Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Marcel Pagnol

Marcel Pagnol

1895-1974 Marcel Pagnol débute au théâtre, à Aubagne, en collaborant avec Paul Nivoix et abandonne une carrière de professeur d'anglais. Il rejoint le naturalisme avec Topaze, une comédie de moeurs. La consécration populaire vient vite avec la triologie Marius, Fanny et César: les histoires marse...

Voir plus

1895-1974 Marcel Pagnol débute au théâtre, à Aubagne, en collaborant avec Paul Nivoix et abandonne une carrière de professeur d'anglais. Il rejoint le naturalisme avec Topaze, une comédie de moeurs. La consécration populaire vient vite avec la triologie Marius, Fanny et César: les histoires marseillaises conviennent à l'humour gai des joueurs de belote et de pétanque. Pagnol se consacre alors au cinéma et réalise ses meilleurs films, comme La femme du Boulanger. Il entre à l'Académie française en 1946 et publie ses souvenirs d'enfance et de jeunesse dans un style qui allie la poésie à l'humour. Il est enterré dans le cimetière de Treille et l'on peut lire sur sa tombe cette épitaphe, empruntée à Virgile, qui résume sa vie et son oeuvre: "Fontes, amicos, uxorem delexit": "Il a aimé les sources, ses amis, sa femme"

Articles en lien avec Marcel Pagnol (3)

  • Bernard de Fallois : de Proust à Columbo, la mort d’un grand éditeur
    Bernard de Fallois : de Proust à Columbo, la mort d’un grand éditeur

    Un découvreur de talents, aux méthodes insolites

  • Les Correspondances, Manosque 2016 : Suprême régal pour lecteurs
    Les Correspondances, Manosque 2016 : Suprême régal pour lecteurs

    Merci à Jean-Paul pour ses impressions, ses rencontres, ses Correspondances

  • Les Prix Lire dans le noir sont attribués, l’occasion de faire un tour dans les coulisses de « l’autre façon de lire »
    Les Prix Lire dans le noir sont attribués, l’occasion de faire un tour dans les coulisses de «l’autre façon de lire »

    Les récompenses ont été attribuées : le 28 novembre 2014 à la Maison de la Radio, Lire dans le noir a distingué pour la sixième année consécutive, les lauréats de l’année de publication 2014. Mapuche de Caryl Ferey, lu par Feodor Atkine (Gallimard, coll « Ecoutez lire »), est le gagnant en catégorie nouveautés. Parmi les classiques revisités cette année, c’est La Promesse de l’aube de Romain Gary, lu par Pierre Hervé pour le même éditeur qui remporte la palme. En catégorie « documents », la récompense est attribuée au biologiste Pierre-Henri Gouyon lisant son Evolution aux éditions De vive voix, une mise en questionnement de la théorie de l’évolution à la lumière des recherches scientifiques récentes. Enfin, le prix Lire dans le noir « jeunesse » est donné à Halb, l’autre moitié, de Sigrid Baffert, lu par Elsa Zylberstein publié aux éditions des Braques.

Avis sur cet auteur (47)

  • add_box
    Couverture du livre « La gloire de mon père » de Marcel Pagnol aux éditions Fallois

    Claudine B sur La gloire de mon père de Marcel Pagnol

    « Par la seule façon d’écrire, je vais me dévoiler tout entier, et si je ne suis pas sincère - c’est-à-dire
    sans aucune pudeur - j’aurai perdu mon temps à gâcher du papier. Il va donc falloir sortir des
    coulisses, et m’asseoir en face du lecteur qui me regardera fixement pendant deux ou trois...
    Voir plus

    « Par la seule façon d’écrire, je vais me dévoiler tout entier, et si je ne suis pas sincère - c’est-à-dire
    sans aucune pudeur - j’aurai perdu mon temps à gâcher du papier. Il va donc falloir sortir des
    coulisses, et m’asseoir en face du lecteur qui me regardera fixement pendant deux ou trois heures :
    voilà une idée bien inquiétante et qui m’a beaucoup paralysé ».

    Avec une sincérité simple et touchante, Marcel Pagnol l’homme de théâtre, nous ouvre dans ce
    premier roman, les portes de ses souvenirs d’enfance dans une Provence du début du XXe Siècle où
    l’on prenait encore le temps de s’émerveiller de petits riens.

    Et c’est à travers le regard de « cet enfant qu’il n’est plus, petit personnage qu’il a connu » que
    Pagnol, en conteur hors pair, nous plonge dans la tendre enfance de Marcel, rythmée par la classe de
    son père Joseph l’instituteur, l’amour protecteur de sa mère Augustine, et les jeux espiègles avec son
    petit frère Paul. A cela viendront s’ajouter l’arrivée d’une petite soeur et les premières vacances d’été
    dans une bastide de l’arrière pays, avec la tante Rose et l’oncle Jules. Eté propice à la rencontre de
    cette campagne provençale pour le petit citadin d’Aubagne devant laquelle il s’émerveille à chaque
    instant et qui deviendra le théâtre de cette scène d’anthologie de la chasse à la bartavelle qui fera
    définitivement de son père son héros, à la gloire bien méritée.

    De sa plume tendre et bienveillante, Pagnol nous transporte le temps d’un récit authentique dans le
    cocon de l’enfance, de son insouciance, de sa naïveté mais aussi de sa gravité, sans aucune autre
    prétention. Et il parvient.

    Et nul autre que Marcel Pagnol n’a su donné autant vie à cette Provence dont il fait un personnage à
    part entière. Par sa végétation et ses odeurs, ses couleurs et sa lumière si particulière, elle
    accompagne le lecteur tel un guide sur les chemins escarpés de sa garrigue et l’on entendrait
    presque surgir d’entre les lignes, son accent chantant qui m’est si familier et ne m’a jamais vraiment
    quitté, car cette Provence c’est aussi celle de mon enfance.

  • add_box
    Couverture du livre « Topaze » de Marcel Pagnol aux éditions Fallois

    CHRISTIAN NOMINE sur Topaze de Marcel Pagnol

    Cette pièce de Marcel Pagnol se lit d'une traite, et certains dialogues et situations sont trucculents.
    Agréable lecture de vacances.

    Cette pièce de Marcel Pagnol se lit d'une traite, et certains dialogues et situations sont trucculents.
    Agréable lecture de vacances.

  • add_box
    Couverture du livre « Manon des sources » de Marcel Pagnol aux éditions Fallois

    julien Raynaud sur Manon des sources de Marcel Pagnol

    A lire, de préférence après avoir vu l'adaptation au cinéma du tome 1 Jean de Florette (avec Yves Montand), et sans être informé de la révélation finale de ce tome 2 Manon des sources. Ensuite, vous regarderez l'adaptation cinéma de ce tome 2 (toujours avec Yves Montand). Un régal

    A lire, de préférence après avoir vu l'adaptation au cinéma du tome 1 Jean de Florette (avec Yves Montand), et sans être informé de la révélation finale de ce tome 2 Manon des sources. Ensuite, vous regarderez l'adaptation cinéma de ce tome 2 (toujours avec Yves Montand). Un régal

  • add_box
    Couverture du livre « La petite fille aux yeux sombres » de Marcel Pagnol aux éditions Fallois

    Elizabeth Neef-Pianon sur La petite fille aux yeux sombres de Marcel Pagnol

    Quel plaisir d’ouvrir un livre en étant certain de ne pas être déçu
    C’est toujours le cas avec Marcel Pagnol
    Il y a deux histoires dans celui-ci

    - La petite fille aux yeux sombres
    Une histoire d’amour qui pourrait être désuète mais que le talent de l’auteur rend intemporelle.
    Outre des...
    Voir plus

    Quel plaisir d’ouvrir un livre en étant certain de ne pas être déçu
    C’est toujours le cas avec Marcel Pagnol
    Il y a deux histoires dans celui-ci

    - La petite fille aux yeux sombres
    Une histoire d’amour qui pourrait être désuète mais que le talent de l’auteur rend intemporelle.
    Outre des questionnements sur l’amour, il nous offre de beaux portraits de jeunes intellectuels de l’époque.
    Cette édition date de 1984, mais le roman a été écrit en 1922. Presque 100 ans déjà !

    - Les secrets de Dieu
    C’est une histoire racontée de générations en générations.
    Elle se passe en basse Bretagne à l’aube de la révolution.
    Histoire poignante d’une jeune servante qui met au monde une enfant difforme et meurt en couches.
    La riche comtesse du château prend en charge la petite fille.
    L’histoire n’est qu’un éternel recommencement. Ainsi cet extrait qui n’est pas sans rappeler l’actualité
    « Le roi Louis XVI avait fort imprudemment accepté la réunion des Etats Généraux, afin d’entendre les avis de tout son peuple, et surtout les plaintes des pauvres, qui étaient son grand souci.
    M. des Ombrées avait été l’un des représentants de la noblesse. Il vint annoncer que toute l’affaire, malgré la générosité des seigneurs qui avaient renoncé à leurs privilèges, prenait une fort mauvaise tournure. »

    Quelle que soit l’histoire que raconte Marcel Pagnol, on retrouve toujours cette élégance, cette philosophie, cette poésie, cette sensibilité.
    A ses tous débuts, il était déjà plus que prometteur.
    Je croyais avoir tout lu de lui, je ne connaissais pas l’existence de celui-ci, et me voilà ravie.