Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mieko Kawakami

Mieko Kawakami

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (5)

  • add_box
    Couverture du livre « Seins et oeufs » de Mieko Kawakami aux éditions Actes Sud

    Sandrine Fernandez sur Seins et oeufs de Mieko Kawakami

    Trentenaire célibataire, Natsu vit à Tokyo une existence morne et routinière. C’est avec circonspection qu’elle s’apprête à recevoir chez elle sa sœur Makiko et sa nièce Midoriko. Venues d’Osaka pour passer quelques jours dans la capitale, mère et fille sont en froid. A presque quarante ans,...
    Voir plus

    Trentenaire célibataire, Natsu vit à Tokyo une existence morne et routinière. C’est avec circonspection qu’elle s’apprête à recevoir chez elle sa sœur Makiko et sa nièce Midoriko. Venues d’Osaka pour passer quelques jours dans la capitale, mère et fille sont en froid. A presque quarante ans, Makiko élève seule sa fille adolescente depuis que son mari l’a quittée. Pour subvenir à leurs besoins, elle est hôtesse dans un bar louche. Son voyage a pour but de visiter des cliniques afin de subir une augmentation mammaire. Cette lubie incongrue a provoqué le mutisme de Midoriko qui ne communique plus que par l’intermédiaire d’un carnet dans lequel elle écrit aussi ses pensées. A charge pour Natsu de s’accommoder de ces deux personnalités qui s’opposent et, pourquoi pas, de les réconcilier.

    Trois femmes à trois âges de la vie. Trois femmes confrontées à leur féminité, à leur corps, à leur solitude. Trois femmes à la recherche du bonheur.
    Natsu aborde la trentaine et commence à penser à la vieillesse. Elle voit sa sœur, son aînée de dix ans, trop maigre, qui commence à se flétrir alors qu’à l’opposé, sa jeune nièce lui donne la nostalgie de rondeurs enfantines et de peau sans défauts. Makiko, à presque quarante ans, se retrouve obsédée par son corps vieillissant et sec. Elle est persuadée qu’en s’offrant une nouvelle paire de seins elle changera sa vie toute entière. Quant à Midoriko, l’éclat de sa jeunesse ne saurait cacher son mal-être. Son corps change, ses seins poussent, bientôt ses règles apparaîtront. Tout cela la désoriente et la dégoûte. Arbitre, malgré elle, de la crise que traversent la mère et la fille, Natsu ne sait pas comment gérer cette sœur obnubilée par ses futurs gros seins et cette nièce muette. Ce sont des œufs qui décanteront la situation…remettant le rire et les mots au cœur de ce triangle féminin.
    En peu de pages et l’air de ne pas y toucher, Mieko Kawakami aborde des sujets profonds qui minent la société japonaise et en particulier la place des femmes. Au Japon, elles se doivent d’être de bonnes mères et de bonnes épouses. Une femme célibataire est cantonnée à des postes subalternes et tant pis si elle est mère célibataire et a plusieurs bouches à nourrir. Une femme se doit aussi de correspondre à certains critères de beauté, ne pas faire de vague, combler son époux. En somme, il n’est pas facile d’être une femme au Japon…comme ailleurs.
    Seins et œufs est un roman surprenant, déstabilisant, qui peu paraître terne au premier abord, mais qui véhicule quelques vérités bien senties. Il faut prendre le temps de lire entre les lignes et de creuser sous la surface.

  • add_box
    Couverture du livre « J'adore » de Mieko Kawakami aux éditions Actes Sud

    Les Lectures de Cannetille sur J'adore de Mieko Kawakami

    Hegatea et Muji sont en dernière année d’école primaire au Japon et commencent à peine à sortir de l’enfance. Alors que, dans un océan de non-dits, l’une vit avec son père et l’autre avec ses mère et grand-mère, les deux enfants liés par une amitié grandissante vont tenter de trouver eux-mêmes...
    Voir plus

    Hegatea et Muji sont en dernière année d’école primaire au Japon et commencent à peine à sortir de l’enfance. Alors que, dans un océan de non-dits, l’une vit avec son père et l’autre avec ses mère et grand-mère, les deux enfants liés par une amitié grandissante vont tenter de trouver eux-mêmes la réponse à leurs questions, notamment sur leurs familles monoparentales.

    Mieko Kawakami réussit merveilleusement à se glisser dans la tête de ces deux pré-adolescents, restituant leurs doutes et leurs émotions avec une justesse d’autant plus frappante que l’écriture reproduit à s’y méprendre leurs façons de penser et de s’exprimer. Unis par une touchante amitié, un solide bon sens, et la sincérité simple et directe de jeunes êtres qui n’ont pas encore rejoint le monde adulte des faux-semblants, Hegatea et Muji partagent leurs difficultés à quitter le cocon de l’enfance pour entrer peu à peu dans une réalité qu’ils commencent juste à discerner et à s’approprier.

    Pétrie de tendresse et de délicatesse, cette lecture s’avère un attachant moment de fraîcheur, où la candeur le dispute à l’étonnant sérieux de ces deux enfants appliqués à trouver leur chemin parmi les ombres et les mystères des adultes qui les entourent.

  • add_box
    Couverture du livre « Heaven » de Mieko Kawakami aux éditions Actes Sud

    Nathalie cez sur Heaven de Mieko Kawakami

    lechatquilit.e-monsite.com

    Heaven de Mieko KAWAKAMI

    Ses tortionnaires, élèves dans sa classe au lycée, l’appelle “Paris Londres” : “quand tu as un oeil sur Paris, l’autre est à Londres et ça, ça nous donne le mal de mer, alors on va te mettre à l'amende, a déclaré Ninoniya, en me tapant...
    Voir plus

    lechatquilit.e-monsite.com

    Heaven de Mieko KAWAKAMI

    Ses tortionnaires, élèves dans sa classe au lycée, l’appelle “Paris Londres” : “quand tu as un oeil sur Paris, l’autre est à Londres et ça, ça nous donne le mal de mer, alors on va te mettre à l'amende, a déclaré Ninoniya, en me tapant sur la tête avec sa règle.”
    Le décor est planté !

    Elle, elle s’appelle Kojima. Elle se fait brutaliser aussi pour son hygiène douteuse, mais par une bande de filles de la même classe que le narrateur. Chacun voit et subit la violence, dont est victime l’autre. Un lien se tisse, et ils s’envoient des lettres pour se soutenir.

    C’est une histoire effroyable et insoutenable sur le harcèlement scolaire ou les victimes sont soumises aux brimades et à la violence des autres. Cela se passe au Japon, mais pourrait tout aussi bien se passer en France.
    C’est un roman d’amitié qui permet aux deux souffre - douleur de s’unir pour surmonter leur solitude.
    Certaines scènes sont très violentes et humiliantes.

    Écrit à la première personne, ce roman est à la fois saisissant de violence, mais aussi de tendresse et de courage, car il en faut pour retourner tous les jours au lycée en sachant que les autres vont surement faire preuve d’imagination pour inventer de nouvelles brimades ou tortures.

    Extraits :

    Mes mains, que je serrais l’une dans l’autre et mes genoux tremblaient si fort que j’entendais le bruit qu’ils faisaient. De toutes mes forces, et de toutes les forces de mes paupières, j’ai fermé les yeux, j’ai serré les dents. Dans ma tête tordue, je sentais que mes lèvres étaient retroussées, que mon souffle passait à travers mes dents. Mon coeur battait plus vite que ça n’était jamais arrivé. Une pulsation bizarre sonnait dans mes oreilles, compacte, si j’avais pu me mettre les doigts dans les oreilles, j’aurais pu le toucher, pour la première fois de ma vie j'entendais les bruit du frisson.

    Moi aussi, ça m’est arrivé de me faire frapper dans les toilettes, elle me dit d’une voix encore plus petite. Je n’ai pas saigné, mais la douleur était atroce. Ils se débrouillent toujours pour que rien ne se remarque de l’extérieur. Ils sont très forts pour ça. Où ils ont appris ça, d’après toi ? elle m’a demandé.

    A la maison, être obligé de parler m’était pénible, même pour dire bonsoir. Dans ma chambre, je ne lisais plus, je ne touchais plus un livre. Je restais tout le temps couché sur mon lit, sans bouger, les rideaux tirés. J’avais de moins en moins faim, comme pour éliminer quelque chose, j’avais en permanence l’impression que quelque choses était coincé dans tête. Quand je me lavais, je ne savais plus par quelle partie commencer, alors je m’arrosais d’eau chaude sans me savonner.

    En payant, je pouvais me faire opérer et corriger mes yeux … Je n’avais jamais imaginé cela possible, ni même réfléchi de cette façon. J'avais admis une fois pour toutes que, puisque l’opération avait raté une fois, je garderais ces yeux - là toute ma vie. MAis avoir des yeux normaux … C’était comme un choc, une énorme surprise. Je restais planté là, en proie à une étrange agitation, la main à la bouche. Sans m’en rendre compte j’étais en train de me ronger les ongles. Je ne savais pas quoi penser ensuite.

  • add_box
    Couverture du livre « De toutes les nuits, les amants » de Mieko Kawakami aux éditions Actes Sud

    Sara Adrian sur De toutes les nuits, les amants de Mieko Kawakami

    Le roman retrace le parcours de Fukuyo, figure étrange, solitaire et d'apparence froide, qui ne conçoit ni passion ni sentiment violent, mais est en revanche fascinée par la lumière. Elle fait la rencontre de deux personnages, qui, chacun à sa manière, va s'immiscer dans sa vie.
    J'ai aimé que...
    Voir plus

    Le roman retrace le parcours de Fukuyo, figure étrange, solitaire et d'apparence froide, qui ne conçoit ni passion ni sentiment violent, mais est en revanche fascinée par la lumière. Elle fait la rencontre de deux personnages, qui, chacun à sa manière, va s'immiscer dans sa vie.
    J'ai aimé que le roman se penche sur une protagoniste singulière, qui ne rappelle pas les personnalités enjouées et légères de femmes comme on en trouve somme toute beaucoup dans la littérature contemporaine. Le récit prend au contraire le parti de nous parler d'une femme atypique, à laquelle il n'est pas forcément aisé de s'identifier, le genre de femme qui n'est habituellement pas visible, et c'est là justement tout son intérêt.

    Ma chronique complète est ici: http://viederomanthe.blogspot.fr/2016/03/de-toutes-les-nuits-les-amants-mieko.html

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !