Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Marie Ndiaye

Marie Ndiaye

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, connectez-vous pour proposez la vôtre :

/1200

Merci d’utiliser une photo au format portrait en indiquant les copyrights éventuels si elle n’est pas libre de droits.

Nous nous réservons le droit de refuser toute biographie qui contreviendrait aux règles énoncées ci-dessus et à celles du site.

Les textes à caractère commercial ou publicitaire ne sont pas autorisés.

Avis sur cet auteur (53)

  • add_box
    Couverture du livre « Les grandes personnes » de Marie Ndiaye aux éditions Gallimard

    Angélique Neyret Féret sur Les grandes personnes de Marie Ndiaye

    C'est une pièce de théâtre qui se laisse lire facilement... l'écriture est légère et fluide , alors que les thèmes abordés sont durs : les parents tellement en adoration devant leurs progénitures qu'ils n'entendent ni ne voient leur mal être, la pédophilie à l'école (le maître est tellement...
    Voir plus

    C'est une pièce de théâtre qui se laisse lire facilement... l'écriture est légère et fluide , alors que les thèmes abordés sont durs : les parents tellement en adoration devant leurs progénitures qu'ils n'entendent ni ne voient leur mal être, la pédophilie à l'école (le maître est tellement adoré que les parents préfèrent fermer les yeux sur le sort de leurs enfants abusés sexuellement)...
    Bref, je l'ai lu par curiosité et n'ai pas été déçue ... à lire absolument!

  • add_box
    Couverture du livre « Ladivine » de Marie Ndiaye aux éditions Folio

    marie sb. sur Ladivine de Marie Ndiaye

    Il me semble que Marie Ndiaye a pris un chemin bien obscur pour montrer que le reniement de ses origines pouvait empêcher l'épanouissement de sa propre personnalité et faire naître un malaise qui perdure au-delà des générations.

    Malinka a honte de sa mère qu'elle nomme " la servante" au point...
    Voir plus

    Il me semble que Marie Ndiaye a pris un chemin bien obscur pour montrer que le reniement de ses origines pouvait empêcher l'épanouissement de sa propre personnalité et faire naître un malaise qui perdure au-delà des générations.

    Malinka a honte de sa mère qu'elle nomme " la servante" au point de changer de nom, de lui cacher son mari et son enfant et d'aller la voir en cachette une fois par mois. Toutefois, elle vit mal ce reniement ce qui l'empêche d'être heureuse et de s'assumer.

    " Mais, pensait-elle la gorge nouée, si votre mère mérite amplement votre amour et que vous ne lui donnez pas, que vous le gardez soigneusement par-devers vous, que penser d'une personne pareille ? Si votre mère vous fait honte et que vous la tenez en dehors de tout ce qui vous concerne, qui êtes-vous donc? "

    Si bien que Richard Rivière, le mari de Clarisse ( Malinka) ne pouvant réellement trouver la personnalité de sa femme, décide de la quitter après 25 ans de vie commune.

    L'auteur passe ensuite au destin de la fille de Clarisse, Ladivine qui porte le même prénom que sa grand-mère. Pourtant bien établie en Allemagne où elle vit avec son mari et ses deux enfants, son équilibre bascule lors d'un voyage à l'étranger, sûrement ce pays d'Afrique dont est originaire la mère de Malinka.

    Marie Ndiaye maintient une distance et un certain mystère pendant la narration. Elle nomme ses personnages avec leurs nom et prénom. Le lien malsain entre Malinka et sa mère est longtemps détaillé, des actes étranges surviennent, des personnages troubles interviennent. Peu accrochée par l'histoire et déstabilisée par  l'insatisfaction permanente des personnages, j'ai toutefois poursuivi ma lecture pour tenter de comprendre quel sortilège, quelle puissance maléfique pouvaient créer ces situations étranges. Que représente ce chien noir au regard si doux qui semble protéger Ladivine et revient constamment sur plusieurs générations ?

    Avec une jolie écriture, l'auteur nous entraîne dans cette histoire mystérieuse de femmes qui vivent mal leur culpabilité vis à vis de leur mère, qui refuse le fardeau d'un héritage trop lourd mais qui inévitablement retombe dans le sortilège de leur lignée.

    Ladivine n'est pas une lecture facile qui m'a passionnée ou enchantée mais c'est une approche très personnelle, envoûtante et originale de la transmission entre générations.

    Ce n'est pas un roman qui entraînera les foules mais qui saura interpeller les lecteurs qui aiment sortir des constructions et des récits classiques.

  • add_box
    Couverture du livre « Ladivine » de Marie Ndiaye aux éditions Folio

    Nine Migliore sur Ladivine de Marie Ndiaye

    je me suis trouvée totalement imperméable à ce genre d'écriture alambiquée qui aligne des phrases interminables avec beaucoup d'effets de style. Insupportable. Je croyais faire une découverte, n'ayant jamais rien lu de cette auteure que l'ont dit prodigieuse, mais je me suis foruvoyée. Je n'ai...
    Voir plus

    je me suis trouvée totalement imperméable à ce genre d'écriture alambiquée qui aligne des phrases interminables avec beaucoup d'effets de style. Insupportable. Je croyais faire une découverte, n'ayant jamais rien lu de cette auteure que l'ont dit prodigieuse, mais je me suis foruvoyée. Je n'ai pas compris le sens de cette histoire qui ne dit rien et ne fait naître aucune émotion. Je ne pense pas lire de nouveau cette dame.

  • add_box
    Couverture du livre « Ladivine » de Marie Ndiaye aux éditions Folio

    silencieuse sur Ladivine de Marie Ndiaye

    Epuisée par les phrases trop longues et le chemin tortueux qui mène au point de départ, j'ai peiné à lire ce roman qui aurait pu être tout autre avec davantage de simplicité dans le style. Quelle belle histoire pourtant, 3 générations de femmes qui tentent de survivre dans un univers de solitude...
    Voir plus

    Epuisée par les phrases trop longues et le chemin tortueux qui mène au point de départ, j'ai peiné à lire ce roman qui aurait pu être tout autre avec davantage de simplicité dans le style. Quelle belle histoire pourtant, 3 générations de femmes qui tentent de survivre dans un univers de solitude et de mensonges, mais l'écriture de Marie Ndiaye m'a franchement agacée.