Olivier Rolin

Olivier Rolin
Né en 1947, Olivier Rolin est un auteur largement traduit. Son œuvre est constituée d'une vingtaine de romans, dont les très remarqués L'Invention du monde (1993), Port-Soudan (1994, prix Femina) et Tigre en papier (2002, prix France Culture). Il est également auteur de récits de voyage et de nom... Voir plus
Né en 1947, Olivier Rolin est un auteur largement traduit. Son œuvre est constituée d'une vingtaine de romans, dont les très remarqués L'Invention du monde (1993), Port-Soudan (1994, prix Femina) et Tigre en papier (2002, prix France Culture). Il est également auteur de récits de voyage et de nombreux reportages. Il a découvert la Russie en 1986. Depuis, il y est retourné une vingtaine de fois.

Avis (18)

  • add_box
    Couverture du livre « Le météorologue » de Olivier Rolin aux éditions Points

    Jean François SIMMARANO sur Le météorologue de Olivier Rolin

    Excellente surprise que ce récit d'Olivier Rolin sur un scientifique météorologue russe, passionné par son métier et dont la foi dans le système soviétique parait inaliénable malgré son arrestation en 1934 suite à une dénonciation qui est à l'époque le sport préféré à Moscou. S'en suit un...
    Voir plus

    Excellente surprise que ce récit d'Olivier Rolin sur un scientifique météorologue russe, passionné par son métier et dont la foi dans le système soviétique parait inaliénable malgré son arrestation en 1934 suite à une dénonciation qui est à l'époque le sport préféré à Moscou. S'en suit un parcours classique une fois dans les griffes du NKVD, déportation, goulag en Sibérie, exécution de nuit au fond d'une forêt après quatre ans de galère, de doutes et de désespoir.
    Rolin traite le sujet avec l'objectivité et la distance nécessaire pour ne pas glisser vers un pathos presque inévitable, rendant encore plus attachant ce personnage acquis à la cause du petit père du peuple et qui jour après jour devra admettre l'absurdité horrifique de la paranoïa du leader soviétique et de son entourage, dont chacun des bourreaux deviendra à son tour victime.
    Comme souvent chez Rolin, une écriture à la fois documentaire et digne des meilleurs romans historiques.

  • add_box
    Couverture du livre « Le météorologue » de Olivier Rolin aux éditions Points

    Danièle Lecuppre sur Le météorologue de Olivier Rolin

    C'est une partie de la vie d'un météorologue russe que nous conte O.Rolin.
    C'est un homme sons aspérités, apparemment sans problèmes métaphysiques non plus , bref, un citoyen lambda que l'Histoire va broyer.
    En effet , si cet homme y , peut être remplacé par un homme z, il est surtout...
    Voir plus

    C'est une partie de la vie d'un météorologue russe que nous conte O.Rolin.
    C'est un homme sons aspérités, apparemment sans problèmes métaphysiques non plus , bref, un citoyen lambda que l'Histoire va broyer.
    En effet , si cet homme y , peut être remplacé par un homme z, il est surtout question de la terreur provoquée par Staline dans les années 30, le terrain ayant été bien préparé par Lénine auparavant.
    Pendant sa détention, cet homme , scientifique renommé va beaucoup écrire à sa femme , et sa petite fille.Il écrira aussi à Staline et s'étonnera , après plusieurs années de détention de ne pas avoir de réponse du "camarade en chef", et il gardera toute sa confiance dans le Parti;peut -être comprendra t-il quelques heures avant d'être exécuté.
    O;Rolin connaît la Russie depuis très longtemps, et malgré une description sans concession des camps du bout du monde,il me semble éprouver une certaine nostalgie.
    Si l'idée du communisme n'avait pas été dévoyé pas des tyrans, quelle belle société aurions nous eu! Peut-être.

  • add_box
    Couverture du livre « Tigre en papier » de Olivier Rolin aux éditions Points

    Michel vellard sur Tigre en papier de Olivier Rolin

    un livre fort qui retrace la vie d'une catégorie de personnes à une époque proche et pourtant si lointaine

    un livre fort qui retrace la vie d'une catégorie de personnes à une époque proche et pourtant si lointaine

  • add_box
    Couverture du livre « Bakou, derniers jours » de Olivier Rolin aux éditions Points

    (M.) Dominique Léger sur Bakou, derniers jours de Olivier Rolin

    Quelle est jouissive la plume vagabonde d’un écrivain de talent ! Olivier Rolin emmène le lecteur dans un canular qu’il s’est monté à lui-même, sur la base d’un jeu de mots. Revenant en 2003 d’Afghanistan, il s’arrêta à Bakou, Azebaïdjan et descendit à l’hôtel Apchéron, du nom de la presqu’île...
    Voir plus

    Quelle est jouissive la plume vagabonde d’un écrivain de talent ! Olivier Rolin emmène le lecteur dans un canular qu’il s’est monté à lui-même, sur la base d’un jeu de mots. Revenant en 2003 d’Afghanistan, il s’arrêta à Bakou, Azebaïdjan et descendit à l’hôtel Apchéron, du nom de la presqu’île de la mer Caspienne sur laquelle est bâtie la ville. La proximité de ce nom et de celui du fleuve mythologique grec des morts (Achéron)) lui inspira l’idée de mettre en scène son propre suicide à Bakou en 2009, dans un livre en cours d’écriture : « Suite à l’hôtel Crystal » (Seuil, 2004)… En 2009 il retourne à Bakou et tire de son séjour dans la ville où il est supposé mourir, le récit d’un vagabondage entre choses vues, personnages rencontrées, lectures et rêveries. Ne connaissant rien au pays azéri, je me suis laissé porter par la narration, comme en apesanteur culturelle, goûtant son intelligence, sa drôlerie, son ironie même (souvent concentrée dans de longues parenthèses) et son élégance : « Je me souviendrai du soir lointain où, dans les rues escarpées de la vieille ville, j’aurai suivi et abordé une forme serpentine, qui était Pashima Pachelbel, la reine des Turcs ». Olivier Rolin n’est pas mort à Bakou en 2009, j’attends son prochain livre !

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !