Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Maud Simonnot

Maud Simonnot

Née en 1979, Maud Simonnot est éditrice chez Gallimard. La nuit pour adresse est son premier livre.

Articles en lien avec Maud Simonnot (1)

Avis sur cet auteur (19)

  • add_box
    Couverture du livre « L'enfant céleste » de Maud Simonnot aux éditions L'observatoire

    Les Lectures de Cannetille sur L'enfant céleste de Maud Simonnot

    L’école est une épreuve pour Célian qui, à huit ans, ne rêve que d’étoiles et d’observation animalière. Elle-même au creux de la vague après une rupture amoureuse, sa mère Mary décide de mettre leur existence sur pause en partant tous les deux quelques semaines sur l’île suédoise de Ven. Dans...
    Voir plus

    L’école est une épreuve pour Célian qui, à huit ans, ne rêve que d’étoiles et d’observation animalière. Elle-même au creux de la vague après une rupture amoureuse, sa mère Mary décide de mettre leur existence sur pause en partant tous les deux quelques semaines sur l’île suédoise de Ven. Dans cet espace isolé de nature préservée où, au 16e siècle, l’astronome danois Tycho Brahe construisit son palais d’Uraniborg pour en faire un centre de recherche et un observatoire, la mère et le fils vont panser leurs blessures et retrouver la force de poursuivre leur chemin.

    Toute la magie de ce roman, à l’intrigue très succincte et aux personnages anodins, provient de la délicatesse, aérienne et poétique, avec laquelle la plume de l’auteur entrelace les différentes thématiques abordées. Le récit nous transporte dans le cadre naturel d’une île hors du temps et de la trépidation du monde, pour une jolie parenthèse au simple rythme des vagues et de la lumière. Loin de nous enfermer dans le huis-clos d’un sanctuaire, cette retraite s’avère l’occasion d’une exploration de l’espace et du temps, tandis que les ciels d’été étoilés de l’île de Ven nous ramènent dans les pas du mystérieux Tycho Brahe. L’étonnante découverte de cet homme peu ordinaire pare peu à peu le récit d’un parfum de légende. Non seulement ce personnage atypique marqua une rupture dans l’histoire des sciences et de l’astronomie, mais il aurait peut-être inspiré Shakespeare pour son personnage d’Hamlet.

    Plongé dans un subtil mélange de nature, d’histoire et de poésie, le lecteur se retrouve à la fois séduit par les beautés de cette île scandinave, intrigué par les mystères laissés il y a cinq siècles par le plus célèbre de ses hôtes, et touché par la tendresse discrète qui entoure ses personnages. Ce livre aussi léger qu’un souffle est une bien jolie bulle de charme et de délicatesse, un petit moment de grâce tout de retenue et de simplicité.

  • add_box
    Couverture du livre « L'enfant céleste » de Maud Simonnot aux éditions L'observatoire

    Olivier BIHL sur L'enfant céleste de Maud Simonnot

    Un pur bijou... cet ode à l'amour maternel, à la fusion d'une mère et d'un fils mais aussi aux grands espaces de la Baltique..

    Un premier roman qui est un essai réuni. Polyphonie des récits alternant ceux de la narratrice, Mary la mère,  ceux de son fils Celian et le recueil des anedoctes...
    Voir plus

    Un pur bijou... cet ode à l'amour maternel, à la fusion d'une mère et d'un fils mais aussi aux grands espaces de la Baltique..

    Un premier roman qui est un essai réuni. Polyphonie des récits alternant ceux de la narratrice, Mary la mère,  ceux de son fils Celian et le recueil des anedoctes majeures historiques sur le destin réel et historique de l'astronome / écrivain suédois Tycho Brahe comme un éloge des beautés que la nature peut encore offrir à celles et ceux qui s'y laissent porter. 

    En plein interrogation sur sa vie à la fois professionnelle et personnelle, Mary élève seul son fils Célian avec la bienveillance de sa propre mère, un jeune garçon passionné d'astronomie mais bien trop réveur et hors des clous d'un sytème scolaire classique. Face à l'incompréhension et au relatif rejet de Célian par sa maitresse d'école comme pas ses petits camarades, alors même que Mary se remet avec beaucoup de mal de son histoire d'amour avec Pierre, elle décide d'offrir à son fils comme à elle une expérience exceptionnelle :  se lancer sur les traces de l'astronome Brahe, le personnage historique réel et héros de Célian au coeur de la Baltique ; sur l'île suédoise de Ven, et d'y vivre le temps de grandes vacances. C'est ainsi que Mary et  Célian vont s'nstaller dans la pension de Solveig afin d'à la fois se reconstruire pour Mary, de vivre de sa passion de la nature comme de l'astronomie de Célian et de recueillir l'énergie nécessaire pour revenir en France. Le chemin, entre histoires, Histoire, littérature, nature et l'irruption bienveillantes des locataires de Solveig dans leur vie ; Björn et Des Esseintes, se révêle alors majestueux, onirique et synonime de résilience....

    Un court roman si dépaysant découpé en trois partie avec de courts chapîtres et une plume de grande qualité. Un livre à lire d'urgence.

  • add_box
    Couverture du livre « L'enfant céleste » de Maud Simonnot aux éditions L'observatoire

    Vnss Chttl sur L'enfant céleste de Maud Simonnot

    Mary, blessée par une rupture amoureuse, sombre dans la tristesse. Alors quand elle entrevoit en supplément le désarroi de son fils, Célian qui est en train de s'éteindre sur les bancs de l'école. Elle décide de partir ; partir quelques mois pour replonger dans ses rêves d'enfant, vers l'île de...
    Voir plus

    Mary, blessée par une rupture amoureuse, sombre dans la tristesse. Alors quand elle entrevoit en supplément le désarroi de son fils, Célian qui est en train de s'éteindre sur les bancs de l'école. Elle décide de partir ; partir quelques mois pour replonger dans ses rêves d'enfant, vers l'île de Ven. Ile sauvage, située entre le Danemark et la Suède, où l'astronome Tycho Brahe a fait construire son observatoire astronomique, lieu, où à l'oeil nu il a observé rigoureusement la super nova de 1572. Mary y retrouve sa lumière intérieure, et par ce voyage permet à son fils de se révéler à lui-même pour mieux affronter la vie, conscient de ses forces et de ses rêves. Car son fils est un ange blond, lunaire et lumineux, la tendresse et le lien qui les lient sont aussi beaux que la nature décrite dans ce roman.

    Ce roman à deux voix, où la mère et le fils se racontent alternativement, est céleste. Je me suis emplie de sa poésie, de l'immensité, de la terre, du ciel, de l'eau, de cette explosion de sens ; j'ai contemplé l'éclosion de Célian à lui-même, et le retour à la vie de sa mère. J'ai aussi aimé les personnages de Des Esseintes, celui de Bjôrn, et celui de Solveig, chacun porteur d'une individualité qui rendent les rencontres enchanteresses, et éternelles malgrè leur fugacité.
    Comme une bulle d'amour, de tendresse et d'intelligence, le texte de Maud Simonnot m'a rappelé le bonheur de la liberté, le bonheur de respirer, de se sentir vivant au contact des éléments, et revenir apaisé, vers son étoile intérieure. La liberté de rêver autrement.

    J'ai donc adoré ce texte, d'une douceur et d'une beauté qui réconfortent. Roman de voyage, d'apprentissage, de lumière, merci pour ce souffle salutaire en ces temps où l'obscurité et le manque d'horizon semblent s'intensifier, s'éterniser.

  • add_box
    Couverture du livre « L'enfant céleste » de Maud Simonnot aux éditions L'observatoire

    Cathfd sur L'enfant céleste de Maud Simonnot

    Pause rêveuse et poétique

    Une nuit d'insomnie, je suis partie en compagnie de Mary et Célian en Scanie sur une île dont je n'avais jamais entendu parler auparavant, l'île de Ven, située entre Suède et Danemark tout au sud, appelée la perle d'Öresund.

    Mary ne se remet pas d'une rupture...
    Voir plus

    Pause rêveuse et poétique

    Une nuit d'insomnie, je suis partie en compagnie de Mary et Célian en Scanie sur une île dont je n'avais jamais entendu parler auparavant, l'île de Ven, située entre Suède et Danemark tout au sud, appelée la perle d'Öresund.

    Mary ne se remet pas d'une rupture amoureuse et s'inquiète pour son fils de 10 ans, enfant lunaire et sensible qui s'ennuie à l'école, incompris de sa maîtresse qui ne voit en lui qu'un paresseux.

    "Dès sa naissance on le sait.
    On se dit que cet enfant-là est différent.
    On le tient entre deux mains, ce nourrisson.[...] Les reflets d'or de ses cheveux. Et ce regard un peu voilé qui ne le quittera plus. Lunaire. Oui c'est ça, un enfant céleste. "

    Elle part d'abord pour le Morvan de son enfance, où Célian est heureux de retrouver sa grand-mère aux "senteurs d'armoise et de verveine ". Et elle décide de partir pour cette île, où au XVIe siècle, un astronome nommé Tycho Brahe construisit un observatoire, astronome pour lequel Célian se passionne.

    La relation entre Mary et son fils, si belle, si respectueuse de la différence de l'enfant, l'immense amour qu'elle a pour lui et la façon qu'elle a de l'exprimer... sont tout simplement magnifiques. Tous deux sont des contemplatifs et à travers la plume poétique et sensuelle de l'autrice, cette escapade se transforme en une parenthèse enchantée. Pour Célian ayant là toute liberté d'être qui il est, loin de tout jugement et pour Mary qui en contemplant les étoiles va se réapproprier la joie et la sérénité et retrouver son âme d'enfant.

    J'ai marché sur les pas de Mary et Célian, c'était beau, doux et apaisant. Quel plaisir de lecture ! Et je me suis endormie après avoir tourné la dernière page avec des embruns, des forêts, des oiseaux plein la tête.

    Les personnages secondaires sont tout aussi attachants, Solveig qui tient la pension qui les accueille, le professeur anglais spécialiste de Shakespeare, Björn, le cousin de Solveig qui va réconcilier Mary avec son corps et c'est vraiment à regret qu'on quitte l'île et ce roman aux personnages lumineux ...

Thèmes en lien avec Maud Simonnot

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !