Olivier Bocquet

Olivier Bocquet
Olivier Bocquet a été pompiste sur l'autoroute A6, photographe événementiel, gérant d'un restaurant à Montmartre, colporteur, contrôleur factures chez EDF, assistant logistique à la Caisse des Dépôts et Consignations, traducteur de modes d'emploi pour des grandes marques d'électroménager et sexeu... Voir plus
Olivier Bocquet a été pompiste sur l'autoroute A6, photographe événementiel, gérant d'un restaurant à Montmartre, colporteur, contrôleur factures chez EDF, assistant logistique à la Caisse des Dépôts et Consignations, traducteur de modes d'emploi pour des grandes marques d'électroménager et sexeur de poussins. Il a aussi écrit et/ou réalisé des programmes courts pour les chaines jeunesse de la télévision française, des bandes-annonces pour la télé, un court-métrage, quelques pubs et un roman ("Turpitudes", chez Pocket). Aujourd'hui, il écrit des scénarios de BD.

Avis (23)

  • add_box
    Couverture du livre « Ailefroide ; altitude 3954 » de Jean-Marc Rochette et Olivier Bocquet aux éditions Casterman

    Yaki sur Ailefroide ; altitude 3954 de Jean-Marc Rochette - Olivier Bocquet

    Fin des années 60, Jean-Marc Rochette est un ado qui se cherche et qui va se trouver dans l’ascension des sommets alpins. On suit son parcours, ses aventures, ses accidents,…

    Ce récit de vie est intéressant et malgré les longues ascensions dans les montagnes, on ne s’ennuie pas. C’est en...
    Voir plus

    Fin des années 60, Jean-Marc Rochette est un ado qui se cherche et qui va se trouver dans l’ascension des sommets alpins. On suit son parcours, ses aventures, ses accidents,…

    Ce récit de vie est intéressant et malgré les longues ascensions dans les montagnes, on ne s’ennuie pas. C’est en effet plutôt dynamique et l’on suit avec intérêt les aventures du jeune garçon. J’ai beaucoup aimé les illustrations très heurtées, fidèles aux paysages montagneux, tout comme les couleurs. A découvrir.

  • add_box
    Couverture du livre « Frnck T.1 ; le début du commencement » de Olivier Bocquet et Brice Cossu aux éditions Dupuis

    Gérald LO sur Frnck T.1 ; le début du commencement de Olivier Bocquet - Brice Cossu

    Voici une idée bien originale dans laquelle un jeune homme, un adolescent, se retrouve à faire un bon dans le passé, la préhistoire. Bon, sans déconner, l’idée n’est pas bien originale, mais l’approche est fraîche, et prise avec beaucoup d’innocence. L’album est copieux, une grosse cinquantaine...
    Voir plus

    Voici une idée bien originale dans laquelle un jeune homme, un adolescent, se retrouve à faire un bon dans le passé, la préhistoire. Bon, sans déconner, l’idée n’est pas bien originale, mais l’approche est fraîche, et prise avec beaucoup d’innocence. L’album est copieux, une grosse cinquantaine de pages, ce qui permet de combler les quantités de cases sans textes, mais le récit est bien construit et se lit vite. L’album nous présente donc Franck, qui par hasard, se retrouve dans une époque différente. Avec son regard neuf, sans a priori, adolescent, il fait la découverte de l’environnement et des autochtones, un peu sauvages. Bien dessinée, au graphisme ni trop jeune, ni trop adulte, l’album se lit aussi bien par des jeunes ou des moins jeunes, avec beaucoup de plaisir. Le premier opus est très réussi, un peu léger mais suffisamment abouti pour donner envie de continuer.

  • add_box
    Couverture du livre « Ailefroide ; altitude 3954 » de Jean-Marc Rochette et Olivier Bocquet aux éditions Casterman

    Isabelle PURALLY-BOISSEL sur Ailefroide ; altitude 3954 de Jean-Marc Rochette - Olivier Bocquet

    Je lis très peu de BD, sauf s’il s’agit de l’adaptation d’un roman connu, tant je suis persuadé qu’il est intéressant d’avoir un regard différent sur une œuvre.

    Rien de tel ici, « Ailefroide, altitude 3954 » est une autobiographie dans laquelle l’auteur évoque sa passion pour le dessin et...
    Voir plus

    Je lis très peu de BD, sauf s’il s’agit de l’adaptation d’un roman connu, tant je suis persuadé qu’il est intéressant d’avoir un regard différent sur une œuvre.

    Rien de tel ici, « Ailefroide, altitude 3954 » est une autobiographie dans laquelle l’auteur évoque sa passion pour le dessin et pour la montagne.

    Nous le découvrons au musée de Grenoble où sa mère soucieuse de sa santé le tira de sa contemplation d’une toile de Soutine, pour l’emmener sous une pluie battante faire une marche en montagne.
    Rapidement, le jeune garçon ne se contente pas de ces sentiers balisés pour promeneurs du dimanche, il voit plus haut, beaucoup plus haut.

    Sa première ascension, c’est avec son copain Sempé qu’il la fera, après avoir emprunté le matériel nécessaire, faute de moyen pour en faire l’acquisition.
    Les deux jeunes garçons vont escalader d’abord des rochers proches de la ville, puis se former, grimper de plus en plus haut, prendre des risques, se régaler et devenir accro à ces montagnes.

    Au fil des pages, Jean-Marc Rochette nous expose les risques pris par les alpinistes mais aussi le bonheur d’atteindre les sommets tant convoités. Il rend hommage à ceux qui ont laissé à jamais leurs noms sur les parois, en y perdant parfois la vie.

    Lorsqu’il ne grimpe pas, le jeune garçon s’adonne à son autre passion, le dessin.
    « Ailefroide, altitude 3954 » se lit comme un roman d’apprentissage. J’ai adoré cette BD, les dessins sont magnifiques, d’une grande précision et reflètent parfaitement les difficultés de ce sport extrême.
    Ce livre, véritable ode à l’alpinisme est magnifique, j’ai adoré cette lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Les aventures de Spirou et Fantasio ; le triomphe de Zorglub » de Olivier Bocquet et Brice Cossu et Alexis Sentenac aux éditions Dupuis

    Audrey Light And Smell sur Les aventures de Spirou et Fantasio ; le triomphe de Zorglub de Olivier Bocquet - Brice Cossu - Alexis Sentenac

    Je remercie Lecteurs.com et les éditions Dupuis pour m'avoir permis de découvrir cette BD dans le cadre de l'opération Les Explorateurs de la BD.

    Cette BD n'est pas l'adaptation à proprement parler du film Les aventures de Spirou et Fantasio sortie au cinéma en février 2018, mais elle en est...
    Voir plus

    Je remercie Lecteurs.com et les éditions Dupuis pour m'avoir permis de découvrir cette BD dans le cadre de l'opération Les Explorateurs de la BD.

    Cette BD n'est pas l'adaptation à proprement parler du film Les aventures de Spirou et Fantasio sortie au cinéma en février 2018, mais elle en est néanmoins librement inspirée. N'ayant pas encore vu le film, je ne pourrai pas vous en dire plus sur le degré d'inspiration même si j'espère le voir bientôt, cette BD ayant plus qu'attisé ma curiosité...

    Comme la plupart d'entre vous, je connais Spirou et Fantasio, mais je dois reconnaître que mis à part la lecture de quelques albums dans ma prime jeunesse, je connais finalement assez peu la BD. Je préfère le souligner, car je pense qu'un amateur de la série n'aura pas forcément le même avis que le mien ni les mêmes attentes... C'est donc sans a priori que je me suis plongée dans cette histoire loufoque et, somme toute, des plus originales.

    J'ai adoré l'idée de donner vie à des personnages fictifs puisqu'ici, Fantasio et Spirou sont bien réels et sont confrontés à une situation inédite : le tournage d'un film mettant en scène leurs aventures. Cela aurait pu être plutôt sympathique, voire flatteur, pour les deux amis si la tentative de Fantasio de jouer son propre rôle n'avait pas été soldée par un cuisant et humiliant échec. Il a, en effet, été considéré trop vieux, trop gros et trop mauvais acteur par la directrice de casting. Les effets du temps n'épargnent personne que l'on soit un grand aventurier/journaliste ou non... Et l'humiliation ne s'arrête pas là : Fantasio et Spirou finissent par découvrir que le scénario ne les présente pas vraiment sous leur meilleur jour. Mais rien de vraiment étonnant si l'on considère que le producteur/acteur ressemble comme deux gouttes d'eau à un certain personnage que notre duo connaît trop bien à son goût : Zorglub. Trop, c'est trop, Spirou et Fantasio sont bien décidés à laver leur honneur, à rétablir la vérité et à faire sortir de sa tanière ce producteur trop louche pour être honnête !

    Il me semble préférable d'avoir lu quelques aventures de Spirou et Fantasio pour mieux savourer les différentes références à cette série, notamment au niveau des personnages, qui sont parsemés dans l'album. Néanmoins, même les néophytes pourront se laisser entraîner dans cette aventure abracadabrantesque menée à une cadence folle. Les personnages et les lecteurs n'ont ainsi pas le temps de s'ennuyer entre la découverte des dessous de la réalisation d'un film, un voyage dans le désert, des retournements de situation, des scènes d'action qui déménagent, des gags à gogo, une actrice qui, aidée de Seccotine, se rebelle contre le sexisme dont elle est victime et qui réduit son rôle à celui d'un faire-valoir sexuel (toute ressemblance avec le "vrai" cinéma n'est pas fortuite...), des jeux de mots qui font mouche, des petites piques envers notre duo qui se fait malmener et dont l'ego est mis à rude épreuve...

    On sent que le scénariste, Olivier Bocquet, s'est fait plaisir, et qu'il a eu à cœur de nous proposer une histoire qui se démarque des aventures plus classiques de Spirou et Fantasio, tout en ayant veillé à garder le charme de leur relation même si celle-ci est gentiment moquée. Le résultat est d'autant plus savoureux qu'on retrouve le côté déjanté et un peu foufou du script dans les dessins de Brice Cossu et d'Alexis Sentenac. Les expressions des visages, bien souvent exagérées, soulignent à merveille le caractère incongru, si ce n'est absurde, des situations dans lesquelles se retrouvent nos deux amis. Il y a même un petit côté manga dans les traits des dessinateurs au point qu'avec sa gigantesque crinière jaune flamboyante nouvellement acquise, et qui aurait pu être une aubaine pour un chauve précoce si elle ne poussait pas comme une herbe folle, Fantasio aurait toute sa place dans un épisode de Dragon Ball Z... Je soulignerai également l'excellent travail fait sur Fantasio qui, pour moi, est le personnage dont la personnalité a été la mieux mise en images par les dessinateurs. Quant au travail de colorisation de Johann Corgié, je l'ai trouvé parfait pour s'immerger facilement dans l'intrigue d'autant que les couleurs sont un parfait équilibre entre réalisme et exubérance, cette dernière étant criante quand le coloriste s'évertue à retranscrire, en couleurs, les émotions des personnages.

    La seule chose qui m'a un peu perturbée dans cet album est le décalage physique entre Fantasio et Spirou. Si le premier a vraiment été marqué par le temps entre rides, calvitie importante et bidon bien rebondi qui donne l'impression que Fantasio a passé son temps libre à s'enfiler tous les litres de bières qui ont croisé son chemin, le second, quant à lui, conserve un aspect juvénile qui peut laisser faire croire que le temps n'a pas eu de prise sur lui. Cela m'a déstabilisée même si je reconnais que le scénariste a su utiliser ce décalage à bon escient puisque cela donne lieu à des quiproquos assez amusants.

    En conclusion, empreint d'humour et d'action, Le triomphe de Zorglub est un album qui vous plongera dans une aventure loufoque menée tambour battant. Entre références aux albums "classiques" et version revue et corrigée du célèbre duo, le scénariste propose une histoire qui devrait plaire aux amateurs de Spirou et Fantasio à condition qu'ils gardent en tête le caractère unique et quelque peu déjanté de cet album.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !