Nicole Caligaris

Nicole Caligaris
Nicole Caligaris est notamment l'auteur de la Scie patriotique (Mercure de France, 1997), des Samothraces (Mercure de France, 2000) et, aux éditions Verticales, de Barnum des ombres (2002), Les Chaussures, les drapeaux, les putains (2003), et L'os du doute (2006). Qu'il s'agisse de la guerre, ou ... Voir plus
Nicole Caligaris est notamment l'auteur de la Scie patriotique (Mercure de France, 1997), des Samothraces (Mercure de France, 2000) et, aux éditions Verticales, de Barnum des ombres (2002), Les Chaussures, les drapeaux, les putains (2003), et L'os du doute (2006). Qu'il s'agisse de la guerre, ou du monde du travail, la question de la barbarie est au c½ur de son ½uvre.

Avis (1)

  • add_box
    Couverture du livre « Le paradis entre les jambes » de Nicole Caligaris aux éditions Verticales

    Sandrine Fernandez sur Le paradis entre les jambes de Nicole Caligaris

    En 1981, Nicole CALIGARIS a 22 ans. Elle a quitté sa province pour venir étudier à Paris. Entre les cours, les conférences et les soirées entre amis, sa vie lui plaît et s'écoule avec insouciance. Un soir de juin, une petite bande, tous étudiants du séminaire d'Henri Béhar sur Le surréalisme,...
    Voir plus

    En 1981, Nicole CALIGARIS a 22 ans. Elle a quitté sa province pour venir étudier à Paris. Entre les cours, les conférences et les soirées entre amis, sa vie lui plaît et s'écoule avec insouciance. Un soir de juin, une petite bande, tous étudiants du séminaire d'Henri Béhar sur Le surréalisme, dîne à la terrasse d'un restaurant de la rue Mouffetard. Parmi eux, entre autres, Renée Hartevelt, une étudiante hollandaise et Issei Sagawa, un étudiant japonais, peu bavard mais souriant, qui invite tout le monde chez lui un soir de la semaine d'après pour goûter à sa cuisine. C'est sur ce projet que la bande se disperse mais la soirée n'aura jamais lieu. le 11 du même mois, Issei Sagawa reçoit Renée dans son appartement, sous prétexte de lui faire lire un texte en allemand. Puis il la tue d'un coup de carabine dans la nuque, la découpe, cuisine et mange certains morceaux de son corps. Très vite il est arrêté et incarcéré.
    Nicole lui écrit en prison, ils échangent quelques lettres puis elle met un terme à cette correspondance.
    Trente ans plus tard, elle éprouve le besoin de se replonger dans ce sordide fait divers sur lequel elle avait jusqu'à présent préféré jeter le voile de l'oubli. Comment une telle chose a-t-elle été possible? Qu'y a-t-il à comprendre dans cet acte de cannibalisme? La femme est-elle destinée à être mangée par l'homme? Quel impact cela a-t-il eu sur sa vie?

    Un bref séjour en prison suivi d'une hospitalisation en psychiatrie et Issei Sagawa est retourné dans son pays natal où il fait commerce de son acte de cannibalisme à coup d'expos de peinture et de conférences. Nicole CALIGARIS ne voulait surtout pas tomber dans ce sensationnalisme, pour elle, se repencher sur cette affaire est plutôt l'occasion d'une introspection, d'une réflexion sur sa condition de femme, d'une analyse de ce qui a changé dans sa perception du monde après cet acte. le souci c'est qu'à force d'intellectualiser les faits, elle perd son lecteur dans le méandre de ses références mythologiques, artistiques, littéraires, sociologiques, etc. le résultat est intéressant mais tient plus de l'essai que du roman, et s'avère difficile à suivre.
    Un texte érudit qui s'adresse à des érudits.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !