Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Marsha Mehran

Marsha Mehran

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (6)

  • add_box
    Couverture du livre « Une soupe à la grenade » de Marsha Mehran aux éditions Picquier

    CAT LIZET sur Une soupe à la grenade de Marsha Mehran

    Cinq ans après avoir fui l’Iran de 1980 et sa révolution islamique, trois jeunes sœurs posent enfin leurs bagages en Irlande pour y fonder leur « Babylon Café ». L’amour qu’elles vont investir dans la préparation des plats de leur enfance va rapidement ravir le cœur d’une petite poignée...
    Voir plus

    Cinq ans après avoir fui l’Iran de 1980 et sa révolution islamique, trois jeunes sœurs posent enfin leurs bagages en Irlande pour y fonder leur « Babylon Café ». L’amour qu’elles vont investir dans la préparation des plats de leur enfance va rapidement ravir le cœur d’une petite poignée d’insulaires seulement. Alors que d’autres, obtus et aigris, vont leur rendre la vie compliquée. À leur tête Thomas Mac Guire’s qui a depuis longtemps des vues sur le local et ne cèderait pour rien au monde… Elles ont déjà échappé à tant de noirceur humaine, leur faut-il de nouveau se confronter à ce que l’homme a de plus vilain en lui ?

    J’avoue avoir choisi ce livre pour trois raisons : sa couverture délicieusement colorée, sa cuisine iranienne épicée et savoureuse et les grenades dont la saison vient de commencer ! Le premier tiers du livre m’a transporté dans l’univers feel-good. « Bon »…ais-je pensé. « Pourquoi pas. »

    Et soudain, le rythme du roman s’est épicé et j’ai savouré cette façon qu’avait choisi l’autrice de balancer ses lecteurs entre deux mondes opposés. Si elle confronte ses personnages principaux à la xénophobie et au racisme, à l’injustice, à la violence ou aux terribles conditions de leur fuite d’Iran, ce n’est que pour mieux nous consoler après, nous séduire, nous envelopper de la sensualité de l’eau de rose, de la douceur du thé au jasmin ou à la bergamote, de la cardamome ou de l’incontournable nigelle. (Ah ! la nigelle, la plante présente dans la Torah et dans le Coran, la graine bénie qui guérit toute maladie !)
    Tel le yin et le yang, elle crée un EQUILIBRE PERMANENT qui permet à ses lecteurs de ne jamais ni tomber dans le pathos, ni rester dans la romance.
    Elle évoque d’ailleurs le « Sard » (froid) et le « Garm »(chaud), deux adjectifs complémentaires qui s’adaptent aussi bien aux plats qu’à l’humeur des gens.
    La dichotomie est présente jusque dans les figures de St Patrick (le saint irlandais qui expliqua la sainte Trinité grâce à un trèfle !) et de l’Ayatollah khomeini (guide de la révolution dont la république islamique est proclamée le 30 mars 1979).

    C’est dans cette Irlande pluvieuse et froide, pieuse et repliée sur elle-même qu’ont décidé Marjan la sérieuse, Bahar la blessée et Layla la joyeuse de prendre un vrai nouveau départ et même de s’ancrer.
    « Oui, une sale odeur d’étranger flottait assurément dans l’atmosphère ».
    « Pute arabe » ; « putains de bronzés ».
    On est loin du club Med et de son cocktail de bienvenue…..
    Mais les sœurs en ont vu d’autres, et la cuisine n’a-t-elle pas le pouvoir de réveiller toutes les humeurs, les émotions, de briser les a-priori, et de ressusciter la joie ? Elles ont fui en cachant au fond de leurs cœurs leurs bonnes recettes d’autrefois, et sont bien décidées à les faire renaître de leurs cendres pour les partager.
    Qu’est ce qui fait que les terribles conditions extérieures vont épuiser et même tuer certains, et servir d’impact à d’autres pour affronter, orienter et reconstruire leur vie ?

    « Quand vous préparez un plat, vous n’êtes pas seulement en train de combler une faim physique, mais aussi un désir plus profond, le désir d’un foyer, d’un endroit sûr où l’on peut se reposer », confie Marsha Mehran qui a elle-même vécu l’exil de 1979, a trouvé sa paix dans l’écriture et meurt mystérieusement à 37 ans, seule…

    Bonne lecture ! Bonne cuisine (car chaque chapitre nous offre une recette perse) !
    Et qui a aimé ce roman appréciera sûrement « La reine des rêves » de Chitra Banerjee Divakaruni et l’ambiance de son délicieux salon de thé indien en Californie.

  • add_box
    Couverture du livre « Une soupe à la grenade » de Marsha Mehran aux éditions Picquier

    Bill sur Une soupe à la grenade de Marsha Mehran

    Dans un tout petit village irlandais, en 1985, arrivent trois jeunes filles iraniennes qui ont fui la révolution islamique.

    L'une est lycéenne, une est cuisinière, l'autre noie sa peur dans un travail acharné.

    Un récit où vont se dévoiler peu à peu les secrets de chacune, un village où il...
    Voir plus

    Dans un tout petit village irlandais, en 1985, arrivent trois jeunes filles iraniennes qui ont fui la révolution islamique.

    L'une est lycéenne, une est cuisinière, l'autre noie sa peur dans un travail acharné.

    Un récit où vont se dévoiler peu à peu les secrets de chacune, un village où il faut du temps pou rêtre accepté, mais où la bienveillance et les bonnes gens permettent le partage ...

    Une narration dont tous les chapitres sont séparés par les recettes de cuisine concoctées et servies par les trois sœurs, qui vont attirer les villageois alléchés par ces odeurs étranges et envoûtantes ...

    Un roman découvert par hasard et dont je me suis régalée à tous les sens du terme ! 

    Une auteur à la trajectoire tragique morte malheureusement bien trop tôt !

  • add_box
    Couverture du livre « Une soupe à la grenade » de Marsha Mehran aux éditions Picquier

    DUPREZ sur Une soupe à la grenade de Marsha Mehran

    Marjan Bahar et LAYla ,les trois soeurs ont fui leur pays natal , l iran un peu avant la révolution islamique. eT le hasard de la vie , elles se retrouvent en Irlande a Ballinacroagh afin d ouvrir le babylon café. Ce qui fait le charme de ce roman c est l extreme justesse de la cuisine...
    Voir plus

    Marjan Bahar et LAYla ,les trois soeurs ont fui leur pays natal , l iran un peu avant la révolution islamique. eT le hasard de la vie , elles se retrouvent en Irlande a Ballinacroagh afin d ouvrir le babylon café. Ce qui fait le charme de ce roman c est l extreme justesse de la cuisine iranienne , plein de saveurs d odeurs qui vient se confronter à l Irlande, Nos 3 soeurs vont peu a peu envouter les locaux qui redemandent des baklavas, des torchi ou des oreilles d éléphant. Un patchwork qui ne laisse pas indifférent et vous entraine dans la cuisine de Marjan

  • add_box
    Couverture du livre « Une soupe à la grenade » de Marsha Mehran aux éditions Picquier

    Mireille B sur Une soupe à la grenade de Marsha Mehran

    A Ballinacroagh, petit village irlandais, les commérages fusent, diffusés de langue de maître par le vieil homme d’affaires Thomas Mc Guire, intrigué par « ses tonalités épicées et coupables qui exhalaient la puanteur d’un mal inconnu, un exotisme maudit… qui le figèrent sur place ». Le local...
    Voir plus

    A Ballinacroagh, petit village irlandais, les commérages fusent, diffusés de langue de maître par le vieil homme d’affaires Thomas Mc Guire, intrigué par « ses tonalités épicées et coupables qui exhalaient la puanteur d’un mal inconnu, un exotisme maudit… qui le figèrent sur place ». Le local fermé depuis cinq années rouvre ses portes, le Babylon Café s’installe.

    Le contexte posé, il doit être temps de rencontrer les locataires du Babylon Café.

    AVIS

    Au décès de son mari, Estelle Delmonico a tiré les rideaux de la boulangerie-pâtisserie qu’ils tenaient ensemble depuis la fin de la seconde guerre, dans le petit village irlandais de Ballinacroagh. Cinq années plus tard, en 1986, des lueurs et « un assortiment létal d’humeurs catalyseur d’innombrables irrationalités » interpellent le vieux Thomas Mc Guire, homme d’affaires, propriétaire de pubs, régnant en maître sur la bourgade.

    Fuyant la révolution iranienne et la prise du pouvoir par la République Islamique, Maryan l’aînée des trois filles Aminpour, emmène avec elle ses soeurs Bahar et Layla vers des pays plus sûrs pour enfin s’établir dans le petit village irlandais et tenter d’envisager l’avenir. Avec elles, une partie du patrimoine culturel de leur pays devrait combler de couleurs et embaumer de senteurs les rues du village, offrant aux habitants la douceur de la cuisine iranienne.

    Mais le choc des cultures ne va pas tarder à scinder la population, les pro et les antis, et à développer tentatives de déstabilisation et autres forfaits à caractères misogyne ou xénophobe. Rivalités claniques et blessures de l’exil pourraient-elles rivaliser avec l’espoir qui fait vivre les sœurs Aminpour ?

    Marsha Mehran réussit à envelopper de légèreté des destins de femmes qui ont eu le courage de réorienter le sens de leur vie et de croire à un autre avenir malgré les traumatismes du passé. Ce roman plein de sensualité et de délicatesse est en ce sens une belle lecture. Cependant, je ne peux pas dire que j’aie été portée par ce livre.
    En effet, dans un arrière-plan de gravité, le trop plein de douceur et de chaleur affecte l’histoire d’une touche de naïveté qui lui donne une faiblesse et me fait penser à un conte. Je n’ai rien contre, c’est grâce au conte que je suis devenue passionnée de lecture, mais aujourd’hui je préfère pouvoir m’identifier aux personnages et me fondre dans des univers proches de la vraie vie. Mais après tout, pourquoi ne pas lâcher prise temps en temps… ce roman nous y invite.

Bibliographie de Marsha Mehran (1)

Thèmes en lien avec Marsha Mehran

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !