Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Manon Fargetton

Manon Fargetton
Manon Fargetton a grandi à Saint-Malo. Elle a un diplôme des Métiers d'Art en régie de spectacles (lumière). Elle a fait ses premiers pas littéraires avec " L'Autre ", poème paru dans l'anthologie Premiers Contacts (avril 2005). Elle s'attaque au roman en publiant en 2006 « Aussi libres qu'un ... Voir plus
Manon Fargetton a grandi à Saint-Malo. Elle a un diplôme des Métiers d'Art en régie de spectacles (lumière). Elle a fait ses premiers pas littéraires avec " L'Autre ", poème paru dans l'anthologie Premiers Contacts (avril 2005). Elle s'attaque au roman en publiant en 2006 « Aussi libres qu'un rêve » chez Mango.

Avis sur cet auteur (38)

  • add_box
    Couverture du livre « En plein vol » de Jean-Christophe Tixier et Manon Fargetton aux éditions Rageot

    CaroGalmard sur En plein vol de Jean-Christophe Tixier - Manon Fargetton

    Sans mauvais jeu de mots : ne vous arrêtez pas en plein vol.

    J'explique : au cours des premières pages qui installent l'histoire et les personnages, j'aicraint de tomber dans un roman trop plein de bons sentiments, avec une grosse louche de "vive la solidarité", sans oublier une tartine bien...
    Voir plus

    Sans mauvais jeu de mots : ne vous arrêtez pas en plein vol.

    J'explique : au cours des premières pages qui installent l'histoire et les personnages, j'aicraint de tomber dans un roman trop plein de bons sentiments, avec une grosse louche de "vive la solidarité", sans oublier une tartine bien épaisse de "laissons les homos vivre comme ils le souhaitent", le tout bien aromatisé au "petit guide gynéco-psychologique à l'attention des jeunes femmes". Bref comme un gâteau, quand il y a trop de crème et trop de sucre, c'est immangeable.
    Eh bien je vous assure : persévérez, ensuite c'est bien. Aérien, rafraîchissant.
    Nos héros ont envie de changer le monde on retrouve l'envie qui nous animaient de changer le monde quand on avait leur age. L'envie de tout embrasser, embraser, débarrasser. Jusqu'au moment où la réalité rattrape le rêve et fait retomber sur ses pieds, de manière plus ou moins fracassante. C'est ce qu'on appelle communément : devenir adulte.
    Voilà ce que raconte ce roman. Qui a la délicatesse de rappeler cette période de la vie pour les déjà adultes, mais aussi expliquer sans donner de leçon, les travers dans lesquels il faut tenter de ne pas tomber en cette ère de grands bouleversements de l'existence.
    Oui, certains passages pourraient être étiquetés "simplistes". Mais non. C'est plutôt simple, basique, brut, sans filtre.

    Bravo au duo d'auteurs qui a su saisir les pensées de ces jeunes, au vol, dans toute la spontanéité de leur naïveté et leur jeunesse.

    Alors, faut-il le lire ? Oui. Je serais ravie de savoir ce que deviennent les personnages, encore plus adultes...

  • add_box
    Couverture du livre « L'héritage des rois passeurs » de Manon Fargetton aux éditions Bragelonne

    Marie Kacher sur L'héritage des rois passeurs de Manon Fargetton

    J’ai très longtemps été une lectrice solitaire, qui dévorait livres sur livres dans son coin sans jamais en parler avec personne, sans jamais chercher à savoir ce que d’autres lecteurs pensaient de ces romans : je lisais, j’aimais, je n’aimais pas, et c’était tout. Et puis, j’ai découvert...
    Voir plus

    J’ai très longtemps été une lectrice solitaire, qui dévorait livres sur livres dans son coin sans jamais en parler avec personne, sans jamais chercher à savoir ce que d’autres lecteurs pensaient de ces romans : je lisais, j’aimais, je n’aimais pas, et c’était tout. Et puis, j’ai découvert Livraddict et la blogosphère, et je suis enfin sortie de ma coquille : j’ai commencé à échangé avec d’autres lecteurs, j’ai ouvert mon blog … Et depuis quelques mois, je m’essaye aux lectures communes, et le moins que l’on puisse dire, c’est que j’adore ça (même si j’ai encore bien du mal à caler mon rythme de lecture avec celui de mon ou mes coéquipiers de lecture) ! C’est tellement sympathique de pouvoir échanger au fil de la lecture, partager nos impressions, questionnements, débattre sur tel ou tel point … Je pense vraiment que je n’aurai pas autant savouré ce roman si je ne l’avais pas lu en lecture commune ! Car désormais, il sera toujours associé au souvenir de ces conversations passionnées !

    Le monde d’Enora éclate en morceau le jour de ses vingt ans : toute sa famille – frère jumeau compris – est massacrée par des assassins masqués, elle apprend l’existence d’un monde parallèle au nôtre et découvre par la même occasion qu’elle a le don d’ouvrir des passages entre les deux univers. Elle se réfugie alors au royaume d’Ombre avec Julian et Charly, deux frères l’ayant sauvé des griffes de l’Ordre, et fomente désormais sa vengeance : ceux qui ont tué les siens mourront. Mais il ne fait pas bon être la descendante du dernier Roi-Passeur en Ombre, et Enora devra ici aussi lutter pour rester en vie … Pendant ce temps, la princesse Ravenn, qui avait été exilée du royaume bien des années auparavant, revient afin de faire valoir ses droits d’héritière. Mais son retour et sa détermination à s’emparer du trône contrarient grandement son père, les magiciens et les prêtres, qui avaient déjà tout prévu afin de récupérer le pouvoir, pour l’instant transmis de mère en fille … Les deux jeunes femmes ne le savent pas encore, mais leurs destins sont liés, et c’est ensemble qu’elles combattront pour atteindre leurs objectifs respectifs …

    Cela faisait tellement longtemps que ce roman dormait sur mes étagères (j’ai d’ailleurs un affreux trou de mémoire et suis totalement incapable de me souvenir comment et pourquoi il est dédicacé à mon nom alors que je n’ai encore jamais rencontré l’autrice) que je n’avais plus aucun souvenir du résumé … Pour moi, c’était juste un roman de fantasy écrit bien trop petit pour mon bien, mais qui m’intriguait chaque jour un peu plus. Vous imaginez donc ma surprise quand Enora a débarqué en moto, dans ce qui ressemblait trait pour trait à notre monde ! Plusieurs fois, j’ai vérifié que je ne m’étais pas trompée de livre, jusqu’à ce que notre pauvre Enora (qui, le jour de son anniversaire, se retrouve orpheline et privée de son frère jumeau) découvre l’existence d’Ombre, monde parallèle au nôtre, où va finalement se dérouler la majorité de l’intrigue. Autant le dire tout de suite, j’ai été conquise par cette idée d’univers miroirs, et plus encore par le principe des Noirs-Portraits : « pour chaque personne née en Ombre, une autre voit le jour en Rive », et ces deux individus sont liés, leurs parcours de vie seront similaires malgré les différences entre les mondes, et le jour où l’un d’eux vient à mourir, l’autre mourra également … J’aime vraiment beaucoup cette façon de lier inexorablement les deux mondes !

    Plus globalement d’ailleurs, j’ai beaucoup aimé ce roman. Quelques détails ont éloigné le coup de cœur, j’y reviendrais tout à l’heure, mais le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à chaque fois que j’ouvrais le livre, celui-ci me captivait tant et bien que je ne voyais plus le temps passer … Je me suis ainsi retrouvé bloquée sur la première marche de l’escalier, car je voulais « terminer le paragraphe » avant de monter, mais ai finalement lu plusieurs chapitres d’affilée (jusqu’à ce que petit frère ait besoin de monter) ! J’avais ce besoin irrésistible de savoir ce qui allait arriver aux personnages, car je me suis vraiment attachée à eux et craignais profondément pour leur vie : Ravenn a beau être rebelle et rusée, il y a tellement de personnes qui fomentent contre elle qu’on a vraiment peur que l’une d’elles parvienne finalement à l’atteindre, et Enora est tellement dévorée par le chagrin et la vengeance qu’on a peur qu’elle ne se méfie pas assez des dangers qui l’entourent … Et puis il y a le petit Lïam, Charly et Julian, que j’ai vraiment beaucoup aimé également. Ce que j’aime beaucoup, finalement, c’est qu’il n’y a ni véritable héros ni grand méchant, uniquement des hommes avec leurs qualités et leurs défauts, leurs forces et leurs faiblesses : ils sont nuancés, ils sont faillibles, et cela ne les rends que plus attachants encore !

    Mon seul véritable regret, finalement, c’est le manque de surprise et d’enjeu : plus le temps passait, plus la mise en place s’éternisait, et plus le dénouement devenait prévisible … J’aurai vraiment aimé que l’autrice aille plus loin que le simple couronnement de Ravenn, plus loin que la quête de vengeance d’Enora : ça, on s’y attend depuis le tout début. Lorsque j’ai tourné la dernière page, les mots « tout ça pour ça ?! » m’ont traversé l’esprit. C’est un peu comme gravir longuement et douloureusement une montagne, pour tomber sur un mur qui bouche la vue : tant d’efforts pour si peu de résultats. Tant de pages pour une histoire qui me laisse tout de même sur ma faim, alors que j’ai pris tellement de plaisir à la dévorer. Je quitte les personnages, ces amis de quelques jours, avec un douloureux sentiment d’inaccompli, comme si leur histoire était terminée alors qu’elle ne fait finalement que commencer. C’est un déchirement tel que j’ai cru qu’il manquait une bonne centaine de pages à mon exemplaire : ça ne peut pas se terminer comme ça, alors qu’il y a encore tellement de questions en suspens ! J’espère vraiment que Les Illusions de Sav-Loar, que je compte me procurer lors des Imaginales, m’apporteront quelques éléments de réponse !

    En bref, vous l’aurez bien compris, ce fut une très belle lecture, mais pas un coup de cœur, la faute à une intrigue qui met du temps à se mettre en place et à un dénouement un peu trop prévisible. Je suis tombée sous le charme de l’univers créée par l’autrice, et plus encore sous celui des personnages, et ce fut un tel plaisir que de les accompagner dans leurs quêtes respectives (qui finissent par se rejoindre et s’entremêler, parce que, finalement, nous sommes tous liés les uns aux autres) ! La plume de Manon Fargetton est vraiment belle, c’est un véritable régal ! A travers ce roman, l’autrice explore la question du pouvoir, de l’injustice aussi. Elle nous raconte également une belle histoire d’amour et d’amitié, de courage et de confiance. C’est un récit riche en actions, en rebondissements, mais plus riche encore en émotions : on est tellement immergé dans l’histoire que notre cœur vibre à l’unisson avec ceux des personnages, et on souffre quand ils souffrent, on exulte quand ils exultent, on doute quand ils doutent. Tant et si bien qu’on en oublie tout le reste, qu’on en oublie même nos réserves sur l’intrigue, car une seule chose compte finalement : marcher à leurs côtés, et vivre par procuration toutes leurs aventures. Un beau récit de fantasy que l’on ferme avec une bonne pointe de tristesse car c’est déjà fini …

    https://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2020/04/lheritage-des-rois-passeurs-manon.html

  • add_box
    Couverture du livre « Quand vient la vague » de Jean-Christophe Tixier et Manon Fargetton aux éditions Rageot

    Miss Wonder sur Quand vient la vague de Jean-Christophe Tixier - Manon Fargetton

    J'ai récemment découvert le livre 'En plein vol' des mêmes auteurs que le roman 'Quand vient la vague', Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier. 'En plein vol' fait suite à 'Quand vient la vague' bien qu'il puisse aisément se lire de manière indépendante. Ayant bien accroché, j'ai forcément eu...
    Voir plus

    J'ai récemment découvert le livre 'En plein vol' des mêmes auteurs que le roman 'Quand vient la vague', Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier. 'En plein vol' fait suite à 'Quand vient la vague' bien qu'il puisse aisément se lire de manière indépendante. Ayant bien accroché, j'ai forcément eu envie de lire leur premier ouvrage écrit à 4 mains où l'on retrouve les mêmes personnages.

    Ce roman destiné aux adolescents se déroule dans le Sud-Ouest, entre Bordeaux et l'océan Atlantique. Nina Et Clément appartiennent à une famille unie, la famille idéale en somme. Mais cette image de façade va bientôt voler en éclats lorsque Nina va disparaître. Pourquoi s'est-elle évaporée ? S'agit-il d'une fuite volontaire ? Son frère Clément est bien décidé à mener l'enquête et à comprendre ce qui c'est passé.

    Ici la tolérance est un thème fréquemment abordé avec des sujets tels que l'homosexualité ou les sans-abris. On retrouvera d'ailleurs ces thèmes dans la suite de ce premier roman traités de manière plus approfondie. On accroche vite à l'histoire et aux personnages mais je trouve que contrairement au deuxième livre qui pouvait plus facilement toucher un public adulte, le public adolescent est ici plus visé. Un livre qui se lit d'une traite et qui donne effectivement envie qu'il y ait une suite.

  • add_box
    Couverture du livre « En plein vol » de Jean-Christophe Tixier et Manon Fargetton aux éditions Rageot

    Mes écrits d'un jour sur En plein vol de Jean-Christophe Tixier - Manon Fargetton

    Romane et Jules sont étudiants en sociologie. Chacun y va de son idéal mais leurs points de vue divergent. Ces deux jeunes se cherchent dans cette réalité de vie qu’ils se prennent en plein visage. Pour eux il est temps de passer à l’action.
    « Chacun vit pour soi sans se préoccuper des autres....
    Voir plus

    Romane et Jules sont étudiants en sociologie. Chacun y va de son idéal mais leurs points de vue divergent. Ces deux jeunes se cherchent dans cette réalité de vie qu’ils se prennent en plein visage. Pour eux il est temps de passer à l’action.
    « Chacun vit pour soi sans se préoccuper des autres. On a notre cercle intime, les très proches, et le cercle élargi de ceux qu’on voit davantage sur les réseaux sociaux qu’en vrai. Le reste du monde peut aller se faire foutre. Ou mieux : disparaître. Ne pas exister. Que la présence sur nos trajets quotidiens de ceux qui survivent à côté de notre société policée ne vienne surtout pas bousculer notre confort. On ne les regarde pas. Je ne les regarde pas. Je détourne les yeux, gênée. Ou du moins, c’est ce que je faisais avant. »

    À la lecture des 50 premières pages l’intrigue me plaisait assez. Le thème des sans domicile fixe était cohérent avec le parcours scolaire de nos protagonistes et fort intéressant. Comment se positionner face à ce problème de société ? Je me suis dit que cette lecture allait être émouvante et questionnante. Hélas, le fil narratif s’échappe, s’éloigne en abordant beaucoup trop d’autres thèmes : l’homosexualité, l’endométriose, la drogue, la famille… Je suis larguée, trouvant les sujets peu approfondis. Je n’ai pas compris pourquoi les auteurs avaient fait ça. Peut-être l’envie de tout traiter pour mieux sensibiliser les jeunes lecteurs. J’ai fini par survoler le texte, déçue et la fin ne m’a que peu surprise. Je ne doute pas qu'il trouvera son lectorat :)

    http://www.mesecritsdunjour.com/archives/2020/02/16/38028150.html

Récemment sur lecteurs.com