Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Nelly Delay

Nelly Delay
Nelly Delay est historienne d'art. Elle a organisé à Paris des manifestations d'art japonais, de 1974 à 1984, pour lesquelles elle a publié des textes sur des sujets peu explorés. Elle est l'auteur, entre autres, de Japon éternel (Découvertes Gallimard, 1998) et de L'Estampe japonaise (Hazan... Voir plus
Nelly Delay est historienne d'art. Elle a organisé à Paris des manifestations d'art japonais, de 1974 à 1984, pour lesquelles elle a publié des textes sur des sujets peu explorés. Elle est l'auteur, entre autres, de Japon éternel (Découvertes Gallimard, 1998) et de L'Estampe japonaise (Hazan, 1993), réédité en 2004 à l'occasion de l'exposition sur l'estampe japonaise au musée Guimet.

Avis sur cet auteur (1)

  • add_box
    Couverture du livre « Le paradis des chats » de Nelly Delay aux éditions Picquier

    LALIE.01 sur Le paradis des chats de Nelly Delay

    Parmi nos petits compagnons à quatre pattes, outre le chien, le chat tient une grande place aussi bien par sa présence (car il est un « pachat ») que dans nos cœurs.
    Son existence est très ancienne : « Le chat Égypte est célèbre : c’est une divinité ! Mais comment est-il parvenu en Inde, en...
    Voir plus

    Parmi nos petits compagnons à quatre pattes, outre le chien, le chat tient une grande place aussi bien par sa présence (car il est un « pachat ») que dans nos cœurs.
    Son existence est très ancienne : « Le chat Égypte est célèbre : c’est une divinité ! Mais comment est-il parvenu en Inde, en Chine, au Japon où on le nomme « Le Monsieur qui vient de Corée » - o-koma-san ? » (

    Dans le petit ouvrage de Nelly Delay, « Le Paradis des chats », composé de cinq chapitres :

    * Le chat qui voyageait vers l’est,
    * Les cultes rendus au chat,
    * Les métamorphoses et les sortilèges,
    * Le chat au quotidien,
    * Le chat, un lien entre l’enfer et le paradis,

    on ne lit pas simplement une histoire de chats avec leurs facéties. Il faut savoir que l’auteure est une historienne de l’art. Elle a non seulement organisé à Paris des manifestations d’art japonais, mais elle se consacre aussi à l’écriture et à des conférences (sources Éditions Picquier).

    Dans ce livre de 87 pages illustré de nombreuses reproductions d’estampes japonaises (et de jolis petits croquis), on lit une grande quantité d’informations. C’est qu’il n’est pas banal notre petit félin domestique. Dans le folklore japonais, il y avait un chat magique, le « Neko-bake », une vieille femme – sorcière qui prenait la forme d’une chatte afin de voler des enfants désobéissants. C’est une histoire que l’on entendait autrefois le long du Tôkaidô, similaire à celle du croquemitaine.
    C’est aussi au Japon, à Tôkyô, que l’on trouve un temple consacré au chat, le « Gotokuji »

    L’auteure nous apprend aussi, entre autres, que : « Dans la mythologie de la religion hindoue, le chat est l’un des vahana ou monture des divinités. Il est associé à Sasthi, la « sixième », liée au sixième jour lunaire ; censée protéger l’enfant six jours après l’accouchement, elle est vénérée comme un avatar de Durga. »

    Autant dire que c’est un ouvrage bien sérieux avec de nombreux exemples de légendes.
    Tout le récit est à déguster (je l’ai fait avec mon matou à mes côtés, en lui lisant à haute voix certaines phrases susceptibles de l’intéresser).

    J’ai été agréablement étonnée d’un livre pareil qui, pour une fois, ne parle pas que des « Chattitudes » ou de plaisanteries comme dans « Mon chat est un hypocrite » ( entre autres mais que je ne renie pas non plus car ce sont des petits ouvrages bien amusants.)

    Depuis que j’ai mon petit félin, je collectionne les fameux « Maneki-neko » (littéralement « chat qui accueille »). Ce sont de petites statuettes en porcelaine, représentant un chat assis et qui relève soit la patte droite, soit la patte gauche, soit les deux, jusqu’aux oreilles. Ces objets sont considérés comme des chats porte-bonheur au Japon.
    J’ai trouvé un magasin spécialisé dans des produits japonais et j’y vais régulièrement pour compléter ma collection.
    Pour ces « Maneki-neko », la position de la patte levée ne signifie pas « au revoir ». Mais ce serait plutôt :
    - La patte droite levée favorise l’argent et la chance (« Fuku » : Bonheur et Félicité),
    - La patte gauche est plus particulière pour l’accueil (« Senyo »),
    - Les deux pattes ensemble, protègent la maison,
    et plus la patte est tenue haute, plus les effets seraient puissants.

    « Le Paradis des chats » est à lire par tous les amoureux de nos petits compagnons et on y parle de son ambiguïté (des peintres des dynasties chinoises l’ont associé au parfum des pivoines, au chatoiement de la soie tandis qu’au Japon, les dames de la cour impériale les retenaient par un souple ruban rouge.
    Avec cette lecture et alors que nous sommes carrément fous de ces boules de poils si affectueuses et qui, d’un coup, vont s’isoler afin d’avoir un moment de tranquillité en faisant un petit somme, ce n’est que du plaisir que l’on ressent après avoir appris un peu plus sur ces petits animaux bien particuliers et qui ont bien gagné une place dans « Le Paradis des chats » (mais le plus tard possible tout de même).

    Nota : ne pas manquer de lire « Le crédit des illustrations » pour les reproductions d’estampes.

    Je tire un coup de chapeau à #NellyDelay pour ce récit ainsi qu’aux #EditionsPicquier pour l’avoir publié.

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com