Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Marc Weitzmann

Marc Weitzmann
Marc Weitzmann a publié quatre romans : Enquête (1996), Chaos (1997), Mariage mixte (2000) Une place dans le monde (2004), un récit, Livre de guerre (2002) et un livre de chroniques littéraires, 28 façons de se faire détester (2002).

Articles en lien avec Marc Weitzmann (1)

Avis sur cet auteur (1)

  • add_box
    Couverture du livre « Une matière inflammable » de Marc Weitzmann aux éditions Stock

    Colette LORBAT sur Une matière inflammable de Marc Weitzmann

    Un auteur nouveau pour moi et une grosse déconvenue. Tant de pages à décortiquer son nombril…..
    Je sais, je suis injuste, le style peut être flamboyant et encore, c’est souvent mal écrit. Oui, les relations familiales y sont bien décrites, mais je ne vois pas la révolte de ce trentenaire bobo....
    Voir plus

    Un auteur nouveau pour moi et une grosse déconvenue. Tant de pages à décortiquer son nombril…..
    Je sais, je suis injuste, le style peut être flamboyant et encore, c’est souvent mal écrit. Oui, les relations familiales y sont bien décrites, mais je ne vois pas la révolte de ce trentenaire bobo. Sauter la femme de son mentor-patron ne fait preuve, à mes yeux, ni de révolte ni d’évolution.
    Quant au fractionnement social, je ne l’ai absolument pas remarqué dans ce livre qui se déroule dans le monde judéo-bobo-intello parisien.
    Oui, je sais, ce jeune homme habitait Besançon, il a arrêté ses études pour vivre avec une « révolutionnaire » plus âgée que lui, mais bon, qu’est-ce qu’il y a de révolutionnaire ?
    « Mais n’est-ce pas ce que je recherchais – la vraie vie, la vie sérieuse, difficile, où on en bave et où des expressions comme être à la hauteur vous viennent naturellement en tête ? A elle l’héroïsme quotidien du lycée, peut-être, mais à moi, sitôt que nous avons vécu ensemble, celui de l’ANPE et des boulots sans suie. Aux orties les valeurs bourgeoises, aux orties mes privilèges ou ce que j’estimais tel ».
    Il a fallu attendre la page 283/367 pour avoir l’explication des piètres pages précédentes, pour trouver quelques justificatifs !
    Non, je n’ai pas été convaincue par ce bouquin qui, selon certains journaux, devraient faire partie des prix littéraires.