Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Olivier Mak-Bouchard

Olivier Mak-Bouchard

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (10)

  • add_box
    Couverture du livre « Le dit du mistral » de Olivier Mak-Bouchard aux éditions Le Tripode

    Valerie Brz sur Le dit du mistral de Olivier Mak-Bouchard

    Une belle histoire qui sent le vent frais la magie et les légendes qui ricochent sur les rochers pour atterrir doucement dans nos oreilles.
    A faire découvrir...à offrir .....à partager !

    Une belle histoire qui sent le vent frais la magie et les légendes qui ricochent sur les rochers pour atterrir doucement dans nos oreilles.
    A faire découvrir...à offrir .....à partager !

  • add_box
    Couverture du livre « Le dit du mistral » de Olivier Mak-Bouchard aux éditions Le Tripode

    dubonheurdelire sur Le dit du mistral de Olivier Mak-Bouchard

    Olivier Mak-Bouchard offre dans ce premier roman une découverte des légendes provençales autour de ce vent capricieux, de ce vent enfant qu’est le Mistral. Le récit s’ouvre sur la découverte par le narrateur et son voisin, Monsieur Sécaillat de vestiges archéologiques. Défiant les lois, ils vont...
    Voir plus

    Olivier Mak-Bouchard offre dans ce premier roman une découverte des légendes provençales autour de ce vent capricieux, de ce vent enfant qu’est le Mistral. Le récit s’ouvre sur la découverte par le narrateur et son voisin, Monsieur Sécaillat de vestiges archéologiques. Défiant les lois, ils vont procéder à des fouilles clandestines et faire une découverte qui va changer la vie de notre narrateur. Du moins c’est la première partie de ce roman où se distillent certaines légendes et certains mythes. Mais peu à peu les frontières s’effacent, le vent du Mistral emporte tout et dans ses facéties mélangent la réalité et les légendes provençales. Une chèvre d’or, un loup, Hannibal, Vintur, tour à tour toutes ces figures légendaires et mythiques prennent vie dans ce récit où le merveilleux côtoie et se mélange au réel pour le plus grand plaisir du lecteur.

    Le lecteur est averti : « A ce stade de l’histoire, le lecteur peut décider de s’arrêter : il aura alors lu un joli conte de Noël provençal, ce qui n’est déjà pas donné à tout le monde. Mais s’il choisit de continuer sa lecture, il faut le mettre en garde. Il doit se rappeler que les légendes, si elles sont racontées pour faire rêver, introduire une part de mystère dans un monde terne, sont aussi racontées pour expliquer l’incompréhensible, démêler l’indémêlable. Il devra garder à l’esprit que toutes les légendes, sans exception, ont un fond de vérité… » J’ai choisi de continuer et j’ai pris un réel plaisir à me perdre dans cet « indémêlable », à laisser le merveilleux prendre le pas sur le réel, à trouver dans ces contes de Provence une vérité.

    En résumé : ce roman est inventif, délicieux et en même temps un véritable voyage dans ces terres ocres, bousculé par l’enfant facétieux, le Mistral, s’offre au lecteur qui ouvrira ce récit !

  • add_box
    Couverture du livre « Le dit du mistral » de Olivier Mak-Bouchard aux éditions Le Tripode

    Regine Zephirine sur Le dit du mistral de Olivier Mak-Bouchard

    Que voilà un premier roman réjouissant, qui mêle avec drôlerie et subtilité le conte et le réel. Rajoutez à cela un vent têtu et brutal, Le Mistral, qui « dure trois, six ou neuf jours », et vous comprendrez qu’on ne peut sortir qu’ébouriffé et un peu sonné de cette lecture.

    Le point de...
    Voir plus

    Que voilà un premier roman réjouissant, qui mêle avec drôlerie et subtilité le conte et le réel. Rajoutez à cela un vent têtu et brutal, Le Mistral, qui « dure trois, six ou neuf jours », et vous comprendrez qu’on ne peut sortir qu’ébouriffé et un peu sonné de cette lecture.

    Le point de départ est un incident banal : un violent orage a emporté un muret dans un verger de cerisiers et voilà que son propriétaire et le narrateur son voisin vont creuser et mettre à jour des vestiges archéologiques. Peu enclin à voir des archéologues débouler sur son terrain, le vieux paysan accepte tout de même de poursuivre les fouilles clandestines. Ce qu’ils vont découvrir va les mener bien loin jusqu’aux origines de la région, ce Lubéron pétri d’histoire et de légendes. La source que les deux voisins découvrent, semble avoir des vertus miraculeuses, un peu fontaine de jouvence, un peu hallucinogène, à moins que ce ne soit le soleil qui, en tapant sur le ciboulot de nos deux découvreurs, ne leur fasse prendre des vessies pour des lanternes et des pierres pour une déesse païenne.
    Ces découvertes sont prétexte à des recherches historiques, et c’est là que se dévoile le talent du romancier qui devient conteur ou historien pour les besoins de l’histoire.
    Olivier Mak-Bouchard connait bien sa Provence et le Lubéron, il nous ouvre les portes d’un pays façonné par l’histoire des peuples qui l’ont habité. C’est aussi le « gipoutoun », ce pays fantastique tissé de légendes. On apprend à connaitre le Ventoux, ce géant de calcaire qui règne sur la région, on croise aussi Hannibal qui, avec son armée et ses éléphants, a traversé le pays.
    Au fil des pages s’invite le Hussard, ce chat silencieux, un peu « Arlésienne » et qui apparait selon son bon vouloir. N’oublions pas la faune qui peuple les collines et les falaises, comme le circaète Jean-Le-Blanc ou le loup. Leur histoire s’entremêle avec celle des bêtes des contes comme la chèvre de Seguin ou encore la » cabro d’or » gardienne du trésor d’Abderrahmane.

    « Le dit du Mistral » nous ramène aux contes de notre enfance, il est aussi imprégné des odeurs de la Provence et balayé de Mistral. Un roman de grand vent pour les amoureux des légendes, ceux qui n’ont pas peur de suivre des sentiers mystérieux.
    Et puis on ne peut évoquer ce roman sans parler de la langue. Chaque chapitre s’ouvre sur une citation d’un natif comme Giono ou Mistral ou bien d’un visiteur tombé en amour comme Pétrarque. Il y a aussi tous ces proverbes et ces mots en provençal semés dans le texte et qui lui donnent l’accent et cette saveur inimitable. Les découvrir, les faire rouler sur la langue, c’est comme déguster les treize desserts du réveillon du Noël provençal.
    Pour parachever ce voyage, on retrouve, sous les rabats de la couverture, une carte de l’auteur, et le croquis de ces lieux chargés d’histoire et de mystère.

    Alors, même si ce roman n’a pas les vertus d’une fontaine de jouvence, il a le pouvoir de nous replonger dans les histoires et les contes de l’enfance.
    J’ai vraiment aimé la verve de l’écriture et ce mélange subtil des genres. Un roman aussi inventif et plaisant, ça fait du bien !

  • add_box
    Couverture du livre « Le dit du mistral » de Olivier Mak-Bouchard aux éditions Le Tripode

    Isa Pouteau sur Le dit du mistral de Olivier Mak-Bouchard

    Le Luberon n’est pas une région comme les autres. Ici les habitants ont su faire le mélange des légendes d’autrefois et des croyances religieuses. S’ils sont attachés aux traditions chrétiennes, ils croient aussi aux druides et aux sorcières dont les présages rythment leur vie.
    Ainsi lorsque...
    Voir plus

    Le Luberon n’est pas une région comme les autres. Ici les habitants ont su faire le mélange des légendes d’autrefois et des croyances religieuses. S’ils sont attachés aux traditions chrétiennes, ils croient aussi aux druides et aux sorcières dont les présages rythment leur vie.
    Ainsi lorsque le Mistral, l’enfant capricieux de Vintur le Dieu des montagnes, souffle au pied du Mont Ventoux, les Albiques montent à son sommet pour tenter de l’endormir en lui racontant des histoires soufflées par un antique instrument de musique.
    Dans cette Provence qui parle encore le patois, sous le soleil écrasant de l’été et la lumière éblouissante du Midi, un orage met au jour des fragments de poteries anciennes.
    Le narrateur et son vieux voisin, deux enfants du Pays, se lancent dans une secrète fouille archéologique qui va raviver des légendes oubliées.
    Leur découverte va s’avérer fabuleuse et changera à jamais la vie de ces deux familles provençales.
    La première partie du livre, faite de fouilles et de révélations, est passionnante. Je n’ai pu la quitter une seconde tant j’étais suspendue à l’apparition de chaque nouvelle découverte.
    La seconde partie, où se mêlent les rêves et les croyances, est enivrante. Elle m’a replongée dans les Contes et Légendes qu’enfant j’affectionnais tant.
    Il faut se laisser porter par les histoires d’autrefois pour pénétrer dans le monde d’Olivier MAK-BOUCHARD. Tout y est mélange de vrais événements et de légendes et on ne sait jamais où se trouve la frontière entre le réel et l’imaginaire.
    Le Dit du Mistral est un très beau roman qui bouscule nos habitudes de lecteur et nous laisse un sentiment de plénitude.
    Un roman pour les adultes qui ont gardé une âme d’enfant.

Bibliographie de Olivier Mak-Bouchard (1)

Thèmes en lien avec Olivier Mak-Bouchard

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !