Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Olivier Bourdeaut

Olivier Bourdeaut

Olivier Bourdeaut est un écrivain français, né en 1980 à Nantes dans la Loire-Atlantique.

Son premier roman En attendant Bojangles, paru en janvier 2016 chez Finitude, est récompensé du prix France Culture-Télérama 2016, du grand prix RTL-Lire 2016 et du prix Roman France Télévisions 2016.

créd...

Voir plus

Olivier Bourdeaut est un écrivain français, né en 1980 à Nantes dans la Loire-Atlantique.

Son premier roman En attendant Bojangles, paru en janvier 2016 chez Finitude, est récompensé du prix France Culture-Télérama 2016, du grand prix RTL-Lire 2016 et du prix Roman France Télévisions 2016.

crédit photo Télérama.

Articles en lien avec Olivier Bourdeaut (6)

Avis sur cet auteur (196)

  • add_box
    Couverture du livre « En attendant Bojangles » de Olivier Bourdeaut aux éditions Finitude

    VALERIE DEVOUASSOUX sur En attendant Bojangles de Olivier Bourdeaut

    Belle histoire entre un fils et sa maman dans laquelle j'ai adoré me plonger avec plaisir...

    Belle histoire entre un fils et sa maman dans laquelle j'ai adoré me plonger avec plaisir...

  • add_box
    Couverture du livre « En attendant Bojangles » de Olivier Bourdeaut aux éditions Finitude

    EmmanuelleM06 sur En attendant Bojangles de Olivier Bourdeaut

    Un poche entre dans la danse
    de mes livres de vacances,
    encore une reco, un des préférés d’Olivia*
    avec de telles lectures,
    la mélancolie ne passera pas par moi,
    sous le soleil, au milieu de la verdure,
    je me délecte de belles écritures,
    celle-ci est en cours et à toute...
    Voir plus

    Un poche entre dans la danse
    de mes livres de vacances,
    encore une reco, un des préférés d’Olivia*
    avec de telles lectures,
    la mélancolie ne passera pas par moi,
    sous le soleil, au milieu de la verdure,
    je me délecte de belles écritures,
    celle-ci est en cours et à toute allure!!!

    bonne soirée et douce nuit à vous petits amis !
    “En attendant Bojangles”
    d’Olivier BOURDEAUT
    qu’il préface notamment avec cette citation sublime :
    “certains ne deviennent jamais fous....
    Leurs vies doivent être bien ennuyeuses.” de
    Charles Bukowski
    LU EN #folio en FEVRIER 2019 à retrouver en couleurs sur mon Instagram EMMANUELLEM06

  • add_box
    Couverture du livre « Florida » de Olivier Bourdeaut aux éditions Finitude

    Joëlle Guinard sur Florida de Olivier Bourdeaut

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2021/03/florida-dolivier-bourdeaut.html

    "Ma mère s'emmerdait, elle m'a transformée en poupée. Elle a joué avec sa poupée pendant quelques années et la poupée en a eu assez. Elle s'est vengée."

    Miami. Mini-miss exploitée par sa mère à partir du jour...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2021/03/florida-dolivier-bourdeaut.html

    "Ma mère s'emmerdait, elle m'a transformée en poupée. Elle a joué avec sa poupée pendant quelques années et la poupée en a eu assez. Elle s'est vengée."

    Miami. Mini-miss exploitée par sa mère à partir du jour anniversaire de ses sept ans, lorsque sa mère l'inscrit à un concours de beauté, jusqu'à ce qu'elle se révolte à l'âge de douze ans, Elisabeth Vernn a vécu des années d'enfer, son enfance lui a été volée par ses parents. "Princesse la semaine, mini-miss le week-end.... Princesse, j'étais son projet". Elle surnomme sa mère "la Reine-mère" et son père, trop faible pour s'opposer à sa femme, "Le Valet". Répétitions tous les soirs, maquillage, faux-cils, épilation, manucure, autobronzant, toilettes somptueuses, comportements aguicheurs sur l'estrade... pour finir toujours sur la deuxième marche du podium, Élisabeth n'aura été reine que lors de son premier concours à sept ans.

    A douze ans elle quitte ce monde des concours de beauté par un acte de rébellion fracassant et passe brutalement de l'enfance à l'adolescence. A partir de ce moment elle va user de son pouvoir sur son corps, passer par la boulimie avant d'avoir recours aux anabolisants pour devenir une bodybuildée. Dominer, torturer son corps jusqu'à la démesure pour être maître de son destin. "Il est difficile d'avoir une maîtrise totale de sa vie et j'en sais quelque chose, il est réconfortant de sentir qu'on a un contrôle total sur son corps". Une transformation physique, une véritable métamorphose pour parfaire sa vengeance, devenir la honte, le fardeau de sa mère. "Je me suis déformée volontairement, je suis sortie du moule car je m'y sentais à l'étroit."

    Olivier Bourdeaut parvient admirablement bien à se glisser dans la peau de cette jeune femme qui d'emblée annonce qu'elle peut comprendre ses parents mais qu'elle ne pardonnera jamais. A travers la voix d’Élisabeth, dans ce texte écrit à la première personne, il s'adresse parfois au lecteur dans un style direct et très vivant.
    Ayant appris très jeune à se servir de son physique, Élisabeth va tester son pouvoir sur son corps et se métamorphoser progressivement grâce à la consommation de protéines et à un entrainement intensif. La musculation devient vite une addiction pour elle. Se détruire pour détruire ses parents devient une obsession pour cette jeune femme qui passe "de mini-miss à mini-monstre". Une histoire d'addiction au regard des autres, d'autodestruction et de vengeance sur fond de drogue, de haine de soi et des autres. Un voyage à Miami, ville de la démesure, une critique acerbe de l'exploitation des enfants, du culte du corps et de la société américaine mais une héroïne pour laquelle je ne suis pas parvenue à éprouver d'empathie malgré son histoire terrifiante.
    Un texte au style très différent du premier roman d'Olivier Bourdeaut "En attendant Bojangles" dont la fantaisie faisait tout le charme et qui reste un gros coup de cœur. Même si l'humour est bien présent, le ton y est plus caustique mais le traitement du sujet reste cependant assez excessif. Un auteur qui a le mérite de savoir se renouveler...

  • add_box
    Couverture du livre « Florida » de Olivier Bourdeaut aux éditions Finitude

    Christlbouquine sur Florida de Olivier Bourdeaut

    Elizabeth Vernn a sept ans lorsque sa mère la fait participer à son premier concours de mini-miss. Durant cinq ans elles écumeront les concours, Elizabeth devenant cette bête de foire étrange, une enfant déguisée en princesse, maquillée, transformée en adulte pour plaire à un jury. Jusqu’à ce...
    Voir plus

    Elizabeth Vernn a sept ans lorsque sa mère la fait participer à son premier concours de mini-miss. Durant cinq ans elles écumeront les concours, Elizabeth devenant cette bête de foire étrange, une enfant déguisée en princesse, maquillée, transformée en adulte pour plaire à un jury. Jusqu’à ce que la petite fille se rebelle et mette un terme à ces exhibitions. Mais ces cinq ans ont laissé des traces sur Elizabeth. Et ce sont ces séquelles qu’Olivier Bourdeaut explore à travers les transformations qu’Elizabeth fait subir à son corps. Une lente dérive qui va des 14 ans au 19 ans d’Elizabeth, d’une prise de poids excessive à sa transformation en bodybuildeuse.

    Quel sujet magnifique ! Un sujet en or pourrait-on dire. Sur les ravages psychologiques de ces exhibitions d’enfants, sur la difficulté de la relation à son corps quand on a pris l’habitude de le montrer pour gagner des concours, sur la relation d’une fille victime des rêves de sa mère.

    Mais qu’est-il advenu d’Olivier Bourdeaut ? De sa tendresse pour ses personnages ? De son humour distillé avec subtilité même à travers les situations les plus graves ? De sa sensibilité et de son élégance ?
    Ici le style est lourd, répétitif, sans nuance. Elizabeth n’est que haine, envers ses parents, ses professeurs, ses camarades de classe, elle-même. Mais tout cela est asséné, martelé sans aucune analyse ni recul. Elizabeth ne connaît qu’un mode d’expression, l’agressivité. Et cela devient usant à la longue. Le propos manque totalement de finesse aussi bien dans les dialogues que dans le récit à la première personne de ce roman dont le sujet était pourtant tellement prometteur.

    Autre difficulté, j’ai eu un mal fou à imaginer que le personnage était une jeune fille. Olivier Bourdeaut n’arrive jamais à se glisser totalement dans la peau d’Elizabath pour laquelle, en plus, je n’ai jamais ressenti la moindre empathie.

    Et rien à attendre du côté des rebondissements que nous annonce le personnage d’Elizabeth à longueur de pages. On ne fait que suivre la chute inexorable d’une jeune fille pour qui le traumatisme initial vient d’avoir été une jolie petite fille mais dont Olivier Bourdeaut n’arrive pas à nous faire comprendre l’intimité profonde.

    Ironie ultime, le dernier chapitre ouvre sur cette interrogation : « OK, vous êtes encore là ? ». Eh bien ce n’est pas faute d’avoir pensé à abandonner. Mais un reste de fidélité à un auteur qui m’a bouleversée avec son premier roman, En attendant Bojangles, et beaucoup amusée avec le second Pactum Salis, m’a conduite à poursuivre cette lecture déprimante. Mais très franchement j’ai été ravie d’arriver à la fin de ce roman et de le refermer.