Nicolas Vanier

Nicolas Vanier
1962: Naissance

1982 : Expédition à pied dans les vastes plateaux de Laponie.

1983 : traversée en canoë du grand nord Québecquois depuis Shefferville jusqu'à la baie d'Ungava sur les traces des indiens Montagnais .

Au cours de l'hiver 83-84, traversée de la péninsule du nouveau Québec-Labrador en t... Voir plus
1962: Naissance

1982 : Expédition à pied dans les vastes plateaux de Laponie.

1983 : traversée en canoë du grand nord Québecquois depuis Shefferville jusqu'à la baie d'Ungava sur les traces des indiens Montagnais .

Au cours de l'hiver 83-84, traversée de la péninsule du nouveau Québec-Labrador en traîneaux à chiens. Un livre : " Grand Nord " et un film de 52 mn "Les coureurs des bois" pour France 2 retracent cette traversée .

1986/87 : Pendant un an et demi, Nicolas Vanier et son équipe renouent avec l'histoire des grands pionniers de l'ouest : 7000 km à travers les zones les plus sauvages des Rocheuses et de l'Alaska, depuis le Wyoming jusqu'au détroit de Bering avec 12 chevaux, 24 chiens de traîneaux, un radeau en sapin et deux canoës indiens.
Trois films de 52 mn pour France 3 et Canal Plus, ont été réalisés sur cette traversée: " Caravane", " Rivières ouvertes" et " Partage des eaux" ( Ce dernier film a reçu une grande quantité de prix dont cinq grands prix) et en 1988 deux livres: "Le triathlon historique" aux éditions Albin Michel et "Solitude nord" aux éditions Fernand Nathan.

1989 : Réalisation d'un film sur la course des trappeurs, pour Canal Plus et d'un reportage photo au cours d'une expédition en canoë à la rencontre du plus grand troupeau de caribous du monde au Labrador

1990/1991 : Transsibérie. Traversée intégrale du sud au nord de toute la Sibérie pendant un an et demi, 7 000 km à travers la taïga sauvage. De la Mongolie à l'Océan Arctique, avec plusieurs moyens de déplacement traditionnels : Chevaux, traîneaux à chiens, rennes, poneys, canoës…
De cette grande expédition, Nicolas Vanier a réalisé et co-réalisé 5 films de 26 mn pour TF1. Réalisé un film long métrage pour le cinéma d'lh35 intitulé "Au nord de l'hiver" distribué en salle. Ecrit un livre aux Editions Laffont " Transsibérie, le mythe sauvage".

1993 : Nicolas Vanier partage la vie d'une famille Evène, éleveurs de rennes et nomades dans l'arctique sibérien. Il raconte cette expérience dans un livre, aux Editions Robert Laffont, "La vie en nord" et réalise un reportage photographique diffusé dans le monde entier et de nombreuses fois primé .

Mai 94 : Un roman : " Solitudes blanches " aux Editions Actes sud dont il a co-écrit un scénario pour l'adaptation au cinéma..

1994-1995 : Un an avec sa femme et sa petite fille d'un an et demi, à travers les Rocheuses et le Yukon, à cheval, un hivernage dans une cabane construite de leur main , puis en traîneau a chiens pour un grand périple de 2500 kilomètres jusqu'en Alaska .
Un livre : "L'enfant des neiges", chez Actes sud et un livre illustré "Otchum, chef de meute" aux Editions de la Martinière .
Un long métrage d'lh20mn intitulé "L'enfant des Neiges", sorti en salles le 20 décembre 1995 et aujourd’hui disponible en DVD.

1996 :Un hivernage dans les Montagnes Rocheuse dans le Yukon et participation à la Yukon Quest, la course en traîneaux à chiens la plus difficile du monde.1600 kilométres à travers le Grand Nord Canadien et l'Alaska.

1997 : Trois livres : "Un hiver", "Nord" un album de 380 pages et "Robinson du froid" aux Editions de la Martinière et un film, " Un hiver de chiens" de 52 minutes pour France 3.

1998 : Trois Livres : " Le Grand Brame " chez J C Lattes, " Destin Nord " chez Robert Laffont et " Territoire " aux éditions de la Martiniere. Une réédition illustré de Transsiberie aux Editions de la Martiniere : " Taiga ".

1999 : L'ODYSSEE BLANCHE , La traversée de tout le Grand Nord Canadien depuis Skagway en Alaska jusqu'à Québec, soit 8600 Kilomètres en moins de cent jour avec son équipage de chiens de traîneaux. Un livre au Editions Robert Laffont : L'Odyssée Blanche et un film long métrage de 90 minutes diffusé sur France 3.

2000 : Un livre : " C'est encore loin l'Alaska" pour Albin Michel et l'écriture d'un grand roman en deux volume pour les Editions XO. Mise en place d'une association "Les Fauteuils Glissants" qui a pour but de rendre possible aux handicapés moteur la pratique du traîneau à chiens .

2001 : Sortie chez XO d'un roman saga en deux tomes : " Le Chant du Grand Nord".
Les deux tomes ont figurés pendant tout l'hiver sur les listes des meilleures best seller de l'année.
Tome 1 : " Le chasseur de rêves" et tome 2 : " la tempête blanche".

2002 : Un hiver dans le Yukon avec la participation de Nicolas à plusieurs courses de chiens de traîneau longue distance qualificative pour la Yukon Quest, dont la " Quest 250" ou il est arrivé 4 éme.

2003 : Participation de Nicolas à la Yukon Quest. Film de Thomas Bounoure , sortie chez Pathé.
A partir de novembre : début de tournage de son premier film long métrage de fiction : " Le Dernier Trappeur" sortie sur les écrans le 15 décembre 2004.

2004 : Un roman : " L’Or sous le neige" ” aux editions XO.
15 décembre : sortie en salles sur 500 copies du film " Le Dernier Trappeur".
Un livre making-of " Le Dernier Trappeur aux éditions du Chêne.
Un livre illustré pour enfants " Le Dernier Trappeur " aux éditions Nathan.

Janvier 2005 : La Grande Odyssée :
Du 9 au 21 janvier 2005, sur une idée de Nicolas Vanier, les domaines des Portes du Soleil et de la Haute Maurienne Vanoise accueilleront un événement unique en Europe qui réunira les meilleurs mushers du monde.
C’est le premier rassemblement de cette envergure dans les Alpes, un territoire vierge pour les mushers du monde entier, jamais foulé par les pattes de leurs équipages.
La Grande Odyssée, c’est également une rencontre privilégiée avec le public puisqu’elle se déroulera au cœur du domaine skiable, traversera les villages et stations au moment de la haute saison touristique.
Ce sera l’occasion pour les amoureux de la nature et de grand spectacle de découvrir l’univers des courses de chiens de traîneaux.

Hiver 2005/2006 : L’Odyssée Sibérienne :
Sur plus de 8000 km de montagnes, de taïga et de toundra, Nicolas Vanier et ses dix chiens vont progresser à raison de plus de 80 km par 24 heures sur une piste éphémère tracée une semaine avant son passage par des sibériens, trappeurs, éleveurs de rennes menés par une équipe Franco-Russe qui se relayeront d’un village à l‘autre, d’un campement à un autre depuis Irkutsk jusqu'à Moscou.
Cette odyssée qui débutera sur les bords du très mythique Lac Baïkal s’achèvera à la fin de l’hiver le plus froid de la planète sur la très symbolique place rouge de Moscou, spécialement enneigée pour l‘occasion.

Avis (22)

  • add_box
    Couverture du livre « Avec mes chiens » de Nicolas Vanier aux éditions Pocket

    NADIA D'ANTONIO sur Avec mes chiens de Nicolas Vanier

    Effectuer 6 000 km à travers des pays de grand froid, c'est ce qu'a fait Nicolas Vanier qui nous le raconte dans son livre - journal de bord : « Avec mes chiens. L'Odyssée sauvage. 6 000 kms à travers Sibérie, Chine et Mongolie" jusqu'au lac Baïkal.
    Notre célèbre écrivain – voyageur -...
    Voir plus

    Effectuer 6 000 km à travers des pays de grand froid, c'est ce qu'a fait Nicolas Vanier qui nous le raconte dans son livre - journal de bord : « Avec mes chiens. L'Odyssée sauvage. 6 000 kms à travers Sibérie, Chine et Mongolie" jusqu'au lac Baïkal.
    Notre célèbre écrivain – voyageur - aventurier, grand amoureux des paysages enneigés – ne craignant rien avec sa meute fidèle, n'en est pas à sa première aventure et c'est toujours avec un plaisir immense que je lis ses récits. D'aillleurs, je les ai tous lus.
    Pour cette « Odyssée sauvage », il est parti entre le 21 décembre 2013 jusqu'au 15 mars 2014, de la côte Pacifique de la Sibérie pour arriver au majestueux lac Baïkal.
    La température atteint bien souvent les – 30°C, mais Nicolas Vanier est un musher hors pair avec une meute de chiens amoureux de leur maître (fous de joie de pouvoir avaler les kilomètres) et que Nicolas avait bien choisis. Mon coeur a bien souvent battu plus fort justement pour ces chiens (comme dans chacun des voyages – expéditions – aventures), mais j'ai également admiré la prouesse de Nicolas Vanier :
    « Je regarde l'océan Pacifique pour m'imprégner de cette image symbolique, le point de départ de ce projet un peu fou que j'ai réussi à mettre sur pied (…) depuis le plus grand océan jusqu'au plus grand lac du monde, à travers Sibérie, Chine du Nord, puis Mongolie.
    - du calme les chiens !
    Ils sont dix. Alignés deux par deux, à gesticuler, à aboyer, à exprimer de toutes sortes de façons leur impatience à prendre le départ.
    Je remonte tout l'attelage jusqu'à Burka, la chienne de tête. Elle me regarde, observe mon comportement, me jauge. Elle suit avec attention chacun de mes gestes, dont elle connaît les codes.
    - Ma Burka, tu sais ? Tu comprends ce qui nous attend ?
    Elle me regarde avec des yeux pleins d'amour. Elle me fait confiance.
    - Je compte sur toi ma belle. »
    Il faut dire que depuis longtemps, Nicolas Vanier avait réussi à tisser un lien formidable avec ses chiens qui lui rendent bien son amour et toutes ses attentions. Ils sont prêts à tout pour lui : se creuser un trou dans la neige pour se protéger – se passer de manger quand la nourriture se fait rare… Un amour splendide. Finalement, bien que je sois une fan de Nicolas Vanier, je me suis toujours bien préoccupée de ses chiens qui sont des êtres prêts à tout subir.
    On participe à un périple époustouflant au milieu de territoires plus que sauvages. Les quelques habitants rencontrés sont bien simples et accueillants.
    Dans cette aventure, Nicolas avait choisi un attelage plutôt jeune (entre un an et demi et trois ans et demi) alors que lui, le musher, avait cinquante-deux ans. Pffft ! Comme s'il se trouvait âgé ?!? En attendant, avec la fougue de ses chiens, il s'est « dérouillé » et a réussi l'incroyable.
    Alors, bravo qui ? Pour ma part, c'est « Bravo Nicolas » et « Bravo les chiens » !
    Une aventure, un voyage de toute beauté qui donne envie d'y participer, bien au chaud dans un traîneau sous un tas de couvertures (ou plus).
    Et un voyage de plus réalisé avec ce livre, et quel voyage

  • add_box
    Couverture du livre « Donne-moi des ailes » de Nicolas Vanier aux éditions Xo

    Marie Hélène Fasquel sur Donne-moi des ailes de Nicolas Vanier

    Un roman d’aventures lu d’une traite ! Tout y est : l’intrigue passionnante, la quête, les personnages aux caractères bien trempés qui se battent pour la cause de l’environnement et en particulier pour la sauvegarde d’une espèce en voie de disparition, dans un bildungsroman original.
    Thomas,...
    Voir plus

    Un roman d’aventures lu d’une traite ! Tout y est : l’intrigue passionnante, la quête, les personnages aux caractères bien trempés qui se battent pour la cause de l’environnement et en particulier pour la sauvegarde d’une espèce en voie de disparition, dans un bildungsroman original.
    Thomas, jeune garçon de 14 ans, est devenu ingérable et sa mère lui propose de passer trois semaines chez son père en Camargue, le temps qu’il reprenne ses marques. Ce dépaysement pour le petit Parisien ne sera que le début de nombreux bouleversements et d’une aventure fabuleuse, qui fera de Thomas un héros et un jeune-homme transformé, bien dans sa peau, avec un but dans la vie.
    Un roman à l’écriture fluide qui ne laissera pas indifférent !

  • add_box
    Couverture du livre « Donne-moi des ailes » de Nicolas Vanier aux éditions Xo

    Prune42 sur Donne-moi des ailes de Nicolas Vanier

    J'aime beaucoup Nicolas Vanier comme explorateur de contrées méconnues, cinéaste ou romancier. Ce livre m'a vraiment beaucoup touchée, l'histoire est belle, elle nous fait voyager de Camargue jusqu'en Norvège, rêver, frémir tout en dressant un plaidoyer mais jamais lourd ni insistant sur...
    Voir plus

    J'aime beaucoup Nicolas Vanier comme explorateur de contrées méconnues, cinéaste ou romancier. Ce livre m'a vraiment beaucoup touchée, l'histoire est belle, elle nous fait voyager de Camargue jusqu'en Norvège, rêver, frémir tout en dressant un plaidoyer mais jamais lourd ni insistant sur l'écologie et la préservation des espèces. J'ai hâte de découvrir le film qui sort le 9 octobre prochain !

  • add_box
    Couverture du livre « Donne-moi des ailes » de Nicolas Vanier aux éditions Xo

    Isabelle PURALLY-BOISSEL sur Donne-moi des ailes de Nicolas Vanier

    Thomas est un ado plutôt rebelle que sa mère décide d’envoyer une quinzaine de jours en Camargue.
    Le jeune garçon n’est pas ravi de rejoindre son père qu’il connait peu, dans un bled paumé où Internet est loin d’être performant.
    Contre toute attente, téléphone et tablette passent aux...
    Voir plus

    Thomas est un ado plutôt rebelle que sa mère décide d’envoyer une quinzaine de jours en Camargue.
    Le jeune garçon n’est pas ravi de rejoindre son père qu’il connait peu, dans un bled paumé où Internet est loin d’être performant.
    Contre toute attente, téléphone et tablette passent aux oubliettes lorsque son père lui propose de participer à son projet un peu fou pour sauver les oies sauvages en voie de disparition à l’aide d’un ULM.

    Nicolas Vanier nous entraîne dans un périlleux voyage au-dessus de paysages grandioses, au milieu des nuages.

    Le récit de Nicolas Vanier se lit avec plaisir, la nature est magnifiée par la plume experte de l’explorateur.

    « Donne-moi des ailes » est un plaidoyer pour la sauvegarde des espèces en danger, mais aussi une belle histoire de partage d et de transmission entre un père et son fils.

    Merci à NetGalley et à XO Editions.
    #DonnemoiDesAiles #NetGalleyFrance

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !