Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Mallock

Mallock
Jean-Denis Bruet-Ferreol, qui se cache sous le pseudonyme de Mallock - double littéraire et commissaire de sa série de thrillers baroques -, est peintre, photographe, designer, compositeur et romancier. Les Visages de Dieu inaugurent la série des « Chroniques barbares », dont Le Principe de parci... Voir plus
Jean-Denis Bruet-Ferreol, qui se cache sous le pseudonyme de Mallock - double littéraire et commissaire de sa série de thrillers baroques -, est peintre, photographe, designer, compositeur et romancier. Les Visages de Dieu inaugurent la série des « Chroniques barbares », dont Le Principe de parcimonie est le cinquième volume. Lesdits volumes, avec Mallock, se lisent ensemble ou séparément, mais il faut bien avouer que ses « Chroniques barbares » ne laissent pas d'autre choix que la curiosité.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Quais du Polar : 10 ans d'enquête bien menée !

    Lecteurs.com est partenaire du festival et vous emmène à la rencontre d'une pléthore d'auteurs et d'un public au rendez-vous.  Triomphe assuré pour les dédicaces : De Franck Thilliez à Mallock, de Françoise Guérin à Karine...

Articles en lien avec Mallock (4)

Avis sur cet auteur (25)

  • add_box
    Couverture du livre « Les larmes de pancrace » de Mallock aux éditions Fleuve Noir

    Sandrine Fernandez sur Les larmes de pancrace de Mallock

    De retour chez lui après un voyage d'affaires à Paris, Jean de Renom est froidement assassiné dans l'entrée du château de son domaine viticole du Bordelais. Seule sa femme Camille était présente sur les lieux, sa culpabilité ne fait donc aucun doute. La jeune maman, sujette à la dépression et au...
    Voir plus

    De retour chez lui après un voyage d'affaires à Paris, Jean de Renom est froidement assassiné dans l'entrée du château de son domaine viticole du Bordelais. Seule sa femme Camille était présente sur les lieux, sa culpabilité ne fait donc aucun doute. La jeune maman, sujette à la dépression et au baby blues, ne nie pas les faits mais n'avoue pas non plus, victime d'un trou noir dans sa mémoire. Pour Gilles Guédrout, le commissaire chargé de l'enquête, le choc est rude. Proche de la famille, il connaissait Jean depuis l'enfance et il a du mal à imaginer la douce Camille abattant son mari à bout portant. Pour ne pas être accusé de partialité et surtout pour trouver des circonstances atténuantes à son amie, il fait appel à Amédée Mallock, son mentor, justement en vacances dans la région. Le commissaire parisien qui reprend des forces dans sa villa d'Andernos, ne rechigne pas à aider son collègue, même si l'affaire se corse avec l'entrée en scène de Sophie Corneille, députée et possible future présidente de la République, mais aussi mère de la suspecte. Intrépide et tenace, Mallock n'hésitera pas à déterrer les plus sombres secrets des de Renom et des Corneille, familles très en vue de la région.

    Une malédiction ancestrale, un meurtre en chambre close, un porte-avions, un vignoble, une épée, le Saint-suaire, les larmes du Christ, autant d'ingrédients avec lesquels se démènent un templier, un vicomte fou, un chevalier, une sirène, une politicienne, un juge et deux flics, une merlette et deux gerbilles. MALLOCK, l'auteur, a donné son nom à son commissaire qui résout ici sa quatrième enquête. Si ce n'est déjà fait, il est impératif de lier connaissance avec ce policier efficace et intègre, bourru en apparence, mais qui cache un cœur tendre. Brisé par la mort de son fils, il n'en demeure pas moins le meilleur flic de la capitale. Pour cause d'enquête décentralisée, on ne fait qu'effleurer les différentes personnalités de son équipe mais on sent bien que le chef est très apprécié, surtout quand il se met aux fourneaux pour concocter un repas fin à sa façon. Jouant avec ses intuitions, ne craignant rien ni personne, Mallock sera un précieux soutien pour démêler une affaire mystérieuse dont les tenants remontent au XIVè siècle.
    Beaucoup de suspens, d'excellentes connaissances du travail de la vigne, une reconstitution historique de la région au Moyen-âge, une écriture soignée et très littéraire, une forte dose d'humour, des personnages fouillés et un commissaire sympathique et attachant...MALLOCK réussit là un superbe polar qui donne envie de continuer à suivre son enquêteur pour de nouvelles aventures. Parfait !

  • add_box
    Couverture du livre « Les larmes de pancrace » de Mallock aux éditions Fleuve Noir

    Dominique Sudre sur Les larmes de pancrace de Mallock

    Dans la région de Bordeaux, Jean de Renom, propriétaire du vignoble Corneille de Renom est assassiné. Le coupable idéal est Camille, son épouse. Elle ne se souvient de rien, mais ne nie rien. Gilles, le commissaire chargé de l'enquête connait bien le couple et ne peut admettre sa culpabilité. Il...
    Voir plus

    Dans la région de Bordeaux, Jean de Renom, propriétaire du vignoble Corneille de Renom est assassiné. Le coupable idéal est Camille, son épouse. Elle ne se souvient de rien, mais ne nie rien. Gilles, le commissaire chargé de l'enquête connait bien le couple et ne peut admettre sa culpabilité. Il appelle le commissaire Mallock, alors en vacances dans le coin, pour l’aider à résoudre ce meurtre en apparence bien trop évident.
    Les deux commissaires vont se retrouver emportés par l'histoire du vignoble et surtout par des secrets de famille peut être inavouables...
    c’est un vrai bon thriller, même si je me suis trouvée un peu perdue au départ dans les méandres et les arcanes de cette famille de vignerons. En particulier avec ces morts et ces histoires anciennes qui se mêlent aux nouveaux décès, par cette intrigue initiale qui nous emporte aussi loin dans le passé, vers d’autres morts et d’autres mystères. C’est compliqué mais tellement prenant qu’on n’a plus envie de lâcher le livre. Les personnages sont bien travaillés, intéressants, un juge qui ose, une intrigante qui fait de la politique et n’a peur de rien ni de personne, et des coupables au final peut être innocents, tout y est pour donner envie de tourner les pages.
    Le commissaire Mallock est un personnage assez décalé, il a perdu son fils et a beaucoup de mal à s’en remettre. C’est un flic qui a parfois besoin de sa drogue, qui fait parfaitement bien son métier d’enquêteur, mais qui se laisse également guider par son intuition ou par ses rêves particulièrement bizarres. Rien ne l’arrête, un sacré policier qui va au bout de sa mission, pour qui tout est bon pour dénouer les enquêtes et surtout pour rétablir la justice.
    c‘est bien écrit, le côté « historique » et culture de cette histoire qui prend ses racines dans le passé se mêle à une intrigue policière menée tambour battant. C’est intéressant, prenant, on a envie de lire les autres après celui-là ! c’est sûr !!

  • add_box
    Couverture du livre « Les larmes de pancrace » de Mallock aux éditions Fleuve Noir

    CATHERINE AUDURIER sur Les larmes de pancrace de Mallock

    Lors d’une belle fin d’après midi, Jean Renom, propriétaire d’un vignoble classé, rentre chez lui. Il est assassiné dès qu’il pénètre dans son domaine. A l’étonnement général, Son épouse Camille est très rapidement accusée du meurtre. Pourtant celle-ci prostrée, ne se souvient de rien.
    ...
    Voir plus

    Lors d’une belle fin d’après midi, Jean Renom, propriétaire d’un vignoble classé, rentre chez lui. Il est assassiné dès qu’il pénètre dans son domaine. A l’étonnement général, Son épouse Camille est très rapidement accusée du meurtre. Pourtant celle-ci prostrée, ne se souvient de rien.

    Ex collègue du commissaire Mallock, aujourd’hui muté sur Bordeaux, Gilles est le commissaire responsable de l’enquête. Ami de la famille, il contacte Mallock, commissaire sur Paris, qui possède une petite maison dans la région, et qui s’y trouve actuellement en vacances.

    Sans hésiter, Mallock accepte d’aider Gilles. L’affaire semble plus compliquée qu’il n’y parait, Camille est la coupable idéale, pourtant le couple donnait l’apparence d’être très uni, avec la naissance de leur bébé. Mais la jeune femme est surtout la fille de Sophie Corneille, députée candidate favorite à la prochaine présidentielle.
    Les anciens co-équipiers vont découvrir de nombreux drames et meurtres qui salissent ces deux familles, sur plusieurs générations. D’ailleurs une malédiction prône sur les familles Renom et Corneille. Une malédiction qui va nous conduire au XIV siècle, grâce à la lecture d’un plumitif en pécari.
    J’ai aimé l’intrigue, et certains personnages : l’excellent Mallock, un flic intègre, attachant (voir attendrissant, quand il est aux fourneaux pour composer de bons petits plats), bougon également, persévérant et plein de ressources.....
    L’odieuse Sophie Corneille, redoutable femme politique qui ne craint rien, ni personne.
    Le juge Max Balesta qui ne se sépare jamais de ses adorables gerbilles, même durant les auditions.
    Et avec ça, une douce ambiance du sud ouest, les terres bordelaises, le monde viticole, on sentirait presque les rayons du soleil !
    J’ai peut être un peu moins aimé les nombreux passages, qui se déroulent au XIV eme siècle.

    Mais dans l’ensemble, c’est un roman qui se lit en savourant chaque phrase, chaque mot. Les derniers chapitres, je les ai dévoré tant j’étais impatiente de connaitre, mais .........................................
    Je n’en dirais pas davantage.

  • add_box
    Couverture du livre « Les larmes de pancrace » de Mallock aux éditions Fleuve Noir

    Michèle FINANCE sur Les larmes de pancrace de Mallock

    Dans la région de Bordeaux, Jean de Renom, propriétaire du vignoble Corneille de Renom est assassiné alors qu'il rentrait dans son château après un voyage d'affaires à Paris. Les premiers éléments de l'enquête démontrent que la seule personne présente sur les lieux du crime au moment du drame...
    Voir plus

    Dans la région de Bordeaux, Jean de Renom, propriétaire du vignoble Corneille de Renom est assassiné alors qu'il rentrait dans son château après un voyage d'affaires à Paris. Les premiers éléments de l'enquête démontrent que la seule personne présente sur les lieux du crime au moment du drame est Camille, l'épouse du défunt. Elle est de fait déclarée coupable ! Amédée Mallock, célèbre et sympathique commissaire parisien, va tenter d'éclaircir le mystère de ce meurtre qui semble trop évident à ses yeux. Et de démasquer la grande Sophie, Madame la députée, froide et cynique, qui veut devenir Présidente de la République et sème la terreur sur son passage.

    Et nous voici plongés dans les méandres de l'histoire du vignoble et des secrets de famille sur plusieurs générations en remontant jusqu’en 1323. Avec en prime, les Templiers, le Saint Suaire de Turin et la peste noire. Une histoire à plusieurs volets qui tient au cœur et incite à la lecture. Un polar et un cours d’histoire, mais également des sentiments, de belles amitiés, un peu de magie et deux ou trois recettes de cuisine.

    J'ai lu ce roman avec curiosité : une intrigue initiale passionnante, un récit parfaitement documenté et surtout un beau travail d’écriture. Le commissaire Mallock est étonnant (il est amoureux d’une merlette blessée qu’il nourrit patiemment, il joue avec deux petites gerbilles, il parle aux objets, qui selon lui ont une âme, il est fin cuisinier et bon amant, il lit l’avenir dans les nuages …) bref un personnage attachant, un bon flic comme on les aime, prudent, obstiné et à la fois violent dans son approche du mal. Il séduit le lecteur avec ses forces et ses faiblesses, ses intuitions bizarrement justes, mais sans pour autant écarter les autres personnages qui jouent leur rôle avec intelligence, notamment Max, un juge qui ne craint pas de se mouiller pour faire éclater la vérité.

    Bref, voilà une belle plume, un polar séduisant qui donne envie de lire les épisodes précédents en espérant une suite aux aventures du commissaire Mallock. A noter que l’auteur sait faire usage de l’humour autant que de la belle langue française. Et un polar mérite d’être bien écrit !