Milena Agus

Milena Agus
Milena Agus enthousiasme le public français en 2007 avec Mal de pierres. Le succès se propage en Italie et lui confère la notoriété dans les 26 pays où elle est aujourd'hui traduite. Au fil des textes, elle poursuit sa route d'écrivain, singulière et libre. De ses romans elle dit : « C'est ains... Voir plus
Milena Agus enthousiasme le public français en 2007 avec Mal de pierres. Le succès se propage en Italie et lui confère la notoriété dans les 26 pays où elle est aujourd'hui traduite. Au fil des textes, elle poursuit sa route d'écrivain, singulière et libre. De ses romans elle dit : « C'est ainsi que je vois la vie, misérable et merveilleuse. » Elle vit et enseigne à Cagliari, en Sardaigne, où elle est née.

Avis sur cet auteur (31)

  • add_box
    Couverture du livre « Prends garde » de Luciana Castellina et Milena Agus aux éditions Liana Levi

    Alex Mot-à-Mots sur Prends garde de Luciana Castellina - Milena Agus

    J’ai longuement hésité : que faut-il lire en premier ? Le roman ou l’histoire brute ? J’ai opté pour le roman. Et c’est la partie que j’ai préférée.

    L’histoire brute est trop succincte, traitée froidement, et avec des références politiques locales qui m’ont échappées.

    Le roman, qui...
    Voir plus

    J’ai longuement hésité : que faut-il lire en premier ? Le roman ou l’histoire brute ? J’ai opté pour le roman. Et c’est la partie que j’ai préférée.

    L’histoire brute est trop succincte, traitée froidement, et avec des références politiques locales qui m’ont échappées.

    Le roman, qui s’attache aux personnages des soeurs, m’a plu. Leur enferment dans un autre siècle, leur appartenance à une lignée qui ne fait rêver plus qu’elles, leur aveuglément sur ce qui se passe dans le village.

    Les deux auteurs ne s’attardent pas sur la violence déchainée ce soir-là et le sort réservé à deux des soeurs.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des draps et des affaires stockés dans les innombrables placards de la propriété et qui ne servent jamais.

    http://alexmotamots.fr/?p=1908

  • add_box
    Couverture du livre « Sens dessus dessous » de Milena Agus aux éditions Liana Levi

    ANNEMARIEGABRIEL sur Sens dessus dessous de Milena Agus

    une très belle découverte, une belle histoire qui nous entraine dans cet immeuble au bord de la mer. Les voisins cachent chacun leurs petits secrets mais le plus important c'est l'amour...

    une très belle découverte, une belle histoire qui nous entraine dans cet immeuble au bord de la mer. Les voisins cachent chacun leurs petits secrets mais le plus important c'est l'amour...

  • add_box
    Couverture du livre « Mon voisin » de Milena Agus aux éditions Liana Levi

    Miss Butterfly sur Mon voisin de Milena Agus

    Brève histoire, suivie d'un court texte où l'auteure nous explique pourquoi elle est tombée dans l'écriture.

    Petit moment éphémère de belle lecture.

    Brève histoire, suivie d'un court texte où l'auteure nous explique pourquoi elle est tombée dans l'écriture.

    Petit moment éphémère de belle lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Battement d'ailes » de Milena Agus aux éditions Liana Levi

    Colette LORBAT sur Battement d'ailes de Milena Agus

    La Sardaigne et ses marchands de béton, Madame les déteste et ne veut pas leur vendre son terrain surplombant la baie. Il faut dire que Madame est bizarre avec ses robes cousues par elle dans de vieux tissus, des couvertures, des rideaux….

    Elle n’est pas seule dans ce combat. Il y a deux...
    Voir plus

    La Sardaigne et ses marchands de béton, Madame les déteste et ne veut pas leur vendre son terrain surplombant la baie. Il faut dire que Madame est bizarre avec ses robes cousues par elle dans de vieux tissus, des couvertures, des rideaux….

    Elle n’est pas seule dans ce combat. Il y a deux autres familles. Celle du grand-père, de la récitante et celle de Pietrino, enfant bizarre mais si attachant. Je comprends qu’ils restent attachés à ce petit paradis.

    Ce livre est un cri sur l’absence du mari, l’absence du père, l’absence de l’homme dans la force de l’âge, le silence sur l’absence, l’absence d’amour, l’impossibilité d’un amour « normal ». Toutes ces choses dansent une sardane autour de Madame et de ses impossibles amoures, de son incapacité d’endosser et d’accepter l’amour au quotidien, ses tenues extravagantes, sa sexualité débridée, sous le regard d’une adolescente de 14 ans, la narratrice.
    La nature sarde est omniprésente et nous envoûte sous sa chaleur écrasante ; les descriptions de Milena Agus sont somptueuses.
    .
    Un livre surprenant par son mélange de sensualité exacerbée et d’innocence. Oui, les battements d’ailes de Milena Agus ont fait battre mon cœur (je sais, c’est facile). J’ai retenu « Mal de pierres » à la bibliothèque, pour continuer un bout de chemin avec cet auteur.