Mckinley-T

Mckinley-T

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (9)

  • Couverture du livre « La dernière valse de mathilda » de Mckinley-T aux éditions Archipel

    Delphine de Du calme Lucette sur La dernière valse de mathilda de Mckinley-T

    Je vous le dis d’emblée, ce fut une lecture un peu difficile, loin du long fleuve tranquille. Lorsque j’ai vu qu’une lecture commune s’ouvrait concernant ce roman sur Livraddict, j’ai sauté sur l’occasion afin de le sortir de ma bibliothèque. Le résumé me faisait très envie dès le départ et...
    Voir plus

    Je vous le dis d’emblée, ce fut une lecture un peu difficile, loin du long fleuve tranquille. Lorsque j’ai vu qu’une lecture commune s’ouvrait concernant ce roman sur Livraddict, j’ai sauté sur l’occasion afin de le sortir de ma bibliothèque. Le résumé me faisait très envie dès le départ et j’avais hâte de découvrir les secrets de Churinga.

    Le premier tiers est lent, trop lent. Les descriptions sont réalistes, l’atmosphère du bush australien s’impose profondément à nous au fil des pages, l’histoire en elle-même est intéressante, mais il y a trop de longueurs. Et un tiers sur plus de 550 pages, ça fait long… J’ai vraiment eu peur de ne pas avoir la motivation nécessaire pour terminer le roman. Mais j’ai persisté parce que la jeune Mathilda est un personnage attachant pour lequel on peut facilement ressentir de l’empathie. Son histoire est terrible, tragique, mais sa forte personnalité et son immense volonté en font sans conteste une héroïne. En revanche, les parties concernant Jenny sont plus molles et moins attrayantes. Cette jeune femme veuve qui se voit l’héritière attitrée de Churinga grâce à son défunt mari et qui découvre les journaux intimes de Mathilda n’a pas su me transporter autant que je l’aurai souhaité. Ceci dit, c’est à travers elle que l’on découvre les récits de Mathilda, au fur et à mesure que les longs chapitres s’écoulent, et j’avais hâte de connaître ce qui liait réellement les deux femmes, même si je m’en doutais déjà un peu.

    Le deuxième tiers est un peu plus rythmé, l’histoire de Mathilda se révèle doucement et la relation de Jenny avec le directeur de la station d’élevage de Churinga se greffe en parallèle. Cette romance est certes prévisible et peu originale, mais l’on espère tout de même un peu de bonheur après les malheurs qui se sont déroulés dans cette propriété de l’outback. Le destin tragique des femmes de Churinga va-t-il perdurer, tel un sort que l’on aurait jeté, ou se briser à l’arrivée de Jenny ? C’est dans le troisième tiers que toutes nos questions trouvent heureusement leurs réponses.

    La dernière partie est bien meilleure, haletante même. En effet, Mathilda et Jenny se confondent presque et accentuent l’image indestructible que l’on a de ces femmes qui ont foulé le sol de Churinga, ces personnalités hors du commun qui ne baissent jamais les bras et qui font preuve de beaucoup de courage. Les deux histoires se percutent et l’on ne peut plus lâcher le livre tant que tous les secrets qu’il renferme se révèlent à nous. J’ai ressenti un vrai soulagement et une joie de voir les longueurs disparaître, de sentir mon intérêt aller crescendo pour finalement refermer le roman satisfaite.

    Ce fut en effet une lecture en dents de scie bien que l’histoire est intéressante dès le départ. Les longueurs m’ont beaucoup essoufflée et m’ont fait douter, mais je suis heureuse d’avoir persisté puisque le dernier tiers revalorise entièrement le roman. L’écriture est travaillée et donne la part belle à la description des paysages et à l’ambiance fiévreuse de l’outback australien. Les personnages féminins sont élevés au statut d’héroïnes par l’auteure et particulièrement Mathilda qui sait faire ressentir au lecteur attachement et empathie ; elle impressionne par la force de son courage et sa volonté de fer. Je vous recommande donc de persister dans votre lecture même si cela vous paraît compliqué car le dernier tiers en vaut la peine !

    Mon avis sur mon blog : https://ducalmelucette.wordpress.com/2017/09/13/lecture-la-derniere-valse-de-mathilda-de-tamara-mckinley/

  • Couverture du livre « La dernière valse de mathilda » de Mckinley-T aux éditions Archipel

    LAETITIA MONTOU sur La dernière valse de mathilda de Mckinley-T

    L'histoire d'une famille en Australie.
    Très triste : inceste, solitude, amours contrariés, mort...

    Très beau roman

    L'histoire d'une famille en Australie.
    Très triste : inceste, solitude, amours contrariés, mort...

    Très beau roman

  • Couverture du livre « La dernière valse de mathilda » de Mckinley-T aux éditions Archipel

    Manika sur La dernière valse de mathilda de Mckinley-T

    Une saga sur plusieurs générations, avec secrets de famille, amour, aventures dans de superbes paysages australiens.

    Des femmes au caractère bien trempé qui mènent la danse et se défendent bec et ongles dans le monde macho de l'élevage de moutons.

    L'écriture est belle, les descriptions de...
    Voir plus

    Une saga sur plusieurs générations, avec secrets de famille, amour, aventures dans de superbes paysages australiens.

    Des femmes au caractère bien trempé qui mènent la danse et se défendent bec et ongles dans le monde macho de l'élevage de moutons.

    L'écriture est belle, les descriptions de paysage nous dépaysent totalement. Une histoire à la "Out of Africa" !

    Un bon moment de lecture, divertissant idéal pour l'été.

    Des rebondissements un peu tirés par les cheveux et qui donnent une impression de "too much" et un final qui couve depuis la moitié du roman, un peu ballé dans la dernière page seront les seuls bémols pour ce titre.

  • Couverture du livre « La dernière valse de mathilda » de Mckinley-T aux éditions Archipel

    Anne Marie PHILIPPE sur La dernière valse de mathilda de Mckinley-T

    Un très beau livre, où l’amour de la terre est très présent, une vie rude au fin fond de l’Australie, loin de tout et de tous. Un domaine : Churinga que nous découvrons sur plusieurs générations. Une exploitation tenue à bout de bras par des femmes, malgré les difficultés, les années de...
    Voir plus

    Un très beau livre, où l’amour de la terre est très présent, une vie rude au fin fond de l’Australie, loin de tout et de tous. Un domaine : Churinga que nous découvrons sur plusieurs générations. Une exploitation tenue à bout de bras par des femmes, malgré les difficultés, les années de sécheresse, les incendies, elles ne lâchent rien, ne vendront pas cette terre si chère à leur cœur. On imagine ces immensités à perte de vue, les chevaux, les moutons, les semaines de tonte où le domaine s’anime. C’est Jenny qui nous fera découvrir cette terre, citadine, peintre, elle va devenir propriétaire de Churinga, cadeau d’anniversaire de son mari décédé, elle y va par curiosité et n’en partira plus, elle aussi sera envoûtée par ce lieu. Elle va trouver le journal intime de Mathilda et remonter le temps, comprendre l’histoire de cet endroit et s’en imprégner, il fera partie d’elle et ne pourra plus s’en détacher. L’amour est là aussi, même si cette rencontre avec cet homme nous réserve très peu de surprise (on devine d’avance ce qui va se passer entre eux), il n’en reste pas moins que ce livre est merveilleux, plein de mystères, d’abnégation, on prend un grand bord d’air. A lire, vous passerez un très bon moment

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com