Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Olivia Rosenthal

Olivia Rosenthal
Écrivain et dramaturge, Olivia Rosenthal travaille à des performances en collaboration avec des
cinéastes, écrivains ou plasticiens. Elle a récemment publié Que font les rennes après Noël ?,
prix du Livre Inter (Verticales, 2010, Folio n° 5437), Ils ne sont pour rien dans mes larmes
(Minimales/Verti... Voir plus
Écrivain et dramaturge, Olivia Rosenthal travaille à des performances en collaboration avec des
cinéastes, écrivains ou plasticiens. Elle a récemment publié Que font les rennes après Noël ?,
prix du Livre Inter (Verticales, 2010, Folio n° 5437), Ils ne sont pour rien dans mes larmes
(Minimales/Verticales, 2012), Mécanismes de survie en milieu hostile (Verticales, 2014).

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Olivia Rosenthal (2)

Avis sur cet auteur (30)

  • add_box
    Couverture du livre « Que font les rennes après Noël ? » de Olivia Rosenthal aux éditions Gallimard

    Nicolle WEBER sur Que font les rennes après Noël ? de Olivia Rosenthal

    Un livre froid à la limite du désagréable, pourtant je suis allée jusqu'au bout mais en conservant cette gêne. L'organisation du livre est originale, s'alterne une réflexion (intelligente) sur l'enferment animal, la gestion du monde sauvage par les hommes, leur intrusion violente dans le monde...
    Voir plus

    Un livre froid à la limite du désagréable, pourtant je suis allée jusqu'au bout mais en conservant cette gêne. L'organisation du livre est originale, s'alterne une réflexion (intelligente) sur l'enferment animal, la gestion du monde sauvage par les hommes, leur intrusion violente dans le monde libre et équilibré de la faune et l'histoire glaçante d'une jeune fille/femme qui cherche à sortir de l'emprise étouffante de sa mère. Olivia Rosenthal choisit d'utiliser le "vous" pour parler à son parler "le désir et la mort ont été exposé sous vos yeux (...) vous avez peur...", la forme et le ton produisent une distance énorme entre le lecteur et le personnage. On s'éloigne tellement que finalement on ne comprend plus vraiment ce que veut nous démonter l'auteur. Le parallèle entre la jeune fille et les animaux est vraiment tiré par les cheveux ; la conséquence est qu'on lit chaque partie du livre presque séparément : la vie des animaux et leur souffrance, la vie de cette personne et ses ruminations. Au final, la vie des bêtes est bien plus intéressante que celle de la fille/femme. Déjà l'an dernier j'avais eu du mal sur le livre Inter, ça recommence cette année, suis pas sûre de me lancer sur le prochain.

  • add_box
    Couverture du livre « Que font les rennes après Noël ? » de Olivia Rosenthal aux éditions Gallimard

    Elsa Simonnet de DEVELAY sur Que font les rennes après Noël ? de Olivia Rosenthal

    Ce livre se lit comme une brasse coulée. Tour à tour, le personnage féminin et l'homme, dont la profession est en lien avec l'animal, vont apparaître dans un dialogue de sourds.
    Au fil du livre, cette petite fille se demandant que font les rennes après Noël va grandir et s'émanciper.
    Olivia...
    Voir plus

    Ce livre se lit comme une brasse coulée. Tour à tour, le personnage féminin et l'homme, dont la profession est en lien avec l'animal, vont apparaître dans un dialogue de sourds.
    Au fil du livre, cette petite fille se demandant que font les rennes après Noël va grandir et s'émanciper.
    Olivia Rosenthal nous offre un livre d'une incroyable originalité. Elle arrive à lier étroitement l'homme et l'animal grâce à la structure parfaite de son roman.
    Un prix inter amplement mérité.

  • add_box
    Couverture du livre « Que font les rennes après Noël ? » de Olivia Rosenthal aux éditions Gallimard

    thierry hitier sur Que font les rennes après Noël ? de Olivia Rosenthal

    Si le format est tres original, on s'ennuie un peu.
    Vaut tout de même le coup d'être lu

    Si le format est tres original, on s'ennuie un peu.
    Vaut tout de même le coup d'être lu

  • add_box
    Couverture du livre « Que font les rennes après Noël ? » de Olivia Rosenthal aux éditions Gallimard

    (M.) Dominique Léger sur Que font les rennes après Noël ? de Olivia Rosenthal

    Sur le ring du règne animal : à gauche, provenant du plus loin de l’évolution, toutes les espèces (moins une) rangées dans la catégorie des animaux et des bêtes ; à droite, ayant franchi quelque échelon supplémentaire sur l’échelle de Darwin, le genre humain que le développement de son cerveau...
    Voir plus

    Sur le ring du règne animal : à gauche, provenant du plus loin de l’évolution, toutes les espèces (moins une) rangées dans la catégorie des animaux et des bêtes ; à droite, ayant franchi quelque échelon supplémentaire sur l’échelle de Darwin, le genre humain que le développement de son cerveau destine, entre autres activités, à dominer les premiers. Au centre, une romancière, curieuse par nature du genre humain, sensible par ailleurs au bien-être animal. De son imagination fertile, émerge une question passée en pertes et profits par les adultes, qui interroge gravement les enfants : Que font les rennes après Noël ?
    Ce livre original est une réponse à la question, brodant de paragraphe en paragraphe selon une stricte alternance entre essai zoologique et roman psychologique ; il y est question d’une femme qui traîne le long de sa banale existence les névroses contractées en son enfance, que l’auteur nous présente en relation avec la fameuse question. L’essai a le sérieux et la rigueur attendus d’un essai, le roman est de la même eau servie froide, enchaînant cliniquement constats et diagnostics. On n’est pas là pour rigoler, le sentiment qui se dégage de l’ensemble est plutôt morose. D’accord, l’homme accorde des droits à l’animal, mais tout en même temps l’enferme, le massacre, voire l’éradique… De quoi troubler un enfant quand il (elle) comprend le sort réel de ses coursiers chéris.
    C’est un livre difficile – de ceux qu’apprécie le jury Inter -, dont la créativité et la profondeur compensent, en ce qui me concerne, la forme bourrue. Un livre “qui se vouvoie » comme m’a dit un jour une cavalière d’un cheval au caractère affirmé !.