Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Nino Haratischwili

Nino Haratischwili
Nino Haratischwili est née en 1983 à Tbilissi (Géorgie). Venue en Allemagne en 2003 pour étudier la mise en scène et la dramaturgie, elle vit aujourd'hui à Hambourg. Elle s'est d'abord fait connaître comme auteur et metteuse en scène de théâtre (elle a écrit 13 pièces). En 2011, elle a reçu le Pr... Voir plus
Nino Haratischwili est née en 1983 à Tbilissi (Géorgie). Venue en Allemagne en 2003 pour étudier la mise en scène et la dramaturgie, elle vit aujourd'hui à Hambourg. Elle s'est d'abord fait connaître comme auteur et metteuse en scène de théâtre (elle a écrit 13 pièces). En 2011, elle a reçu le Prix du premier roman du Buddenbrookhaus Lübeck pour son livre Juja. Mon doux jumeau – son premier livre traduit en français – a été récompensé la même année par le Prix des éditeurs indépendants.

Avis sur cet auteur (13)

  • add_box
    Couverture du livre « Le chat, le général et la corneille » de Nino Haratischwili aux éditions Belfond

    Alex-Mot-à-Mots sur Le chat, le général et la corneille de Nino Haratischwili

    J’ai mis du temps à entrer dans ce roman complexe qui se déroule en grande partie à Berlin mais fait référence à la guerre de Tchétchénie, ce qui inclue la Russie.

    Il y a le Chat, une jeune comédienne embauchée par Le Général pour jouer le rôle d’une tchétchène violée et tuée. Le messager est...
    Voir plus

    J’ai mis du temps à entrer dans ce roman complexe qui se déroule en grande partie à Berlin mais fait référence à la guerre de Tchétchénie, ce qui inclue la Russie.

    Il y a le Chat, une jeune comédienne embauchée par Le Général pour jouer le rôle d’une tchétchène violée et tuée. Le messager est la Corneille, un journaliste qui enquête sur le fameux Général.

    Le récit est plein d’aller-retour entre les différentes époques, car la Corneille était tombé amoureux de la fille du Général qui s’est suicidée.

    Un roman très noir aux vies tragiques suite à cette guerre oubliée.

    J’ai toutefois apprécié les leitmotivs de l’auteur : des éléphants qui apparaissent au détour des pages ; des cafés berlinois servis à la thermos ; Prométhée sous les feux de la guerre.

    Pourtant, ce roman archi fouillé m’a parfois perdu par trop de détails et de questionnements inutiles. J’aurais aimé plus de sobriété et moins atermoiements.

    Une lecture en demi-teinte, je m’attendais à un roman plus fort.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du Général qui offre à la mère de son compagnon de guerre décédé un restaurant français. Il y va déjeuner avec le Chat et la Corneille et mangent du coq au vin et d’autres plats typiquement français en plein désert.

    https://alexmotamots.fr/le-chat-le-general-et-la-corneille-nino-haratischwili/

  • add_box
    Couverture du livre « Le chat, le général et la corneille » de Nino Haratischwili aux éditions Belfond

    Zazaboum sur Le chat, le général et la corneille de Nino Haratischwili

    Avec un titre digne d’un Conte on pourrait penser ce livre dans la même veine mais c’est loin d’être le cas !

    Une jeune comédienne talentueuse, surnommée Chat ; un oligarque russe sans scrupule, le Général et un journaliste allemand sur le déclin, la Corneille, vont se croiser et cheminer...
    Voir plus

    Avec un titre digne d’un Conte on pourrait penser ce livre dans la même veine mais c’est loin d’être le cas !

    Une jeune comédienne talentueuse, surnommée Chat ; un oligarque russe sans scrupule, le Général et un journaliste allemand sur le déclin, la Corneille, vont se croiser et cheminer ensemble jusqu’à la fin !

    Le roman commence en Tchétchénie en 1994 en compagnie de Nura une jeune fille pleine de vie qui rêve d’indépendance, de voyage, de liberté au sein d’une société rurale profondément croyante et patriarcale.

    L’auteure prend le temps de décrire ses personnages, leur vie, leurs pensées et leurs désirs et ce sur 20 ans pour les deux hommes. Cette partie qui aurait pu paraître longue a en fait suscité ma curiosité et a déroulé petit à petit le chemin qui mène à la compréhension !

    Nous plongeons régulièrement dans la Russie post-URSS et dans la Tchétchénie en guerre, cette période qui va transformer des hommes en monstres et gâcher tant de vies. Petit à petit des personnalités se dévoilent et Nino Haratischwili a su jouer de ce registre pour nous laisser dans le flou et le questionnement jusqu’à l'époque actuelle.

    Toute une gamme d’émotions parcourt ce livre, de la haine à la culpabilité, en passant par l’amour et l’indifférence ! Il est impossible de deviner où toutes ces histoires nous mènent et le suspense est présent jusqu’à la dernière page !

    Je ne dirais pas un beau livre, le thème le permet difficilement, mais un grand livre, qui ne fait pas que raconter une histoire mais est aussi un témoignage d’une période !

    #NinoHaratischwili #NetGalleyFrance #rentreelitteraire2021

  • add_box
    Couverture du livre « La huitième vie : pour Brilka » de Nino Haratischwili aux éditions Folio

    Anita Millot sur La huitième vie : pour Brilka de Nino Haratischwili

    Voici une très riche saga familiale qui prend ses racines en Géorgie, lors de la première guerre mondiale et de la révolution bolchévique. À la lecture du Livre I, nous faisons la connaissance d’Anastasia (Stasia) et de ses trois soeurs. Leur père est un chocolatier réputé (et aisé …) dans un...
    Voir plus

    Voici une très riche saga familiale qui prend ses racines en Géorgie, lors de la première guerre mondiale et de la révolution bolchévique. À la lecture du Livre I, nous faisons la connaissance d’Anastasia (Stasia) et de ses trois soeurs. Leur père est un chocolatier réputé (et aisé …) dans un pays en mutation. Stasia héritera de ce dernier (secret bien gardé !) une divine recette d’un chocolat chaud – qu’il ne faut surtout pas consommer régulièrement – sous peine de voir ce nectar se transformer en poison mortel ! Son mariage avec le militaire Simon Iachi sera hélas la grande déception de sa vie … Envolés en fumée, ses rêves de femme indépendante et de danseuse étoile …

    Nous sommes en Allemagne, en 2006. C’est Niza (la principale protagoniste du Livre VII) qui est la narratrice de ce récit. Elle s’adresse tout particulièrement à sa nièce Brilka, la fille de sa soeur disparue (Daria, héroïne du Livre VI)

    Chaque « Livre » représente une des « Vies » de cette extraordinaire saga : le Livre I est consacré à Stasia. Le Livre II à sa soeur : Christine. Le Livre III au fils de Stasia : Kostia. Le Livre IV à la fille de Stasia et soeur de Kostia : Kitty. Le Livre V à Elene la fille de Kostia et petite fille de Stasia. Le Livre VI à Daria, la soeur de la narratrice. Et enfin le Livre VII à Niza, la narratrice en personne. C’est d’ailleurs Niza qui devra rechercher l’adolescente fugueuse qui aurait fui à Vienne : sa nièce Brilka, pour qui reste tout reste à écrire dans le Livre VIII … En lui souhaitant une vie moins dramatique que celles de ses ancêtres …

    À travers plus d’un siècle d’intrigues romanesques et politiques, Nino Haratischwili relate les évènements historiques les plus marquants de son pays et de la Russie, de la chute de la famille Tsariste à la naissance de la rouge Union Soviétique. Une très longue odyssée qui se dévore avec plaisir, les qualités de conteuse de l’auteure se révélant incontestablement être au top niveau ! Énorme coup de coeur, cela va de soi !

  • add_box
    Couverture du livre « Le chat, le général et la corneille » de Nino Haratischwili aux éditions Belfond

    Christlbouquine sur Le chat, le général et la corneille de Nino Haratischwili

    Sesili, surnommée le Chat, est une jeune comédienne en mal de rôle, née en Géorgie et vivant à Berlin. De son côté, Alexander Orlov richissime oligarque russe, dit Le Général, est hanté par un terrible secret et par la mort de sa fille adorée. Quant à la Corneille, il s’agit d’Onno Brender,...
    Voir plus

    Sesili, surnommée le Chat, est une jeune comédienne en mal de rôle, née en Géorgie et vivant à Berlin. De son côté, Alexander Orlov richissime oligarque russe, dit Le Général, est hanté par un terrible secret et par la mort de sa fille adorée. Quant à la Corneille, il s’agit d’Onno Brender, journaliste allemand qui s’intéresse aux guerres de l’Europe de l’Est et tout particulièrement aux scandales liés aux actions des hauts gradés de l’armée russe pendant la guerre en Tchétchénie. Ce qui va réunir ces trois personnages totalement dissemblables est un évènement monstrueux, survenu en 1995 alors que l'armée russe occupe le Caucase, en guerre contre les séparatistes tchétchènes. Un drame qui a coûté la vie à une jeune femme et qui a laissé de nombreuses traces vingt et un ans après. De 1994 à 2016, entre la Tchétchénie, Berlin, le Maroc ou encore Venise, Nino Haratischwili entraîne son lecteur sur les traces d’un passé que certains aimeraient enterrer.

    Voilà un titre bien surprenant, qui pourrait laisser imaginer au lecteur qu’il va découvrir une fable ou un conte. Mais cette histoire n’a rien d’un conte, ou alors un conte cruel, une chronique amère d’un monde en perdition et de trois personnages hantés par leur histoire.

    C’est un roman puissant, habité par de très beaux personnages féminins. Car en plus de Sesili, on y croise aussi Ada et Nura, deux fantômes qui traversent ce récit avec toute leur force et leurs failles, toute leur combativité et qui sont au cœur de la vie du Général et de son besoin de vengeance ou de rédemption.
    Et puis il y a évidemment tout l’aspect historique, social et politique de ce roman qui nous emmène en Europe de l’Est, comme un travail de mémoire pour ne pas oublier ce pan d’histoire contemporaine.

    Un roman qui, s’il peut dérouter au début par sa construction alternant les époques et les points de vue des trois principaux personnages, saura très vite captiver le lecteur jusqu’au dénouement.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !