Olivier Norek

Olivier Norek

Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 (service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis) depuis quinze ans. Code 93, son premier roman, a été largement salué par la critique et a reçu en 2015 le prix du public de Saint-Maur en Poche....

Voir plus

Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 (service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis) depuis quinze ans. Code 93, son premier roman, a été largement salué par la critique et a reçu en 2015 le prix du public de Saint-Maur en Poche. Territoires (2014) et Surtensions (2016) sont aussi consacrés aux (més)aventures du capitaine Victor Coste et de son équipe. Surtensions a reçu le Prix du polar européen 2016 du Point et le Grand Prix des Lectrices ELLE 2017, dans la catégorie policier. Ses ouvrages sont publiés chez Michel Lafon et repris chez Pocket.
Olivier Norek a également participé à créer l’histoire de la sixième saison de la série Engrenages sur Canal +, et est le scénariste du téléfilm Flic tout simplement diffusé sur France 2 à la fin de l’année 2015. Son nouveau titre, Entre deux mondes, a paru en octobre 2017 chez Michel Lafon.

Vidéos (2)

Articles (6)

Avis (180)

  • add_box
    Couverture du livre « Entre deux mondes » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    Christelle Point sur Entre deux mondes de Olivier Norek

    Autant le dire d’entrée, « Entre Deux Mondes » est un roman noir monstrueux ! Il fait parti de ces polars qui haussent considérablement le niveau du genre et qui vous laisse groggy après le dernier chapitre, avec la certitude qu’il va vous hanter encore bien longtemps après cela… On suit le...
    Voir plus

    Autant le dire d’entrée, « Entre Deux Mondes » est un roman noir monstrueux ! Il fait parti de ces polars qui haussent considérablement le niveau du genre et qui vous laisse groggy après le dernier chapitre, avec la certitude qu’il va vous hanter encore bien longtemps après cela… On suit le destin de deux hommes qui n’ont rien en commun à part leur profession : Adam est policier en Syrie, ennemi de Daech et ennemi de Bachar El Hassad, pris en tenaille dans pays devenu fou, il n’a d’autre choix que de fuir. Il envoie sa femme et sa fille en Lybie pour qu’elle traverse la Méditerranée avant lui. Lorsqu’Adam débarque enfin dans la jungle de Calais, il n’a qu’une ambition, les retrouver. Bastien, se son côté, est muté au commissariat de Calais et découvre cette jungle dont tout le monde parle. Ce qu’il découvre est bien au-delà de ce qu’il a imaginé et va bouleverser sa carrière, sa vie et celle de sa famille. Dés les 20 premières pages en Syrie, on sent que l’on tient là un polar hors du commun, qui va vous serrer le cœur. Tout le reste du roman, qui se situe dans la tristement célèbre jungle de Calais, confirme ce coup de poing initial. Olivier Norek propose un polar équilibré, jamais manichéen, jamais dogmatique (et sur un sujet comme celui là, c’est tellement difficile), un roman qui renvoie toit le monde à ses responsabilités : l’Etat, la police, les migrants, les policiers, l’ultra gauche tout en gardant toujours le sens de la mesure, de la complexité des choses. C’est un petit tour de force que reussit Norek. L’intrigue dite « policière » n’est n’en pas réellement une, il s’agit de suivre Adam et Bastien, (et Kilani et tous les autres) dans cet enfer et d’y trouver, au milieu de toute cette misère, de cette violence, de ce désespoir, un trait de lumière : le l’empathie, de la tendresse, de l’amitié même et qui sait, pourquoi pas de l’espoir... Le contraste entre ces sentiments tous simples et le contexte terrifiant en est d’autant plus fort. Très vite, on comprend que tout cela ne va pas finir par un happy end, c’est impossible. Et plus on avance dans le roman, plus en ralentit la lecture de peur de voir arriver cette fin désespérante que l’on redoute. Ca faisait très longtemps, depuis « Purgatoire des Innocent » de Karine Giebel, que je n’avais pas eu le cœur si serré en lisant les derniers chapitres de « Entre deux Mondes ». C’est écrit avec le talent que l’on connait à Olivier Norek depuis « Code 93 », c’est difficile de le lâcher. En immersion complète à la fois dans la jungle mais aussi dans le quotidien des policiers de Calais (et personne ne voudrait être à leur place), il est évident que Norek sait parfaitement de quoi il parle, qu’il maitrise son sujet et ne va certainement pas nous mener en bateau sur la question. Je ne saurais pas quoi dire de plus pour vous inciter à découvrir ce roman inoubliable, véritable uppercut en pleine face, qui vous donne un aperçu de cette jungle sur laquelle tout le monde a un avis si tranché, sans savoir vraiment ce qui s’y passe et sans connaitre vraiment ceux qui la peuplaient. « Entre Deux monde » est un roman noir comme vous n’en lirez pas souvent, qui bénéficie, cerise sur le gâteau, d’une bien jolie couverture.

  • add_box
    Couverture du livre « Surface » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    Zabouille sur Surface de Olivier Norek

    "Surface" de Olivier Norek
    Éditions Michel Lafon
    Parution le 11/04/2019

    Ne vous fiez pas qu'aux apparences, parfois la surface cache bien des mystères....

    Noémie Chastain est une excellente policière. Mais un jour, les risques du métier s'en mêlent ; lors d'une interpellation, elle est...
    Voir plus

    "Surface" de Olivier Norek
    Éditions Michel Lafon
    Parution le 11/04/2019

    Ne vous fiez pas qu'aux apparences, parfois la surface cache bien des mystères....

    Noémie Chastain est une excellente policière. Mais un jour, les risques du métier s'en mêlent ; lors d'une interpellation, elle est atteinte en plein visage. Elle sera sauvée mais son apparence sera blessée à jamais, jusqu'au point qu'elle ne se reconnaisse plus elle-même.
    "Avez-vous déjà réfléchi à la fonction du visage ? Avez-vous compris qu'il est le reflet de tous vos sentiments ? On y lit le chagrin, la joie, les peurs, les interrogations, la douleur comme la jouissance. Il parle, avant même les mots."

    Ses cicatrices, autant physiques que morales, auront raison d'elle et de sa carrière. Et c'est ainsi que sa hiérarchie va décider de l'écarter des autres en l'envoyant exercer dans un petit commissariat de campagne dans l'Aveyron. A son arrivée, Noémie est perdue, mais elle est encore bien loin de se douter de la tournure que va prendre sa nouvelle vie.
    Elle prend ses marques, fait connaissance avec ces nouveaux coéquipiers... Un calme plat règne. Mais un jour, un fût fait son apparition, cachant en son antre, un cadavre. Et c'est ainsi qu'une histoire, tenue secrète depuis plus de vingt cinq ans, refera surface.
    Noémie et son équipe sont chargées de l'enquête et s'y accrochent pour ne pas en être dessaisies. Au fil de l'eau, ce village perdra de sa sérénité, les actes du passé viendront bousculer la vie paisible de cette petite contrée.
    Entre disparitions d'enfants, meurtres et autres manipulations, le puzzle sera difficile à reconstituer mais rien n'arrête Noémie Chastain dans sa quête de la vérité.
    "Même les romanciers, quand ils sont bloqués, laissent passer la nuit pour que leur inconscient trouve le chemin."

    Pas de place pour la légèreté. L'intensité de l'intrigue et de l'écriture m'ont rendue complètement addict de cette histoire, mais aussi et surtout, fan de Noémie Chastain.
    Au-delà de l'enquête dans laquelle Olivier Norek nous mène "par le bout du nez", il y a une véritable trame de fond sur le rôle que joue  l'apparence, la relation des êtres humains aux différences des autres. Sa force de caractère et son courage sont autant de qualités qui m'ont fait apprécier son charisme hors norme. Noémie est admirable, elle est devenue mon idole. Cette histoire ferait un formidable scénario pour une adaptation cinématographique.
    Olivier, tu m'as piégée, j'ai traversé des zones d'ombre que je pensais avoir éclaircies mais il a suffit de quelques pages pour tout remettre en question. De rebondissements en révélations surprises, j'ai moi aussi joué à l'enquêtrice...  A un rythme effréné, à couper le souffle.
    Une superbe performance, couronnée par des Prix Littéraires amplement mérités.

    https://littelecture.wordpress.com/2019/07/14/surface-de-olivier-norek/

  • add_box
    Couverture du livre « Surface » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    Michèle FINANCE sur Surface de Olivier Norek

    Comme d'habitude chez cet écrivain méticuleux et passionné, le récit est soigneusement réglé, bien documenté et parfaitement maîtrisé. Tout est fait pour que le lecteur se pose des questions, s'interroge sur qui est qui et pourquoi, jusqu'au dénouement où il s'aperçoit qu'il n'avait pas tout vu,...
    Voir plus

    Comme d'habitude chez cet écrivain méticuleux et passionné, le récit est soigneusement réglé, bien documenté et parfaitement maîtrisé. Tout est fait pour que le lecteur se pose des questions, s'interroge sur qui est qui et pourquoi, jusqu'au dénouement où il s'aperçoit qu'il n'avait pas tout vu, et ça c'est génial. Bref, un roman efficace qui mérite les éloges reçus, d'autant que nos auteurs de polar français se fatiguent vite et ne tiennent pas forcément leurs promesses. Olivier Norek, lui, suit sa route sans dévier, pour notre plus grand plaisir!

  • add_box
    Couverture du livre « Surface » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    Clara et les mots sur Surface de Olivier Norek

    Suite à une opération qui a mal tourné, le capitaine Noémie Noémie Chastain, capitaine de la brigade des Stupéfiants à Paris hérite d’une gueule cassée et d’un ex-petit ami. Ses supérieurs, sous prétexte qu’elle prenne l’air et se refasse une santé, l’envoient dans l’Aveyron avec comme objectif...
    Voir plus

    Suite à une opération qui a mal tourné, le capitaine Noémie Noémie Chastain, capitaine de la brigade des Stupéfiants à Paris hérite d’une gueule cassée et d’un ex-petit ami. Ses supérieurs, sous prétexte qu’elle prenne l’air et se refasse une santé, l’envoient dans l’Aveyron avec comme objectif de fermer un commissariat de police qui ne sert plus à grand chose. Il faut dire que dans la région les affaires de meurtres ne sont pas légion. Noémie s’ennuie et prend son mal en patience tant bien que mal avec comme seule envie de retrouver sa brigade à Paris. Mais un fût contentant le corps d’un enfant disparu vingt-cinq ans plus tôt apparait à la surface d'un lac.

    Noémie, cette femme à la personnalité forte et et au tempérament courageux est ébranlée. Son job adoré est du passé tout comme son copain qui n'a pas trouvé mieux que de la laisser en plan en découvrant son visage défiguré. Elle doute et se remet en question mais tente de le cacher à ses nouveaux collègues. Si au départ, elle veut lâcher l'affaire petit à petit des éléments vont la faire changer d'avis.
    Avec une intrigue bien ficelée et des personnages humains, la reconstruction morale de Noémie est totalement aussi intéressante que l'enquête.
    Sans temps mort et avec des répliques qui font mouche, c'est vif et diablement efficace ! Vous comprendrez pourquoi j’ai tourné les pages avec frénésie.

    Mission largement accomplie pour ce polar hautement addictif que j'ai dévoré. Si je devais être la seule à n’avoir jamais lu Olivier Norek et bien désormais, je comprends pourquoi cet auteur a du succès.