Manu Causse

Manu Causse

Manu Causse est enseignant. Il est l'auteur de romeo@juliette, le best seller de la collection DUAL Books et de Fair Play. Il a publié des romans et nouvelles pour adultes chez d'autres éditeurs, son dernier recueil de nouvelles Visitez le Purgatoire vient de paraître aux Éditions D'un Noir si Bl...

Voir plus

Manu Causse est enseignant. Il est l'auteur de romeo@juliette, le best seller de la collection DUAL Books et de Fair Play. Il a publié des romans et nouvelles pour adultes chez d'autres éditeurs, son dernier recueil de nouvelles Visitez le Purgatoire vient de paraître aux Éditions D'un Noir si Bleu.

Articles (1)

Avis (29)

  • add_box
    Couverture du livre « Les intraterrestres » de Manu Causse aux éditions Talents Hauts

    kadeline sur Les intraterrestres de Manu Causse

    Il y a une question que tout le monde se pose : où est passé la chaussette manquante ? A partir de là, ce roman jeunesse crée une histoire drôle, fun et pleine d'aventures. Les personnages sont sympathiques. Les intraterrestres font des fautes mais le dosage ne gène pas la lecture. On passe un...
    Voir plus

    Il y a une question que tout le monde se pose : où est passé la chaussette manquante ? A partir de là, ce roman jeunesse crée une histoire drôle, fun et pleine d'aventures. Les personnages sont sympathiques. Les intraterrestres font des fautes mais le dosage ne gène pas la lecture. On passe un très bon moment. La combinaisons de tous les éléments arrive à créer de l'originalité à partir d'une situation qu'on pense avoir vu et revu (le pauvre gamin qui part dans une horrible pension où il sera maltraité). Une réussite qui fait passer un bon moment.

  • add_box
    Couverture du livre « Les intraterrestres, la venzanche » de Manu Causse aux éditions Talents Hauts

    kadeline sur Les intraterrestres, la venzanche de Manu Causse

    Ce roman jeunesse est une histoire encore meilleure que le premier tome : c'est très drôle, fun et plein d'aventures. Les personnages sont excellents. Les intraterrestres font des fautes mais le dosage ne gène pas la lecture et contient même quelques perles comme le kilékonsuila et sa...
    Voir plus

    Ce roman jeunesse est une histoire encore meilleure que le premier tome : c'est très drôle, fun et plein d'aventures. Les personnages sont excellents. Les intraterrestres font des fautes mais le dosage ne gène pas la lecture et contient même quelques perles comme le kilékonsuila et sa définition. On passe un très bon moment et puis c'est intelligent. Les enfants ne sont pas pris pour des idiots et certaines figures de style sont prétextes dissimulés pour enrichir sont vocabulaires.

    Hâte d'avoir le tome 3.

  • add_box
    Couverture du livre « Marabel T.1 ; Marabel et le livre du destin » de Manu Causse et Tracy Barrett aux éditions Bayard Jeunesse

    kadeline sur Marabel T.1 ; Marabel et le livre du destin de Manu Causse - Tracy Barrett

    Dans un monde de contes où tout dépend du livre du destin, Marabel, la jumelle de l'élu va casser les codes en allant chercher son frère enlevé.
    Si ce résumé ne paie pas de mine, l'histoire est particulièrement réussie, intéressante et intelligente. le texte est drôle, bien écrit, fluide et...
    Voir plus

    Dans un monde de contes où tout dépend du livre du destin, Marabel, la jumelle de l'élu va casser les codes en allant chercher son frère enlevé.
    Si ce résumé ne paie pas de mine, l'histoire est particulièrement réussie, intéressante et intelligente. le texte est drôle, bien écrit, fluide et bourré de références à d'autres contes et histoires. A partir d'un univers qui semble banal et où l'on anticipe le risque d'avoir tous les clichés usuels, l'autrice déconstruit tout au fur et à mesure de manière subtile. Par exemple, la belle petite princesse ne devient pas l'exact opposé du genre guerrière au physique peu angageant. Marabel est décrite comme banale et qui pratique l'escrime par amour du sport et non dans le but de se battre. La quête n'est pas une obligation mais une évidence et tout ne va pas être facile, les personnages apprennent et grandissent au fur et à mesure. le Frère enlevé est calme, posé, attentionné et commence par chercher une solution à l'amiable. Il manque de fougue ce qui n'est pas le genre de personnages masculins habituels non plus. Même si c'est jeunesse, les personnages ne sont pas manichéens. On a un roi qui semble bon mais qui est inflexible au changement, ne voit que le livre du destin et son fils et ne supporte pas des conseils venant de la gente féminine. On a aussi une méchante qui s'avère plus complexe que les méchants de contes. Tous les éléments sont ainsi et ça donne un récit jeunesse plus profond que ce que l'on croit à première vue avec une histoire pleine d'humour, de féérie et de réflexion. Parmi les sujets abordés très sympa, il y en a une sur les préjugés et la différence entre la façon dont on voit les gens en fonction de l'environnement dans lequel on a grandit.
    Ce roman est une belle surprise qui mérite que l'on s'y attarde.

  • add_box
    Couverture du livre « Oublier mon père » de Manu Causse aux éditions Denoel

    Marie Kirzy sur Oublier mon père de Manu Causse

    Il est très rare qu'après une lecture je ne sache point comment me positionner, ou plutôt que je me sente mal à l'aise de n'avoir pas su apprécier un roman. Quand je n'aime pas, je n'aime pas et puis voilà, pas de chichi, on passe au suivant en espérant mieux le gouter.

    Car Oublier mon père a...
    Voir plus

    Il est très rare qu'après une lecture je ne sache point comment me positionner, ou plutôt que je me sente mal à l'aise de n'avoir pas su apprécier un roman. Quand je n'aime pas, je n'aime pas et puis voilà, pas de chichi, on passe au suivant en espérant mieux le gouter.

    Car Oublier mon père a beaucoup de qualités et notamment celle d'aborder avec lucidité, sincérité, sans pathos, un sujet difficile : la quête identitaire d'un homme que l'on suit par chapitres alternés de l'enfance à la quarantaine, sa reconstruction après une vie emplie de violences en tout genre, sa voie vers la résilience. C'est souvent très cru, sans concession et bien porté par une écriture vraie .

    Pourtant, je suis restée complètement extérieure aux souffrances extrêmes que subit le narrateur ; j'ai ressenti toute l'empathie de l'auteur pour lui, mais moi, je ne suis pas parvenue à en ressentir.

    En fait, je n'ai pas su où me placer dans cette avalanche de péripéties souvent glauques qui conduisent le héros dans une descente aux enfers quasi sans fin : harcèlement, folie de la mère, mort du père, boulimie, anorexie, cancer ... Ce n'est pas le « glauque » qui m'a gênée : dans la même veine, j'avais été très impressionnée par le puissant En Finir avec Eddy Bellegueule d'Edouard Louis, et touchée au final par le sort terrible d'Eddy.
    En tout cas, même la lumière de la Suède où le narrateur se reconstruit n'est pas parvenue à dissiper ce sentiment d'inconfort qui a brouillé mes sens de lectrice. Je le regrette.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !