Olivier Norek

Olivier Norek

Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 (service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis) depuis quinze ans. Code 93, son premier roman, a été largement salué par la critique et a reçu en 2015 le prix du public de Saint-Maur en Poche....

Voir plus

Olivier Norek est lieutenant de police à la section Enquête et Recherche du SDPJ 93 (service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis) depuis quinze ans. Code 93, son premier roman, a été largement salué par la critique et a reçu en 2015 le prix du public de Saint-Maur en Poche. Territoires (2014) et Surtensions (2016) sont aussi consacrés aux (més)aventures du capitaine Victor Coste et de son équipe. Surtensions a reçu le Prix du polar européen 2016 du Point et le Grand Prix des Lectrices ELLE 2017, dans la catégorie policier. Ses ouvrages sont publiés chez Michel Lafon et repris chez Pocket.
Olivier Norek a également participé à créer l’histoire de la sixième saison de la série Engrenages sur Canal +, et est le scénariste du téléfilm Flic tout simplement diffusé sur France 2 à la fin de l’année 2015. Son nouveau titre, Entre deux mondes, a paru en octobre 2017 chez Michel Lafon.

Vidéos (2)

Articles (6)

Avis (179)

  • add_box
    Couverture du livre « Surface » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    nathalie vanhauwaert sur Surface de Olivier Norek

    Je vous préviens, ça commence fort. Le capitaine Noémie Chastain qui dirige la brigade des stups avec son équipe s'apprête à arrêter Sohan, un dealer. Elle reçoit un tir de fusil de chasse en plein visage. Défigurée, gueule cassée, Noémie va devoir se reconstruire. Trahie par l'homme de sa...
    Voir plus

    Je vous préviens, ça commence fort. Le capitaine Noémie Chastain qui dirige la brigade des stups avec son équipe s'apprête à arrêter Sohan, un dealer. Elle reçoit un tir de fusil de chasse en plein visage. Défigurée, gueule cassée, Noémie va devoir se reconstruire. Trahie par l'homme de sa vie, Adriel son second, on ne lui facilite pas les choses car son commandement l'écarte de Paris, en l'envoyant au vert dans l'Aveyron, un village perdu dans le but de fermer un commissariat.

    Cependant, un corps vient d'immerger du lac et Chastain va ressortir un cold case de plus de vingt- cinq ans. Je ne vous en dis pas plus au niveau de l'intrigue.

    C'est passionnant, addictif, un vrai page turner. Norek a la manière de vous capter d'entrée de jeu, et c'est parti, on dévore le récit, on ne le lâche pas et jusqu'au bout il se joue de nous ajoutant jusqu'au terme des rebondissements.

    Un excellent moment en perspective.

    Norek explore les profondeurs de l'âme humaine avec brio.

    Une gueule cassée au masculin, c'est terrible mais c'est viril, on parvient à faire abstraction mais je peux vous dire qu'au féminin, cela change tout ! On juge souvent - à tort - en fonction de l'apparence. On se sent bien ou mal en fonction de l'image que l'on donne, alors imaginez-vous une seule seconde dans la peau de Noémie Chastain, écartée de ce qui est sa vie, sa raison d'être.

    Arrivée dans un petit village où tout se dit, tout se sait, tout le monde connaît tout le monde et devoir affronter sa nouvelle image.

    Heureusement il y a Melchior, un psy de l'hôpital des gueules cassées qui croit en Noémie et l'encadre.

    Imaginez la révolte, la colère, la trahison de l'ancienne équipe qu'elle doit accepter. Quelle super nana, quelle force, quelle hargne, une personnalité magnifique.

    Et puis n'oublions pas qu'enquêter à la campagne c'est pas du tout pareil , en ville on utilise d'abord les outils scientifiques, moyens et ressources différents voire inaccessibles au milieu de nulle part. Ici ce sont les contacts humains qui sont indispensables pour sonder les âmes et faire parler les autochtones.

    Que vous dire de plus ? Un village enseveli 25 ans plus tôt, ce ne sera pas simple de faire remonter la vérité à la surface.

    C'est passionnant, bien documenté. On ne le lâche pas, je vous dis.

    A lire de toute urgence.

    C'est un coup de ♥



    Les jolies phrases

    Plus tôt je lui parlerai, mieux j'évaluerai les dégâts psychiques. J'ai plusieurs patientes en une même personne. Un flic qui risque de ne jamais retrouver son service. Une femme qui risque de penser qu'elle ne séduira plus. Une entité adulte qui doit découvrir le visage d'une étrangère et vivre avec. Et une gamine qui doit être morte de peur. Il faut la préparer avant d'essayer de la réparer.

    L'enfer reste toujours le regard que les autres portent sur nous. Comme un jugement. Le regard qui nous examine, celui qui nous empêche d'oser, celui qui nous freine, celui qui nous peine, celui qui nous fait nous aimer ou nous détester.

    Ne vous trompez pas, réparer votre enveloppe ne pose pas de problème. Réparer les dégâts invisibles, c'est plus aléatoire, donc plus imprévisible, forcément.

    Si vous ne reconnaissez pas votre visage, vous risquez d'être surprise par vos réactions, comme si vous étiez une autre.

    Quelque chose d'insidieux s'est installé depuis cet accident, comme un passager clandestin, un étranger dans votre maison. Quand vous accepterez le fait que cet autre n'est qu'une partie de vous, vous serez près d'être complète à nouveau.

    Avez-vous déjà réfléchi à la fonction du visage ? Avez-vous compris qu'il est le reflet de tous vos sentiments ? On y lit le chagrin, la joie, les peurs, les interrogations, la douleur comme la jouissance. Il parle, avant même les mots. En tout, il exprime vingt et une émotions, vingt et un messages différents que vous destinez à l'autre.

    Le visage est un des rares endroits de votre corps que vous ne pouvez pas voir sans un miroir, mais il est surtout la première chose que l'on regarde. Il est entièrement pour l'autre. C'est aussi le seul endroit qui utilise les cinq sens. Il est totalement ouvert au monde. Et vous voudriez le laisser dans les coulisses.

    Faut pas s'arrêter à ce que vous voyez capitaine. C'est mot pour mot ce que j'allais dire.

    On devrait s'aimer sans attendre des autres qu'ils nous aiment en retour.

    Nous traînons nos blessures, nos secrets, nos complexes et tout cela nous interdit d'être entiers, d'être merveilleux.

    Un cold-case, c'est froid pour une bonne raison. Si c'est une affaire classée, c'est que d'autres s'y sont cassés les dents avant. La reprendre, outre se croire le meilleur flic du monde, ne fait que remuer la vase d'un marais.

    https://nathavh49.blogspot.com/2019/08/surface-olivier-norek.html

  • add_box
    Couverture du livre « Entre deux mondes » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    Les Lectures de Cannetille sur Entre deux mondes de Olivier Norek

    2016. Adam, policier de son état, fuit la Syrie pour des raisons politiques : il a d’abord dû faire partir sa femme et sa fille en catastrophe, après leur avoir donné rendez-vous à Calais, où elles doivent l’attendre dans le quartier des femmes de la «jungle». Mais lorsqu’il y arrive à son tour,...
    Voir plus

    2016. Adam, policier de son état, fuit la Syrie pour des raisons politiques : il a d’abord dû faire partir sa femme et sa fille en catastrophe, après leur avoir donné rendez-vous à Calais, où elles doivent l’attendre dans le quartier des femmes de la «jungle». Mais lorsqu’il y arrive à son tour, aucune trace de Nora et de Maya. Au bord du désespoir, confronté à la violence quotidienne de cette zone de non-droit qu’est le camp, il survit tant bien que mal en prenant sous son aile un petit garçon soudanais, seul et livré au pire, et en établissant un lien mi-amical, mi-professionnel avec Bastien, qui vient d’intégrer les forces de police de la ville. Pour le Français, la découverte de la situation de blocage à Calais et de son rôle impossible de maintien de l’ordre, est un choc déstabilisant qui va le pousser à prendre des décisions difficiles et dangereuses, dictées par sa conscience.

    Aux atrocités vécues par Adam en Syrie et par Kilani au Soudan, au sort souvent tragique imposé aux migrants par des passeurs sans foi ni loi, répondent les terribles et dangereuses conditions de vie au sein de la jungle de Calais où la police ne pénètre jamais, l’impasse dans laquelle se retrouvent les migrants prêts à tout pour franchir la Manche, le désarroi des Calaisiens qui voient leur ville péricliter et son activité économique menacée, l’action sisyphéenne des associations humanitaires, le malaise des forces de l’ordre locales qui, impuissantes, ne peuvent que, jour après jour, tenter de protéger le trafic roulier pris d’assaut par des hordes aux abois.

    Le titre est éminemment bien choisi. Il traduit à lui seul le dramatique surréalisme de ces vies de migrants, indéfiniment coincées dans un infernal entre-deux, comme suspendues dans des limbes sans issue régies par la seule loi meurtrière du plus fort, et où ne subsistent que misère, violence, désespoir et folie. Derrière l’intrigue policière se profile un véritable roman de société, où apparaissent tour à tour les points de vue de tous les protagonistes, sans parti-pris ni stigmatisme, dans un récit documenté, étayé par un an d’enquête, et où rien n’est inventé.

    Chacun se retrouvera dans la honte et l’impuissance des personnages décrits sans complaisance ni sentimentalisme, dans toutes leurs ambiguïtés, leurs doutes et leurs failles. Comment ne pas frémir ni s’horrifier, et en même temps se sentir dépassé, par ce récit d’une actualité toujours brûlante, car, si la jungle de Calais a été démantelée, le problème des migrants est resté entier, simplement morcelé en une foule de petites jungles moins visibles.

    Ce roman coup de poing à la lecture hallucinante et perturbante est avant tout un état des lieux, une photographie objective d’un problème de société resté sans solution, mais qui ne peut que peser sur nos consciences. Coup de coeur.

  • add_box
    Couverture du livre « Entre deux mondes » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    Bill sur Entre deux mondes de Olivier Norek

    J'avais été conquise par la trilogie Victor Coste, et je regrettais qu'Olivier Norek ait arrêté de nous faire partager le quotidien de ces policiers de Seine Saint Denis.

    C'est pour ça que j'ai attendu plus d'un an avant de me plonger dans "Entre deux mondes" ... que j'ai dévoré en deux jours...
    Voir plus

    J'avais été conquise par la trilogie Victor Coste, et je regrettais qu'Olivier Norek ait arrêté de nous faire partager le quotidien de ces policiers de Seine Saint Denis.

    C'est pour ça que j'ai attendu plus d'un an avant de me plonger dans "Entre deux mondes" ... que j'ai dévoré en deux jours ! 

    Le roman commence en Syrie où Adam Sarkis, enquêteur de la police criminelle, convainc sa femme de quitter le pays avec leur fille, avant lui, pour les protéger de la police politique. Il projettent de se retrouver à Calais, en bordure du camp des femmes où il compte les retrouver au plus vte.  

    Bastien Miller, jeune policier qui vient d'obtenir sa mutation au commissariat de Calais, où il rejoint une équipe qui lui semble blasée et démotivée.

    Olivier Norek, dans un style tout à la fois factuel et sensible nous permet d'entrer dans la 'jungle' de découvrir de l'intérieur, les rivalités territoriales entre afghans, syriens et albanais, entre les passeurs et ceux qui n'ont qu'une destination en tête : "Youké" ! 

    Sans prendre parti, sans pathos excessif, il nous montre aussi l'impact de la jungle sur Calais, ses plages désertes, ses commerces fermés ; il décrit les contrôles appliqués aux camions pour détecter les migrants, précisant les conséquences pour les chauffeurs ...

    Un roman instructif qui pointe du doigt la chance d'être né quelque part où il n'y a ni guerre, ni famine, ni persécutions politiques, ni précarité économique ... 

    Loin des infos chocs propagées par les médias de grande écoute, loin des propos misérabilistes de certaines ONG, ce roman montre aussi qu'il n'y a pas loin de la victime au bourreau, mais aussi que chaque micro geste est bon à prendre, que les solutions globales n'existent pas ... et qu'il faut apprendre à vivre avec ! 

    Un excellent auteur qui a su se renouveler avec ce quatrième ouvrage ... 

    Le cinquième m'attend déjà !

  • add_box
    Couverture du livre « Entre deux mondes » de Olivier Norek aux éditions Michel Lafon

    Christelle Point sur Entre deux mondes de Olivier Norek

    Autant le dire d’entrée, « Entre Deux Mondes » est un roman noir monstrueux ! Il fait parti de ces polars qui haussent considérablement le niveau du genre et qui vous laisse groggy après le dernier chapitre, avec la certitude qu’il va vous hanter encore bien longtemps après cela… On suit le...
    Voir plus

    Autant le dire d’entrée, « Entre Deux Mondes » est un roman noir monstrueux ! Il fait parti de ces polars qui haussent considérablement le niveau du genre et qui vous laisse groggy après le dernier chapitre, avec la certitude qu’il va vous hanter encore bien longtemps après cela… On suit le destin de deux hommes qui n’ont rien en commun à part leur profession : Adam est policier en Syrie, ennemi de Daech et ennemi de Bachar El Hassad, pris en tenaille dans pays devenu fou, il n’a d’autre choix que de fuir. Il envoie sa femme et sa fille en Lybie pour qu’elle traverse la Méditerranée avant lui. Lorsqu’Adam débarque enfin dans la jungle de Calais, il n’a qu’une ambition, les retrouver. Bastien, se son côté, est muté au commissariat de Calais et découvre cette jungle dont tout le monde parle. Ce qu’il découvre est bien au-delà de ce qu’il a imaginé et va bouleverser sa carrière, sa vie et celle de sa famille. Dés les 20 premières pages en Syrie, on sent que l’on tient là un polar hors du commun, qui va vous serrer le cœur. Tout le reste du roman, qui se situe dans la tristement célèbre jungle de Calais, confirme ce coup de poing initial. Olivier Norek propose un polar équilibré, jamais manichéen, jamais dogmatique (et sur un sujet comme celui là, c’est tellement difficile), un roman qui renvoie toit le monde à ses responsabilités : l’Etat, la police, les migrants, les policiers, l’ultra gauche tout en gardant toujours le sens de la mesure, de la complexité des choses. C’est un petit tour de force que reussit Norek. L’intrigue dite « policière » n’est n’en pas réellement une, il s’agit de suivre Adam et Bastien, (et Kilani et tous les autres) dans cet enfer et d’y trouver, au milieu de toute cette misère, de cette violence, de ce désespoir, un trait de lumière : le l’empathie, de la tendresse, de l’amitié même et qui sait, pourquoi pas de l’espoir... Le contraste entre ces sentiments tous simples et le contexte terrifiant en est d’autant plus fort. Très vite, on comprend que tout cela ne va pas finir par un happy end, c’est impossible. Et plus on avance dans le roman, plus en ralentit la lecture de peur de voir arriver cette fin désespérante que l’on redoute. Ca faisait très longtemps, depuis « Purgatoire des Innocent » de Karine Giebel, que je n’avais pas eu le cœur si serré en lisant les derniers chapitres de « Entre deux Mondes ». C’est écrit avec le talent que l’on connait à Olivier Norek depuis « Code 93 », c’est difficile de le lâcher. En immersion complète à la fois dans la jungle mais aussi dans le quotidien des policiers de Calais (et personne ne voudrait être à leur place), il est évident que Norek sait parfaitement de quoi il parle, qu’il maitrise son sujet et ne va certainement pas nous mener en bateau sur la question. Je ne saurais pas quoi dire de plus pour vous inciter à découvrir ce roman inoubliable, véritable uppercut en pleine face, qui vous donne un aperçu de cette jungle sur laquelle tout le monde a un avis si tranché, sans savoir vraiment ce qui s’y passe et sans connaitre vraiment ceux qui la peuplaient. « Entre Deux monde » est un roman noir comme vous n’en lirez pas souvent, qui bénéficie, cerise sur le gâteau, d’une bien jolie couverture.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !