Nancy Huston

Nancy Huston
Après avoir grandi au Canada, Nancy Huston suit son père aux Etats-Unis lorsqu'elle a quinze ans et finit ses études à New York. Quand Nancy a six ans, sa mère quitte brusquement son foyer pour aller mener sa vie ailleurs. Un traumatisme douloureux mais fondateur qu'elle transforme en richesse : ... Voir plus
Après avoir grandi au Canada, Nancy Huston suit son père aux Etats-Unis lorsqu'elle a quinze ans et finit ses études à New York. Quand Nancy a six ans, sa mère quitte brusquement son foyer pour aller mener sa vie ailleurs. Un traumatisme douloureux mais fondateur qu'elle transforme en richesse : c'est par l'imagination qu'elle va tenter de comprendre l'incompréhensible. 'La Virevolte' (1994) et 'Prodige : polyphonie' (1999) abordent le sujet de façon explicite. Venue à Paris pour un an en 1973, Nancy Huston reste et devient élève de Roland Barthes. Elle débute sa carrière en tant qu'essayiste pour le MLF, et pour des journaux de femmes tels que Sorcières, qu'elle a cofondé, et publie son premier roman en 1981 'Les Variations Goldberg'. Avec 'Cantiques des plaines' (1993) - Prix du Gouverneur général - elle retrouve sa langue maternelle et, depuis, se traduit elle-même dans les deux sens. En 1996, 'Instruments des ténèbres' obtient le Goncourt des lycéens. Sous forme polyphonique, typique de Nancy Huston, elle donne voix à plusieurs personnages, voire même à une glycine, un étang ('Une adoration', 2003, son dernier roman) ou Dieu en personne (Dolce Agonia, 2001.) Nancy Huston partage son temps entre Paris et le Berry, où elle vit avec son mari, le sémiologue d'origine bulgare Tsvetan Todorov et leurs deux enfants.

Articles (2)

  • Musique et littérature : l’accord parfait
    Musique et littérature : l’accord parfait

    Littérature et musique furent longtemps étroitement liées. Pour preuve, dans la Grèce antique, un terme commun désignait la forme d’expression artistique qui les réunissait : mousikè. Depuis, chacune de ces deux disciplines a pris sont autonomie, mais pour mieux revenir vers l’autre. Ainsi la littérature se fait parfois la muse inspiratrice de la musique,  tandis qu’il arrive que dans certaines oeuvres littéraires la musique ait parfois le premier rôle. Sans oublier l’opéra, le théâtre lyrique et la comédie musicale qui marient art littéraire et musique dans une envolée lyrique puissante.

  • Portrait de Nancy Huston, une perpétuelle quête d’identité
    Portrait de Nancy Huston, une perpétuelle quête d’identité

    À l’affiche, actuellement, au Théâtre national de Bordeaux : « Lignes de failles », le roman qui valut à Nancy Huston le prix Femina 2006, porté à la scène par Catherine Marnas. La pièce reprend l’idée principale de la fiction de l’auteure franco-canadienne : explorer les origines parfois troublantes et troublées de quatre personnages dans un récit identitaire à rebours.

Voir tous les articles

Avis (56)

  • Couverture du livre « Nord perdu ; douze France » de Nancy Huston aux éditions Actes Sud

    Olivier Auroy sur Nord perdu ; douze France de Nancy Huston

    Nancy Huston, la plus française des écrivaines canadiennes, s’interroge sur ce qui nous rend étranger, sur le processus d’assimilation de l’autre. Ses réflexions sont savoureuses, nourries par l’expérience et l’intelligence de ses analyses. Elle en profite pour égratigner quelques mythes...
    Voir plus

    Nancy Huston, la plus française des écrivaines canadiennes, s’interroge sur ce qui nous rend étranger, sur le processus d’assimilation de l’autre. Ses réflexions sont savoureuses, nourries par l’expérience et l’intelligence de ses analyses. Elle en profite pour égratigner quelques mythes franco-français (ex : Sartre), ce qui n’exclut pas sa tendresse pour notre pays, qu’elle a finalement choisi. Alors à quel moment comprenez-vous que vous n’êtes plus un étranger dans la ville que vous habitez ? Voici quelques éléments de réponses. Quand des expressions autrefois saugrenues vous sont familières. Quand vous y comprenez quelque chose aux querelles intellectuelles (pour la France). Quand la mémoire se décroche de son pays natal. Quand l’inné se rebiffe. Quand on oublie votre accent. Quand vous commencez à percevoir la connerie chez les autres et qu’ils cessent d’être « différents » (j’adore celle-là, tellement vrai) ? Quand vous rêvez de redevenir un étranger.

  • Couverture du livre « Lèvres de pierre » de Nancy Huston aux éditions Actes Sud

    Christine GAZO sur Lèvres de pierre de Nancy Huston

    Dans ce livre, l'auteure fait un étrange parallèle entre son propre parcours, ou tout au moins celui de son double littéraire Dorrit, et celui d'un Cambodgien du nom de Saloth Sâr, qui deviendra Pol Pot.
    L'un et l'autre arborent un éternel sourire de façade, masque bien plus que tentative...
    Voir plus

    Dans ce livre, l'auteure fait un étrange parallèle entre son propre parcours, ou tout au moins celui de son double littéraire Dorrit, et celui d'un Cambodgien du nom de Saloth Sâr, qui deviendra Pol Pot.
    L'un et l'autre arborent un éternel sourire de façade, masque bien plus que tentative d'entrée en communication, ces fameuses « lèvres de pierre », derrière lesquels ils se cachent et se protègent.
    Du Cambodge agricole au monastère bouddhiste, puis d'établissements français en échecs scolaires cuisants, Saloth Sar obtient finalement une bourse pour venir étudier en France. Il y découvre et adhère au Parti Communiste, se saisit de la pensée marxiste...
    Pour lui comme pour Dorrit, qui fuit, en venant à Paris, une adolescence compliquée au Canada, puis aux Etats-Unis, «  les certitudes politiques viennent colmater les béances de leur être ».
    Côté Pol Pot, on assiste peu à peu à la germination dans un esprit radical d'une idéologie nihiliste où trahisons et erreurs ne peuvent se résoudre que par l'extermination.
    Le parcours de Dorrit, dont le mal-être est presque le moteur, rencontre lui aussi les grandes problématiques politiques mais aussi les combats féministes
    Par sa construction étonnante et captivante, sa documentation riche et fournie, cet ouvrage nous fait voyager dans l'espace mais aussi dans la pensée et ses cheminenments, ses paradoxes, ses extrémités.
    On assiste à la création sidérante de certitudes absolues, parfois jusqu'à la destruction.

  • Couverture du livre « Lèvres de pierre » de Nancy Huston aux éditions Actes Sud

    Joëlle Guinard sur Lèvres de pierre de Nancy Huston

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2018/08/levres-de-pierre-de-nancy-huston.html

    Nancy Huston explore ici les similitudes qui lient son parcours à celui d'un jeune homme cambodgien dénommé Saloth Sâr avant qu'il ne devienne Pol Pot, le monstre responsable du génocide cambodgien. Un homme...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.com/2018/08/levres-de-pierre-de-nancy-huston.html

    Nancy Huston explore ici les similitudes qui lient son parcours à celui d'un jeune homme cambodgien dénommé Saloth Sâr avant qu'il ne devienne Pol Pot, le monstre responsable du génocide cambodgien. Un homme aux lèvres de pierre, à l'éternel sourire de Bouddha. Elle-même a longtemps eu ce sourire énigmatique sur les lèvres. "Soudain j’ai frémi. Je venais de tomber sur le seul Cambodgien en qui j’arriverais peut-être à me projeter : Pol Pot. Idée folle et pourtant la seule possible. Non pas Pol Pot chef d’État, mais l’enfant, l’adolescent et le jeune homme, qui s’appelait encore Saloth Sâr. Il n’était pas impossible que, malgré leurs dissemblances flagrantes, nos trajectoires s’éclairent l’une l’autre. »

    Dans une première partie Nancy Huston s'adresse à Sâr qu'elle dénomme l'Homme nuit, elle se met dans sa peau pour retracer son parcours, son enfance paysanne, son année dans un monastère à l'âge de neuf ans où il apprend le détachement et la maîtrise totale de ses émotions, puis ses huit années dans une école militaire française jusqu'à son arrivée à Paris à l'âge adulte où il épouse le communisme. Un être rêveur marqué par son arrachement au monastère bouddhiste.

    Dans une deuxième partie, elle parle d'elle à la troisième personne, se donne le pseudonyme de Dorrit qu'elle utilise dans ses textes autobiographiques et se dénomme Mad Girl, jeune canadienne qui a longtemps eu aussi des lèvres de pierre pour masquer sa douleur dans un sourire. Elle raconte sa soumission aux hommes, le contrôle de ses émotions et de son corps au travers de l'anorexie avant qu'elle ne parvienne à se révéler elle aussi à Paris par la découverte du marxisme et par l'éveil de sa conscience féministe militante.

    Étrangement de multiples liens apparaissent entre l'Homme nuit et Mad girl, le même effacement de soi, la même maîtrise de leur corps et de leurs émotions, la même dureté et le même enfermement sur soi, des chocs à l'origine de prises de conscience pour l'un comme pour l'autre (la découverte du temple d'Anghor et de la grandeur passée de son pays pour lui, l'engagement des US dans la guerre du Vietnam pour elle), des lectures fondatrices à Paris pour l'un comme pour l'autre (sur la révolution française pour lui, sur la révolution russe pour elle), le même passage par l'écriture, le même engagement en politique. Deux jeunesses en parallèle, deux destins en miroir l'un aboutissant au chemin de la création, l'autre sur une absolue monstruosité qui a engendré le massacre, au nom de la vérité marxiste, de 20% de la population de son pays.

    Rentrée doucement dans ce texte sans comprendre où Nancy Huston voulait en venir, même si elle décrit sa démarche au début du récit, mon intérêt est allé crescendo au gré d'une montée en puissance vraiment extraordinaire. Nancy Huston réussit à décrypter le jeune homme Sâr en se mettant dans sa peau, le récit de sa vie est documenté, instructif et vivant, son endoctrinement, la montée de son fanatisme sont parfaitement décrits. Le récit de la jeunesse de l'auteure est très émouvant et les liens qui apparaissent peu à peu subtilement entre l'Homme nuit et Mad girl éclairent le récit petit à petit.

    L'écriture est somptueuse et la construction époustouflante. C'est profond, extrêmement brillant et très convaincant, une fois la dernière page tournée j'ai eu envie de relire la première partie sur Sâr. Un texte autobiographique d'une grande lucidité, traité d'une façon très très originale. Un titre magnifique, judicieusement trouvé "lèvres de pierre, sourire radieux mais absent, bienveillant mais vide". Vertigineux et passionnant !

Voir tous les avis

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com