bel hommage à sa ville et au photographe Ara Güler, qui nous offre ce magnifique album de photos en noir et blanc consacrées à la vie dans la capitale des années 40 aux années 80.

    Ara Güler a travaillé pour Time life, Paris Match et Der Stern.

    Il a rejoint Cartier-Bresson à l'agence Magnum.

    Photography Annual le désigne comme étant un des sept meilleurs photographes du monde.

    Il a obtenu le prestigieux titre de "Master of Leica".

    Il a photographié Churchill, I. Gandhi, A. Hitchcock S. Dali, P. Picasso.

    Surnommé "L’œil d'Istanbul" pour ses innombrables photos faites en Turquie, il a aussi beaucoup voyagé et fait de nombreux reportages en Iran, Kazakhstan, Inde, Kenya, Nouvelle-Guinée ou Bornéo. Ses expositions ont été nombreuses dans des lieux prestigieux tel le MOMA à New-York.

    Son œuvre reconnue internationalement est gardée dans de nombreuses collections universitaires et privées et fondations à travers le monde. On le retrouve à la BNF à Paris ou au Ludwig Museum à Cologne.

    Ara Güler nous a quitté en 2018.

    Un Musée Ara Güler a été ouvert dans la maison de famille à Galatasaray avec plus de 800.000 photos archivées.

    Ce livre édité en 2009 est un bijou absolu. Une fierté de ma bibliothèque!