Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Nicole Krauss

Nicole Krauss
Nicole Krauss a connu un succès international avec son livre roman L'Histoire de l'amour (Gallimard, 2006). La Grande Maison (L'Olivier, 2011), succès de librairie en France, l'a placée au tout premier rang des écrivains de sa génération.

Articles en lien avec Nicole Krauss (1)

Avis sur cet auteur (13)

  • add_box
    Couverture du livre « Forêt obscure » de Nicole Krauss aux éditions Editions De L'olivier

    Sophie Wag sur Forêt obscure de Nicole Krauss

    Mouais, bof bof. Un roman bien écrit mais l'histoire ne m'a pas pasionnée car je ne vois pas où voulait en venir l'auteur...
    Ni Nicole écrivain en mal d'inspiration et en crise perso, ni Jules, avocat richissime à la recherche... de quoi au fait? ne m'ont passionnée... une déception!

    Mouais, bof bof. Un roman bien écrit mais l'histoire ne m'a pas pasionnée car je ne vois pas où voulait en venir l'auteur...
    Ni Nicole écrivain en mal d'inspiration et en crise perso, ni Jules, avocat richissime à la recherche... de quoi au fait? ne m'ont passionnée... une déception!

  • add_box
    Couverture du livre « Forêt obscure » de Nicole Krauss aux éditions Editions De L'olivier

    Christophe ROBERT sur Forêt obscure de Nicole Krauss

    Pour faire simple et en résumé, pour ce roman, j'ai tout aimé.

    D'abord le style. J'ai trouvé que l'écriture, la précision des mots, la construction des phrases, le vocabulaire (et la traduction), tout était de très grande qualité. Il y a un vrai travail d'écrivain qui justement écrit, travail...
    Voir plus

    Pour faire simple et en résumé, pour ce roman, j'ai tout aimé.

    D'abord le style. J'ai trouvé que l'écriture, la précision des mots, la construction des phrases, le vocabulaire (et la traduction), tout était de très grande qualité. Il y a un vrai travail d'écrivain qui justement écrit, travail son texte. Nous ne sommes pas là sur des "copier-coller" de bouts de textes sans queue ni tête, ni sur un roman écrit à la va vite sans respect du lecteur. Non, nous sommes là face à un remarquable travail d'auteur, de la haute couture.

    Puis, il y a l'histoire, enfin les histoires car deux parcours se mêlent.

    D'un coté l'histoire de Nicole cette femme écrivain qui part sur les traces de Kafka, entre rêve, fantasme et réalité. Cette femme qui, en fait, se cherche elle même jusqu'à voir son double et qui finira par un travail d'introspection magnifique sur elle même, son couple, ses enfants, son travail même écrivain. Et là on voit bien que l'écrivain est "double-face" avec son aspect "vie privée" ancré dans la réalité de son quotidien et son aspect "vie auteur" et sa création littéraire, son propre monde imaginaire qu'il met en scène jusqu'à brouiller la frontière entre réel et imaginaire.

    De l'autre coté l'histoire de Jules Epsetine qui lui aussi est bien à la recherche de quelque chose, mais là sa quête est plus diffuse, plus subtile, car il arrive à la fin de sa vie et prend conscience qu'il a perdu ce qui donnait justement un sens à la vie.

    Et sur tout cela se mêlent des réflexions philosophiques, religieuses, politiques d'une grande érudition. L'auteur pousse donc à l'exigence tant sur la forme que sur le fond, avec un parfait équilibre entre les deux, ce qui rend la lecture stimulante et passionnante. Ce n'est absolument pas un livre facile, parfois un peu hermétique, peut être fallait il connaitre les autres livres de cet auteur avant (ce qui n'est pas mon cas, j'ai découvert Nicole Krauss avec ce roman), afin d'avoir des clés de lectures.

  • add_box
    Couverture du livre « Forêt obscure » de Nicole Krauss aux éditions Editions De L'olivier

    Henri-Charles Dahlem sur Forêt obscure de Nicole Krauss

    Explorateurs de la rentrée littéraire 2018 – Ma chronique:

    Après avoir lu le nouveau roman de Nicole Krauss me revient en mémoire l’entretien de Camille Laurens et Laure Adler sur France-Culture et cette affirmation de la romancière : «je pense comme Marcel Proust qu’on écrit toujours le même...
    Voir plus

    Explorateurs de la rentrée littéraire 2018 – Ma chronique:

    Après avoir lu le nouveau roman de Nicole Krauss me revient en mémoire l’entretien de Camille Laurens et Laure Adler sur France-Culture et cette affirmation de la romancière : «je pense comme Marcel Proust qu’on écrit toujours le même livre, parce qu’on est hanté par quelques obsessions. Mais à chaque fois je cherche une forme différente, peut-être pour dire toujours la même chose… »
    « Forêt obscure » s’apparente en effet beaucoup à « L’histoire de l’amour » qui a fait connaître l’Américaine en France. En y retrouve le travail sur la mémoire et le deuil, la judéité et la littérature.
    Les chapitres, empilés à la manière d’un mille-feuille, nous offrent d’abord de suivre Jules Epstein en Israël où ce riche New-yorkais a disparu sans laisser de traces, puis de revenir sur son parcours avec ses enfants Lucie, Jonah et Maya qui tentent de trouver les indices susceptibles d’expliquer cette disparition. Entre-temps, on aura fait la connaissance de Nicole, écrivain de son état, qui a suivi le même chemin qu’Epstein et a aussi séjourné au Hilton de Tel-Aviv. L’hôtel peut du reste être considéré comme un personnage du livre, tant il y est présent, y compris en photo.
    Pour lier les couches du mille-feuilles, on retrouve d’une part la quête d’Epstein sur l’identité juive, ponctuée par la rencontre avec un rabbin qui entend lui démonter qu’il est un descendant direct de David et d’autre part le travail d’écriture de Nicole, également marqué par une rencontre avec un professeur de littérature qui aurait retrouvé des manuscrits de Franz Kafka.
    Entremêlant les réflexions du vieil homme sur le sens de sa vie, la généalogie de David avec le portrait des enfants et petits-enfants d’Epstein, l’exégèse et les interprétations du rabbin avec des scènes de la vie quotidienne en Israël Nicole Krauss essaie d’élaguer cette forêt obscure, mais il faut bien reconnaître que son érudition et sa construction ne nous facilitent pas la tâche.
    On peut certes choisir de se laisser emporter par les projets et les obsessions de cet homme. Par sa volonté farouche de vouloir laisser une trace, par exemple en faisant planter des hectares d’arbres dans le désert de cette terre promise. Alors son argent lui permettra peut-être de «prendre racine» dans ce pays et de s’assurer une postérité.
    On pourra mettre en parallèle le destin de Kafka sur cette même terre et le choix de l’écrivain de se fondre dans la masse, de travailler dans un kibboutz, d’oublier la littérature. À l’image de ce contraste en noir et blanc choisi pour la couverture du livre, on comprend que la quête de la lumière à tout prix est sans doute la moins bonne voie pour laisser sa trace dans l’Histoire.
    Un roman que je ne conseillerai qu’aux lecteurs passionnés par la thématique présentée ici tant sa lecture est exigeante.

  • add_box
    Couverture du livre « Forêt obscure » de Nicole Krauss aux éditions Editions De L'olivier

    Fanfan La Tulipe sur Forêt obscure de Nicole Krauss

    Avis de la page 100

    Un livre qui démarre plutôt bien. L'écriture est agréable et j'adore les Editions de l'Olivier!
    Quelques photos à un moment donné me plaisent bien et étayent le récit...
    Jules Epstein, riche New-yorkais a disparu. On retrouve sa trace à Tel Aviv.
    Nicole, écrivain en...
    Voir plus

    Avis de la page 100

    Un livre qui démarre plutôt bien. L'écriture est agréable et j'adore les Editions de l'Olivier!
    Quelques photos à un moment donné me plaisent bien et étayent le récit...
    Jules Epstein, riche New-yorkais a disparu. On retrouve sa trace à Tel Aviv.
    Nicole, écrivain en pleine crise personnelle et professionnelle, se rend, elle ne sait pour quelles raisons, également à Tel Aviv.
    Je me doute que les deux récits vont se rejoindre. j'y retourne très vite car j'ai envie de connaitre la suite!
    Chronique
    J’ai finalement été un peu déçue par la suite du roman, après avoir été accrochée par les 100 premières pages. Nous suivons en alternance les deux personnages principaux, l’avocat Jules Epstein et la romancière Nicole (qui n’a pas de nom de famille mais porte le même prénom que l’auteure!) et je pensais que les deux histoires allaient se rejoindre. Et bien que se trouvant dans la même ville, Tel-Aviv, à des moments semble-t-il similaires, les deux « héros » ne se rencontrent jamais . Certains peuvent penser qu’ils se croisent mais rien n’est sûr dans ce roman ...
    Ils poursuivent chacun un « rêve » que je n’ai pas vraiment réussi à comprendre et qui m’a laissée sur ma faim. On parle beaucoup de Kafka et de culture juive dans ce roman très ancré sur le mode de vie en Israël de nos jours ainsi que sur la judaïté. Et je me suis un peu perdue dans les rues de Tel-Aviv et dans le désert où les héros de l’histoire cherchent des réponses au sens de leurs vies.
    Ce qui m’a un peu gênée tout au long de ma lecture surtout dans la deuxième moitié du roman, c’est ce flou entre réalité et rêve que l’on perçoit sans toutefois en saisir la portée . Le roman se lit facilement, mais je n’ai pas réussi à comprendre où voulait m’emmener l’auteure ni son message s’il y en a un…