Olivier Norek

Olivier Norek

Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 (service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis) depuis quinze ans. Code 93, son premier roman, a été largement salué par la critique et a reçu en 2015 le prix du public de Saint-Maur en Poche....

Voir plus

Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 (service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis) depuis quinze ans. Code 93, son premier roman, a été largement salué par la critique et a reçu en 2015 le prix du public de Saint-Maur en Poche. Territoires (2014) et Surtensions (2016) sont aussi consacrés aux (més)aventures du capitaine Victor Coste et de son équipe. Surtensions a reçu le Prix du polar européen 2016 du Point et le Grand Prix des Lectrices ELLE 2017, dans la catégorie policier. Ses ouvrages sont publiés chez Michel Lafon et repris chez Pocket.
Olivier Norek a également participé à créer l’histoire de la sixième saison de la série Engrenages sur Canal +, et est le scénariste du téléfilm Flic tout simplement diffusé sur France 2 à la fin de l’année 2015. Son nouveau titre, Entre deux mondes, a paru en octobre 2017 chez Michel Lafon.

Vidéos (2)

Articles (6)

Avis (180)

  • add_box
    Couverture du livre « Entre deux mondes » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    Florence Mur sur Entre deux mondes de Olivier Norek

    Je connaissais Olivier Norek pour ses polars et je m'attendais à tel en commençant ce livre, mais c'est tellement plus... Dans cet ouvrage, en suivant le parcours d'Adam, flic syrien contraint de fuir le régime de son pays, on découvre Calais et sa trop célèbre jungle. On y vit de l'intérieur la...
    Voir plus

    Je connaissais Olivier Norek pour ses polars et je m'attendais à tel en commençant ce livre, mais c'est tellement plus... Dans cet ouvrage, en suivant le parcours d'Adam, flic syrien contraint de fuir le régime de son pays, on découvre Calais et sa trop célèbre jungle. On y vit de l'intérieur la (sur)vie de ces migrants coincés à la porte de l'Angleterre, entre deux mondes: celui du cauchemar de leur vie passée et celui dont ils rêvent tous pour leur avenir de l'autre côté de la Manche. Mais on y croise aussi un flic, Bastien, récemment muté dans cette ville qui découvre l'inhumanité d'un système qui préfère fermer les yeux.
    Un livre vraiment marquant qui donne à réfléchir, et qui m'a beaucoup fait penser au film Welcome qui, sur le même thème m'avait déjà bouleversée.

  • add_box
    Couverture du livre « Surtensions » de Olivier Norek aux éditions Pocket

    Amélie Le nez dans les bouquins sur Surtensions de Olivier Norek

    Encore du grand Norek ! J’ai retrouvé avec délice le capitaine Victor Coste et son équipe du SDPJ 93.
    Dès le départ, le roman commence sur les chapeaux de roues avec une affaire d’enlèvement et d’homicide dans le 93. Puis on embarque au cœur de la prison de Marveil (prison fictive mais dont...
    Voir plus

    Encore du grand Norek ! J’ai retrouvé avec délice le capitaine Victor Coste et son équipe du SDPJ 93.
    Dès le départ, le roman commence sur les chapeaux de roues avec une affaire d’enlèvement et d’homicide dans le 93. Puis on embarque au cœur de la prison de Marveil (prison fictive mais dont tous les faits narrés sont issus de faits réels) où l’on assiste, impuissant, à une jungle carcérale sans foi ni loi. Enfin, l’auteur nous invite au cœur d’une famille de la mafia corse, d’une tentative d’évasion et de vol de scellés en plein tribunal. Pas de lien me direz-vous? Détrompez-vous, si au début on ne saisit pas tous les tenants et les aboutissants, l’auteur signe avec « Surtentions » un polar hautement ficelé et encore plus réussi que les deux premiers romans de la série, « Code 93 » et « Territoires« .
    Les personnages que l’on retrouve comme le Capitaine Coste, Ronan, Sam, Joanna et Léa restent fidèles à eux-mêmes avec leurs failles, leur humour et leurs vannes décapantes, leurs peurs et leurs espoirs. Une équipe comme une véritable famille soudée, présents les uns pour les autres, pour supporter les pires horreurs. Ce que j’aime avec les romans d’Olivier Norek c’est que chaque personnage tient une vraie place dans le roman. Ils ont là, entiers. Pas de construction manichéenne du bon et du méchant non plus. Le bon a ses démons, ses noirceurs et le méchant peut aussi avoir une part d’humanité qui le rend attachant. J’en suis même venu à me dire que la méchante avait raison de tuer à un moment donné dans le livre.
    Comme pour les deux premiers opus, on retrouve la patte du professionnel. On sent le flic qui a bossé 17 ans à la police judiciaire du 93. Les procédures sont détaillées, on comprend mieux les rouages du système, ses failles aussi. Ce n’est pas un simple polar, ça sent le témoignage à plein nez et c’est ça qui est bon…La plume d’Olivier Norek est toujours aussi addictive. Je l’ai découvert avec « Entre Deux Mondes » qui restera gravé longtemps en moi et depuis je ne suis jamais déçue par mes lectures. Ce sont des romans dont on ne peut pas se détacher une fois dans nos mains.
    « Surtensions » surprend, jusqu’à son coup de théâtre final. Violent. Je suis restée sciée en pensant que ce n’était pas possible. Et puis je me suis dit que c’était finalement une idée géniale qui allait ouvrir plein d’autres perspectives pour la suite des aventures de Coste. ca va être long d’attendre le prochain car quand on quitte Coste et son équipe on se sent un peu orphelin…on quitte une famille quoi…
    Merci Olivier Norek pour les émotions que vous me donnez à chaque page!

  • add_box
    Couverture du livre « Entre deux mondes » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    Missbook85 sur Entre deux mondes de Olivier Norek

    Fuir... Espérer... Résister... Survivre... Sombrer ?

     Telles sont les cinq étapes de ce nouveau roman policier de Olivier Norek, parut en 2017.
    L'histoire prend sa source à Damas, en Syrie, en 2016.
    Adam, agent dévoué de la police militaire du régime de Bachar el-Assad, vit la peur au...
    Voir plus

    Fuir... Espérer... Résister... Survivre... Sombrer ?

     Telles sont les cinq étapes de ce nouveau roman policier de Olivier Norek, parut en 2017.
    L'histoire prend sa source à Damas, en Syrie, en 2016.
    Adam, agent dévoué de la police militaire du régime de Bachar el-Assad, vit la peur au ventre de se faire dénoncer. En effet, son infiltration au sein de la police locale fait peser un risque terrifiant sur lui, sa femme Nora et sa fille Maya.
    " La dictature de Bachar el-Assad et la folie de Daesh, contre le peuple syrien désarmé. C'est à la suite de cette révolte pacifique, assassinée par l'armée, qu'Adam décide de s'impliquer. Refusant de n'être qu'un simple témoin de l'agonie de son pays, il fit allégeance à une cellule rebelle de l'Armée syrienne libre et devint un opposant au gouvernement de la manière la plus risquée. En s'infiltrant, via la police militaire."
    Après avoir assisté et participé à la torture d'un prisonnier, Adam sent que l'étau se resserre et décide de faire sortir sa famille de Syrie au plus vite.
    Il assiste à leur départ et leur fait la promesse de les retrouver de l'autre côté de la Méditerranée, à Calais, le plus rapidement possible. le scénario, pourtant bien préparé, s'enrayera. le business des passeurs n'a pas d'égal avec le prix de la vie...
    " - C'est le minimum. Ils le chargeront à bloc. Comme pour toutes les traversées. Comptez plutôt sur trois cents personnes. Les places valent plus que de l'or, elles valent du sang."
    Commissariat de police de Calais. Juillet 2016.
    Bastien Miller prend ses nouvelles fonctions au sein du commissariat suite à sa demande de mutation. Il espère qu'avec ce changement radical, les liens avec sa femme Manon - dépressive depuis le décès de son père - et sa fille Jade - adolescente - vont se resserrer.
    Mais l'arrivée à Calais rime tragiquement avec la "Jungle".
    " - le flux des migrants ne s'est pas arrêté avec la fermeture du camp de Sangatte en 2003. Il s'est évidemment poursuivi, sans nulle part où les accueillir, et avec toujours la même volonté de passer en Angleterre. Et donc, de rester pas loin des ports pour traverser la Manche. Résultat, ils se sont mis à squatter chaque maison vide, chaque immeuble abandonné, les jardins, les parcs, les ponts et c'est vite devenu invivable. Alors il a fallu trouver un endroit pour les parquer. le long de la côte, à l'écart du centre-ville, entre une forêt et les dunes, il y avait un ancien cimetière qui jouxtait une décharge. L'Etat a fait place nette à coups de bulldozer et on a invité les migrants à s'y installer il y a un an de ça. Au début, ils sont arrivés discrètement, une petite centaine de curieux tout au plus, l'info a traversé la planète et ils sont venus par milliers. La Jungle est née."
    Face à des collègues désabusés, Bastien va très rapidement se retrouver en lutte avec ses principes. En lutte avec sa conscience.
    " - Et votre job consiste en quoi ?
    - J'aurais presque honte de le décrire. Faut le vivre. Mais personne ne veut le vivre. Nous, on y arrive à peine."
    Après la tragédie de l'exil, l'horreur de la Jungle...
    " - Tu crois qu'on a pas essayé au début ? Tu sais combien d'histoires identiques je me cogne depuis un an ? Deux ou trois opérations de chirurgie anale sur mineur par semaine. Parfois, ces gamins ont que leur cul comme monnaie d'échange pour traverser l'Afrique. Et c'est la même pour traverser la Manche vers l'Angleterre. Maintenant, vis avec ça. "
    Un roman profondément touchant sur le rapport à l'autre, à la différence. La méconnaissance des situations réelles dans les pays en guerre, nous fait porter des jugements souvent hâtifs et très arrêtés.
    Le sujet était délicat. Mais le talent était là.
    La progression de l'intrigue est parfaite. le sujet est maîtrisé. Les personnages très attachants. En apportant ses connaissances du terrain et des procédures, il pose un cadre particulièrement réaliste et concret.
    Aborder le sujet des migrants de la Jungle de Calais, c'était prendre des risques. Olivier Norek, lui-même flic de profession, brise les idées reçues et balaye les certitudes.
    Je suis convaincue que seule la littérature peut permettre une telle prise de conscience.

  • add_box
    Couverture du livre « Entre deux mondes » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    Mumu Dans le Bocage sur Entre deux mondes de Olivier Norek

    Deux hommes, deux vies, deux pays, deux destins.

    2016 -Adam, flic en Syrie mais indic des rebelles, doit organiser le départ de sa femme et sa fille au plus vite : il risque d'être démasqué par un rebelle arrêté et torturé. Elles devront partir avant lui pour rejoindre l'Angleterre via Calais...
    Voir plus

    Deux hommes, deux vies, deux pays, deux destins.

    2016 -Adam, flic en Syrie mais indic des rebelles, doit organiser le départ de sa femme et sa fille au plus vite : il risque d'être démasqué par un rebelle arrêté et torturé. Elles devront partir avant lui pour rejoindre l'Angleterre via Calais et lui les rejoindra très vite.

    Mais le voyage n'est pas sans risque et lorsqu'il arrive à Calais, il n'aura qu'une idée en tête les retrouver et atteindre la terre de tous les espoirs.

    Bastien, flic en France, arrive à Calais, sa nouvelle affectation, avec sa femme, dépressive depuis la mort de son père et sa fille de 14 ans.

    Je cherche la définition de jungle : " La jungle est l'incarnation de l'inhumanité invivable, et la loi de la jungle une forme de chaos qui fait office d'épouvantail politique". C'est pas moi qui le dit ..... (référence Wikipédia) et un mot n'a jamais eu autant de sens que celui-là pour ce roman.

    Voilà vous savez à quoi vous en tenir. On entre dans un monde où les règles sont régies par les différentes ethnies, circonstances et forces en présence. Au-delà de ce territoire, on observe, on adapte les textes pour ne pas avoir à s'emmêler. Et pendant ce temps là.....

    Bastien découvre ce no man's land que représente la Jungle : une ville dans la ville, une zone de non droit où chacun s'emploie à ne pas agir, on laisse faire,on surveille de loin, on ramasse les corps comme ont compte les points, quelle importance : ils n'ont pas de noms, pas d'origine, ils ne font que transiter avant de gagner ce qu'ils pensent leur El Dorado : l'Angleterre. Et puis toutes les nuits c'est la ruée pour se glisser dans un camion, risquer sa vie pour tenter de vivre ailleurs.

    Mais des meurtres vont être commis dans cette jungle et les deux flics vont faire alliance pour aider un enfant à sortir de ce bourbier mais cela ne sera pas sans conséquence sur leurs vies respectives......

    Deux hommes de deux pays différents mais que le sens du devoir, de l'humanité rapprochent.

    Dès sa sortie ce livre a remporté un vif succès que ce soit sur les blogs, dans les magazines. Comment l'ignorer. Je ne suis pas une lectrice de polar, de policier, de thriller et pourtant celui-ci ...... Wouahhhhh

    Mais il n'est pas pour moi un "vrai" policier car l'énigme est le prétexte à une enquête d'un tout autre genre : c'est plus un constat d'une situation, qui se passe ici, chez nous, à quelques kilomètres. Calais : la Jungle, oui elle porte bien son nom car ici ce qui règne c'est la loi des non-lois : ce qui compte c'est survivre, un jour de plus à part pour les passeurs, les traficants et les recruteurs. Les clans, les trafics, les viols, les violences c'est le quotidien de ceux qui y vivent, au vu et su de toute une population soit impuissante, soit aveugle, soit découragée se sentant abandonnée.

    Un roman policier / politique : on ferme les yeux, on se passe la patate chaude, on  trahit, on promet mais on ne tient pas ses promesses.

    Bastien et Adam ont beaucoup de choses communes : un métier, une femme et une fille, la découverte d'une nouvelle affectation pour l'un, la découverte d'un nouveau pays pour l'autre, de nouveaux collègues pour l'un, de nouveaux voisins pour l'autre, une femme et une fille à retrouver pour l'un, sauver son couple et comprendre sa fille pour l'autre.

    L'histoire est très bien construite, les éléments nous sont révélés au compte gouttes mais si très vite certaines réponses sont apportées mais l'on a besoin de l'ensemble pour réaliser l'ampleur et l'horreur du récit. Vous ouvrez le livre et vous ne le lâchez pas.

    Un roman policier pour nous mais une réalité pour des humains qui ne cherchent qu'à fuir la misère, le sang, les larmes et c'est le genre de récit qui reste longtemps en tête.

    C'est presque un cri d'alarme. Olivier Norek que j'ai eu la chance de rencontrer pendant le Printemps de Montaigu, a séjourné à Calais, ancien flic, il connaît le fonctionnement de la police, de ses hommes, parfois au bord du découragement mais dont certains gardent une âme, ont le sens du devoir et doivent parfois faire des choix.

    Ecoutez-le quand il parle de son roman : il est intarissable. Il est enthousiaste, il sait : il était flic, il a été à Calais pour obserVer : le camp, la police, les calaisiens et il navigue entre les différents mondes en essayant de rester objectif. Il pose les faits, il nous oblige à écouter notre conscience comme les flics doivent eux aussi renier le métier qu'ils ont choisi pour protéger, aider, secourir.

    https://youtu.be/rthskzc9u_I

    Entre deux mondes errent des hommes, des femmes, des enfants qui cherchent une terre d'asile mais que l'on entasse dans des "camps", dans des conditions indignes de notre XXIème siècle, où chacun est responsable à son niveau.

    Voilà un roman réaliste : pas besoin d'inventer, pas besoin d'aller imaginer des scènes d'horreur : elles se passent ici, maintenant, nous en sommes témoins. L'auteur n'a fait que relater un fait, une actualité en y incorporant une intrigue policière, un alibi pour attirer l'attention.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !