Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Marie-Sabine Roger

Marie-Sabine Roger
Née en 1957 près de Bordeaux, Marie-Sabine Roger vit actuellement au Québec. Depuis quinze ans, elle se consacre entièrement à l'écriture. Auteur jeunesse important, avec plus d'une centaine de livres à son actif, elle accède à la notoriété en littérature générale avec La Tête en friche, publié e... Voir plus
Née en 1957 près de Bordeaux, Marie-Sabine Roger vit actuellement au Québec. Depuis quinze ans, elle se consacre entièrement à l'écriture. Auteur jeunesse important, avec plus d'une centaine de livres à son actif, elle accède à la notoriété en littérature générale avec La Tête en friche, publié en 2008 dans la brune, adapté au cinéma par Jean Becker, avec Gérard Depardieu dans le rôle principal (près de 100 000 exemplaires vendus).

Articles en lien avec Marie-Sabine Roger (1)

Avis sur cet auteur (99)

  • add_box
    Couverture du livre « Trente-six chandelles » de Marie-Sabine Roger aux éditions Rouergue

    Lydie BO sur Trente-six chandelles de Marie-Sabine Roger

    Voici un roman de la veine des Anna Gavalda, Katarina Mazetti et autres Romain Puertolas avec son fakir resté coïncé dans une armoire Ikéa.

    Humour, jeux de mots, sensibilité, écriture fluide et contemporaine,"trente-six chandelles" est un bon divertissement.

    Une bonne centaine de pages...
    Voir plus

    Voici un roman de la veine des Anna Gavalda, Katarina Mazetti et autres Romain Puertolas avec son fakir resté coïncé dans une armoire Ikéa.

    Humour, jeux de mots, sensibilité, écriture fluide et contemporaine,"trente-six chandelles" est un bon divertissement.

    Une bonne centaine de pages déjà lues et je me demande comment Mortimer Decime (sans accents s'il vous plaît!) dit Morty, va se sortir de sa surprise de n'être pas mort le jour de ses 36 ans à 11 h précises, comme ce fût le cas pour ses augustes ancêtres depuis 5 générations !!!

  • add_box
    Couverture du livre « Trente-six chandelles » de Marie-Sabine Roger aux éditions Rouergue

    Virginie PI sur Trente-six chandelles de Marie-Sabine Roger

    Etape de la page 100 :

    La mort à 36 ans de Mortimer Decime où dans sa famille, tous les hommes depuis son arrière-arrière-grand-père meurent sans exception le jour de leur anniversaire est une évidence pour lui… L’heure est grave mais le ton humoristique rend le lecteur hilare en découvrant...
    Voir plus

    Etape de la page 100 :

    La mort à 36 ans de Mortimer Decime où dans sa famille, tous les hommes depuis son arrière-arrière-grand-père meurent sans exception le jour de leur anniversaire est une évidence pour lui… L’heure est grave mais le ton humoristique rend le lecteur hilare en découvrant comment le jour de sa mort préparé en bonne et due forme, Mortimer attend de passer de vie à trépas et comment… il avait tout prévu sauf de vivre ! Alors que va-t-il faire maintenant ?… voilà le programme de l’après page 100 de ce roman très drôle.

  • add_box
    Couverture du livre « Bon rétablissement » de Marie-Sabine Roger aux éditions Actes Sud

    Geneviève Munier sur Bon rétablissement de Marie-Sabine Roger

    Pour qui est friand de l’aigre-doux, du sucré-salé, de l’orange amère, de la pomme de discorde, voire de l’avocat du diable, « Bon rétablissement » de Marie-Sabine ROGER est un véritable régal des papilles.
    A coup de formules dont elle possède un sens confondant, s’armant de petites phrases...
    Voir plus

    Pour qui est friand de l’aigre-doux, du sucré-salé, de l’orange amère, de la pomme de discorde, voire de l’avocat du diable, « Bon rétablissement » de Marie-Sabine ROGER est un véritable régal des papilles.
    A coup de formules dont elle possède un sens confondant, s’armant de petites phrases assassines, de réflexions cassantes et de mots épicés, elle nous livre une galerie de portraits des plus délicieux. Parmi les plus remarquables, celui de Jean-Pierre d’abord, le « héros » de l’histoire : 67 ans, veuf, sans enfants et sans chien, «… vieux con misanthrope, grincheux mal rasé » selon ses propres dires, hospitalisé à la suite d’une chute mystérieuse dans la Seine. Celui de Camille ensuite : jeune prostitué occasionnel et sauveur de notre bougon de Jean-Pierre. Celui de Maxime aussi, le policier chargé de l’enquête. Celui de Maëva enfin, mère-adolescente de 14 ans.
    Ecartelant sa prose entre rires et larmes, passant sans coup férir d’un humour sarcastique à une tendresse vite réprimée, l’auteur égratigne de sa patte légère et avec un égal bonheur ses personnages et l’institution, qu’elle soit hospitalière ou policière.
    Amusant et touchant, hésitant constamment entre le sabre et la trousse de secours, mais toujours empreint d’humanité, ce roman - et à travers lui son auteur - est, pour moi, une fantastique découverte.

  • add_box
    Couverture du livre « Bon rétablissement » de Marie-Sabine Roger aux éditions Actes Sud

    Emmanuelle matoussowsky sur Bon rétablissement de Marie-Sabine Roger

    Voilà une lecture réjouissante ! Finalement, rien de tel qu’un séjour longue durée à l’hôpital pour se défaire de ses préjugés et se faire des copains.
    C’est une hospitalisation en chirurgie qui oblige Jean-Pierre, vieux bougon râleur cassé en plusieurs morceaux, à côtoyer une humanité qu’il...
    Voir plus

    Voilà une lecture réjouissante ! Finalement, rien de tel qu’un séjour longue durée à l’hôpital pour se défaire de ses préjugés et se faire des copains.
    C’est une hospitalisation en chirurgie qui oblige Jean-Pierre, vieux bougon râleur cassé en plusieurs morceaux, à côtoyer une humanité qu’il exècre : mais l’hôpital est plein de surprises et les yeux de M. Râleur vont se déciller petit à petit.
    Marie-Sabine Roger dépeint avec beaucoup de tendresse et un humour décapant le mur invisible qui pourrit les relations humaines : peur, ignorance, mépris… et il y a fort à parier que si tous les grognons et les acariâtres, les snobs et les prétentieux suivaient malencontreusement les traces de Jean-Pierre, l’Humanité s’en porterait beaucoup mieux ! Chapeau bas à l’auteure pour sa verve étourdissante, Audiard a trouvé une héritière !