Nicolas Lebel

Nicolas Lebel
Nicolas Lebel est astro-chirurgien sur Bételgeuse et opère les étoiles à c?ur ouvert jusqu'à l'heure où la libellule hulule à la lune. Le texte Les Frères du Serment est sa première épopée lyrique en alexandrins.

Avis (37)

  • Couverture du livre « Le jour des morts » de Nicolas Lebel aux éditions Marabout

    0.2

    patrice chauville sur Le jour des morts de Nicolas Lebel

    Ceux qui me connaissent le savent, j'aime le désordre, enfin, je veux dire par là que dans mes lectures je ne suis pas les sentiers balisés par les auteurs en prenant leurs ouvrages dans l'ordre chronologique.
    C'est comme ça et on ne me changera pas...
    J'avais découvert Nicolas Lebel et ses...
    Voir plus

    Ceux qui me connaissent le savent, j'aime le désordre, enfin, je veux dire par là que dans mes lectures je ne suis pas les sentiers balisés par les auteurs en prenant leurs ouvrages dans l'ordre chronologique.
    C'est comme ça et on ne me changera pas...
    J'avais découvert Nicolas Lebel et ses personnages , au hasard d'un salon dans le sud-ouest, avec son dernier opus De cauchemar et de feu. Enthousiasmé par cette lecture je décidais de me plonger dans les précédents épisodes des enquêtes du Capitaine Mehrlicht et son équipe.
    C'est donc Le jour des morts que je referme à l'instant. Une fois de plus, conquis. Au suivant, ou, au précédent, enfin, je veux dire que je vais m'intéresser aux autres livres de la série.
    Quand on est amateur de polars, qu'est-ce qu'on peut demander de mieux qu'un récit addictif, avec des flics sympas, une hiérarchie agaçante, une empoisonneuse...empoisonnante, des politiques ripoux ?
    Il y a tout ça dans ce roman.
    Bon, même si... un auteur qui brûle les livres devrait peut-être, lui aussi, être livré aux flammes.
    Je lui pardonne. Parce que l'enquête de nos flics parisiens, au coeur du Limousin, arrosée à grands coups de Perrier goût prune ou poire, vaut son pesant de cacahouètes.
    Et parce que la définition de la cuisine japonaise version Mehrlicht ou la séquence météo pluvieuse aux infos sont tout simplement jubilatoires.
    A très bientôt donc Monsieur Lebel, au Quai du polar sans doute où je viendrais vous saluer avec plaisir et quérir une nouvelle lecture...

  • Couverture du livre « L'heure des fous » de Nicolas Lebel aux éditions Marabout

    0.15

    Julien Rampin sur L'heure des fous de Nicolas Lebel

    Le capitaine Mehrlicht, haut en couleurs, à la gouaille parisienne m'a régalé tout du long!

    Un sacré personnage! Tout comme la bande qui l'accompagne. C'est ce qui fait d'ailleurs le sel de ce livre! L'équipe qui enquête est vraiment attachante! Ménard, le stagiaire qui se fait bizuter par...
    Voir plus

    Le capitaine Mehrlicht, haut en couleurs, à la gouaille parisienne m'a régalé tout du long!

    Un sacré personnage! Tout comme la bande qui l'accompagne. C'est ce qui fait d'ailleurs le sel de ce livre! L'équipe qui enquête est vraiment attachante! Ménard, le stagiaire qui se fait bizuter par le cinglant Mehrlicht, Dessantos, le zélé du Code Pénal et Sophie Latour, le seul élément féminin dans ce monde de brutes!

    Du coup, je me suis plus intéressé à chacun d'entre eux qu'à l'enquête en elle-même. Et voilà mon gros bémol! le "cas" raconté ici n'a pas du tout fonctionné sur moi. Je me suis plutôt ennuyé au bout d'un moment. Tant pis!

    Me reste le souvenir de cette joyeuse bande et je retenterai une autre lecture de Nicolas Lebel pour les retrouver tous! En esperant être cette fois là captivé par l'affaire!

  • Couverture du livre « Le jour des morts » de Nicolas Lebel aux éditions Marabout

    0.2

    Fabienne DEFOSSE sur Le jour des morts de Nicolas Lebel

    C'était un de mes objectifs, découvrir l'univers de Nicolas Lebel. Et comme novembre rime avec Toussaint, rien de mieux que de lire Le jour des morts. Un polar de saison, mais pas que...

    Paris à la Toussaint. Le capitaine Mehrlicht, les lieutenants Dossantos et Latour sont appelés à l'hôpital...
    Voir plus

    C'était un de mes objectifs, découvrir l'univers de Nicolas Lebel. Et comme novembre rime avec Toussaint, rien de mieux que de lire Le jour des morts. Un polar de saison, mais pas que...

    Paris à la Toussaint. Le capitaine Mehrlicht, les lieutenants Dossantos et Latour sont appelés à l'hôpital Saint-Antoine : un patient vient d'y être empoisonné. Le lendemain, c'est une famille entière qui est retrouvée sans vie dans un appartement des Champs-Élysées. Puis un couple de retraités à Courbevoie... Tandis que les cadavres bleutés s'empilent, la France prend peur : celle qu'on surnomme bientôt l'Empoisonneuse est à l'œuvre et semble au hasard décimer des familles aux quatre coins de France depuis plus de quarante ans. Les médias s'enflamment alors que la police tarde à arrêter la coupable et à fournir des réponses : qui est cette jeune femme d'une trentaine d'années que de nombreux témoins ont croisée ?

    Dès les premières pages, nous voici embarqués aux côtés du capitaine Mehrlicht et son équipe aussi réduite que soudée. D’emblée, ce sont les personnages qui attirent. Ils ont tous de l'épaisseur, sont tous parfaitement travaillés, racés. Mehrlicht est une espèce d'ours mal léché au grand cœur et à la répartie aux petits oignons. C'est un régal de lire les bons mots de cet épicurien. Quant au lieutenant Dossantos, c'est un flic érudit, passionné, capable pour chaque infraction de citer précisément l'article du Code pénal qui la sanctionne. Sophie Latour est la touche féminine de l'équipe. Amoureuse d'un sans-papier, elle n'a qu'une obsession, le faire naturaliser. Et pour compléter ce fabuleux trio, voici que débarque un stagiaire, Lagnac. Un beau gosse insupportable, fils de... Une vraie caricature de sale type, qui sans le piston de son père ne serait bon qu'à faire le café. Et encore...

    Côté intrigue, nous ne sommes pas en reste. Elle est parfaitement construite, rythmée. Tout commence à l'hôpital Saint-Antoine à Paris pour nous embarquer dans le limousin nous renvoyant à une époque sombre de notre histoire. Aucun temps mort, l'intrigue court sur plusieurs générations. En parallèle de l'enquête on croise un collectionneur amoureux de beaux livres anciens et son bouquiniste passionné, des hommes et femmes de pouvoir qui viennent alimenter l'intrigue sans oublier la référence au plaidoyer contre la peine de mort de Victor Hugo.

    Le jour des morts est un polar de très bonne facture. Nicolas Lebel, linguiste et enseignant, nous propose une écriture riche, des personnages hauts en couleurs qui ont de l'épaisseur, une intrigue parfaitement ficelée. Tout est réuni pour oublier la grisaille automnale et passer un très bon moment.

    https://the-fab-blog.blogspot.fr/2017/12/mon-avis-sur-le-jour-des-morts-de.html

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !