Michel Schneider

Michel Schneider
Écrivain et psychanalyste, Michel Schneider a été directeur de la Musique et de la Danse au ministère de la Culture entre 1988 et 1991. Il a écrit de nombreux livres, dont un certain nombre sur la musique : Glenn Gould piano solo (Gallimard, 1988), La Tombée du jour, Schumann (Ed. du Seuil, 1989)... Voir plus
Écrivain et psychanalyste, Michel Schneider a été directeur de la Musique et de la Danse au ministère de la Culture entre 1988 et 1991. Il a écrit de nombreux livres, dont un certain nombre sur la musique : Glenn Gould piano solo (Gallimard, 1988), La Tombée du jour, Schumann (Ed. du Seuil, 1989), Musique de nuit et Prima Donna. Opéra et psychanalyse (Odile Jacob, 2001). Parmi ses autres ouvrages, citons Marilyn dernières séances (Grasset, 2006, Prix Interallié) et Comme une ombre (Grasset, 2011).

Avis (4)

  • Couverture du livre « Marilyn dernières séances » de Michel Schneider aux éditions Gallimard

    Krys Aline sur Marilyn dernières séances de Michel Schneider

    Bon, autant le dire d’entrée, je suis une vraie « fan » de Marilyn, mais pas la star fabriqué par Hollywood, hein, non, la vraie Marilyn, Norma Jean, l’enfant fragile en manque d’amour qu’elle a toujours été. J’ai déjà lu nombres d’ouvrages qui lui ont été consacré sans jamais avoir été vraiment...
    Voir plus

    Bon, autant le dire d’entrée, je suis une vraie « fan » de Marilyn, mais pas la star fabriqué par Hollywood, hein, non, la vraie Marilyn, Norma Jean, l’enfant fragile en manque d’amour qu’elle a toujours été. J’ai déjà lu nombres d’ouvrages qui lui ont été consacré sans jamais avoir été vraiment convaincue. Mais ce livre-là m’a paru être à la fois très honnête, sans parti pris et surtout sans jugement à l’emporte-pièce sur la vie et les agissements des uns et des autres.

    Basé sur des témoignages, ce livre (prix interallié 2006) retrace les 30 derniers mois de la vie de Marilyn Monroe vus au travers du prisme de « La Psychanalyse ». Finalement Marilyn n’est pas vraiment le seul élément central. Elle dispute le premier rôle avec cette fameuse psychanalyse "freudienne". Le rôle que cette dernière a pu jouer dans le destin malheureux de l’actrice et son échec retentissant, ou plutôt, l’échec de son dernier psychanalyste, Ralph Greenson, impuissant à enrayer la machine infernale et la spirale descendante que prenait la trajectoire de Marilyn, est bien mis en lumière ici.

    Dans cette biographie fictive ante-chronologique, où s’entrecoupe, séances de psychanalyse, fragments de déroulement des tournages, flashbacks sur l’enfance de Marilyn et rencontres avec des amis, l’auteur essaye d’imaginer ce qu’ont pu être les derniers moments de la star aux deux facettes : D’un côté, le Mythe, l’objet, la bombe sexuelle monté de toute pièce par le « star system » du Cinéma hollywoodien et de l’autre la femme-enfant, noyée dans sa quête existentielle d’elle-même au milieu de ses peurs et ses angoisses étouffantes.

    D’aucun dénonceront la longueur du livre (560 pages) ; certes c’est long, mais il ne relate pas seulement la vie de l’actrice ; il analyse aussi l’échec encaissé par Greenson et sa tentative de « sauvetage » par l’analyse en « innovant » en la matière (elle était avant tout un « cobaye » à ce niveau-là). Et cela ne se fait pas en un chapitre ! Pour ma part, j’ai mis un peu de temps à le lire car j’avais besoin de pause pour oxygéner ma lecture, car je « souffrait » véritablement avec Marilyn. Et je ressentais presque réellement ses angoisses, ses peurs, l’inévitable déchéance « annoncée » de par sa dépendance pharmaceutique et affective. C’est dire si ce roman semble « réaliste » !! Je me suis prise plusieurs fois à m’égarer et prendre cela pour une véritable biographie…

    Greenson m’est apparu par contre, assez froid et très calculateur au travers du récit malgré l’évident trouble qu’il a ressenti à traiter cette si célèbre icône, nouant une telle relation fusionnelle à la limite de la « rupture » entre eux qu’on ne sait plus très bien qui était dépendant de qui. Celle-ci s’est instaurée au fil des mois, les séances devenant quotidiennes, puis bi, tri voire quadra-quotidiennes. Sans compter le fait que Marilyn était « intégrée » à la famille de son psychanalyste de façon inconditionnelle et le voyait donc y compris le soir et les weekends….

    Cet « envahissement », cet « investissement » dans la vie de l’actrice se fait d’ailleurs à tous les niveaux, aussi bien professionnel que personnel, faisant intrusion même dans ses rapports à l’argent ; Greenson en « profitant » pour assoir son autorité en tant que médecin auprès des maisons de productions cinématographiques comme la Fox par exemple où il décroche des « contrats » pour « soutien psychologique » aux acteurs durant leur tournage. L’emprise des uns sur les autres et inversement est total.
    On voit bien toute l’importance et le pouvoir qu’avait, aux États-Unis, dans les années 50/60, la psychanalyse sur le monde du Cinéma y compris à New-York et pas seulement à Hollywood.

    Marylin, est suivie d’abord par Marianne Kris à New-York, puis Greenson à Los Angeles et même Anna Freud (fille de Sigmund) en Angleterre lors de ses tournages. On assiste ainsi au tournage des « Désaxés » (The Misfits) son avant-dernier film et à l’amorce de « quelque chose doit craquer » qu’elle ne finira jamais. Le lent et difficile calvaire des tournages où elle arrive systématiquement en retard et quitte les plateaux régulièrement pour se rendre en analyse.

    Quand survient la mort de Marilyn, l’auteur ne s’attarde pas vraiment sur ce qui s’y est réellement passé mais les Kennedy n’y sont pas véritablement mis en cause, si ce n’est par la suite d’avoir cherché à effacer toutes les preuves de leurs liens avec l’actrice.

    Greenson y est beaucoup plus mis sur la sellette (ainsi que le médecin généraliste) pour son laxisme avec les barbituriques prescrits à tour de bras et en injections sur une Marilyn complètement déphasée et de plus en plus borderline.

    Après, le roman perd de son intérêt car on se perd un peu dans la technique psychanalytique et la justification de Greenson au regard de son implication dans la tragédie survenue le 4 août 1962, sa lourde responsabilité même si elle n'était pas volontaire et de sa culpabilité évidente. On parlera ainsi plus de suicide-assisté que de meurtre ou de complot.

    Deux mots pour finir, qui renforce toujours mon impression à son sujet : pauvre Marilyn !.... (elle n’ a pas vraiment été « aidée » !!!).

  • Couverture du livre « Amour suite et fins » de Michel Schneider aux éditions Alma Editeur

    Michèle FINANCE sur Amour suite et fins de Michel Schneider

    C'est un texte étrange qui peut étonner, séduire ou rebuter un public non averti. Mais, soyons bon perdant, on peut également se prendre au jeu et avancer dans cette lecture hors du commun qui parle d'amour. Ou plus exactement du couple et de ce qui se joue entre deux personnes qui vivent dans...
    Voir plus

    C'est un texte étrange qui peut étonner, séduire ou rebuter un public non averti. Mais, soyons bon perdant, on peut également se prendre au jeu et avancer dans cette lecture hors du commun qui parle d'amour. Ou plus exactement du couple et de ce qui se joue entre deux personnes qui vivent dans deux mondes différents et s'étonnent au quotidien de ne pouvoir communiquer avec des mots simples. L'auteur nous embarque dans une fascinante course aux trésors afin que le livre devienne au final "nécessaire pour son lecteur".

  • Couverture du livre « Marilyn dernières séances » de Michel Schneider aux éditions Gallimard
Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !