Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Minetaro Mochizuki

Minetaro Mochizuki

Né en 1964 à Yokohama, Minetarô Mochizuki est un mangaka japonais qui signe La Dame de la chambre close en 1993, deux ans avant sa série culte Dragon Head.

Déjà son talent hors pair et son sens du suspense explosent à chaque page. Katsuhiro Otomo, le créateur d'Akira, dira plus tard de lui qu'il...

Voir plus

Né en 1964 à Yokohama, Minetarô Mochizuki est un mangaka japonais qui signe La Dame de la chambre close en 1993, deux ans avant sa série culte Dragon Head.

Déjà son talent hors pair et son sens du suspense explosent à chaque page. Katsuhiro Otomo, le créateur d'Akira, dira plus tard de lui qu'il est « le mangaka le plus doué de sa génération ». Figurant dans le cercle fermé des manga les plus appréciés au Japon, La Dame de la chambre close est d'ores et déjà considéré par les initiés comme un classique absolu de la BD fantastique.

En 2003, il publie Maiwai, viennent ensuite Tokyo Kaido (2008) et Chiisakobé (2012).

 

Crédit photo : Wikipedia.

Articles en lien avec Minetaro Mochizuki (1)

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Chiisakobé t. 4 » de Minetaro Mochizuki aux éditions Le Lezard Noir

    coquinnette1974 sur Chiisakobé t. 4 de Minetaro Mochizuki

    Voilà, la série Chiisakobé se termine, sniff !
    Dans ce quatrième et dernier tome de la série, les enfants et les apprentis partent pour un séjour d'une nuit dans une station thermale tandis que Shigeji et Ritsu doivent veiller sur la petite Attchan qui souffre de fièvre.
    Alors que la fin de...
    Voir plus

    Voilà, la série Chiisakobé se termine, sniff !
    Dans ce quatrième et dernier tome de la série, les enfants et les apprentis partent pour un séjour d'une nuit dans une station thermale tandis que Shigeji et Ritsu doivent veiller sur la petite Attchan qui souffre de fièvre.
    Alors que la fin de l'année approche, les personnages se révèlent, les malentendus se dissipent, pour le meilleur ou pour le pire.
    Ce dernier tome m'a plu autant que les autres. Il est rare que je sois aussi charmée par tous les tomes d'une série. Aucun n'est en dessous de l'autre.
    Les dessins sont toujours aussi jolis, les textes sont toujours aussi pertinents.
    Les personnages se révèlent, et j'ai beaucoup aimé la fin de cette série. Je trouve que c'est vraiment une réussite. Et j'ai apprécié l'apparence de Shigeji pour conclure la série. On le voit enfin tel qu'il est.
    Il y avait plusieurs fins possibles mais celle ci est celle que j'attendais depuis le début et je suis vraiment ravie que l'auteur ai choisi cette voix ci.
    C'est à regret que je termine ce quatrième tome, j'ai un peu de mal à lâcher tout ce petit monde et je dois vous avouer qu'il me plairait de plus en plus de découvrir le roman dont à été tiré ce manga.
    Ma note : 4 étoiles.

  • add_box
    Couverture du livre « Chiisakobé t.3 » de Minetaro Mochizuki aux éditions Le Lezard Noir

    coquinnette1974 sur Chiisakobé t.3 de Minetaro Mochizuki

    Dans le tome trois du manga Chiisakobé nous continuons à suivre Shigeji, le jeune charpentier qui a perdu ses parents et l'entreprise familiale, «Daitomé», dans un incendie. Il continue à cohabiter avec son amie d'enfance Ritsu et avec les orphelins qu'ils ont recueillis. Ces derniers font...
    Voir plus

    Dans le tome trois du manga Chiisakobé nous continuons à suivre Shigeji, le jeune charpentier qui a perdu ses parents et l'entreprise familiale, «Daitomé», dans un incendie. Il continue à cohabiter avec son amie d'enfance Ritsu et avec les orphelins qu'ils ont recueillis. Ces derniers font parfois des bêtises. Un des enfant va fait une grosse "bêtise" qui va faire comprendre à Shigeji comment sont perçus les enfants qui vivent avec lui. La cohabitation entre les deux adultes et les cinq enfants n'est vraiment pas de tout repos... Arriveront t'ils malgré tout à continuer leur petit bout de chemin ensemble ?
    Ce troisième tome continue à nous faire découvrir la vie de ces sept personnages. Les orphelins sont vraiment très spéciaux, et pourtant il est facile de s'attacher à eux malgré leur personnalité hors norme.
    Les dessins me charment toujours autant, de même que les textes.
    Il est toujours aussi difficile pour nos personnages de s'avouer leurs sentiments. Que c'est compliqué au Japon de dire aux autres qu'on les apprécie ! Et d'accepter de l'aide quand on en a besoin...
    Je trouve que cette série est très réussie, je suis ravie de ma découverte et je mets quatre étoiles à ce troisième tome.

  • add_box
    Couverture du livre « Chiisakobé t.2 ; le serment de Shigeji » de Minetaro Mochizuki aux éditions Le Lezard Noir

    coquinnette1974 sur Chiisakobé t.2 ; le serment de Shigeji de Minetaro Mochizuki

    Ayant apprécié le tome un, c'est avec plaisir que je me suis plongé dans le tome deux du manga Chiisakobé.
    Nous suivons toujours Shigeji, le jeune charpentier qui a perdu ses parents et l'entreprise familiale, «Daitomé», dans un incendie. Il souhaite toujours reconstruire Daitomé. Mais cela est...
    Voir plus

    Ayant apprécié le tome un, c'est avec plaisir que je me suis plongé dans le tome deux du manga Chiisakobé.
    Nous suivons toujours Shigeji, le jeune charpentier qui a perdu ses parents et l'entreprise familiale, «Daitomé», dans un incendie. Il souhaite toujours reconstruire Daitomé. Mais cela est très compliqué, et il n'est pas décidé à accepter de l'aide... Nous suivons également Ritsu, son amie d'enfance et les enfants qu'ils ont recueillit.
    Dans ce second tome, on voit vraiment la complexité des sentiments pour les Japonais. Ils vont tout doucement, on du mal à se dire les choses franchement aussi bien dans leurs rapports entre humains que par rapport aux sentiments amoureux. On devine, on imagine et on ne sait pas trop où cela va aller...
    Les dessins me charment toujours autant. Les textes sont toujours aussi pertinents. Et il me plairait vraiment de découvrir le roman original dont est tiré ce manga.
    Ce second tome m'a autant captivé que le premier. Je suis ravie de me retrouver à Tokyo, ville que j'ai eu le plaisir de découvrir un peu il y a maintenant deux mois.
    J'ai aimé l'ambiance, les personnages, les dessins et je suis bien contente de ma lecture.
    Ma note : 4 étoiles.

  • add_box
    Couverture du livre « Chiisakobe t.1 ; le serment de Shigeji » de Minetaro Mochizuki aux éditions Le Lezard Noir

    coquinnette1974 sur Chiisakobe t.1 ; le serment de Shigeji de Minetaro Mochizuki

    A la bibliothèque, j'ai emprunté le tome un du manga Chiisakobé.
    Shigeji, jeune charpentier, perd ses parents et l'entreprise familiale, « Daitomé », dans un incendie. Se rappelant les paroles de son père, « quelle que soit l'époque dans laquelle on vit, ce qui est important, c'est l'humanité...
    Voir plus

    A la bibliothèque, j'ai emprunté le tome un du manga Chiisakobé.
    Shigeji, jeune charpentier, perd ses parents et l'entreprise familiale, « Daitomé », dans un incendie. Se rappelant les paroles de son père, « quelle que soit l'époque dans laquelle on vit, ce qui est important, c'est l'humanité et la volonté », il fait le serment de reconstruire Daitomé.
    Mais son retour à la maison natale s'accompagne de l'arrivée de Ritsu, amie d'enfance devenue orpheline et qu'il embauche comme assistante... mais aussi de cinq garnements au caractère bien trempé échappés d'un orphelinat. La cohabitation va faire des étincelles...
    Chiisakobé est une adaptation en manga d'un roman de Yamamoto Shūgorô, qui a été transposé à notre époque. Il s'agit d'un manga qui se lit dans le sens original, ce qui m'a un peu troublé au début.
    L'histoire m'a plu. Simple, mais bien trouvée. Les personnages sont assez mystérieux. Shigeji, le jeune charpentier, a une énorme barbe, on ne voit pas trop à quoi il ressemble. Son amie d'enfance est orpheline elle aussi, elle tient aux orphelins qu'elle a recueillit même si ces derniers sont assez surprenants. Ils ont de sacrés personnalités et font parfois un peu peur. Les traits des dessins sont assez fins. J'ai beaucoup aimé les illustrations, plus encore que les textes même si ces derniers sont pertinents.
    Je trouve que l'ensemble donne un bon manga. Ce premier tome pose bien les bases et m'a donné envie de lire la suite.
    Ma note : 4 étoiles

Thèmes en lien avec Minetaro Mochizuki

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !