Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Maurice Lever

Maurice Lever
Maurice Lever (1935-2006), éminent dix-huitiémiste, est notamment l'auteur d'une monumentale biographie du marquis de Sade (Fayard) et d'un Beaumarchais en trois volumes (Fayard).

Avis sur cet auteur (1)

  • add_box
    Couverture du livre « Je jure au marquis de sade, mon amant, de n'etre jamais qu'a lui... » de Maurice Lever aux éditions Fayard

    lise lise sur Je jure au marquis de sade, mon amant, de n'etre jamais qu'a lui... de Maurice Lever

    Il faut d’abord avertir le lecteur que le titre, comme la quatrième de couverture, sont partiellement trompeurs. La liaison entre le scandaleux marquis et sa belle-sœur, la chanoinesse Anne-Prospère de Launay, n’occupe en réalité que la première moitié du livre. J’ajoute que la correspondance...
    Voir plus

    Il faut d’abord avertir le lecteur que le titre, comme la quatrième de couverture, sont partiellement trompeurs. La liaison entre le scandaleux marquis et sa belle-sœur, la chanoinesse Anne-Prospère de Launay, n’occupe en réalité que la première moitié du livre. J’ajoute que la correspondance entre les deux protagonistes se résume à quatre lettres de A.P. de Launay au marquis de Sade, d’une lettre de Sade à de Launay, et d’une lettre de l’épouse de Sade à de Launay. Ces lettres ne se lisent donc absolument pas comme un échange amoureux, mais comme le témoignage de l’une des nombreuses liaisons extra-conjugales de Sade.

    En fait, l’intérêt principal de l’ouvrage réside dans la publication de lettres inédites du marquis et de son entourage, lettres qui sont précédées de courtes introductions permettant au lecteur de comprendre le contexte dans lequel elles ont été écrites. Les courriers écrits par le marquis durant sa détention au fort de Miolans m’ont paru bien plus éclairants et intéressants que les lettres d’amour que lui adresse sa belle-sœur. Le marquis y apparaît aux abois, paranoïaque, souvent haineux. Ces missives mettent en évidence que pour lui plus que pour tout autre, être privé de cette liberté qu’il affectionnait tant – ce qui l’amenait à transgresser en permanence les règles de bienséance, les lois du mariage – relevait véritablement de la torture.

    J’ai trouvé l’ouvrage intéressant sans pour autant être emballée à sa lecture. Le contexte fait l’objet d’une explication claire, quoiqu’incomplète, et les passages introduisant les différentes lettres suffisent à l’exposition des circonstances dans lesquelles elles ont été rédigées. Restent ce titre et cette quatrième de couverture qui trahissent la tendance à un racolage vulgaire et trompeur, si fréquent dès qu’il s’agit de Sade.