Odile D' Oultremont

Odile D' Oultremont

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (12)

  • Couverture du livre « Les déraisons » de Odile D' Oultremont aux éditions L'observatoire

    Violaine belouard sur Les déraisons de Odile D' Oultremont

    Certains livres provoquent des doutes !
    Des doutes parce qu'il n'est pas si facile de dire "j'aime ou j'aime pas" quand on a oscillé entre le rêve et la réalité.

    Adrien, j'aime pas son quotidien...trop rempli d'impersonnalité, de mépris, d'incohérence. Et pourtant lui il arrive à y trouver...
    Voir plus

    Certains livres provoquent des doutes !
    Des doutes parce qu'il n'est pas si facile de dire "j'aime ou j'aime pas" quand on a oscillé entre le rêve et la réalité.

    Adrien, j'aime pas son quotidien...trop rempli d'impersonnalité, de mépris, d'incohérence. Et pourtant lui il arrive à y trouver un certain plaisir...j'ai saisi certains de ses arguments mais d'autres m'ont semblé trop en surface, comme s'il n'avait pas de poids dans sa vie, comme s'il ne pouvait rien changer lui dans son quotidien et qu'il acceptait sans rien dire, tout lui glisse dessus en fait.
    Louise, j'aime pas non plus son quotidien...quand la maladie s'invite dans sa vie c'est pas drôle ! Mais Louise a une corde à son arc, celle de la fantaisie. Et ça j'aime bien, je crois que j'aurai même été capable d'aller encore plus loin dans l'écriture si c'était possible.

    Ce premier roman ressemble à d'autres romans contemporains où l'imaginaire prend le dessus sur la vraie vie. Surement parce que parfois il est bien plus simple de poser des mots et de poser des idées farfelues sur ce qui arrive pour de vrai et qui est noir et trop sombre.

    Les déraisons est un roman qui se lit bien si on rentre tout de suite dans l'esprit de Louise et qu'on accepte de voir le côté fantaisie. Si jamais on y voit seulement ce qui est moche et dégueulasse de la maladie alors ce sera compliqué de voir que Louise est une femme forte et courageuse.

    L'auteure propose un ouvrage dans la veine de "En attendant Bojangles" mais je trouve qu'elle a gardé un soupcon de "trop de réalité".

    Peut-être que c'est pour éviter au lecteur de perdre pied complètement entre Adrien et Louise et donc voir ce lien ténu entre leurs perceptions individuelles de la vie ?!

    J'ai trouvé ce livre très intéressant dans la narration entre les deux personnages principaux car ils sont piliers l'un et l'autre dans cet ouvrage mais chacun à leur manière. Louise est bien plus expressive finalement et bien plus ouverte aux mots qui pourraient fâchés habituellement alors que Adrien reste en "observateur" je trouve.

    C'est un roman à découvrir en laissant votre esprit s'ouvrir à la fantaisie !

  • Couverture du livre « Les déraisons » de Odile D' Oultremont aux éditions L'observatoire

    Joëlle Guinard sur Les déraisons de Odile D' Oultremont

    https://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2018/03/les-deraisons-dodile-doultremont.html

    "Rien n'est sérieux en ce bas monde que le rire" - Flaubert

    Adrien et Louise forment un couple improbable. Adrien est un homme ordinaire élevé par une mère dépressive chronique qui exerce un métier sans...
    Voir plus

    https://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2018/03/les-deraisons-dodile-doultremont.html

    "Rien n'est sérieux en ce bas monde que le rire" - Flaubert

    Adrien et Louise forment un couple improbable. Adrien est un homme ordinaire élevé par une mère dépressive chronique qui exerce un métier sans grand intérêt "observateur atone, mouton bouclé mal assuré... un exécutant un peu raide qui suivait du doigt les paragraphes de son existence pour ne manquer aucun mot, aucune ligne". Louise est une peintre très fantasque; mariés à la suite d'un coup de foudre, ils forment un couple complémentaire. Au contact de cette femme à part Adrien a "appris à pousser des boutons inédits", à inventer la vie au gré de son imagination, il vit "sous perfusion de sa femme". Grâce à lui, elle a pu s'appuyer sur quelqu'un qui accueille son fouillis et donne corps à son désordre.

    Adrien travaille chez AquaPlus, une compagnie des eaux. A la suite d'une restructuration, après dix ans dans l'entreprise, il se retrouve relégué dans un cagibi au bout d'un couloir interminable derrière des armoires d'archives, oublié de tous dans une aile du bâtiment où il est seul à travailler. Il devient un invisible dans un bureau fantôme où il n'a rien à faire. Adrien ne peut pas confier ses angoisses à sa femme car au même moment ils apprennent qu'elle est atteinte d'un cancer.

    Louise ne s'effondre pas et continue à vivre dans la joie, danse avec Adrien et décide de dénommer Honey Pops les cellules cancéreuses qui l'envahissent. "Elle prétendait alors que les molécules des médicaments pénétraient mieux les cellules joyeuses, que l'humour et la légèreté constituaient un terrain favorable aux réactions chimiques escomptées, que l'action de ces remèdes se trouvait décuplée par le tremblement d'un corps qui rit". Lorsque se cheveux tombent, elle remplace le port d'une perruque par un dessin qu'elle se tatoue sur son crâne dénudé. A l'occasion des chansons qu'elle improvise pour raconter ses souvenirs à Adrien, apparaissent son histoire familiale et le traumatisme fondateur de son enfance qui l'a faite basculer dans une autre vie et qui a été à l'origine de sa nouvelle façon de se comporter de façon déraisonnable.

    Adrien soutient sa femme, l'accompagne à l'hôpital, n'obtient pas d'autorisations d’absence de la part des médecins mais dans sa "Sibérie professionnelle" personne ne lui réclame de justificatif car personne ne remarque son absence au bureau, il va alors lui aussi faire preuve de déraison... En quittant la voie du raisonnable, il n'est pas dit qu'Adrien n'entraine pas d'autres personnes sur ce chemin...

    Ce premier roman au ton virevoltant où l'auteure ne se prive pas de quelques jolis coups de griffe sur les médecins, la directrice des ressources humaines, le PDG, le président du tribunal et les avocats en autres est un vrai petit bijou très émouvant qui se lit d'une traite. Le monde impitoyable de l'entreprise qui broie y est décrit avec fantaisie mais de façon implacable.
    J'ai aimé la fantaisie qu'Odile d'Oultremont prête à Louise, une jolie fantaisie suffisamment bien dosée pour ne jamais lasser, un ton décalé mais pas trop déjanté. J'ai aimé la construction de son récit où la mort de Louise est annoncée dès les premières pages, récit ponctué par le procès intenté à Adrien. J'ai aimé sa plume subtile et son univers qui n'est pas sans évoquer celui d'Olivier Bourdeault et de Gilles Marchand. Un récit original et lumineux.

  • Couverture du livre « Les déraisons » de Odile D' Oultremont aux éditions L'observatoire

    Fanfan La Tulipe sur Les déraisons de Odile D' Oultremont

    J'ai adoré ce livre tout en nuance très bien écrit. Les personnages sont très touchants, c'est poétique et beau; l'ambiance rappelle un peu "En attendant Bojangles". Là où dans Bojangles est décrite la folie, ici c'est la maladie qui prend beaucoup de place. Adrien ne va plus travailler pour...
    Voir plus

    J'ai adoré ce livre tout en nuance très bien écrit. Les personnages sont très touchants, c'est poétique et beau; l'ambiance rappelle un peu "En attendant Bojangles". Là où dans Bojangles est décrite la folie, ici c'est la maladie qui prend beaucoup de place. Adrien ne va plus travailler pour s'occuper de sa femme lorsqu'il apprend qu'elle est malade. Il y a beaucoup d'amour dans ce livre et cela m'a beaucoup plu.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !