Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Magali Collet

Magali Collet

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (11)

  • add_box
    Couverture du livre « La cave aux poupées » de Magali Collet aux éditions Taurnada

    Lettres & caractères sur La cave aux poupées de Magali Collet

    La cave aux poupées est un roman que j'aimerais conseiller à tous car c'est un petit bijou. Mais voilà, le bijou est noir, très noir et contient largement de quoi heurter les lecteurs les plus sensibles. Il est donc à consommer sans modération mais seulement par un public averti.

    Derrière son...
    Voir plus

    La cave aux poupées est un roman que j'aimerais conseiller à tous car c'est un petit bijou. Mais voilà, le bijou est noir, très noir et contient largement de quoi heurter les lecteurs les plus sensibles. Il est donc à consommer sans modération mais seulement par un public averti.

    Derrière son sourire radieux affiché sur les réseaux sociaux se cache une auteure de grand talent qui n'hésite pas à explorer ce qu'il y a de plus abjecte dans notre espèce. Mais ne traitez surtout pas Magali Collet de psychopathe car si vous en êtes arrivé à cette conclusion c'est que vous avez lu son livre et si vous l'avez lu jusqu'au bout c'est forcément parce que vous l'avez aimé, ce qui fait de vous son ou sa complice.

    A l'image des Démoniaques de Mattias Köping, Magali Collet nous livre une histoire absolument monstrueuse mais totalement réaliste si l'on considère que des Affaires Dutroux ou Kampusch puissent exister. Ici la fiction ne cherche pas à dépasser la réalité mais à faire jaillir des sentiments extrêmes en proposant de pénétrer dans l'antre du diable. Dans la maison de l'horreur de Magali, il y a des poupées dans la cave ou, pour dire les choses de manière moins poétique, des jeunes filles enlevées et séquestrées pour servir de divertissement au père qui vit à l'étage avec sa fille, Manon. Tour à tour victime et complice, Manon fait tourner la maison en assurant la logistique : ménage, préparation des repas et des filles. Sa vie n'est qu'une suite de sévices et de corvées et jamais il ne viendrait à l'idée de la jeune fille qu'il puisse en être autrement. Alors les filles qui geignent dans la cave et tentent de se rebeller et de se soustraire à leur sort, ça ne l'émeut pas plus que ça. Quand on n'a connu que l'enfer, difficile d'avoir des rêves, des aspirations et des projets.

    Dès les premières lignes de La cave aux poupées, le lecteur est happé par cette atmosphère oppressante. C'est par les mots maladroits de Manon, jeune fille illettrée et livrée à elle-même depuis le décès de sa mère, que l'on découvre cette histoire. L'écriture est très habile et le procédé narratif marche à la perfection, le style est immersif et totalement addictif. C'est le genre de bouquin qui se lit d'une traite, sauf si vous avez besoin de faire des pauses parce que la nausée vous gagne.

    C'est toujours terrible à dire quand il s'agit d'un livre aussi noir mais j'ai eu un gros coup de cœur pour ce huis-clos glaçant livré d'une main de maître.

  • add_box
    Couverture du livre « La cave aux poupées » de Magali Collet aux éditions Taurnada

    Musemania sur La cave aux poupées de Magali Collet

    Premier livre de l’auteure Magali Collet, il a eu le « malheur » de sortir en plein confinement. Comme je vous l’ai annoncé dans un précédent article, je souhaiterais mettre en lumière, à ma petite échelle, ces livres qui ont fait preuve d’une énorme malchance. Car oui il était toujours possible...
    Voir plus

    Premier livre de l’auteure Magali Collet, il a eu le « malheur » de sortir en plein confinement. Comme je vous l’ai annoncé dans un précédent article, je souhaiterais mettre en lumière, à ma petite échelle, ces livres qui ont fait preuve d’une énorme malchance. Car oui il était toujours possible de le commander en ebook mais il faut garder à l’esprit que tout le monde ne dispose pas de liseuse et que certains lecteurs conservent leur préférence pour la version papier.

    Vu l’amélioration de la situation, je me suis dit que c’était enfin la bonne période pour m’y plonger et vous en parler.

    Manon est une jeune fille de 22 ans qui n’a pas eu une enfance rêvée. Ayant perdu sa mère dès son plus jeune âge, c’est son père qui l’a élevée. Vous me direz que c’est le cas de milliers d’enfants et que cela se passe bien. Effectivement cela peut être le cas, sauf quand votre père est un dangereux tueur et violeur en série de jeunes filles. Manon a toujours grandi éloignée de la civilisation, ne s’évadant que par son poste de télévision. Mais alors qu’elle se lie d’amitié avec une des captives de son père, les choses pourraient peut-être changer.

    Si je n’avais pas lu sur la quatrième de couverture qu’il s’agissait du premier livre de Magali Collet, je ne m’en serais pas doutée. En effet, son style d’écriture est très plaisant, fluide et déjà bien travaillé. Elle manie parfaitement les codes du suspens, le dosant savamment au fil des pages et faisant que le lecteur ne peut se détacher du bouquin.

    Écrit à la première du singulier, cela nous plonge plus fortement dans le récit de cette Manon, personnage désoeuvré qui ne tombe pas dans le cliché non plus. Cette sobriété qu’a Magali Collet de traiter son huit-clos est bien pensée. Malgré l’horreur de la situation, on s’attache à cette « gamine » asservie et pourtant si forte.

    Magali Collet est donc un nom que nous, amateurs de thrillers, devons retenir car sa plume fera partie intégrante de la scène du la littérature noire française dans le futur. C’est indéniable.

    Je remercie les éditions Taurnada pour leur confiance.

  • add_box
    Couverture du livre « La cave aux poupées » de Magali Collet aux éditions Taurnada

    annesophiebooks sur La cave aux poupées de Magali Collet

    Taurnada propose des lectures différentes et de qualité. Et La Cave Aux Poupées en est un excellent exemple.

    Thriller et roman noir, c’est certain, mais au delà de ces étiquettes, l’auteure, Magali Collet, va beaucoup plus loin que beaucoup d’autres romans dans son intrigue.

    Manon habite...
    Voir plus

    Taurnada propose des lectures différentes et de qualité. Et La Cave Aux Poupées en est un excellent exemple.

    Thriller et roman noir, c’est certain, mais au delà de ces étiquettes, l’auteure, Magali Collet, va beaucoup plus loin que beaucoup d’autres romans dans son intrigue.

    Manon habite avec son père. Le Père, comme elle l’appelle.
    Elle vit à travers les téléfilms qu’elle voit passer à la télé, s’imaginant que la vraie vie est celle qu’elle aperçoit à travers cette petite lucarne.
    Et c’est bien normal, car comment la vraie vie pourrait-elle être celle qu’elle subit depuis sa naissance ?
    À supporter les horreurs du Père ?
    À passer ses journées à nettoyer, faire à manger, panser ses plaies ?
    Nourrir et laver les autres jeunes femmes enfermées dans la cave ?
    Et pourtant, c’est bel et bien sa vie.

    Et les règles en sont simples : elle n’est rien, et les autres filles sont encore moins qu’elle-même.
    Jusqu’au jour où...

    Cette histoire est-elle difficile à lire ? Oui, clairement elle l’est.
    Non pas sur la forme (qui est très bonne), mais sur le fond. Parce que, nous le savons tous, ces monstres existent réellement dans la vraie vie.

    Toutefois, il n’est nullement question ici de voyeurisme.
    Bien sûr, cette vie est un enfer, mais à aucun moment l’auteure ne se complaît dans des descriptions malsaines. Les choses sont dites sans ambiguïté, mais sans détails inutiles.

    Les sentiments du lecteur sont mis à rudes épreuves, non pas à cause des mots utilisés mais à cause de ses propres sentiments envers les protagonistes.

    Le Père est le bourreau.
    Camille, la victime.
    Mais Manon ? À la fois victime et bourreau, je suis passée par beaucoup de sentiments contradictoires pour elle.
    Le chagrin et la colère étant ceux qui revenaient le plus souvent.

    Je me suis régulièrement demandé comment elle pouvait « aider » Le Père avec les prisonnières, alors qu’elle était là mieux placée pour connaître leurs souffrances.
    Par habitude ? Par peur ? Obéissance aveugle ? Instinct de survie ?
    Sûrement un peu de tout ça.

    Mais il y a plus, tellement plus, à découvrir sur elle.

    C’est une lecture que je recommande sans hésiter.
    Et une auteure que je vais suivre de près !

  • add_box
    Couverture du livre « La cave aux poupées » de Magali Collet aux éditions Taurnada

    Souris78 sur La cave aux poupées de Magali Collet

    Bonjour chers lecteurs,
    Mélange entre "Darling" de Jean TEULE + "Séquestrée " de Chevy Stevens & "La Maison de Poupée " de ARLIDGE.
    Tous lus et vraiment appréciés .
    N'hésitez pas à sauter le pas et à découvrir Magali COLLET, auteure méconnue mais bourrée de talent .
    On vit à travers les...
    Voir plus

    Bonjour chers lecteurs,
    Mélange entre "Darling" de Jean TEULE + "Séquestrée " de Chevy Stevens & "La Maison de Poupée " de ARLIDGE.
    Tous lus et vraiment appréciés .
    N'hésitez pas à sauter le pas et à découvrir Magali COLLET, auteure méconnue mais bourrée de talent .
    On vit à travers les yeux de cet anti-héros le calvaire d'une jeune fille .
    Je ne vous en dis pas plus, ouvrir ce livre c'est l'adopter et surtout le dévorer !
    Bonne lecture ...

Bibliographie de Magali Collet (1)

Thèmes en lien avec Magali Collet

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !