Marie Neuser

Marie Neuser
Jeune professeur d'italien à Marseille, Marie Neuser publie là son second roman, après le très remarqué Je tue les enfants français dans les jardins (L'écailler, sept 2011). Drame psychologique intimiste et mortel, qui plonge le lecteur dans une ambiance moite et angoissante dont il ne sort pas i... Voir plus
Jeune professeur d'italien à Marseille, Marie Neuser publie là son second roman, après le très remarqué Je tue les enfants français dans les jardins (L'écailler, sept 2011). Drame psychologique intimiste et mortel, qui plonge le lecteur dans une ambiance moite et angoissante dont il ne sort pas indemne.

Vidéos relatives à l'auteur

  • #TopduLibraire spécial mois du polar

    C’est le mois du polar ! Maëlle, de la librairie Thuard, au Mans nous présente son top du mois. - Prendre Gloria, de Marie Neuser (Fleuve noir) Un roman très bien ficelé où l’important n’est pas le coupable mais ce que la...

Articles en lien avec Marie Neuser (3)

Avis sur cet auteur (36)

  • add_box
    Couverture du livre « Délicieuse » de Marie Neuser aux éditions Fleuve Noir

    Christelle Point sur Délicieuse de Marie Neuser

    Un mari qu’elle aime, un beau petit garçon et un job difficile mais bien payé, tout allait bien dans la vie de Martha, jusqu’à ce dimanche soir où son mari Raphaël lui annonce qu’il en aime une autre et veut aller vivre avec elle. C’est peu dire que tout s’effondre pour Martha, elle tente bien...
    Voir plus

    Un mari qu’elle aime, un beau petit garçon et un job difficile mais bien payé, tout allait bien dans la vie de Martha, jusqu’à ce dimanche soir où son mari Raphaël lui annonce qu’il en aime une autre et veut aller vivre avec elle. C’est peu dire que tout s’effondre pour Martha, elle tente bien de re-séduire son homme, d’exposer tous les arguments du monde, rien n’y fait, il veut partir, il va partir. Dés lors, en femme blessée mais déterminée, Martha change de méthode, elle se crée un profil fictif sur Facebook et devient ami avec sa rivale. De son clavier, elle commence à l’espionner, la manipuler, elle est prête à tout. Cette obsession, qui envahit sa vie et son psychisme, va la faire basculer dans l’innommable. J’avais adoré les 4 premiers romans de Marie Neuser et j’entamais celui-ci avec gourmandise. Mais j’en sors globalement déçue, l’intrigue met un temps infini à démarrer, les états d’âme de Martha remplissent pages sur pages, multipliant les mots crus et les métaphores sorties de nulle part. Il y a des digressions interminables, et plus on avance dans le roman, plus cette femme trahie, pour qui on a une sympathie immédiate, devient inquiétante et antipathique. Elle glisse tout doucement dans une sorte de psychose (qui flirte avec la schizophrénie) et elle, experte en criminologie auprès des services pénitentiaires, qui côtoie des psychopathes tous les jours, ne sent pas qu’ils déteignent de plus en plus sur elle. Elle n’est pas aidée par un mari d’une inconstance et même d’une lâcheté qui est à deux doigts de mériter ce qui va lui arriver. Un rebondissement arrive dans le dernier tiers, il est plutôt réussi (à défaut d’être crédible, peut-être), et à 20 pages de la fin, tout bascule. Avant d’en parler, je précise que Martha côtoie en prison des criminels et Marie Neuser en place un dans la galerie qui est un vrai criminel, le dépeceur de Montréal, ce qui est un peu étrange et qui met quand même assez mal à l’aise, surtout quand elle lui prête des paroles, des justifications, des arguments. La fin du roman, donc, est ahurissante ! Je ne l’ai pas vu venir, je crois que je n’ai pas voulu la voir venir, et elle percuté comme un train lancé à pleine vitesse ! Honnêtement, je ne sais pas quoi en penser, sinon, qu’elle m’a donné sérieusement envie de vomir ! Le roman de Marie Neuser est difficile à appréhender et à qualifier. Il ne manque pas de qualité dans son intrigue et dans l’enchainement des évènements, certains passages sont pertinents et même percutants, la fin est inimaginable. Mais cette bonne impression est gâchée par d’innombrables longueurs, un style parfois un peu lourd, des digressions qui n’en finissent pas, dommage…

  • add_box
    Couverture du livre « Délicieuse » de Marie Neuser aux éditions Fleuve Noir

    Root sur Délicieuse de Marie Neuser

    Le monde de Martha vient de s’écrouler. Après vingt ans de mariage, Raph lui annonce qu’il la quitte. La raison ? Il a rencontré quelqu’un d’autre. Celle qui le fait vibrer, se sentir fort, se sentir homme, celle qui lui procure toutes ces émotions que Martha n’est plus capable d’éveiller en...
    Voir plus

    Le monde de Martha vient de s’écrouler. Après vingt ans de mariage, Raph lui annonce qu’il la quitte. La raison ? Il a rencontré quelqu’un d’autre. Celle qui le fait vibrer, se sentir fort, se sentir homme, celle qui lui procure toutes ces émotions que Martha n’est plus capable d’éveiller en lui. Vingt ans de partage, de soutien mutuel, de complicité qui a donné naissance à un enfant, vingt ans d’amour, balayés un dimanche soir, par quelques phrases désormais impossibles à ravaler.

    Et Martha ? Martha essuie les reproches, ouvre les yeux sur les certitudes, affronte le dégout qu’elle n’aurait jamais cru inspirer à celui qui est toute sa vie. Martha n’est plus bonne à donner au chien. Mais elle ne va pas se laisser faire. Dans sa blessure, comme dépossédée de son identité, elle va trouver la force de faire payer à Raph et à sa maîtresse de l’avoir réduite à néant.

    Une banale histoire de femme plaquée ? Non. Marie Neuser a concocté bien plus diabolique que ça. Dans un long monologue, Martha Delombre, psychologue criminelle, va raconter la trahison, l’humiliation, la honte de la comparaison avec sa remplaçante, l’agonie de n’être plus rien dans les yeux de celui qu’elle aime, de perdre les repères d’une existence qu’elle croyait bâtie sur la confiance.

    Les cent premières pages valent à elles seules qu’on lise ce roman. J’ai commencé à relever certains passages, mais chaque virgule est à garder. Il y a une telle douleur, une telle colère qui émanent du personnage. Ce quotidien décrit par Martha, ces habitudes auxquelles on ne prête plus attention, ce feu sous la cendre que personne n’est venu attiser parleront à beaucoup. Je ne suis pas fan du tout du discours « Je suis une épouse, je suis une mère, j’ai oublié d’être une femme », mais l’auteur a su étoffer le sujet. Elle a bien mené sa barque, Marie Neuser. Un mot me vient à l’esprit quand j’y repense : machiavélique. Au fil des jours, Martha devient la vengeance qui l’anime, sans ménagement aucun (pas même pour elle-même). Si devais reprocher une chose à ce roman, c’est que dès la première page, j’ai deviné la fin. Est-ce que ça a gâché ma lecture ? Non. Délicieuse est un très bon bouquin, très bien écrit, qui n’abuse pas des clichés, et dans l’air du temps malgré son intrigue très classique – je suis toujours curieuse de voir de quelle manière un auteur, aujourd’hui, intègre les réseaux sociaux à son histoire. Tragique, ironique, violent.

  • add_box
    Couverture du livre « Délicieuse » de Marie Neuser aux éditions Fleuve Noir

    JuanGarciaMadero sur Délicieuse de Marie Neuser

    Récit trop peu policier à mon goût, mais bourré d’intéressantes intentions. Une noirceur qui s’étale dans un style agréable parfois, mais indigeste à d'autres endroits, un repas qu’on n’a pas envie de partager, avec seulement peut-être quelques longueurs évitables dans sa première partie (ce qui...
    Voir plus

    Récit trop peu policier à mon goût, mais bourré d’intéressantes intentions. Une noirceur qui s’étale dans un style agréable parfois, mais indigeste à d'autres endroits, un repas qu’on n’a pas envie de partager, avec seulement peut-être quelques longueurs évitables dans sa première partie (ce qui fait toutefois bien ressortir le final expéditif, l’effet, peut-être voulu, possède en ce cas cette vertu). Mais j'aime ce style de livre sans concession pour les personnages, où tous sont détestables à leur façon, donc même si je ne peux pas dire que j'ai vraiment aimé, je recommande tout de même !

  • add_box
    Couverture du livre « Délicieuse » de Marie Neuser aux éditions Fleuve Noir

    Le porteur d'histoire sur Délicieuse de Marie Neuser

    Ce livre m’a pendant longtemps fait de l’œil, non pas pour son résumé mais pour sa couverture que je trouve sublime. Il m’arrive souvent d’acheter des livres juste parce que la couverture me plait. Et au bout d’un certain temps, je me dis « quand même il faudrait que je les lise ».
    Dés les...
    Voir plus

    Ce livre m’a pendant longtemps fait de l’œil, non pas pour son résumé mais pour sa couverture que je trouve sublime. Il m’arrive souvent d’acheter des livres juste parce que la couverture me plait. Et au bout d’un certain temps, je me dis « quand même il faudrait que je les lise ».
    Dés les premières page, l’histoire m’a captivée, l’écriture fluide de l’auteur, mais aussi les émotions des personnages m’ont tout de suite embarqué.
    Pour moi, ce livre mérite d’être lu pour : sa finesse d’écriture, l’intrigue qui monte crescendo, ses personnages plus vrais que nature (ça peut être n’importe qui dans ce libre, vous, moi, vos voisins de paliers) et surtout pour son histoire.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !