Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Luc Ferry

Luc Ferry
Agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d'Etat en sciences politiques, Luc Ferry mène d'abord une carrière d'enseignant et de philosophe. Entre 1984 et 1985, il publie les trois tomes de sa 'Philosophie politique', dont il écrit le dernier avec Alain Renaut. Cette collaboration s... Voir plus
Agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d'Etat en sciences politiques, Luc Ferry mène d'abord une carrière d'enseignant et de philosophe. Entre 1984 et 1985, il publie les trois tomes de sa 'Philosophie politique', dont il écrit le dernier avec Alain Renaut. Cette collaboration se poursuit notamment avec, 'La pensée 68 - Essai sur l'antihumanisme' et 'Système et critique' en 1985, et avec 'Heidegger et les modernes', en 1988. En 1992 paraît 'Le nouvel ordre écologique - l'arbre, l'animal et l'homme', traduit en plus de quinze langues, qui lui vaut le prix Médicis essais ainsi que le prix Jean-Jacques Rousseau. Intellectuel très médiatisé, il mène en parallèle une carrière politique discrète avant d'entrer au gouvernement en mai 2002, à cinquante et un ans, en tant que ministre de la Jeunesse, de l'Education et de la Recherche. Il préside en effet depuis 1994 le Conseil national des programmes et participe en 1997 à la commission présidée par Pierre Truche pour la réforme de la justice. Après la refonte ministérielle de mars 2004, lors de laquelle il quitte ses fonctions, il est nommé président délégué du conseil d'analyse de la société (CAS) et entre au Conseil économique et social.

Avis sur cet auteur (26)

  • add_box
    Couverture du livre « La naissance des dieux » de Luc Ferry et Clotilde Bruneau et Dim. D et Federico Santagati aux éditions Glenat

    Sabrina SMAIL sur La naissance des dieux de Luc Ferry - Clotilde Bruneau - Dim. D - Federico Santagati

    Au commencement, il n'y avait que Chaos…
    Dans ce tome, le lecteur plonge dans la création du monde et de la mythologie, comment Gaïa, la terre et Ouranos le ciel ont donné naissance à de nombreux enfants. Gaïa n'avait jamais de répit et au plus profond d'elle-même, alors que ses enfants...
    Voir plus

    Au commencement, il n'y avait que Chaos…
    Dans ce tome, le lecteur plonge dans la création du monde et de la mythologie, comment Gaïa, la terre et Ouranos le ciel ont donné naissance à de nombreux enfants. Gaïa n'avait jamais de répit et au plus profond d'elle-même, alors que ses enfants n'avaient pas le droit de rejoindre la surface, elle les supplia qu'il y en a au moins un qui puisse faire face à ce père. Chronos se lèvera et séparera par sa faucille son père de sa mère. En prenant ainsi le pouvoir, il choisira, pour éviter que sa descendance ne tente de l'évincer à son tour, de dévorer chacun de ses nouveaux nés. Mais Rhéa, sœur de Chronos et mère de ses enfants, réussira à sauver un des enfants qui grandira, protégé dans les profondeurs de Gaïa et nourrit par la chèvre Amaltée. Mais l'histoire est un éternel recommencement.

    Connaissez-vous le livre "Les mémoires de Zeus" de Maurice Druon ?
    Si ce n'est pas le cas et que vous vous intéressez à la mythologie, alors, foncez le lire et comprendre les rouages de cette famille divine où inceste, piège, mensonge et pouvoir sont entremêlés. Un livre des plus complet et que j'ai, pour ma part, adoré autant dans la narration que le style d'écriture !

    Alors, au souvenir de cette lecture que j'ai trouvé si captivante, je suis un peu refroidie par cette BD. C'est très résumé, les raccourcis sont nombreux, encore une fois, je comprends qu'il est difficile de tout résumé en un tome. Pour appréhender au mieux la complexité de monde mythologique, "La naissance des Dieux" auraient mérité plusieurs tomes. C'est une introduction aux différents mythes, apprendre à faire connaissance avec les dieux et cela peut donner envie de s'intéresser à eux, à leurs légendes et leurs histoires.

    Je ne suis pas une spécialiste de la BD et je me rends compte que je n'en lis pas assez (j'ai décidé d'ailleurs de lire des BD tous les mois cette année !). Il y a des disparités dans les dessins : certaines planches sont splendides. La scène où Zeus demande à Metis de se transformer en élément fait partie de mes préférées. Le dessin n'est pas aussi attrayant que dans les autres volumes déjà présentés. Les pourtours sont épais, les traits au milieu des visages n'étaient pas esthétiques. Cela donne un effet inachevé, un peu brouillon. Les visages éloignés, c'est toujours un peu le problème car ils sont flous.

    J'ai apprécié l'œuvre général comme introduction à l'histoire de la mythologie. Cela aurait pu s'appeler "la naissance de Zeus" tellement les autres dieux sont absents dans l'intrigue. On retrouve son impétuosité. Peut-être y aura-t-il une suite, laissant la place libre à l'ensemble des dieux mythologiques de se présenter.

    En bref :
    Une introduction à la mythologie dont le rendu final laisse une sensation d'inachevé, tant dans le dessin que dans la trame. Une histoire qui aurait eu plus de panache en plusieurs tomes.

    https://lecturedaydora.blogspot.com/2019/01/la-naissance-des-dieux-clotilde-bruneau.html

  • add_box
    Couverture du livre « Antigone » de Luc Ferry et Clotilde Bruneau et Giuseppe Baiguera aux éditions Glenat

    Sabrina SMAIL sur Antigone de Luc Ferry - Clotilde Bruneau - Giuseppe Baiguera

    Antigone…
    J'ai découvert son histoire sur les bancs de l'école. J'ai adoré et relu Sophocle puis Jean Anouilh. C'est peu dire qu'Antigone est l'une des tragédies grecques les plus célèbres. Je me souviens encore aujourd'hui de l'impression que j'ai eue de son caractère : déterminée, forte,...
    Voir plus

    Antigone…
    J'ai découvert son histoire sur les bancs de l'école. J'ai adoré et relu Sophocle puis Jean Anouilh. C'est peu dire qu'Antigone est l'une des tragédies grecques les plus célèbres. Je me souviens encore aujourd'hui de l'impression que j'ai eue de son caractère : déterminée, forte, où le poids du destin ne faisait pas le poids face à sa détermination. Fille d'Œdipe et de Jocaste, elle restera aux côtés de son père alors qu'il quitte la ville de Thèbes. Elle porte son fardeau, l'accompagnant jusqu'au bout du voyage. Revenant à Thèbes où ses frères sont allés jusqu'à la guerre civile ne pouvant se partager le trône, les deux finiront par mourir de la main de l'autre. Créon reviendra sur le trône pour y régner. Il offrira à l'un des frères, Etéocle, les honneurs d'une sépulture digne, alors que Polynice est voué à pourrir sur place. Créon envisage par là d'enfreindre les lois sacrées des dieux et le respect humain. Mais Antigone ne l'entend pas de cette manière.

    La couverture de la BD rend hommage au personnage d'Antigone bien plus que la BD toute entière. En une image, on y sent le désœuvrement, la peine, le poids des souffrances familiales. Ce dessin me parle et donne toute place au personnage d'Antigone. Elle est une femme qui aura souffert gardant une dignité toute entière. La BD est réussie avec des dessins agréables, surtout dans le jeu des couleurs et des paysages. Un bémol cependant sur les visages qui sont par moment méconnaissables, peu expressifs. Le rythme des planches donne à l'ensemble une lecture agréable.

    Mais !
    Ma plus grande question : où est passée Antigone ? Cette femme forte, loyale à sa famille, aux dieux et aux traditions ? Je l'ai trouvé éteinte, suivant simplement le cours de son existence. Les autres personnages ont par moment plus d'espace pour s'épanouir et s'épancher, alors qu'Antigone, elle, s'oppose aux lois des hommes pour respecter celles des dieux et honorer sa famille. Elle est peu visible ou alors dans de longs monologues dans la bouche d'autres personnages. Les dessins la représentant n'ont pas autant de force que je l'aurais souhaité. Antigone manque d'ampleur, de rayonnement.

    C'est toujours un plaisir de découvrir la mythologie sous l'angle de la BD, alors même que je sais qu'on ne peut pas tout mettre dans un tel format. Je suis déçue du traitement de ce personnage qui signifie tellement et donne toutes ses lettres de noblesse à la tragédie. J'espère que cela donnera l'occasion au curieux de se plonger dans les versions de Sophocle et Jean Anouilh où le personnage a toute la place pour s'épanouir et où on sent cette dualité entre les lois divines et humaines.

    Je me rends compte à présente en écrivant cette chronique, que ce qui m'a déplu, c'est le traitement des choix d'Antigone, comme s'il ne s'agissait que d'un caprice alors qu'il y a tant de signification derrière son geste auprès de son frère Polynice.

    Où est passée mon Antigone ?

    En bref :

    Une BD Réussit dans le rythme, les dessins. Mais je n'ai pas retrouvé Antigone, effacée derrière les autres personnages et les dialogues ne mettant pas à l'honneur la vie et les choix dans cette tragédie. Dommage.

    https://lecturedaydora.blogspot.com/2019/01/antigone-clotilde-bruneau-giuseppe.html

  • add_box
    Couverture du livre « Oedipe » de Luc Ferry et Clotilde Bruneau et Didier Poli et Diego Oddi aux éditions Glenat

    Sabrina SMAIL sur Oedipe de Luc Ferry - Clotilde Bruneau - Didier Poli - Diego Oddi

    À sa naissance, Œdipe est déjà l'esclave de la volonté des Dieux. Abandonné par son père après la prédiction de l'oracle annonçant la chute de Thèbes, Œdipe est sauvé par les envoyés du roi de Corinthe qui l'élève comme son fils. Une fois grand, il est interpellé par un homme saoul qui évoque...
    Voir plus

    À sa naissance, Œdipe est déjà l'esclave de la volonté des Dieux. Abandonné par son père après la prédiction de l'oracle annonçant la chute de Thèbes, Œdipe est sauvé par les envoyés du roi de Corinthe qui l'élève comme son fils. Une fois grand, il est interpellé par un homme saoul qui évoque ses origines. Il part lui-même chercher des réponse à l'oracle de Delphe qui lui apprend qu'il tuera son père et épousera sa mère. Craignant cette atroce prophétie, il quitte Corinthe. Rien n'empêchera la prophétie de se réaliser.

    L'histoire d'Œdipe est, après celle de Persée, l'une de mes préférées ! Les psychanalystes ont d'ailleurs repris ce mythe pour nous parler de ce passage lié à l'enfance du complexe d'Œdipe : l'enfant cherche à éloigner le parent du même sexe pour se rapprocher de celui du sexe opposé. Mais ma préférence ne tient pas en ce que la psychanalyse en a fait. C'est au jeu du destin que cette histoire a toute son importance.

    Œdipe, connaissant la prophétie de l'oracle, celle qui amène la voix des Dieux, cherche à quitter ceux qu'il croit être ses parents. Il cherche à tout prix à les protéger en faisant cela. Je ne pense pas spoiler en poursuivant ainsi, mais Œdipe n'est pas responsable de ce qui lui arrive : d'avoir tué son père sur les chemins, d'avoir répondu à l'énigme du sphinx et d'avoir délivré Thèbes de cette créature, d'avoir été donné en époux à la femme du roi défunt. Il aura 4 enfants avec elle.
    En découvrant la vérité, il est accablé et part sur les chemins après s'être crevé les yeux. Sa fille Antigone l'accompagnera le long des chemins jusqu'au lieu où Œdipe estime que sa vie doit s'achever.

    C'est injuste, horrible, et au final, il aurait pu faire ce qu'il voulait pour s'en sortir, Œdipe n'était que le jouet des Dieux.

    La BD est toujours aussi bien écrite par Clotilde Bruneau. J'ai beaucoup aimé les dessins de ce tome. Les visages sont expressifs, j'ai particulièrement apprécié les dessins des yeux. Mon seul point négatif vient du scénario : il suit le fil de la vie d'Œdipe de sa naissance à sa mort. Il y a des parties qui manquaient de substance, surtout la partie où il erre avec sa fille Antigone qui méritait plus de cases. Encore une fois, le support demande de faire des concessions.
    Je n'en ai pas parlé dans le précédent tome que j'ai présenté, la dernière partie de la BD propose une réflexion autour de la mythologie, aidée par différentes représentations, de la statue à la peinture. Très bonne idée pour aller plus loin dans l'histoire.

    En bref :

    Cette BD sur Œdipe dans la collection "La sagesse des Mythes" est très bien porté par son scénario et des dessins agréables. Une histoire qui rend compte du côté pervers des dieux mythologiques. Une BD qui rend hommage à ce mythe !

    https://lecturedaydora.blogspot.com/2019/01/de-clotilde-bruneau-diego-oddi-luc.html

  • add_box
    Couverture du livre « Persée et la Gorgone Méduse » de Luc Ferry et Giovanni Lorusso et Clotilde Bruneau et Didier Poli et Stambecco aux éditions Glenat

    Sabrina SMAIL sur Persée et la Gorgone Méduse de Luc Ferry - Giovanni Lorusso - Clotilde Bruneau - Didier Poli - Stambecco

    Persée est né de l'union de Danaé avec Zeus alors que ce dernier s'est changé en pluie d'or pour venir lui rendre visite dans son cachot. L'oracle avait prédit que le fils de Danaé tuerait Acrisios, roi d'Argo et père de Danaé. Protégés des Dieux, Persée et Danaé trouveront refuge sur l'île de...
    Voir plus

    Persée est né de l'union de Danaé avec Zeus alors que ce dernier s'est changé en pluie d'or pour venir lui rendre visite dans son cachot. L'oracle avait prédit que le fils de Danaé tuerait Acrisios, roi d'Argo et père de Danaé. Protégés des Dieux, Persée et Danaé trouveront refuge sur l'île de Sériphos. C'est lors d'un banquet du roi Polydecte, dont la beauté de Danaé ne laisse pas indifférent, que Persée lui promet de lui ramener la tête de la Gorgone Méduse. Son aventure commence…

    J'aime énormément les mythes, les dieux et déesses de la mythologie ainsi que leur caractère souvent puéril. J'ai aimé la mythologie dans les livres, les films (ah "Le choc des titans" de 1981!) mais aussi dans les dessins animés ("Les chevaliers du Zodiaque"). Cet univers est fascinant à la fois dans cette croyance éperdue envers des Dieux tout-puissant, mais aussi face à la construction de l'univers, de la terre Gaïa, de ces divinités qui se tolèrent puis se rejettent. Un monde qui a servi également à de nombreuses séries télévisés ("Hercule", "Xena la guerrière"). C'est un univers si riche et vaste et les traces encore visibles des temples à Athènes ou à Rome recèlent encore des mystères.

    J'ai aimé le graphisme de la BD. Les dessins sont très expressifs, mais la qualité diffère en fonction des passages. L'épisode avec Andromède est sublime, mais il me manquait l'image d'Andromède enchaînée au rocher comme dans les nombreuses représentations, car ici, on la voyait principalement de dos. Zeus se transformant en pluie d'or est très bien représenté. Dommage de ne pas avoir le même souci du détail dans les planches lorsqu'il s'agit de visage en gros plan ou lorsqu'ils sont un peu éloignés. Ces derniers sont esquissés, c'est bien dommage. J'ai adoré le rendu des différentes atmosphères en fonction du passage, les couleurs accompagnaient vraiment l'histoire.

    L'histoire en elle-même est facile à lire et à se représenter. Je me désole parfois de certains raccourcis, mais faire tenir la vie de Persée dans une seule BD est tout de même un beau travail. L'ensemble rend bien hommage au mythe et on se laisse facilement emmener auprès de lui. On retrouve un Persée où le doute ne semble pas l'atteindre. Je me replongerais bien dans mes livres sur les mythes, la personnalité de Persée m'échappe.

    En bref :

    Une BD qui nous replonge dans le mythe de Persée et de son combat contre la gorgone Méduse. L'ensemble rend hommage à ce héros de légende !

    https://lecturedaydora.blogspot.com/2019/01/persee-et-la-gorgone-meduse-clotilde.html