Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Marine Carteron

Marine Carteron

Marine Carteron a fait des études d’histoire de l’Art et d’archéologie. Aujourd’hui elle enseigne. Les Autodafeurs est son premier roman.

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Marine Carteron (2)

Avis sur cet auteur (22)

  • add_box
    Couverture du livre « Désorientée » de Marine Carteron aux éditions Casterman

    La Cabane de mes Livres sur Désorientée de Marine Carteron

    Un roman sur un sujet d'actualité : le choix d'un futur avenir pour les lycéens en Terminale. Ils sont encore en pleine quête d'eux même, ils se cherchent psychologiquement, physiquement, émotionnellement, sexuellement , etc...

    Le roman est bien construit, il se lit assez vite, avec des...
    Voir plus

    Un roman sur un sujet d'actualité : le choix d'un futur avenir pour les lycéens en Terminale. Ils sont encore en pleine quête d'eux même, ils se cherchent psychologiquement, physiquement, émotionnellement, sexuellement , etc...

    Le roman est bien construit, il se lit assez vite, avec des mots qui sonnent vrais. Néanmoins, le personnage principal reste un peu "plat".

    De plus, j'aurais souhaité plus de colère de la part de ces adolescents, plus de révolte contre ce système qu'est Parcoursup.

    Une petite déception pour la fin que j'aurais imaginé autrement.

    Un livre sympa à lire ...

  • add_box
    Couverture du livre « Désorientée » de Marine Carteron aux éditions Casterman

    kadeline sur Désorientée de Marine Carteron

    Louise a toujours été la petite fille parfaite, invisible, qui ne fait pas de vagues et se laisse porter. Elle ne prend donc aucune décision par elle même et ne sait donc pas vraiment qui elle est et veut devenir. Avec les résultats de parcoursup, elle prend enfin conscience que laisser les...
    Voir plus

    Louise a toujours été la petite fille parfaite, invisible, qui ne fait pas de vagues et se laisse porter. Elle ne prend donc aucune décision par elle même et ne sait donc pas vraiment qui elle est et veut devenir. Avec les résultats de parcoursup, elle prend enfin conscience que laisser les autres choisir pour elle c’est à la fois facile et effrayant. Et si ce n’était pas ce qu’elle voulait ? Pourquoi s’enfermer si jeune dans un avenir tout tracé qui s’il fera la fierté familiale ne lui vend pas du rêve ? Mais prendre son destin en main après tout ce temps passé à acquiescer c’est aussi se rendre compte qu’on ne sait pas où on veut aller. Cette prise de conscience entraine des réflexions, des peurs et des changements de comportements qui ne sont pas compris ni par sa famille, ni par sa meilleure amie, Manon. Manon, c’est son opposé, un personnage féminin roux, fantasque, libre, plein de vie… Toutes les réflexions, les étapes de prises de conscience sont très bien retranscrites. Elles sont crédibles et ont un côté universel qui permet de s’identifier. Au départ, l’universalité ne saute pas aux yeux car Louise est issue d’une famille plutôt aisée et sans soucis. On pourrait penser qu’on est dans la complainte d’une pauvre petite fille riche mais cet argument est vite balayé. On passe de « les rêves c’est bon pour ceux qui ont les moyens » à quelque chose de profond sur la vie en général. J’ai beaucoup aimé la dénonciation de parcours sup qui a renforcé l’idée que l’avenir se joue définitivement en terminal, qu’il n’y aura plus de choix, que tout serait décidé jusqu’à la retraite. C’est angoissant, stressant et entraine beaucoup de réflexions sur ce que chacun veut vraiment, le doute n’est plus permis, l’erreur non plus. C’est un sujet d’actualités très bien traité et avec une écriture à la fois soignée et accessible. Les jeux de mise en page, créant des calligrammes participe à rendre vivant ce récit. Il y a un gros changement générationnel qui est mis en mots de manière réussie. Avant si la pression du choix existait, elle cohabitait avec le savoir qu’il y aura toujours moyen de bifurquer, d’essayer, de se tromper, de changer… Maintenant ces chemins détournés semblent de plus en plus inexistants et entrainent une pression supplémentaire qui n’était pas sur les épaules des générations précédentes et qui crée une incompréhension entres elles. C’est un roman contemporain dont le traitement de l’actualité est très bien amené. Il peut aider les lycéens à relativiser mais aussi les personnes plus vieilles à comprendre le malaise de cette génération qui angoisse.

  • add_box
    Couverture du livre « Dix » de Marine Carteron aux éditions Rouergue

    Lisa FRERING sur Dix de Marine Carteron

    L'intrigue vous rappelle vaguement quelques chose ? Laissez-moi vous aider un peu... Une île, 10 personnes réunies dans un manoir, les protagonistes qui disparaissent les uns après les autres, pourquoi ? parce qu'ils sont tous coupable d'un crime pour lequel ils n'ont jamais été condamné. C'est...
    Voir plus

    L'intrigue vous rappelle vaguement quelques chose ? Laissez-moi vous aider un peu... Une île, 10 personnes réunies dans un manoir, les protagonistes qui disparaissent les uns après les autres, pourquoi ? parce qu'ils sont tous coupable d'un crime pour lequel ils n'ont jamais été condamné. C'est bien sûr Les dix petits nègres d'Agatha Christie !

       En effet ce roman pour ados rend hommage à la reine du polar en utilisant la même intrigue mais en la modernisant. Ici les personnages sont des adolescents qui croient se rendre sur une île mystérieuse pour un escape game littéraire qui sera diffusé à la télévision. Il est question de cyberhacèlement, de crime pas vraiment résolu, de vengeance, de disparition et de mort(s).

        L'histoire est plutôt bien écrite, les événements s'enchaînent rapidement, le climat est de plus en plus angoissant et malsain, la tension est tout le long palpable dans ce huis clos un peu étouffant.

        En revanche j'ai trouvé que les personnages étaient tous plus ou moins insupportables, j'étais sans arrêt à la recherche du gentil de l'histoire sans le trouver. On comprend rapidement que ces 7 jeunes ne sont pas de chères têtes bondes angéliques et qu'ils cachent tous une certaine cruauté.

        Le récit est composé de chapitres courts qui passent d'un personnage à un autre ce qui fait que la lecture est très rapide, on a vite envie de savoir qui sont réellement les autres personnages, ce qu'ils font au moment où l'un d'eux disparaît, qui pourrait bien être le coupable. Et je dois dire que pour une fois, dans un polar je ne me doutais pas du tout du dénouement.

  • add_box
    Couverture du livre « Dix » de Marine Carteron aux éditions Rouergue

    Samsha TAVERNIER sur Dix de Marine Carteron

    J’ai pu découvrir le roman « Dix » grâce à un concours de la Fondation des lecteurs Orange.

    J’étais très intriguée par ce roman qui se révèle être un hommage moderne aux « 10 petits nègres » d’Agatha Christie, un classique qui m’a beaucoup marqué étant plus jeune.

    Je dois toutefois avouer...
    Voir plus

    J’ai pu découvrir le roman « Dix » grâce à un concours de la Fondation des lecteurs Orange.

    J’étais très intriguée par ce roman qui se révèle être un hommage moderne aux « 10 petits nègres » d’Agatha Christie, un classique qui m’a beaucoup marqué étant plus jeune.

    Je dois toutefois avouer avoir été un peu déçue par ce roman que je ne pensais pas aussi ciblé « jeunesse ». Ce livre est, en effet, destiné aux adolescents et je l’ai ressenti dans la plume de l'autrice et le déroulé de l’histoire.

    Il s'agit d'un huis clos mettant en scène dix adolescents plus ou moins caractériels, lesquels pensent participer à une émission de télé-réalité qui les rendra célèbres et désirables. Masques et faux semblants vont cependant rapidement tomber pour laisser place à la froide et cruelle réalité. En effet, malgré leur jeune âge, les participants s'avèrent redoutables.

    Tout comme dans le livre culte d’Agatha Christie, les adolescents vont, au fur et à mesure, disparaître dans des circonstances sanglantes.

    La touche de modernité apportée à l’intrigue, pourtant classique, ainsi que les thèmes abordés (harcèlement scolaire, réseaux sociaux) sont intéressants. Cependant, je déplore un peu le caractère très manichéen de ce roman, ainsi que la psychologie des personnages qui reste superficielle. La fin m’a également semblé un peu prévisible. Néanmoins, je pense qu’un public plus jeune pourra apprécier cette histoire qui reste très rythmée et facile à lire.