Nathalie Sarraute

Nathalie Sarraute

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (17)

  • add_box
    Couverture du livre « Enfance » de Nathalie Sarraute aux éditions Gallimard

    Marie Letellier sur Enfance de Nathalie Sarraute

    Je ne savais rien de ce livre, ni de cette auteure. J'ai été au départ un peu désarçonnée par ce dialogue entre 2 personnages qu'on n'arrive pas à identifier, et par des anecdotes qui semblaient un peu déconnectées les unes des autres.
    Après quelques chapitres, je suis vraiment entrée dans...
    Voir plus

    Je ne savais rien de ce livre, ni de cette auteure. J'ai été au départ un peu désarçonnée par ce dialogue entre 2 personnages qu'on n'arrive pas à identifier, et par des anecdotes qui semblaient un peu déconnectées les unes des autres.
    Après quelques chapitres, je suis vraiment entrée dans cette atmosphère enfantine, où les situations, et les sujets de préoccupations sont véritablement propres aux enfants. Le dialogue avec le 'double' qui la force à se questionner avec un esprit d'adulte devient naturel, et la lecture se fait de manière tout à fait fluide et agréable. On a parfois l'impression d'être dans un conte, lors de certaines anecdotes russes.
    Cette lecture m'a beaucoup apporté, à la fois une sorte de nostalgie de l'enfance, et puis beaucoup de questionnements par rapport à l'attitude des adultes, vue par l'enfant.
    Enfin, je ne savais pas si c'était une autobiographie, ni à quelle époque se passait cette histoire. Je l'ai trouvé étonnamment moderne, lorsque vers la fin, on a enfin une date ... 1911.

  • add_box
    Couverture du livre « Le planetarium » de Nathalie Sarraute aux éditions Gallimard

    Dominique JOUANNE sur Le planetarium de Nathalie Sarraute

    Avec Planetarium, Sarraute bousculait les codes de la littérature. Je me souviens que c’était très branché de lire Sarraute dans les années 60/70. Elle participa au mouvement du « nouveau roman ». Planetarium dévoile les failles une famille d’apparence rangée en révélant les désaccords de...
    Voir plus

    Avec Planetarium, Sarraute bousculait les codes de la littérature. Je me souviens que c’était très branché de lire Sarraute dans les années 60/70. Elle participa au mouvement du « nouveau roman ». Planetarium dévoile les failles une famille d’apparence rangée en révélant les désaccords de chacun et en y instaurant un malaise ambiant par des dialogues pouvant être ironiques mais assez cruels. Un livre qui est surtout l’exercice d’un nouveau style. Une intellectualité qui cherchait à être originale et à sortir des carcans d’un ordre établi.

  • add_box
    Couverture du livre « Enfance » de Nathalie Sarraute aux éditions Gallimard

    NORMAND Annabelle sur Enfance de Nathalie Sarraute

    Lorsque j'ai lu ce livre, j'étais étudiante Je connaissais Nathalie SARRAUTE car elle était invitée dans de nombreuses emissions télévisuelles. Lorsque j'ai lu cet ouvrage, je l'ai trouvé magnifique. C'est une autobiographie-monologue où l'auteur se parle à elle même, cela donne un ouvrage...
    Voir plus

    Lorsque j'ai lu ce livre, j'étais étudiante Je connaissais Nathalie SARRAUTE car elle était invitée dans de nombreuses emissions télévisuelles. Lorsque j'ai lu cet ouvrage, je l'ai trouvé magnifique. C'est une autobiographie-monologue où l'auteur se parle à elle même, cela donne un ouvrage original et merveilleux dans l'univers de l'enfance. J'étais fascinée par sa manière d'écrire, il est tellement bien écrit. Il nous donne l'impression qu'elle a choisi chaque mot avec précaution et délicatesse.

  • add_box
    Couverture du livre « Pour un oui ou pour un non » de Nathalie Sarraute aux éditions Gallimard

    Tsolag PALOYAN sur Pour un oui ou pour un non de Nathalie Sarraute

    Nathalie Sarraute écrit sur rien, ou plutôt "le" rien, les petits "petits riens" comme elle les appelle elle-même. Et dans chaque petit rien se cache, se terre, est tapi un grand tout qui est tu, le grand tout des rancœurs mises en sourdines, des ressentiments refrénés, de toute sorte de "passés...
    Voir plus

    Nathalie Sarraute écrit sur rien, ou plutôt "le" rien, les petits "petits riens" comme elle les appelle elle-même. Et dans chaque petit rien se cache, se terre, est tapi un grand tout qui est tu, le grand tout des rancœurs mises en sourdines, des ressentiments refrénés, de toute sorte de "passés qui ne passent pas" ou encore de "passifs". A mesure que Nathalie Sarraute déplie les "petits riens", ils s'élargissent, prennent de plus en plus de place jusqu'à étouffer les personnages. Grandiose !

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !