Michael Farris Smith

Michael Farris Smith

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (28)

  • add_box
    Couverture du livre « Nulle part sur la terre » de Michael Farris Smith aux éditions Sonatine

    hendrycks jennifer sur Nulle part sur la terre de Michael Farris Smith

    L’auteur signe un roman noir, glauque et haletant. La lecture est rapide et efficace. L’écriture est agréable. La démarche n’est pas nouvelle mais on prend plaisir à le lire.
    On s’identifie facilement au personnage principal, à sa rage, son désespoir. Coupable mais pardonnable, ce vengeur...
    Voir plus

    L’auteur signe un roman noir, glauque et haletant. La lecture est rapide et efficace. L’écriture est agréable. La démarche n’est pas nouvelle mais on prend plaisir à le lire.
    On s’identifie facilement au personnage principal, à sa rage, son désespoir. Coupable mais pardonnable, ce vengeur justicier nous entraine avec lui dans un rythme soutenu, dans un roman parfois un peu pétri de bons sentiments.

  • add_box
    Couverture du livre « Le pays des oubliés » de Michael Farris Smith aux éditions Sonatine

    fflo sur Le pays des oubliés de Michael Farris Smith

    https://ffloladilettante.wordpress.com/2019/01/17/le-pays-des-oublies-de-michael-farris-smith/
    Avec Le Pays des Oubliés je peux encore dire «Noir, c'est noir, il n'y a plus d'espoir». Dans son style si particulier, avec sa succession de «et», Michael FARRIS SMITH nous entraîne dans la descente...
    Voir plus

    https://ffloladilettante.wordpress.com/2019/01/17/le-pays-des-oublies-de-michael-farris-smith/
    Avec Le Pays des Oubliés je peux encore dire «Noir, c'est noir, il n'y a plus d'espoir». Dans son style si particulier, avec sa succession de «et», Michael FARRIS SMITH nous entraîne dans la descente aux enfers de son anti-héros Jack. Il y a la violence, les coups, l'alcool, les pilules rouges ou bleus, l'impitoyable maquerelle-organisatrice-de-combats-dealeuse-et-j'en-passe.... et toujours la désespérante solitude de celui qui est né déshérité dans le sud de cette Amérique qui nous a fait fantasmer.
    Ballotté toute son enfance de famille d'accueil en famille d'accueil Jack n'a aucun point d'ancrage avant d'arriver chez Maryann, la seule qui va enfin lui apporter de l'affection et qu'il considère comme une mère. Mais est-ce suffisant quand on est si mal parti dans la vie? Que c'est dur quand on s'engage toujours sur le mauvais chemin. Il n'y a pas que des fatalités dans les romans de Michael FARRIS SMITH: ses personnages ont toujours le choix mais ne peuvent s’empêcher de prendre la mauvaise direction. Jack a choisit d'être lutteur d'où le titre original The Fighter, alors des coups il sait en donner mais il en a surtout reçu, Il n'est pas vieux mais complètement usé et il ne peut se pardonner d'avoir déçu Maryann en raison de ses choix de vie.
    L'auteur ne fait pas grand chose pour faire aimer Jack. Cependant je m'y suis attachée tout au long de ma lecture j'avais envie de lui dire «arrête, tout ça ne sert à rien, reprends ton souffle!». Je n'ai pu m'empêcher d'espérer.
    Et puis il y a l'émouvante Annette, qui a fait de son corps une œuvre d'art à force de tatouages et s'est crée sa propre église pour l'aider à vivre.

  • add_box
    Couverture du livre « Le pays des oubliés » de Michael Farris Smith aux éditions Sonatine

    Michèle FINANCE sur Le pays des oubliés de Michael Farris Smith

    Magistral, comme l'était le précédent polar de cet auteur talentueux qui ne craint pas de peindre des personnages maltraités par la vie, cabossés mais également un peu fous et certainement peu préservés par la culture sociale actuellement appliquée aux Etats Unis. L'écriture est rapide, les...
    Voir plus

    Magistral, comme l'était le précédent polar de cet auteur talentueux qui ne craint pas de peindre des personnages maltraités par la vie, cabossés mais également un peu fous et certainement peu préservés par la culture sociale actuellement appliquée aux Etats Unis. L'écriture est rapide, les situations sont décrites sans concessions, le tout dans une nature peu hospitalière qui ne fait aucun cadeau à notre héros.
    Bref, un roman noir qui permet à l'auteur de figurer parmi les grands !

  • add_box
    Couverture du livre « Le pays des oubliés » de Michael Farris Smith aux éditions Sonatine

    annesophiebooks sur Le pays des oubliés de Michael Farris Smith

    Combien sont-ils, ces êtres que la vie semble prendre plaisir à blesser encore et encore ?
    Et surtout, comment sont-ils censés inverser le cours des choses, quand chaque jour est un combat pour survivre, toujours plus féroce que celui de la veille ?
    Jack Boucher fait partie de ces...
    Voir plus

    Combien sont-ils, ces êtres que la vie semble prendre plaisir à blesser encore et encore ?
    Et surtout, comment sont-ils censés inverser le cours des choses, quand chaque jour est un combat pour survivre, toujours plus féroce que celui de la veille ?
    Jack Boucher fait partie de ces oubliés.
    Abandonné quand il était bébé, baladé de foyers en familles d’accueil, il est tout juste âgé de 12 ans quand il arrive chez Maryann.
    Cet enfant, nerveux, malheureux et furieux, est persuadé qu’elle est comme les autres.
    Qu’elle ne le gardera pas.
    Qu’elle ne l’aimera pas.
    Qu’elle ne le comprendra pas.
    Ce qu’il ne peut pas encore savoir, c’est qu’elle est déterminée à lui prouver le contraire, et qu’à force de patience et de tendresse elle y parviendra.
    Oui mais voilà, quand la vie vous prend en grippe elle ne relâche pas facilement sa proie.
    Des décennies plus tard, celle qui est finalement parvenue à devenir sa mère est alitée, dans une maison de retraite, avec la mémoire en morceaux et la vie qui s’en va peu à peu.
    Et la maison, leur maison, est menacée de saisie par les banques.
    Désormais, la seule chose qui comptera pour Jack, c’est de la sauver. De préserver le seul endroit sur Terre où il a été heureux.
    Pour ça, il lui faut juste une certaine somme d’argent.
    Rien d’énorme, mais pour cet homme, qui a passé sa vie à aller de mauvais choix en mauvaises décisions, ça ressemble à s’y méprendre au défi de trop.
    Celui qu’il risque de ne pas réussir à relever.
    Quand vous avez passé votre vie à donner et prendre des coups, que votre corps n’est plus qu’un champ de ruines et que votre moral est à l’avenant, quelle solution vous reste-t-il ?
    Peut-être la réponse est-elle dans un dernier sursaut de colère, une volonté farouche de ne pas décevoir, ou dans le hasard d’une rencontre.
    Dans le choix entre une pilule bleue ou une pilule rouge.
    Ou peut-être n’est-elle nulle part.
    Jusqu’à la toute dernière page vous espérerez, vous combattrez, vous réfléchirez au côté de Jack.
    Mais quoi qu’il en soit, vous n’aurez pas plus envie de renoncer que lui.
    Une histoire sombre, sobre, et malheureusement réaliste.
    Un roman à découvrir, parce qu’il est beau, et parce qu’il donne à réfléchir.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !