Marie Rutkoski

Marie Rutkoski
Régulièrement classée dans les listes des best-sellers du New York Times, Marie Rutkoski entame avec The Curse sa troisième série - toutes trois multi-récompensées, notamment par le Bank Street Best Children's Book of the Year, un prix centenaire. Née dans la banlieue de Chicago, l'aînée de quatr... Voir plus
Régulièrement classée dans les listes des best-sellers du New York Times, Marie Rutkoski entame avec The Curse sa troisième série - toutes trois multi-récompensées, notamment par le Bank Street Best Children's Book of the Year, un prix centenaire. Née dans la banlieue de Chicago, l'aînée de quatre enfants, elle a suivi les cours de creative writing du prix Pulitzer James Alan McPherson à l'université de l'Iowa. Elle a ensuite vécu à Moscou et à Prague. Après une thèse à l'université de Harvard, elle y a donné des cours de littérature anglo-américaine et d'histoire. Spécialiste de Shakespeare, elle est actuellement professeur au Brooklyn College, où elle enseigne trois domaines : le théâtre à la Renaissance, la littérature jeunesse et l'écriture. Elle vit à New York avec son mari et ses deux enfants.

Avis (7)

  • add_box
    Couverture du livre « The Curse » de Marie Rutkoski aux éditions Lumen

    lireencore93420 sur The Curse de Marie Rutkoski

    Livre que j'ai beaucoup aimer, qui avant tout parle d'histoire, de guerre, et aussi de pouvoir, de gagner des territoires.
    Arin est un Herrani et Kestrel fait partie du peuple des Valoriens, peu a peu ils font connaissance, et elle se rends compte qu'il est très éduqué, très intelligent.
    Ce...
    Voir plus

    Livre que j'ai beaucoup aimer, qui avant tout parle d'histoire, de guerre, et aussi de pouvoir, de gagner des territoires.
    Arin est un Herrani et Kestrel fait partie du peuple des Valoriens, peu a peu ils font connaissance, et elle se rends compte qu'il est très éduqué, très intelligent.
    Ce récit parle aussi d'une vengeance, de ce présage, de croire que quand on le pouvoir, on pense que c'est éternel, et c'est bien la thématique de l'histoire, le jeu, Kestrel et Arin, jouaient régulièrement a Crocs et Venin, c'est de cette manière qui vont commencer a se découvrir, avec celui qui perds, as le droit de poser une question. Donc peu a peu de l'amour s'installe tranquillement, Erin va l'as protéger le plus qu'il peut, quand a Kestrel elle va même se battre en duel pour lui éviter des coups.
    Le seul reproche que j'aurais a faire, c'est le début ou on rentre tout doucement dans l'histoire, mais plus les pages défilent plus l'histoire devient passionnante et on es très accrocher à l'univers de l'auteur, ces deux peuples qui se sont toujours affrontées, et la on un milieu de tout cela deux jeunes gens, qui s'aiment, les quand diras t-on aussi ont une grande place dans le déroulé de la thématique.
    L'armée, les stratégies militaire sont au cœur de la vie de Kestrel, le général souhaite que sa fille rejoigne son armée, mais elle en as pas envie, elle veut juste être libre, mais ça va pas se passer exactement comme cela..
    Evidemment la fin est très bien construite pour quand ai envie de lire le tome 2 et probablement le tome 3
    A suivre...

  • add_box
    Couverture du livre « The kiss » de Marie Rutkoski aux éditions Lumen

    lectrice.indienne sur The kiss de Marie Rutkoski

    Ça y est, c’est fini. Il va falloir que je dise au revoir à cette belle saga. Je l’ai aimé, je l’ai chérie (et pas que pour leurs couvertures!) et maintenant, il va falloir m’en séparer. Mais je ne suis pas triste! Je suis plus que ravie d’avoir pu découvrir cette pépite signé Lumen Éditions....
    Voir plus

    Ça y est, c’est fini. Il va falloir que je dise au revoir à cette belle saga. Je l’ai aimé, je l’ai chérie (et pas que pour leurs couvertures!) et maintenant, il va falloir m’en séparer. Mais je ne suis pas triste! Je suis plus que ravie d’avoir pu découvrir cette pépite signé Lumen Éditions. D’autant plus que ce tome est une très belle conclusion de cette saga. Alors, oui! Cette saga vaut le détour!

    Alors, que dire de ce tome sans vous spoiler?

    Déjà, la fin du tome 2 a été HORRIBLE! Il me fallait donc absolument ce tome et Lumen n’a pas chômé. Je me le suis procuré dès sa sortie (oui, je suis faible).

    Je peux vous dire que durant ces 635 pages, l’auteure ne nous ménage pas. Ce tome est fort en suspens et en rebondissements. Jusqu’au bout, j’ai eu peur pour mes personnages favoris.
    En effet, je m’attendais à avoir le coeur brisé, mais pas du tout!

    J’ai tout de même eu peur pour Kestrel qui a été mise à rude épreuve. Elle a souffert, mais tellement souffert que j’en ai eu mal pour elle. Elle a essayé de se battre jusqu’au bout. Je l’ai trouvé encore plus forte et courageuse que dans les tomes précédents. Et cette épreuve l’a changée, pas en bien ni en mal, mais elle a changé. Kestrel reste tout de même notre petite stratège préférée.

    Quant à Arin, il est toujours le même, mis à part le fait qu’il se sente terriblement coupable d’avoir laissé tombé Kestrel et de ne pas s’être rendu compte de tout ce qu’elle a sacrifié pour lui.

    J’ai adoré sa relation d’amitié avec Roshar, cela dit!

    Roshar est un prince dacran qui va combattre aux côté d’Arin durant la bataille, le tout avec humour. Ce personnage est à mourir de rire, mais il m’a également rendu suspicieuse: Est-il sincère? Peut-on lui faire confiance? Va-t-il retourner sa veste? Car jusqu’à la fin, on a l’impression qu’il joue double-jeux.

    J’aime toujours autant le style de l’auteur (la traduction, quoi), si ce n’est plus. Marie Rutkoski m’as fait passer par tellement de sentiments différents que c’en est déconcertant. Jusqu’aux dernières pages, elle ne nous lâche pas, on s’attend à ce qu’il se passe tout et n’importe quoi, mais rien de prévisible.

    Cette saga est captivante. Il faut que vous la lisiez!

  • add_box
    Couverture du livre « The crime » de Marie Rutkoski aux éditions Lumen

    April the seven sur The crime de Marie Rutkoski

    The Curse a été une de mes plus belles lectures de 2017. Outre sa couverture à tomber et la maison d’édition que j’affectionne tout particulièrement, j’avais fait la connaissance de Kestrel qui réunit à elle seule ce que j’aime le plus dans la littérature. Une héroïne forte, imparfaite,...
    Voir plus

    The Curse a été une de mes plus belles lectures de 2017. Outre sa couverture à tomber et la maison d’édition que j’affectionne tout particulièrement, j’avais fait la connaissance de Kestrel qui réunit à elle seule ce que j’aime le plus dans la littérature. Une héroïne forte, imparfaite, indépendante. Une héroïne à la fois égoïste et empathique, sensible et intraitable. Marie Rutkoski avait réussi le tour de force de m’immerger pleinement dans son histoire, à tel point que je tremblais rien qu’à l’idée de retrouver ses personnages et son univers. Sans parler de sa plume riche, généreuse et élégante. Un coup de cœur indéniable, qui n’a fait que se confirmer avec The Crime, pour mon plus grand bonheur !

    À la fin du premier opus, les Herranis, esclaves des Valoriens, s’étaient révoltés pour de bon et revendiquaient leur indépendance. C’est maintenant chose faite grâce à Kestrel qui a passé un accord avec l’Empereur en devenant la promise de son fils. De son côté, bien décidé à protéger les siens, Arin est désormais gouverneur. Si ses fonctions le tiennent relativement éloigné de son ancienne maîtresse, il n’en demeure pas moins qu’elle hante toujours ses pensées. Mais le destin se veut farceur et leur route finit par se recroiser. Comment s’aimer, se pardonner et se comprendre alors que la cour de l’Empereur Valorien est le théâtre des pièges les plus diaboliques ?

    Comme j’ai aimé cette suite ! Comme je l’ai aimée ! Après le coup de cœur du premier tome, je n’ai pas boudé mon plaisir avec The Crime, loin de là. L’histoire commence de manière assez calme, de façon à nous remettre dans le bain, mais il est très facile de se laisser emporter par la tension qui règne dans chaque scène.

    La pauvre Kestrel subit une pression sociale telle qu’on se demande comment elle fait pour ne pas flancher. Son environnement n’a jamais été aussi hostile, la cour de l’Empereur est comme une grande étendue de sables mouvants sur lesquels notre héroïne cherche perpétuellement son équilibre. La vigilance est de mise, tout ce que Kestrel dit ou fait est analysé, décortiqué et utilisé contre elle afin de la tester et parfois pire : de la piéger. La moindre de ses faiblesses est traquée par l’Empereur.

    Le danger est partout. Difficile de déterminer qui sont les ennemis et les personnes bien intentionnées. Kestrel doit composer avec ce petit monde et réussir à sortir son épingle du jeu sans faire de casse, tout en protégeant ceux qu'elle aime.

    Tous ces enjeux politiques ne nous laissent pas une minute de répit. Associez ça à l’histoire d’amour avortée de Kestrel et Arin, et vous avez une idée de mon degré de frustration. Ce n’est ni plus ni moins qu’une souffrance de tous les instants. Pourtant, l'alchimie entre eux n’a jamais été plus palpable.J'en ai eu des papillons dans le ventre. Cet amour interdit n'a fait qu'exacerber mon intérêt pour l'histoire.

    Actes manqués, quiproquos, erreurs de timing… c’est une frustration constante que nous fait subir Marie Rutkoski. Je n’avais qu’une hâte, qu’un désir : voir Arin et Kestrel enfin réunis. Que les malentendus s’estompent, que le bras de fer se termine, que la vérité éclate. Mais c’est sans compter le sadisme de l’auteur qui ne semble pas décidée à accéder à mes attentes !

    L’univers est bien construit, l’intrigue renversante ; mais ce sont les personnages qui donnent tout son cachet à histoire. Et les retrouver m’a fait l’effet de revoir de vieux amis laissés en très mauvaise posture (et c’est peu de le dire !). Dans The Crime, Arin est extrêmement intuitif, bien que trop imprudent par moment. Son tempérament impulsif lui joue parfois des tours et on sert souvent les dents en espérant qu'il passe entre les mailles du filet. Pour ne rien arranger, il commence à douter de tout, à commencer par lui-même. Il n’est plus sûr d’avoir toute sa tête. Pourtant, dès que l'on constate qu'il suit la bonne voie, il finit par faire demi-tour et à abandonner, alors qu'il effleure la vérité du bout des doigts. De quoi s’arracher les cheveux, vraiment…

    Kestrel… Kestrel ! D'une sensibilité éblouissante, elle n’a fait que me rappeler à quel point j’aime les héroïnes de sa trempe. Son intelligence n'a fait que me surprendre. Toutefois, elle n'en tire aucun orgueil (contrairement au premier tome) et sa vulnérabilité ne fait que la rendre plus attachante encore. Elle peut aussi bien éveiller la compassion que l'admiration.

    Toujours aussi stratège, Kestrel doit mettre à profit des trésors de diplomatie et de ruse pour garder la tête hors de l’eau. Ses actes la mettent en danger et sa vulnérabilité ne rend le récit que plus prenant encore. J’avais la sensation d’être sur une corde tendue au-dessus du vide la majorité du temps. Au moindre faux pas, à la moindre distraction, Kestrel peut basculer.

    Le mot déchirement semble avoir été spécialement inventé pour décrire les dernières pages du roman. Rien ne se passe comme on l'espère, chaque scène ne fait qu’ajouter un peu plus à notre frustration. La toile d'araignée qui se forme autour de l'intrigue s'avère plus complexe encore, regorgeant de dangers et d'imprévus. Les nouvelles informations qui viennent conclure The Crime apportent de nouveaux enjeux. Je sens que le tome 3 risque d'être à la fois la cerise sur le gâteau et le bouquet final !

    En résumé, The Crime est une suite qui m’a bluffée de toutes les façons possibles et imaginables. Marie Rutkoski tient toutes ses promesses et nous plonge dans une aventure palpitante. Ses personnages sont abîmés et leur relation se construit autour d’une succession de mensonges et d'actes manqués qui ne manquent pas de nous frustrer. Je suis terriblement impatiente de connaître la conclusion de cette incroyable épopée.


    Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/jeunesse---young-adult/the-curse-marie-rutkoski

  • add_box
    Couverture du livre « The crime » de Marie Rutkoski aux éditions Lumen

    lectrice.indienne sur The crime de Marie Rutkoski

    J'ai beaucoup aimé ce tome. Il y avait moins de romance que dans le premier et beaucoup plus de stratégie/d'action. Je pensais que ça allait me déranger mais pas du tout!
    Même si j'avoue que j'aurai aimé plus de moments Kestrel/Arin

    On ne comprends pas trop certains points au début. On...
    Voir plus

    J'ai beaucoup aimé ce tome. Il y avait moins de romance que dans le premier et beaucoup plus de stratégie/d'action. Je pensais que ça allait me déranger mais pas du tout!
    Même si j'avoue que j'aurai aimé plus de moments Kestrel/Arin

    On ne comprends pas trop certains points au début. On cherche des liens, mais on ne comprends que vers la fin. L'intrigue est présente! Et l'histoire m'a tenue en haleine.

    Un mélange d'émotion m'a parcouru pendant ces 530 pages. Une pure merveille!

    Et cette fin m'a juste BRISÉ LE COEUR! Je n'arrivais pas y croire... Je relu les derniers passages au moins trois fois avant de me faire une raison. Comment une telle chose a pu se produire?

    Je recommande donc cette saga pour ceux qui ne l'ont pas lu (et puis comment résister à ces couvertures?) et ceux qui n'ont pas encore lu ce tome: "QU'ATTENDEZ-VOUS?"

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !