Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mohamed Mbougar Sarr

Mohamed Mbougar Sarr

Mohamed Mbougar Sarr est un romancier sénégalais d'expression française. Son premier roman Terre Ceinte reçoit en 2015 le prix Ahmadou-Kourouma au salon du livre de Genève puis le Grand prix du roman métis de Saint-Denis-de-

Avis sur cet auteur (40)

  • add_box
    Couverture du livre « La plus secrète mémoire des hommes » de Mohamed Mbougar Sarr aux éditions Philippe Rey

    JulieKTL sur La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr

    C’est dans une Odyssée littéraire que nous entraîne Mohamed Mbougar Sarr dans ce très grand livre qui s’annonce déjà comme un futur classique de la littérature francophone. Dans La plus secrète mémoire des hommes, les voix de l’Histoire et les destins individuels se croisent et se décroisent...
    Voir plus

    C’est dans une Odyssée littéraire que nous entraîne Mohamed Mbougar Sarr dans ce très grand livre qui s’annonce déjà comme un futur classique de la littérature francophone. Dans La plus secrète mémoire des hommes, les voix de l’Histoire et les destins individuels se croisent et se décroisent dans une course effrénée à la recherche d’un livre fantôme et de son mystérieux auteur. Les points de vue et les parcours de vie s’emboîtent dans ce livre poupée russe où le narrateur s’éclipse pour laisser place à de multiples voix qui fabriquent tour à tour bien plus que l’histoire d’un roman ; celle de la littérature francophone. Je conseille vivement ce livre à tous les amoureux des Lettres, à tous ceux qui sont en quête constante des livres qu’ils les hanteront dès la première page. Mais aussi à tous ceux qui sont curieux d'une littérature francophone qui apprend à s'émanciper de ses frontières parfois étriquées.

  • add_box
    Couverture du livre « La plus secrète mémoire des hommes » de Mohamed Mbougar Sarr aux éditions Philippe Rey

    STOLL AUDEBEAU BENEDICTE sur La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr

    En 2018, Diégane Latyr Faye, jeune écrivain sénégalais, découvre à Paris un livre mythique, paru en 1938 : Le labyrinthe de l’inhumain. On a perdu la trace de son auteur, qualifié en son temps de « Rimbaud nègre », depuis le scandale que déclencha la parution de son texte. Diégane s’engage...
    Voir plus

    En 2018, Diégane Latyr Faye, jeune écrivain sénégalais, découvre à Paris un livre mythique, paru en 1938 : Le labyrinthe de l’inhumain. On a perdu la trace de son auteur, qualifié en son temps de « Rimbaud nègre », depuis le scandale que déclencha la parution de son texte. Diégane s’engage alors, fasciné, sur la piste du mystérieux T.C. Elimane, se confrontant aux grandes tragédies que sont le colonialisme ou la Shoah. Du Sénégal à la France en passant par l’Argentine, quelle vérité l’attend au centre de ce labyrinthe ?
    Sans jamais perdre le fil de cette quête qui l’accapare, Diégane, à Paris, fréquente un groupe de jeunes auteurs africains : tous s’observent, discutent, boivent, font beaucoup l’amour, et s’interrogent sur la nécessité de la création à partir de l’exil. Il va surtout s’attacher à deux femmes : la sulfureuse Siga, détentrice de secrets, et la fugace photojournaliste Aïda…
    D’une perpétuelle inventivité, La plus secrète mémoire des hommes est un roman étourdissant, dominé par l’exigence du choix entre l’écriture et la vie, ou encore par le désir de dépasser la question du face-à-face entre Afrique et Occident. Il est surtout un chant d’amour à la littérature et à son pouvoir intemporel.

  • add_box
    Couverture du livre « La plus secrète mémoire des hommes » de Mohamed Mbougar Sarr aux éditions Philippe Rey

    Ghislaine Degache sur La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr

    Pour écrire La plus secrète mémoire des hommes, Mohamed Mbougar Sarr s'est inspiré du destin brisé de Yambo Ouologuem, premier écrivain africain à remporter le Prix Renaudot en 1968 avec Le devoir de violence, à 28 ans. Il a connu la gloire, puis l’opprobre, finissant sa vie reclus, honni par...
    Voir plus

    Pour écrire La plus secrète mémoire des hommes, Mohamed Mbougar Sarr s'est inspiré du destin brisé de Yambo Ouologuem, premier écrivain africain à remporter le Prix Renaudot en 1968 avec Le devoir de violence, à 28 ans. Il a connu la gloire, puis l’opprobre, finissant sa vie reclus, honni par ses pairs.
    Avec La plus secrète mémoire des hommes, Mohamed Mbougar Sarr, Prix Goncourt 2021, un des plus jeunes Goncourt de l'histoire, rend ainsi hommage à l’écrivain malien, tombé dans l’oubli, à qui il dédie son ouvrage, et à son œuvre.
    Nous sommes en 2018, à Paris et Diégane Latyr Faye, jeune écrivain sénégalais, va découvrir un livre mythique Le labyrinthe de l’inhumain . C’est la sulfureuse Siga D, détentrice de secrets qui le lui remet. Son auteur, le mystérieux T.C Elimane a disparu après qu’une violente polémique a terni sa réputation à Paris. Il a été porté aux nues, qualifié en son temps de « Rimbaud nègre ». avant d’être cloué au pilori pour plagiats. Alors que ce livre culte publié en 1938 est devenu quasiment introuvable, Diégane, pris de passion pour celui-ci va se livrer à une véritable enquête, et se lancer sur les traces de ce mystérieux auteur introuvable. Pour cela, il se rend, entre autres, aux archives de la presse pour se plonger dans les différentes recensions publiées, découvrant que les auteurs des critiques sont curieusement, tous morts peu après.
    Cette quête que l’on peut qualifier de labyrinthique nous entraîne sur la piste de cet énigmatique auteur qui affronte les heures sombres de l’histoire, le colonialisme ou la Shoah. Elle nous conduit à Paris, Amsterdam, et Buenos Aires, nous faisant arpenter le Sénégal sur les traces de cet homme.
    Quelle vérité attend celui qui peut être considéré comme le double littéraire de l’auteur, Diégane Latyr Faye, au centre de ce labyrinthe ?
    Ce livre dense, puissant, se lit comme un polar et nous convie à un voyage, à de multiples époques, continents et cultures. Ce texte éminemment politique est empreint de sensualité et d’introspection. Il a le mérite de nous interroger sur divers sujets comme celui de la solitude ou celui de savoir si un enfant peut être comptable d’un passé qu’il n’a pas connu, mais il est avant tout un immense chant d’amour à la littérature et à son pouvoir intemporel et nous amène à une intense réflexion sur l’art d’écrire, sur ce qu’est un écrivain, ce qu’est un bon livre, la force magique qu’il peut avoir, le choix entre l’écriture et la vie.
    Un style personnalisé caractérise chacun des nombreux personnages du roman, permettant au lecteur de ne pas être trop déstabilisé par cette imbrication entre eux parfois un peu complexe. De multiples mots ou expressions en wolof émaillent le récit le rendant encore plus authentique et savoureux.
    La plus secrète mémoire des hommes, quatrième roman de Mohamed Mbougar Sarr, un peu moins grand public que les derniers Goncourt, et malgré ses presque 460 pages, est un roman aux nombreuses formes, particulièrement riche et bouleversant, écrit dans une langue magnifique, avec un vocabulaire peut-être un peu trop souvent savant. Cette saisissante enquête bien rythmée happe le lecteur dès les premières lignes pour ne plus le lâcher, tout en demandant néanmoins quelque effort et une attention soutenue.

    Chronique illustrée à retrouver sur : https://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

  • add_box
    Couverture du livre « La plus secrète mémoire des hommes » de Mohamed Mbougar Sarr aux éditions Philippe Rey

    Yves Lambert sur La plus secrète mémoire des hommes de Mohamed Mbougar Sarr

    Le livre retrace l’histoire de la découverte par un jeune écrivain, en phase de le devenir, du Labyrinthe de l’inhumain que T.C. Elimane – écrivain sénégalais a écrit en 1938.

    Il suivra plusieurs pistes que T.C. Elimane aura marquées de son temps par son absence, son bruyant silence de...
    Voir plus

    Le livre retrace l’histoire de la découverte par un jeune écrivain, en phase de le devenir, du Labyrinthe de l’inhumain que T.C. Elimane – écrivain sénégalais a écrit en 1938.

    Il suivra plusieurs pistes que T.C. Elimane aura marquées de son temps par son absence, son bruyant silence de plagiat littéraire qui fut aussi la perte des dirigeants de Gemini.

    Je n’en dirai pas plus, car le silence est l’énigme centrale comme l’écrit si bien Mohamed Mbougar Sarr, ou une part de mystagogie nous empare dans ce livre et nous lie de bout en bout.

    D’autant plus que l’auteur nous dit « de ne jamais dire de quoi parle un grand livre. Ou, si tu le fais, voici la seule réponse possible : rien. Un grand livre ne parle jamais que de rien, et pourtant, tout y est…Un grand livre n’a pas de sujet et ne parle de rien… »

    C’est pourquoi j’en parle un peu, car les protagonistes sont employés avec le pronom « je » ce qui n’est pas aisé pour suivre le dérouler de l’histoire. Cela dit, chacun et chacune délivreront des éléments qui nous feront avancer dans l’originalité du livre sous trois grandes parties.

Ils suivent Mohamed Mbougar Sarr

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !