Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Olivier Adam

Olivier Adam
Né en 1974, Olivier Adam est notamment l'auteur de Poids léger (adapté au cinéma par Jean-Pierre Améris) et de Passer l'hiver (Goncourt de la nouvelle 2004), disponibles en Points. Il écrit également pour la jeunesse et pour le cinéma.

Articles en lien avec Olivier Adam (3)

Avis sur cet auteur (235)

  • add_box
    Couverture du livre « Peine perdue » de Olivier Adam aux éditions Flammarion

    Ju-s-tine sur Peine perdue de Olivier Adam

    De courts morceaux de vies, de portraits, qui s'entrecroisent. Des instants à vif, de personnes perdues mais qui continuent d'y croire tout de même.
    Un livre que j'ai lu rapidement.

    De courts morceaux de vies, de portraits, qui s'entrecroisent. Des instants à vif, de personnes perdues mais qui continuent d'y croire tout de même.
    Un livre que j'ai lu rapidement.

  • add_box
    Couverture du livre « Des vents contraires » de Olivier Adam aux éditions Points

    Le Voyage de Lola sur Des vents contraires de Olivier Adam

    L’histoire est déchirante. La mère disparait, un départ soudain, inattendu, incompréhensible, inconcevable. Le père est anéanti, les enfants bouleversés. Au bout d’un an, toujours pas de nouvelles, le désespoir est installé, les enfants dépérissent, alors le père emmène ses enfants dans le pays...
    Voir plus

    L’histoire est déchirante. La mère disparait, un départ soudain, inattendu, incompréhensible, inconcevable. Le père est anéanti, les enfants bouleversés. Au bout d’un an, toujours pas de nouvelles, le désespoir est installé, les enfants dépérissent, alors le père emmène ses enfants dans le pays de son enfance, de ses racines, Saint Malo. »Je voulais juste que le vent me ressucite » dit cet homme brisé. Il règle des vieux comptes avec son frère, fait des rencontres improbables qui vont l’aider à surmonter la douleur.

    Comme dans ses autres autres romans, Olivier Adam sait raconter les peines causées par l’absence, les liens familiaux compliqués, es personnages à fleur de peau, et décrire merveilleusement le doute, la culpabilité, l’espoir et cette impression pesante que ça peut craquer et partir en vrille à tout moment.
    J'aime la rudesse de cet auteur et la tendresse qui se dégage de son travail. Olivier Adam a tout bon <3

  • add_box
    Couverture du livre « Les lisières » de Olivier Adam aux éditions J'ai Lu

    Jean-Paul Degache sur Les lisières de Olivier Adam

    Vivre aux lisières de la société, de soi-même et de sa famille, ce n’est pas facile. C’est ce que démontre Olivier Adam tout au long de ce livre branché aussi sur l’actualité immédiate, l’évolution politique du moment et ce tsunami, au Japon, pays qui le fait rêver et l’attire.

    Ce Paul...
    Voir plus

    Vivre aux lisières de la société, de soi-même et de sa famille, ce n’est pas facile. C’est ce que démontre Olivier Adam tout au long de ce livre branché aussi sur l’actualité immédiate, l’évolution politique du moment et ce tsunami, au Japon, pays qui le fait rêver et l’attire.

    Ce Paul Steiner, ressemblant beaucoup à l’auteur lui-même, nous fait partager sa vie de père de famille vivant seul, maintenant que Sarah a décidé de se séparer de lui. Il ne voit plus ses enfants qu’un week-end sur deux et il souffre : « J’avais le sentiment d’avoir été expulsé de moi-même. » Lui qui avait fui Paris pour vivre en Bretagne où il espérait que le vent et la mer nettoient tous ses tourments, tente un retour vers son enfance alors qu’écrivain en panne d’inspiration, il n’arrive plus à écrire.
    Il revoit la disparition de sa grand-mère alors qu’il n’avait que dix ans, les séjours familiaux dans les Alpes, sur les routes du Tour de France où, dans les plus grands cols, il a vu évoluer de grands champions comme Jacques Anquetil, Eddy Merckx et Bernard Hinault. Un jour, il a été surpris par son frère, au bord du précipice alors qu’il éprouvait l’envie de mourir.
    Le voilà maintenant en banlieue parisienne, cette banlieue qu’il va nous faire visiter tout en croisant d’anciennes connaissances. Hélas, sa mère est hospitalisée et semble perdue, le confondant avec son frère. Sa célébrité médiatique, certains l’ont vu à la télévision dans « une émission sur les bouquins, sur la Cinq », le dessert parfois. Ce roman foisonne de rencontres souvent décevantes parce qu’il se sent maintenant étranger parmi ceux qui l’ont vu grandir. Rien ne semble le satisfaire. Les relations avec son père, bourru, hargneux, tenté de « voter pour la Blonde », ne s’améliorent pas, au contraire. Pourtant, Paul fait des efforts mais c’est à contretemps et rien ne se passe comme il aurait pu l’espérer. « Une maladie » le ronge. Il ne cesse de la repousser. Son amour pour Sarah, la naissance de leurs enfants et la vie en Bretagne l’y ont aidé mais Sarah a tout cassé.
    Voilà qu’il retrouve Sophie, un amour de jeunesse, dans sa maison bien rangée, dans sa vie monotone… Au lieu de le satisfaire, cet amour enfin consommé lui fait dire : « Je me suis méprisé pour ça, d’être devenu ce sale con méprisant, arrogant, capable de la (Sophie) plaindre sans rien savoir de sa vie, ne se fiant qu’aux apparences, au vernis, à la surface. »
    Au hasard de photos retrouvées, remonte à la surface un secret de famille qu’il ignorait et le voilà tourmenté jusqu’au bout. L’inspiration qu’il a puisée dans ses souvenirs, pour ses livres, l’a fait parler d’anciens camarades de lycée et de sa famille. Cela le gêne beaucoup maintenant d’autant qu’on lui en fait le reproche parfois.

    Toujours aux lisières de la vie, éternel insatisfait, fou de jalousie à l’égard d’un potentiel rival, ce qui va donner quelques passages animés et assez savoureux, notre homme ne se sent bien que sur une île évoquée tout au long du livre. Là-bas, il espère avoir trouvé enfin calme et sérénité.

    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

  • add_box
    Couverture du livre « Les lisières » de Olivier Adam aux éditions J'ai Lu

    SabiSab28 P sur Les lisières de Olivier Adam

    Alors que le Japon vit l'un des plus grands drames de son histoire, que la France se prépare aux élections et voit arriver la montée du FN, Paul vit également son propre tsunami avec sa séparation, les divagations de sa mère, la vente de sa maison d'enfance, et des souvenirs douloureux qui...
    Voir plus

    Alors que le Japon vit l'un des plus grands drames de son histoire, que la France se prépare aux élections et voit arriver la montée du FN, Paul vit également son propre tsunami avec sa séparation, les divagations de sa mère, la vente de sa maison d'enfance, et des souvenirs douloureux qui remontent à la surface et d'autres qu'il se prend telles des gifles.

    A travers cette remontée vers ses souvenirs, Paul tente de comprendre pourquoi il est sujet à la dépression de façon chronique. Est-ce la froideur de son père, le protection distante de sa mère? d'ou vient cette incapacité à garder ses amis, à profiter de la vie ? Quel est ce manque?

    Olivier Adam nous amène à nous questionner sur la constitution de la personnalité : entre inné, milieu social, lieu d'habitation, environnement familial. Mais son questionnement va au delà de l'individu puisqu'il met en exergue la place de la banlieue, de la périphérie, en donnant la parole au peuple, aux chômeurs, mères de famille, petits revenus.

    Cette lecture a été profondément intense et intimiste de part l'histoire et les sujets que l'auteur soulève, et ma propre histoire qui trouve des résonances.
    Un tantinet moins long et moins "geignard" m'aurait comblée mais cela n'enlève en rien les qualités de ce livre.

    Un livre bouleversant, dérangeant, accusateur qui a été écrit et qui se lit avec les tripes, avec un noeud dans la gorge.