Nathalie Leger

Nathalie Leger
Nathalie Léger est directrice de l'Imec (Institut Mémoire de l'Édition Contemporaine). Elle est, chez P.O.L, l'éditrice des œuvres d'Antoine Vitez. Elle a publié aux éditions P.O.L : L'Exposition (2008), Supplément à la vie de Barbara Loden (2012), Prix du Livre inter 2012, et La robe blanche (20... Voir plus
Nathalie Léger est directrice de l'Imec (Institut Mémoire de l'Édition Contemporaine). Elle est, chez P.O.L, l'éditrice des œuvres d'Antoine Vitez. Elle a publié aux éditions P.O.L : L'Exposition (2008), Supplément à la vie de Barbara Loden (2012), Prix du Livre inter 2012, et La robe blanche (2018), Prix Wepler Fondation La Poste 2018.

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « La robe blanche » de Nathalie Leger aux éditions P.o.l

    Marie-Laure VANIER sur La robe blanche de Nathalie Leger

    C'est un petit livre qui renferme un grand texte et les très grands textes, il n'est pas toujours facile d'en parler tellement l'on a peur d'abîmer ce qui a été exprimé avec tant de nuances et de précision. Oui, les grands textes fascinent et font peur, leur beauté formelle nous impressionne, la...
    Voir plus

    C'est un petit livre qui renferme un grand texte et les très grands textes, il n'est pas toujours facile d'en parler tellement l'on a peur d'abîmer ce qui a été exprimé avec tant de nuances et de précision. Oui, les grands textes fascinent et font peur, leur beauté formelle nous impressionne, la force de leur propos nous bouleverse. On se sent petit à côté et l'on ose à peine en parler... Allez, je me lance avec la crainte que mes mots restituent mal toute la puissance de ce que j'ai lu. Que l'auteur et les lecteurs ne m'en tiennent pas rigueur...
    Dès le commencement, la narratrice (l'auteur?) se dit : « Je veux rester concentrée. » En effet, elle commence un livre avec... comment dire ?... un sujet principal (est-ce bien le mot?) et un sujet secondaire (l'adjectif est à côté, je le sens) qui vient comme parasiter le premier, empêcher l'auteur de s'atteler à sa tâche, autrement dit, à l'écriture. (A moins que ce ne soit l'inverse.) Rien n'est simple, je vous avais prévenus, et moi, quand je me sens petite, je m'embrouille.
    Nathalie Léger a vu le film de Joël Curtz intitulé La Mariée (2012) dans lequel il est question d'une femme : Pippa Bacca. Celle-ci avait eu le projet - une performance artistique - de traverser différents territoires qui avaient subi la guerre, de Milan à Jérusalem, vêtue d'une robe de mariée et ce, dans le but d'apporter la paix, « d'effacer l'horreur ».
    Sur son trajet, elle rencontrait les gens, les écoutait, recueillait leurs sentiments, leur lavait les pieds, leur procurait un peu de soulagement, de réconfort… comme si sa traîne blanche et son écoute avaient le pouvoir de les apaiser, de calmer un peu la douleur.
    Pour se déplacer, elle faisait du stop, montait dans n'importe quelle voiture, bien persuadée que « lorsqu'on fait confiance, on ne peut recevoir que du bien. »
    Elle fut violée et assassinée.
    A-t-elle échoué dans son projet ? On est évidemment tenté de dire oui. En tout cas, elle n'a pas pu aller jusqu'au bout, encore que cela se discute : toute performance n'est-elle pas un jeu avec les limites, en l'occurrence, ici, celles qui séparent la vie de la mort ?
    Et surtout, « a-t-elle vraiment pensé que la traîne de sa robe pouvait effacer l'horreur ? »
    Tandis que la narratrice raconte à sa mère ce qui, dans ce travail d'écriture, est encore à l'état de recherche, de projet, cette dernière va lui demander d'évoquer les souffrances, les peines, la honte que son propre mari lui a fait subir. Elle traîne chaque jour comme un fardeau une insupportable injustice. On n'a pas écouté la mère, on écoutera la fille, on lira son roman et la mère s'en trouvera « vengée »… Non, ce n'est pas le terme… Mais au moins, on aura entendu sa voix « ma voix vivante » dit-elle et elle pourra enfin trouver le repos. « Pourquoi crois-tu que tu écrives si ce n'est pour rendre justice ? » demande-t-elle à sa fille.
    Et la mère de défendre ce qui lui tient à coeur : « Entre nos deux sujets… le mien est plus réel que le tien, le mien tu l'as vécu aussi, tu en as des preuves, je veux dire des souvenirs, alors que tu n'as rien vécu de ton sujet, qu'il se soit réellement passé ne change rien, tu ne l'as pas vécu, ça n'est donc qu'une fiction, ton sujet n'est qu'un vœux pieux. »
    Comme le dit la narratrice, il ne faut jamais rien dire de ses projets à sa mère, encore moins aux amies de la mère qui ont, elles aussi, leur mot à dire...
    La robe blanche donne une voix à celles qui, de gré ou de force, se sont tues. Un livre féministe ?
    En tout cas, je l'ai reçu comme cela. A la page 28, j'ai appris que « dans les Balkans, on appelle « la cartouche du trousseau » cette balle offerte au mari le jour des noces pour tuer l'épouse infidèle. » Que disent les performances en tous genres dont parle l'auteur dans le roman ? Que si les femmes laissent leur corps à la disposition de spectateurs, l'un d'entre eux n' hésitera pas à se saisir d'un pistolet pour tirer, oubliant (?) qu'il a un être vivant devant lui .
    Que peut la robe blanche face à la violence de l'homme, que peuvent les mots de la narratrice face à la douleur de la mère anéantie par la violence du mari ? Autrement dit, l'art peut-il réparer l'injustice et au fond, est-ce bien son rôle ?
    Oui, je le crois. Car ces mots - et ceux des écrivains ont la particularité d'exprimer justement les choses - sont les voix de celles qu'on a réduites au silence. Ceux de la narratrice réparent l'injustice subie par la mère ; le long cheminement de l'artiste italienne tente de soulager le mal fait aux gens pendant la guerre. Et comme l'explique Nathalie Léger, il a fallu que la narratrice passe par l'histoire de la jeune Milanaise pour pouvoir enfin DIRE celle de sa mère. Comme si, l'histoire de la mère racontée dans ce livre-performatif - qui dit (raconte) et fait (répare) en même temps - donnait une fin à l'autre, à l'histoire qui ne s'est pas achevée parce qu'on a empêché la femme de l'accomplir jusqu'au bout.
    Ce livre m'a bouleversée. Il est un lieu de transmission pour ces femmes devenues muettes du fait de la violence que les hommes leur ont fait subir. Il a beau être petit et léger (!), il a un poids considérable dans cette histoire de la voix des femmes que les siècles ont eu bien du mal à entendre et dont on commence seulement à retenir quelques bribes.
    Un texte magnifique.
    Et nécessaire.

    LIRE AU LIT http://lireaulit.blogspot.fr/

  • add_box
    Couverture du livre « Supplément à la vie de Barbara Loden » de Nathalie Leger aux éditions Gallimard

    Arnaud Buissonin de DES LIVRES ET DES HOMMES sur Supplément à la vie de Barbara Loden de Nathalie Leger

    Poétique d'un titre qui ouvre sur des ailleurs inconnus. L'auteur de ce court livre a lu Duras, elle en a saisi les grâces et les éclipses d'écriture, elle a touché du doigt l'impalpable mystère de ses créatures féminines mélancoliques et évanescentes.
    Barbara Loden ne sort de l'imagination...
    Voir plus

    Poétique d'un titre qui ouvre sur des ailleurs inconnus. L'auteur de ce court livre a lu Duras, elle en a saisi les grâces et les éclipses d'écriture, elle a touché du doigt l'impalpable mystère de ses créatures féminines mélancoliques et évanescentes.
    Barbara Loden ne sort de l'imagination d'aucun écrivain, elle a réellement existé et nous a offert, dans les années 70, un objet filmique à l'étreignante étrangeté : Wanda.
    Wanda, la sirène désenchantée des immensités américaines, qui suit un homme sans raison, commet un braquage puis lors de son procès remercie le juge qui la condamne à 20 ans de prison. Barbara Loden la créatrice, sacrifiée sur l'autel de la célébrité de son époux Kazan, qui meurt à 48 ans d'un cancer et Nathalie Léger qui part sur leurs traces avec la grâce infinie de ceux qui savent trop bien que les mots ne réussiront jamais à dire le mystère du monde ; quand bien même en route nous auront-ils fauchés par leur absolue beauté.

  • add_box
    Couverture du livre « Supplément à la vie de Barbara Loden » de Nathalie Leger aux éditions Gallimard

    PIERRE DARRACQ sur Supplément à la vie de Barbara Loden de Nathalie Leger

    Exercice très sophistiqué d'intrigue en miroir, le roman se lit avec un ennui distingué. C'est intelligent mais je n'ai jamais rien ressenti à la lecture de ces pages,ni émotion, ni intérêt...

    Exercice très sophistiqué d'intrigue en miroir, le roman se lit avec un ennui distingué. C'est intelligent mais je n'ai jamais rien ressenti à la lecture de ces pages,ni émotion, ni intérêt...

  • add_box
    Couverture du livre « Supplément à la vie de Barbara Loden » de Nathalie Leger aux éditions Gallimard

    CORINNE CHAVRIER sur Supplément à la vie de Barbara Loden de Nathalie Leger

    La narratrice doit écrire une notice sur Barbara Loden (juste une notice, ce qui m’aurait bien arrangé…), qui fut réalisatrice du film Wanda (dont elle joua le rôle) et seconde femme d’Elia Kazan. Elle fait donc un parallèle entre la vie de cette Barbara Loden et Wanda, cette femme paumée qui se...
    Voir plus

    La narratrice doit écrire une notice sur Barbara Loden (juste une notice, ce qui m’aurait bien arrangé…), qui fut réalisatrice du film Wanda (dont elle joua le rôle) et seconde femme d’Elia Kazan. Elle fait donc un parallèle entre la vie de cette Barbara Loden et Wanda, cette femme paumée qui se sent délivrée (de quoi ?) au moment où elle est condamnée à 20 ans de prise pour complicité dans un braquage (braquage effectué par son amant, qui n’était pas tendre et auquel elle s’est accrochée après avoir laissé enfants et mari…)
    Je n’ai pas accroché aux errances de ses deux femmes, c’est triste, c’est lent, elles sont soumises d’accord, elles sont perdues d’accord, mais quoi d’autre ?