Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mikhail Boulgakov

Mikhail Boulgakov

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (12)

  • add_box
    Couverture du livre « Le maître et Marguerite » de Mikhail Boulgakov aux éditions Robert Laffont

    NADIA D'ANTONIO sur Le maître et Marguerite de Mikhail Boulgakov

    Un peu de littérature russe, cette fois du XXe siècle, avec « Le Maître et Marguerite » (« Мастер и Маргарита ») de Mikhaïl Boulgakov ("Михаил Афанасьевич Булгаков"), né en 1891 à Kiev et décédé en 1940 à Moscou.

    Dans ce roman, l'auteur nous raconte les années 1930, avec leur »folie »....
    Voir plus

    Un peu de littérature russe, cette fois du XXe siècle, avec « Le Maître et Marguerite » (« Мастер и Маргарита ») de Mikhaïl Boulgakov ("Михаил Афанасьевич Булгаков"), né en 1891 à Kiev et décédé en 1940 à Moscou.

    Dans ce roman, l'auteur nous raconte les années 1930, avec leur »folie ». L'histoire débute dans un des parcs de Moscou., avec Mikhaïl Boulgakov (rédacteur en chef- un écrivain raté qui a jeté son manuscrit) et Ivan Ponvrier (un poète). Va s'ensuivre l'intervention de nombreux personnages.

    On va assister aussi à l'arrivée de Marguerite, qui accepte de livrer son âme au Diable, afin de retrouver l'homme qu'elle aime – un « écrivain maudit ».
    « Le Maître et Marguerite » est une histoire d'amour bien émouvante – un roman qui a demandé douze ans à l'auteur car il se trouvait en pleine dictature Stalinienne.

    On peut dire qu'il a « superposé une nouvelle version de l'histoire de Faust avec une réécriture des Évangiles (autour de Ponce Pilate, ainsi qu'une satire de Moscou. » Pour cela, on trouve du fantastique et de l'amour fou.

    Pour le fantastique, on rencontre Ponce Pilate – le Diable – un cochon volant : Béhémoth – un chat noir (qui parle) - Koroviev – un tueur - Azazel et Hella (une succube = un démon qui prend l'apparence humaine d'une femme, afin d'abuser sexuellement d'un homme au cours de son sommeil ?!?!) explication trouvée dans Wikipedia…) - et un grand bal donné par Satan où Marguerite est la maîtresse de maison...

    L'auteur nous a offert ici, une belle histoire d'amour mais pas que : on trouve des réflexions sur la censure, le mysticisme, l'Histoire, la mythologie, l'art…. Mais aussi de l'humour. Un livre donc très complexe qui a fait dire sur l'auteur qu'il est l'égal de Dostoïevski, Tchekhov ou Gogol…

    Un roman considéré comme un chef-d'oeuvre de Mikhaïl Boulgakov - un ouvrage d'un peu plus de 700 pages (dans ma version) qui peut lasser certains (ça se comprend bien) – mais un roman à découvrir pour les adeptes de littérature russe.

  • add_box
    Couverture du livre « Le maître et Marguerite » de Mikhail Boulgakov aux éditions Robert Laffont

    Dominique Jouanne sur Le maître et Marguerite de Mikhail Boulgakov

    Le chef-d’œuvre de Mikhaïl Boulgakov, objet d’admiration universelle écrit sous la dictature stalinienne, ne fut publié que 25 ans après la mort de l’auteur.
    Conte fantastique faustien par lequel le diable est sur terre et agit dans les milieux littéraires et artistiques des théâtres à Moscou....
    Voir plus

    Le chef-d’œuvre de Mikhaïl Boulgakov, objet d’admiration universelle écrit sous la dictature stalinienne, ne fut publié que 25 ans après la mort de l’auteur.
    Conte fantastique faustien par lequel le diable est sur terre et agit dans les milieux littéraires et artistiques des théâtres à Moscou. Entre les lignes, se cache une critique acerbe de la société politique et intellectuelle de l’époque et une remise en question des écrits bibliques et de la religion chrétienne. Les descriptions des gens, des âmes, des sentiments, des lieux et situations, sont fabuleusement bien dépeintes et teintées d'humour fin et intelligent.
    Texte toutefois difficile à l’approche que j’ai failli abandonner vers la 200e page quand les paragraphes se mirent alors à pousser l’histoire qui m’a tenue malgré tout, jusqu’à la dernière ligne. Le surréalisme littéraire n’est pas ma tasse de thé mais je conseille ce livre aux amateurs de fantastique et de bel écrit. Un must bien entendu pour ceux qui s’intéressent à la littérature russe.

  • add_box
    Couverture du livre « Le maître et Marguerite » de Mikhail Boulgakov aux éditions Robert Laffont

    Alexandra Dourver sur Le maître et Marguerite de Mikhail Boulgakov

    Le Diable, la plus belle femme du monde, un chat qui parle. Et des spectateurs en culottes. Un roman barré, baroque, brillant. Il m'a fallu attendre le Xe chapitre pour entrer dans le chef d'oeuvre. Et ensuite, le grand tourbillon. Un roman superbe, où Ponce Pilate sera votre guide dans la...
    Voir plus

    Le Diable, la plus belle femme du monde, un chat qui parle. Et des spectateurs en culottes. Un roman barré, baroque, brillant. Il m'a fallu attendre le Xe chapitre pour entrer dans le chef d'oeuvre. Et ensuite, le grand tourbillon. Un roman superbe, où Ponce Pilate sera votre guide dans la Russie des années 30

  • add_box
    Couverture du livre « Le maître et Marguerite » de Mikhail Boulgakov aux éditions Robert Laffont

    Sarah Kirschner sur Le maître et Marguerite de Mikhail Boulgakov

    "Le Maître et Marguerite" constitue le dernier roman de Boulgakov. Achevé sur son lit de mort, à 48 ans, il s'agit également de son oeuvre la plus connue. Une triple quête se dessine à travers l'intrigue: quête de soi (incarnée par le Maître), quête politique (Woland), et quête spirituelle...
    Voir plus

    "Le Maître et Marguerite" constitue le dernier roman de Boulgakov. Achevé sur son lit de mort, à 48 ans, il s'agit également de son oeuvre la plus connue. Une triple quête se dessine à travers l'intrigue: quête de soi (incarnée par le Maître), quête politique (Woland), et quête spirituelle (Yeshoua, l'innocent sacrifié). A partir de cette triple quête, l'ouvrage se fait polymorphe, à la fois profond et mélancolique, romantique et burlesque... Cynique aussi, quand il s'agit d'épingler les travers de la société staliniste, dont on ressent aisément combien elle a pu décevoir l'auteur.
    Un authentique chef d'oeuvre de la littérature russe, qui s'interroge sur les fondations de la morale au point d'en inverser les valeurs. Passionnant.