Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mathis Ayana

Mathis Ayana
AYAnA MATHiS a grandi dans les quartiers nord de Philadelphie. Férue de poésie, elle suit plusieurs cursus universitaires sans d'abord en terminer aucun, travaille comme serveuse puis fact-checker dans divers magazines. en 2009, elle participe au programme de Creative Writing de l'Universi... Voir plus
AYAnA MATHiS a grandi dans les quartiers nord de Philadelphie. Férue de poésie, elle suit plusieurs cursus universitaires sans d'abord en terminer aucun, travaille comme serveuse puis fact-checker dans divers magazines. en 2009, elle participe au programme de Creative Writing de l'Université de l'iowa sous la direction de Marilynne Robinson. Quelques mois plus tard, elle termine son premier roman, Les Douze Tribus d'Hattie, qui connaîtra un succès international.

Avis sur cet auteur (14)

  • add_box
    Couverture du livre « Les douze tribus d'Hattie » de Mathis Ayana aux éditions Gallmeister

    Franck FINET sur Les douze tribus d'Hattie de Mathis Ayana

    L'auteur dresse le portrait d'Hattie, mère d'une famille de 11 enfants, symbole de milliers de noirs américains ayant fui la Géorgie ségrégationniste pour rejoindre les états du Nord à la recherche de liberté et de bonheur.
    C'est à Philadelphie que les rêves d'Hattie et d'August vont se...
    Voir plus

    L'auteur dresse le portrait d'Hattie, mère d'une famille de 11 enfants, symbole de milliers de noirs américains ayant fui la Géorgie ségrégationniste pour rejoindre les états du Nord à la recherche de liberté et de bonheur.
    C'est à Philadelphie que les rêves d'Hattie et d'August vont se construire pour rapidement se fracasser aux dures réalités de la vie.
    11 enfants, comme autant de destins et de visages d'une amérique en pleine mutation, des années 1925 à 1980.
    Floyd, le musicien de Jazz, Six le prédicateur, Cassie et sa névrose, Franklin hanté par les horreurs de la guerre du Vietnam....
    Au coeur de chacune de ces histoires, le personnage froid, distant, meurtri mais o'combien fort et protecteur d'Hattie surgit à un moment.
    Hattie a déjà traversé les douleurs de la vie que ses enfants ne tarderont pas à rencontrer et elle fait au mieux pour les en protéger.
    Un roman qui se referme avec Sala, la petite fille d'Hattie, l'Avenir qu'il faut préserver car sur ses épaules repose l'espoir.

    Un roman bien construit, original et fort mais bien loin de la puissance des oeuvres de Toni Morrison à laquelle l'auteure a parfois été comparée.
    Un condensé des faces sombres de l'Amérique.
    Un excellent moment de lecture !

  • add_box
    Couverture du livre « Les douze tribus d'Hattie » de Mathis Ayana aux éditions Gallmeister

    Krys Aline sur Les douze tribus d'Hattie de Mathis Ayana

    Toujours sur les conseils très avisés de ma chère Lydie, je me suis lancée dans la lecture des "Douze tribus d'Hattie".

    Alors, ce livre est scindé en douze chapitres (un pour chacun des enfants qu'a eu Hattie) formant le portrait de cette mère incapable d’affection, dépressive, agressive,...
    Voir plus

    Toujours sur les conseils très avisés de ma chère Lydie, je me suis lancée dans la lecture des "Douze tribus d'Hattie".

    Alors, ce livre est scindé en douze chapitres (un pour chacun des enfants qu'a eu Hattie) formant le portrait de cette mère incapable d’affection, dépressive, agressive, froide et au cœur sec parce que trop éprouvée par la vie.

    D’ailleurs le premier chapitre nous met immédiatement dans l’ambiance : Hattie a fui avec sa famille de Géorgie en raison d’une ségrégation raciale trop présente en raison des lois Jim Crow, avec l’espoir d’une vie meilleure et plus égalitaire à Philadelphie.

    Mariée à 16 ans, elle a ses deux premiers enfants, des jumeaux, à 17 ans et ceux-ci connaissent un destin tragique puisqu’ils meurent de pneumonie à 7 mois. Ce chapitre est déchirant et franchement j’ai hésité à continuer ma lecture tant ça m’a marquée et j’ai trouvé ça dur.

    Puis, j’ai continué à tourner les pages et je ne le regrette pas. L’amertume est prégnante dans ce récit rythmé par la vie d’Hattie marquée par les déceptions successives.

    Elle aura donc douze enfants et le récit de sa vie va se dérouler de 1925 à 1980 : Il y aura Floyd, le musicien de Jazz), Six, le prédicateur, Billups, Bell qui fera des études, Ruthie, , fruit d’une liaison extra-conjugale, Cassie avec sa maladie mentale, Sala, Ella, Franklin qui va s’engager dans l’armée et « faire » le Viet-Nam et la dernière, Alice, née alors qu’Hattie avait 46 ans et qui sera en quelque sorte « sacrifiée ».

    Son manque d’amour manifeste ou du moins son incapacité à l’exprimer nous amène à nous poser la question suivante : l’instinct maternel existe-t-il ? Moi, je dirai oui, car si Hattie est avare de démonstration sentiments elle n’en jette pas moins toutes ses forces dans la survie des siens et n’a plus ni amour, ni tendresse à donner, comme pour ne plus se brûler aux émotions. Mais c'est une vraie combattante car elle n’oublie pas ses devoirs envers ses enfants.

    Mais à mon avis, on peut donner à ce récit une autre dimension et une interprétation un peu différente :
    Ces douze histoires représenteraient toute la mosaïque du peuple noir en Amérique symboliquement rassemblées en un livre et fait d’Hattie une mère universelle et/ou qu’elle représente la « mère patrie » soit les États-Unis… donnant peu d’amour (c’est-à-dire pas d’attention ou du moins inégale à son peuple démuni…

    Toutes ses histoires seraient le condensé de tous les malheurs subit et justifierait l’accumulation de catastrophes et d’histoires tristes et sordides.

    Dans cette optique, douze devrait être aussi un symbole donc… J'avais pensé aux premières étoiles sur la bannière américaine, mais elles étaient au nombre de treize… peut-être douze enfants plus Hattie la fédératrice = treize !

    D’accord, c’est capillotracté… donc, là du coup, je sèche. Enfin tout cela n’est que supputation et peut-être que je m’égare !

    Cela étant dit, j’ai beaucoup aimé cette histoire pleine de désespoir et qui résonne comme une complainte des minorités défavorisées.

  • add_box
    Couverture du livre « Les douze tribus d'Hattie » de Mathis Ayana aux éditions Gallmeister

    sylvie Guével sur Les douze tribus d'Hattie de Mathis Ayana

    Sur plus d'un demi siécles nous découvrons les douze tribus d'Hattie. Et à travers elle et ses enfants nous voyageons du sud au nord des USA, et partageons la condition des noirs dans ce pays où le rêve américain a rejeté longtemps beaucoup de ses enfants donc la couleur de peau n'était pas...
    Voir plus

    Sur plus d'un demi siécles nous découvrons les douze tribus d'Hattie. Et à travers elle et ses enfants nous voyageons du sud au nord des USA, et partageons la condition des noirs dans ce pays où le rêve américain a rejeté longtemps beaucoup de ses enfants donc la couleur de peau n'était pas celui de la neige.

    Hattie a eu onze enfants et une petite-fille, et si elle a rêvé d'une belle vie et d'un bonheur paisible pour elle et chacun d'eux , la réalité d'un pays déchiré par les lois raciales piétinera ses illusions.
    Entre désillusions, mensonges, faux-semblants, Hattie et ses enfants traversent le vingtième siècle et si certains d'entre eux arriveront à se faire une petite place au soleil, la plupart souffriront.

    Ayana Mathis raconte son Amérique, pays d'inégalité et de rêves bafoués, contrée où tout est possible pourvu qu'on entre dans les bonnes cases et quand on est noir au pays de Jim Crow ces cases là ressemblent beaucoup à celle de l'oncle Tom.
    Certaines places ont été conquises de haute lutte, d'autres ont été abandonnées, et nous nous savons que pour Hattie et sa tribu rien n'a été simple, et chacun a essayé de trouver un peu de joie à sa façon, et si c'était pas la bonne tant pis, c'est toujours ça de pris.

    La traversée est triste et douloureuse mais l'histoire est magnifiquement contée, et par ci par là quelques lumières brillent.

  • add_box
    Couverture du livre « Les douze tribus d'Hattie » de Mathis Ayana aux éditions Gallmeister

    Florence31000 sur Les douze tribus d'Hattie de Mathis Ayana

    Dans la ville de Philadelphie, Hattie, une jeune femme arrivée de Georgie pour fuir le Sud et la ségrégation, a 17 ans lorsque ses premiers enfants naissent en 1925, des jumeaux, Philadelphia et Jubilee. A travers ce roman construit comme un recueil de nouvelles, sous forme de puzzle, l’auteur...
    Voir plus

    Dans la ville de Philadelphie, Hattie, une jeune femme arrivée de Georgie pour fuir le Sud et la ségrégation, a 17 ans lorsque ses premiers enfants naissent en 1925, des jumeaux, Philadelphia et Jubilee. A travers ce roman construit comme un recueil de nouvelles, sous forme de puzzle, l’auteur nous dévoile la destinée de cette femme à travers les vies de ses 11 enfants et de sa petite-fille Sala. Nous découvrons à chaque chapitre un morceau de leur vie, un morceau trop rapide à mon goût qui m’a laissé sur « ma faim » à chaque fin de chapitre et pourtant j’avais envie de connaître encore et encore la vie des enfants d’Hattie, des destinées si différentes les unes que les autres. Une histoire touchante qui met en avant le courage de cette mère qui tout au long de sa vie fera son possible pour ses enfants sans toutefois leur apporter de la tendresse car sûrement trop éprouvé par cette vie si difficile.

Bibliographie de Mathis Ayana (1)