Margaux Gilquin

Margaux Gilquin
.

Avis sur cet auteur (5)

  • add_box
    Couverture du livre « Apprendre à danser sous la pluie » de Margaux Gilquin aux éditions Lazare Et Capucine

    Catherine Rechenmann Arrieutort sur Apprendre à danser sous la pluie de Margaux Gilquin

    Beaucoup de douceur dans l'écriture de Margaux Gilquin , des personnages attachants et fort bien décrits

    Beaucoup de douceur dans l'écriture de Margaux Gilquin , des personnages attachants et fort bien décrits

  • add_box
    Couverture du livre « Apprendre à danser sous la pluie » de Margaux Gilquin aux éditions Lazare Et Capucine

    Livresque78 sur Apprendre à danser sous la pluie de Margaux Gilquin

    Une très jolie découverte que ce roman, une bouffée de bonheur, à prendre à n’importe quel moment. L’auteure a une très jolie plume, très poétique, pleine de jolis sentiments.

    Des personnages attachants qui ont soufferts mais pour qui la vie doit continuer, vous les rencontrerez tous avec le...
    Voir plus

    Une très jolie découverte que ce roman, une bouffée de bonheur, à prendre à n’importe quel moment. L’auteure a une très jolie plume, très poétique, pleine de jolis sentiments.

    Des personnages attachants qui ont soufferts mais pour qui la vie doit continuer, vous les rencontrerez tous avec le plus grand plaisir, vous ressortirez de ce roman avec du baume au coeur.

    Le personnage principal , tente de se ressourcer dans le Lot-et-Garonne chez sa tante Marthe, une femme forte et pleine de sagesse, telle que chacun d’entre nous souhaiterait en croiser le chemin. Elle apporte au roman des retours dans le passé et donc des passages historiques que j’affectionne particulièrement.

  • add_box
    Couverture du livre « Apprendre à danser sous la pluie » de Margaux Gilquin aux éditions Lazare Et Capucine

    Chantal Lafon sur Apprendre à danser sous la pluie de Margaux Gilquin

    Marthe, François, Laure et les autres…
    Oui, je sais je plagie le titre du célèbre film de Claude Sautet et c’est à dessein.
    Marthe est une vieille dame digne, un adjectif qui désigne une qualité un peu désuète et pourtant essentielle à la vie. Elle a beaucoup subi mais elle a surtout beaucoup...
    Voir plus

    Marthe, François, Laure et les autres…
    Oui, je sais je plagie le titre du célèbre film de Claude Sautet et c’est à dessein.
    Marthe est une vieille dame digne, un adjectif qui désigne une qualité un peu désuète et pourtant essentielle à la vie. Elle a beaucoup subi mais elle a surtout beaucoup donné. Et encore aujourd’hui alors qu’elle s’éteint comme une chandelle à petit feu, elle donne…
    Elle donne une belle image de la femme, coquette, volontaire, assumant sa vie passée et sa mort prochaine, car Marthe sait qu’il faut vivre.
    François est un fracassé de la vie, ancien médecin urgentiste, il est chez Marthe, le régisseur, l’homme de confiance et celui qui s’empêche de vivre.
    Et dans ce duo, vient se greffer une autre pousse, celle d’une renaissance, celle de Laure, quinqua qui a tout perdu et qui arrive chez Marthe comme dame de compagnie.
    Un lieu, la Grande Maison, dans un petit coin de paradis du Sud-Ouest.
    Laure est comme la Liberté guidant le peuple dans le tableau de Delacroix, elle brandit l’étendard du droit au travail pour tous, quel que soit l’âge, elle porte la parole des sans-voix, elle fait de belles rencontres, elle passe à la télé, dans les radios… C’est la partie émergée de l’iceberg. Elle aussi a ses fêlures, ses fractures, la vie ne l’a pas épargnée, et elle est à un moment où submergée par la fatigue, le succès qu’elle n’attendait pas aussi fort et cette solitude intérieure qui la mine. Elle aime François et lui qu’en est-il ?.
    Marthe n’est pas une spectatrice, sa vie elle l’a assumée et avec ces deux êtres qui trouvent refuge dans son giron, elle sait nouer des liens.
    « J’étais inquiète à l’idée de vieillir seule, et puis vous êtes là tous les deux. Petits oiseaux tombés du nid. »
    Avec Laure elle conjugue la vie, oui elles conjuguent.
    Le passé, c’est hier, autrefois et il ne faut pas le négliger sinon attention à l’effet boomerang, c’est un outil dit-on à Laure et il faut le nettoyer.
    Le présent c’est aujourd’hui, mais surtout maintenant, savoir s’arrêter regarder pousser les fleurs, sentir l’air et la terre pour appréhender les changements de saison, s’assoir devant un bon feu avec une tasse de thé fumante et odorante. Marthe sait saisir l’instant.
    Le futur, c’est demain, bien sûr on subit beaucoup dans la vie parce qu’il n’y a pas que soi il y à les autres tous les autres, ceux qui décident et qui vivent sur une autre planète, alors il faut réagir, résister mais à son échelle, s’engager parce qu’il y aura toujours du positif dans les retombées pas tout mais un peu. Et il n’y pas de quantité négligeable.
    Oui la vie se conjugue, avec les amis, les inconnus bienveillants, avec soi-même à condition de bien connaître ses temps. Ne pas se laisser envahir, toujours se recentrer sur l’essentiel : la vie.
    Comme dans les films de Claude Sautet il y a la Vie, les éclats de rire, les larmes, les amis, les effets pervers de la société, les apparences et de la profondeur dans chaque être.
    La morale de l’histoire serait comme l’écrivait Jean de la Fontaine : « Garde-toi, tant que tu vivras, de juger des gens sur la mine… »
    La complexité des êtres doit sûrement nous inciter à vivre en simplicité.
    Margaux Gilquin fait dire à Marthe : « Le sens des mots, celui des phrases, est-ce si important ? C’est le sens que nous leur donnons qui compte après tout. »
    Une chose est certaine, Margaux a trouvé le sens de ses mots et nous attentons l’histoire de tante Marthe avec une belle impatience, que nous la lisions au coin du feu ou sur une terrasse ensoleillée, nous la vivrons comme nous avons vécu ce livre-là. Il lui a fallu, comme à son héroïne Laure, de l’encre pour s’ancrer.
    Nous avons tous besoin de savoir que « La vie, ce n’est pas attendre que l’orage passe, mais apprendre à danser sous la pluie ». Sénèque.
    Chantal Lafon-Litteratum Amor 21 mars 2018.

  • add_box
    Couverture du livre « Le dernier salaire » de Margaux Gilquin aux éditions Xo

    Chantal Lafon sur Le dernier salaire de Margaux Gilquin

    Sur la couverture une photo de femme avec un joli sourire et un beau regard, en arrière-plan des rails, un quai de gare ? Et le titre écrit en rouge et caractère gras.
    Le dernier salaire, « aujourd’hui j’ai 55 ans et je ne suis plus rien. Je veux survivre. » Ce titre interpelle car nous sommes...
    Voir plus

    Sur la couverture une photo de femme avec un joli sourire et un beau regard, en arrière-plan des rails, un quai de gare ? Et le titre écrit en rouge et caractère gras.
    Le dernier salaire, « aujourd’hui j’ai 55 ans et je ne suis plus rien. Je veux survivre. » Ce titre interpelle car nous sommes tous concernés, mais cette couleur et ces caractères me font penser aux annotations des profs et parfois à la sentence portée. Qu’a fait Margaux et tous les autres dont je suis pour être punis, stigmatisés et mis au ban de la société ?
    Dès les premières lignes nous savons que si le sujet est grave Margaux ne veut pas nous faire pleurer, juste nous alerter, juste dire ce que les plus de trois millions officiels de chômeurs de plus de cinquante ans souffrent, et nous ne comptons plus ceux qui ne font plus valoir leurs droits faute d’un accès à l’informatique, ceux qui dorment sur les trottoirs ou vont planter une tente ou des cartons au cœur d’un bois parce qu’ils ont honte. Non, Margaux raconte façon Charlie Chaplin en ponctuant d’humour et de tendresse la noirceur d’un monde qui a oublié que l’humain est au cœur de la vie.
    Margaux raconte que nous ne sommes plus regardés comme des travailleurs « ceux qui ont un savoir » mais comme des « je ne sais quoi » pour remplir des quotas, du bétail, poisson d’un quelconque vivier, des bouche-trous, des yo-yo…
    Elle sait nous conter tous ces petits rien qui nous blessent, pas que nous soyons jaloux, non, nous ne souhaitons à personne d’être en galère. Juste ces petits chocs que nous ne supportons plus car nous sommes dans l’urgence de la vie et que l’égoïsme règne la tête haute en donneur de leçons.
    Arrivée à la fin du livre je suis confortée dans l’idée que le travail est l’ADN de notre vie sociale et d’un toit au-dessus de nos têtes.
    Livre déjà terminé et j’ai fait une belle rencontre qui ne me surprend pas car j’imaginais Margaux comme cela naturelle, humaine et franche. Alors quand passerons-nous du virtuel au réel ?
    Pour suivre Margaux sur les réseaux sociaux, surtout FB, je me dis que les gens qui sont prompt à la critique concernant son combat, d’une part ne l’ont pas lu mais en plus ils sont jaloux d’une mise en lumière qu’elle mérite. Elle n’œuvre pas seulement pour elle mais pour tous les silencieux, les trop démolis, les fracassés de la vie.
    En plus de la belle personne qu’est Margaux elle fait une très belle analyse, réaliste sans pathos ni esprit revanchard sur le changement de notre société, où notre génération n’a pas le décodeur intégré pour décrypter un monde qui nous laisse sur le seuil de la porte…
    Si nous laissons tous des plumes dans cette débâcle qu’est le chômage, certains d’entre nous, par leur personnalité et leur envie d’exister autrement, arrivent encore à mettre des couleurs à leur ramage.
    Notre leitmotiv à tous : du Travail et du RESPECT. CQFD.
    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 12 août 2017.