Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Michel Houellebecq

Michel Houellebecq

Michel Houellebecq, de son vrai nom Michel Thomas, né le 26 février 1956 à Saint-Pierre (La Réunion), est un romancier, poète et essayiste français. Il est, depuis la fin des années 1990, l'un des auteurs contemporains de langue française les plus traduits dans le monde. En parallèle de ses activ...

Voir plus

Michel Houellebecq, de son vrai nom Michel Thomas, né le 26 février 1956 à Saint-Pierre (La Réunion), est un romancier, poète et essayiste français. Il est, depuis la fin des années 1990, l'un des auteurs contemporains de langue française les plus traduits dans le monde. En parallèle de ses activités littéraires, il est également chanteur, réalisateur et acteur, s'illustrant notamment en 2014 dans deux films : L'Enlèvement de Michel Houellebecq et Near Death Experience.

Il est révélé par les romans Extension du domaine de la lutte et, surtout, Les Particules élémentaires, qui le fait connaître d'un large public. Ce dernier roman, et son livre suivant Plateforme, sont considérés comme précurseurs dans la littérature française, notamment pour leur description de la misère affective et sexuelle de l'homme occidental dans les années 1990 et 2000. Avec La Carte et le Territoire, Michel Houellebecq reçoit le prix Goncourt en 2010, après avoir été plusieurs fois pressenti pour ce prix.

Articles en lien avec Michel Houellebecq (5)

Avis sur cet auteur (100)

  • add_box
    Couverture du livre « Soumission » de Michel Houellebecq aux éditions J'ai Lu

    CécileB sur Soumission de Michel Houellebecq

    J'ai lu ce livre car il a fait couler beaucoup d'encre, ce qui a piqué ma curiosité.
    Style un peu lent et lourd à mon goût. Un personnage peu attachant et qui se laisse emporter par ce qui lui arrive sans émettre énormément de critiques ni réflexions. Je m'attendais à mieux de la part de...
    Voir plus

    J'ai lu ce livre car il a fait couler beaucoup d'encre, ce qui a piqué ma curiosité.
    Style un peu lent et lourd à mon goût. Un personnage peu attachant et qui se laisse emporter par ce qui lui arrive sans émettre énormément de critiques ni réflexions. Je m'attendais à mieux de la part de Houellebecq, mais il n'empêche que je l'ai lu jusqu'au bout et que j'ai trouvé l'anticipation historique très intéressante même si absurde.

  • add_box
    Couverture du livre « Sérotonine » de Michel Houellebecq aux éditions Flammarion

    Les livres de K79 sur Sérotonine de Michel Houellebecq

    Depuis le temps, vous savez que je suis passionné de littérature plutôt contemporaine. Je suis toujours obsédé par la découverte de nouveautés mais j’ai de grosses lacunes en ce qui concerne les classiques. Même s’il est peut-être exagéré de classer Michel Houellebecq dans cette catégorie, pour...
    Voir plus

    Depuis le temps, vous savez que je suis passionné de littérature plutôt contemporaine. Je suis toujours obsédé par la découverte de nouveautés mais j’ai de grosses lacunes en ce qui concerne les classiques. Même s’il est peut-être exagéré de classer Michel Houellebecq dans cette catégorie, pour ma culture, je me devais de m’attaquer à cet auteur, pour le moins sulfureux.

    Dès les premières pages, j’ai compris que le roman était au diapason de ce que j’avais pu entrevoir du personnage public dans les médias. Son narrateur est aussi désabusé que lui. Ce quadragénaire devenu dépressif, décide de nous raconter sa vie et de nous expliquer ce qui l’a amené à désespérer de tout. On comprend que ses déceptions professionnelles et surtout amoureuses ont détruit tous ses espoirs. A travers le parcours de ce personnage souvent détestable, on découvre aussi les faces cachées de notre société actuelle. On ressent une certaine désillusion face au monde d’aujourd’hui. La civilisation est en train de s’effondrer et certains n’y trouvent plus leur place.

    Le style de l’auteur est vraiment atypique, avec de longues phrases de presque une page. Ce ne sont pas des envolées lyriques ou stylistiques mais plutôt une mise en mots des pensées de son personnage. On entre dans la tête du narrateur et comme dans tout esprit, les idées se télescopent ou s’enchaînent.

    Michel Houellebecq manie sa plume avec dextérité. Dans une langue parfois choquante, parfois drolatique, il nous entraîne dans son récit réaliste et envoûtant. C’est un roman pour adulte (je pense qu’il faut avoir un tantinet vécu pour appréhender les introspections du protagoniste) duquel se dégage une véritable nostalgie, pleine de remords et de regrets. « Sérotonine » m’a touché par la profonde tristesse qui se cache derrière sa façade amère et blasée.

    Ma première expérience Houellebecq s’est donc bien passée. Il faut maintenant que je m’intéresse au reste de son œuvre.

    http://leslivresdek79.com/2020/11/12/601-michel-houellebecq-serotonine/

  • add_box
    Couverture du livre « Sérotonine » de Michel Houellebecq aux éditions Flammarion

    Anita Millot sur Sérotonine de Michel Houellebecq

    Florent-Claude, quarante-six ans, déteste beaucoup de choses dans sa vie, jusqu’à son prénom qu’il trouve ridicule. Florent-Claude est dépressif (mais il se soigne en se gavant d’anti-dépresseurs !) Malheureusement, le résultat en est un excès de sérotonine (censée lui redonner la pêche) qui...
    Voir plus

    Florent-Claude, quarante-six ans, déteste beaucoup de choses dans sa vie, jusqu’à son prénom qu’il trouve ridicule. Florent-Claude est dépressif (mais il se soigne en se gavant d’anti-dépresseurs !) Malheureusement, le résultat en est un excès de sérotonine (censée lui redonner la pêche) qui bousille sa libido … Un des effets indésirables avec l’impuissance et la nausée (ouf ! il n’a pas de nausées …)

    Michel Houellebecq nous décrit un personnage ambigu et pétri de paradoxes, phallocrate et vulgaire comme le sont souvent ses « anti-héros ». Un homme qui se remémore ses amours avec si peu de poésie … On a un peu envie de refermer le roman, à ce moment là.

    Et pourtant, lorsque Florent-Claude nous décrit également la souffrance paysanne normande et sa lutte incessante pour s’en sortir, sa révolte légitime devant l’injustice de la politique agricole, c’est criant de vérité, c’est émouvant … Alors on se demande où commence et où finit la provocation dans les écrits de l’auteur. Et pourquoi il s’acharne à vouloir nous choquer en permanence … Pourtant on doit lui reconnaitre le courage de ses opinions, même si on aimerait qu’il les dévoile en y mettant un peu plus de fioritures … Bon, allez, on va dire que Florent-Claude, ce n’est pas lui … pas complètement …

    Si je persiste à lire les romans de Michel Houellebecq, qui ne m’a vraiment « bluffée » qu’avec son Goncourt (« la carte et le territoire », 2010) c’est parce que j’ai découvert un homme un peu différent de l’idée que je m’en faisais, (un homme pas si blasé que ça, finalement) dans le film « Thalasso », sorti en 2019 (plus désarmant que lui : tu meurs, lorsqu’il pleure sur la disparition de sa grand-mère tant aimée …)

    Mais là Michel, lorsque vous donnez la définition d’une chambre parentale (dressing plus salle de bain) afin que vos lecteurs de la classe populaire puisse intégrer de quoi il s’agit, franchement ! C’est ce qui reste un mystère chez l’auteur : ironie moqueuse pour nous faire sortir de nos gonds ou mépris total d’une partie de la nation qu’il imagine trop inculte ?… Si je n’ai pas détesté, je n’ai pas eu non plus de coup de coeur … Et vais probablement en oublier le contenu assez rapidement … Ce qui ne m’empêchera pas de lire le prochain !

  • add_box
    Couverture du livre « La carte et le territoire » de Michel Houellebecq aux éditions J'ai Lu

    Miss K Paris sur La carte et le territoire de Michel Houellebecq

    L’été est propice à la découverte d’auteurs super connus mais non encore lus. Cette fois, bonne pioche ! Je ne suis pas une fan du personnage, mais je dois avouer que la plume de Michel Houellebecq est délicieuse !
    Comment résumer ce livre? Jeb Martin est un artiste qui se cherche. Un peu ours,...
    Voir plus

    L’été est propice à la découverte d’auteurs super connus mais non encore lus. Cette fois, bonne pioche ! Je ne suis pas une fan du personnage, mais je dois avouer que la plume de Michel Houellebecq est délicieuse !
    Comment résumer ce livre? Jeb Martin est un artiste qui se cherche. Un peu ours, ses relations se cantonnent à voir son père vieillissant. Et puis, le succès vient avec des œuvres en photographiant en gros plan des cartes Michelin. Ça y est, il est lancé et nous allons le suivre durant quelques années, notamment avec sa période peinture figurative. Mais Jed n’est qu’une excuse pour évoquer avec acidité, cynisme mais aussi avec une certaine tendresse et une bonne dose d’humour la société actuelle et notamment celle qui tourne autour de l’art.
    On oscille entre un descriptif « wikipédien » de la ville de Beauvais, le récit d’un réveillon totalement loufoque avec un Jean-Pierre Pernaut homosexuel et un Patrick Le Lay en état d’ébriété avancé, le tout dans un hôtel particulier gardé par des paysans vendéens armés de fourches (c’était une soirée déguisée !) ou encore une étude sociologique des clients de Ryanair. A la fois cynique et drôle à souhait !
    Et cette mise en scène de Michel Houellebecq par lui même ! Au début on se dit, mais quel mégalo, avant d’en arriver à la conclusion qu’il y met toute l’autodérision, un certain sarcasme et une étrange mélancolie à se décrire sous des traits assez peu flatteurs, mais qui finalement le rendent plus humain que l’image qu’il veut bien renvoyer (histoire d’achever ses détracteurs !?).
    Et comme si son autoportrait ne suffisait pas, il semble avoir mis beaucoup de lui-même dans Jed : un être dont les rapports humains sont réduits au strict minimum, qui va s’isoler au fin fond de cette France qu’il a si bien illustrée dans ses œuvres.
    Bref j’ai aimé le côté désabusé, acerbe, ironique de cette histoire qui aborde des sujets aussi variés que l’amour, la vie, le temps qui passe, la vieillesse, la mort, la filiation ou encore l’art et le marché de l’art contemporain, la société d’une façon générale.
    Pour celles et ceux qui n’auraient pas encore plongé dans un roman de Houellebecq
    je laisse le dernier mot à l’auteur lui même, tiré d’une discussion entre Jed et son père :
    - Michel Houellebecq ?
    - Tu connais ? demanda Jed, surpris.
    - C’est un bon auteur, il me semble. C’est agréable à lire, et il a une vision juste de la société.